Édition du
21 July 2017

Le pacte Ouyahia : L'Algérie, c'est leur propriété légitime!

gat.jpgAvez-vous remarqué qu’il n’y a plus de bonnes nouvelles en Algérie ? Même l’incroyable, l’inimaginable et inespérée flambée des cours du brut, qui aurait dû propulser notre quotidien au rang des pays développés, n’a été, dans l’ensemble, une bonne nouvelle que pour ceux qui piquent dans la caisse. C’est parce qu’ils font tout pour que l’on ne se rende pas compte qu’on est riches. Cela pourrait nous donner des idées. Surtout depuis qu’ils ont décidé de s’approprier la caisse, plutôt que de de piquer dedans.
On nous raconte depuis 1962 que nos ressources naturelles sont notre bien commun, et ceux là même qui nous débitent ces fadaises, considèrent, en leur for intérieur, que tout ce qui rapporte beaucoup d’argent est à eux. Et à eux seuls. Nous, on compte pour du beurre. Et ils trouvent même le moyen, eux qui ont pris le pouvoir, qui ont organisé le pays à leur convenance, et qui font croire au monde entier que l’Algérie est une République, Démocratique et Populaire, que nous sommes un peuple d’assistés, que nous nous ne valons même pas la peine qu’ils se sacrifient pour nous, et que de toutes façons, nous ne pouvons pas changer, puisque nous sommes frappés par une incapacité congénitale à être un peuple.

Bouteflika, lui-même, avait confié, il y a quelque temps, à une journaliste libanaise, que le peuple algérien n’a joué aucun rôle dans l’indépendance de son pays, et que celle-ci lui avait été offerte par une élite qui avait combattu le colonialisme et qui l’avait vaincu. C’est d’ailleurs pour cela que cette élite d’Oujda, de Ghardiamaou et de l’armée française a commencé par se servir.
Ils pensent vraiment de nous que nous sommes un peuple de comiques. Il faut les entendre parler de nous, quand ils sont entre eux ! C’est à peine s’ils ne se proposeraient pas d’importer un autre peuple et de nous jeter à la mer. C’est ce qu’ils font d’une certaine manière, puisque Belkhadem a dit publiquement que les Algériens ne travaillent pas assez et qu’il a été obligé d’importer des travailleurs chinois. Pendant que des milliers de jeunes algériens se suicident en mer. Ils sont convaincus que s’ils ne peuvent donner la pleine mesure de leurs capacités, c’est parce que c’est nous qui traînons la patte. Ces génies.

Et puis, à force de nous supporter, de guerre lasse, et finalement revenus des maigres illusions qu’ils gardaient, malgré tout, sur notre compte, et par bonté d’âme, ils ont fini par abandonner. Et c’est pour ça qu’ils ont conclu le pacte « Ouyahia »

J’imagine ce qu’ils pensent et ce qu’ils vont faire de nous, depuis qu’ils ont conclu ce pacte avec notre très grand président.

Non, se sont-ils dit, il ne faut pas s’acharner ! La situation est désespérée. Ce peuple ne vaut rien. Aucune solution n’est possible pour le sauver de ses propres turpitudes. Ce n’est plus la peine de lutter contre l’inéluctable. Donc, perdue pour perdue, autant se servir de la situation pour le mettre devant ses propres responsabilités, ce ghachi. Et surtout devant la réalité. Ce peuple, ont-ils déclamé, entre deux doubles whiskies, est décidément un peuple d’esclaves. Il ne sait qu’applaudir, voter sa propre mise à mort ou, à la limite, s’entretuer. Donc, il faut essayer de le sauver malgré lui. Il faut le considérer comme un petit enfant qui peut se faire mal, si on le laisse libre. Alors, il faut arrêter de lui raconter des salades sur sa bravoure, son génie, et tout ce qu’on lui a déblatéré jusqu’à aujourd’hui.
C’est vrai, que depuis l’indépendance, on a tout fait pour lui laisser croire qu’il était un peuple de lions. Du temps de Boumediene, on avait décidé d’en faire un peuple de socialistes. Bonh, se sont-ils dit, nous, qui n’y croyions pas du tout, on s’était ménagé un système dans lequel nous avions quand même notre caviar, nos cigares, notre eau d’Evian, nos weekends à Paris, nos coopératives et nos domestiques. On a vraiment tout fait pour qu’il acquière des réflexes socialistes, ce ghachi. Nous avions mis en place un bon système de pénuries, de quotas pour l’électroménager, nous lui avions construit des cages à poules, il ne pouvait quitter le pays qu’avec une autorisation de sortie, nous avons mis les plus turbulents en prison, nous avons remis au goût du jour les crevettes de Bigeard, au large d’Alger, nous avions interdit d’importer des produits agricoles des wilayates limitrophes, pour qu’il apprenne à s’auto-suffire, nous lui avions créé une révolution agricole, industrielle, culturelle livrée en pack. Nous avions lancé une politique d’arabisation jusque dans la fonction publique, nous lui avions permis d’avoir une UGTA, une UNPA, une UNEA, et des tas d’autres organisations pour lui permettre d’applaudir jusqu’à se faire des cloques. Nous avons même permis, à qui le voulait, de devenir ancien moudjahid, membre du parti FLN. Mais rien n’y fit. A part beugler ce qu’on lui disait de beugler, ce peuple prenait un malin plaisir à nous enquiquiner. En inventant des blagues sur nous.
Il profita même d’une ouverture que nous avions voulu lui offrir pour nous prendre en traître. Ingrat et chafouin, il profita de notre mansuétude pour nous poignarder dans le dos. Il commença par des émeutes de bergers, puis se crut capable de nous évincer, nous qui nous étions sacrifié pour lui, qui avions exilé nos enfants et nos familles, dans des résidences et des universités lointaines, pour nous remplacer par des imams de quartier. Il s’arrogea même le droit de voter contre nos consignes. Et lorsque nous lui signifiâmes que la récréation était finie, il poussa l’outrecuidance à vouloir nous attaquer. Il commença par tuer nos agents, qui étaient ses propres enfants, puis il s’en prit à tous ceux qui nous défendaient. Nous lui avons montré alors, de quel bois on se chauffait. Nous l’avons débité en petites rondelles. Nous l’avons noyé dans son sang. Nous avons fait tomber sur sa tête le malheur et l’inquiétude. Jusqu’à ce qu’il demande grâce. Alors, pour bien lui montrer qui était le maître, nous lui avons fait voter une loi où il nous demandait pardon de l’avoir trucidé.

Mais malgré cela, nous sommes décidé à en finir. Basta ! Trop c’est trop ! Maintenant, il y a trop d’argent dans le jeu. On ne peut plus perdre de temps à faire semblant.
Il faut donc couper dans le vif. Nous n’allons tout de même pas sacrifier l’avenir de nos propres gosses à ces bergers.

Alors voilà ce que nous allons faire.

D’abord, pour lui montrer que sa volonté de ne pas voter n’aboutira à rien, nous allons demander à nos agents députés de refaire la Constitution. Oui, c’est vrai, on sait bien que c’est nous qui l’avons faite, mais bonh ! Elle ne fait plus l’affaire. Ce dégourdi de Bouteflika a compris qu’il nous tenait. Et comme plusieurs de nos potes ont rejoint son clan, parce qu’il leur a distribué des étrennes, des postes de diplomates pour leurs gosses et des lignes de crédit pour leurs bobonnes, il faut faire avec lui. De toute façon, il ne va pas rester bien longtemps. Donc nos agents du parlement vont approuver une loi qu’on leur a déjà préparée.
A l’avenir les mandats présidentiels seront de sept années. Et comme on ne peut pas se permettre de refaire une élection en 2009, pour ne pas courir le risque que ce peuple de bergers nous refasse le coup de l’abstention de mai 2007, nous allons prolonger le mandat de Boutef de deux années. On ne sait pas s’il va pouvoir aller jusqu’au bout, mais bonh ! De toutes façons, on va demander à nos agents du parlement de prévoir un poste de Vice président. Et bien sûr, ce sera notre brave agent Ouyahia qui l’aura, ce poste. Lui, on peut lui faire confiance. Il est de chez nous. Et lorsque Boutef avalera son bulletin de naissance, quitte à l’y aider un petit peu, nous organiserons une bonne élection comme celle de 1997. Ouyahia sera élu à 86,54%. Il faut bien ménager la vraisemblance. Un 99% serait trop gros.

Mais en tout cas, c’est fini la rigolade. Bouteflika a bien compris qu’on n’avait plus le temps et qu’on perdait de l’argent avec ces hésitations. Il faut libérer l’économie de ses contraintes bureaucratiques et faussement nationalistes. Le pétrole et le gaz sont à nous et à nos enfants. Il ne faut plus s’embarrasser de fausse pudeur. Oui, c’est vrai, nous sommes déjà actionnaires dans la plupart des compagnies présentes au Sahara, dans les grands cabinets américains qui traient Sonatrach et toutes les sociétés importantes qui activent en Algérie ; Mais nous en avons marre de nous cacher. Qu’est ce que ce complexe de culpabilité, alors que nous sommes le sel de la terre, les sauveurs de la république et même les chouchous du Bon Dieu, puisque notre baraka a permis à ce sale pays d’engranger un trésor inespéré.

Maintenant, on ne se cache plus. Nous n’avons pas à avoir honte. Voyez Chakib, par exemple ! Ce fils de famille n’a jamais caché sa nationalité américaine, ni que ses fils s’appellent Jean et Christian, ni qu’ils ont des postes de responsabilité dans un gros bureau d’études américain qui travaille avec Sonatrach, ni qu’il arrose tous ses amis avec l’agent algérien, ni qu’il agit en concertation avec nos amis américains. Voilà ce qu’il faut faire. Il faut se déculpabiliser. Après tout, on n’est pas des voleurs, non ? C’est fini les méthodes des généraux qui importent de la bière et de la semoule. Nous, on est la grande bourgeoisie. La finance de haute voltige. On va montrer nos yatches et nos jets privés. On va construire une centaine de tours à 100 étages sur la baie d’Alger, pour leur en boucher un coin, on va aménager des milliers d’hectares de parcours de golf dans la Mitidja, on va se construire des ports de plaisance, on va avoir nos puits de pétrole, on va devenir des émirs, nos gosses n’auront plus honte de ramener leurs copains et copines dans le pays de papa, nous allons avoir plein de fatmas et de yaouled, nous allons avoir nos propres Blackwater, et peut être même des petits émirats dans le sud. Peut être même allons nous pouvoir transformer ce désert en Californie, grâce à nos amis israéliens, avec plein de Casinos et de peep-show.
Mais cela ne veut pas dire que nous sommes des monstres. Nous n’oublions pas que notre peuple est musulman. Et c’est pour cela que nous allons lui construire la plus grande mosquée du monde, après la Mecque. Et nous permettrons à nos alliés du MSP et de nos agents qui ont fait un bon boulot au maquis, de devenir tous des milliardaires. On va surtout les laisser investir dans l’édition de livres qui racontent des histoires sur Job assis sur son tas d’immondices, sur Jonas dans le ventre de la baleine, sur le musc, sur la longueur de la barbe et sur ce qu’il convient de faire quand on part en voyage ou quand on entre dans les toilettes.

Bonh ! Pour ne pas trop titiller la bête, on va construire plein de cages à poules pour ces moutons, pour qu’ils puissent copuler, on va leur donner un peu d’argent, on va les islamiser un peu, pour qu’ils sachent obéir à Dieu et surtout à ceux qui les commandent. Et par la même occasion, on va graisser la patte des contestataires de service, pour qu’ils nous dénoncent un peu quand même. Faut pas trop pousser.
Mais comme on va avoir nos propres chaînes de télé et de radio, en plus de toute la presse écrite qui se comporte vraiment très bien, vraiment très très bien, ça va baigner dans l’huile. Il fallait juste oser, voyez vous ! Il ne faut plus se cacher. Pourquoi se mentir et mentir aux autres. La fausse modestie est mauvaise conseillère. Il ne faut plus avoir honte d’afficher ce qui est à soi. Et ce pays est à nous. Devant Dieu et devant les hommes. Pas ceux d’ici, bien sûr. Nous parlons des vrais hommes. Ceux de là bas !

Article en relation : L’incroyable main-mise des américains sur notre pays
Article en relation : Algérie: Une base américaine à l’insu du peuple algérien
Article en relation : Peut-on parler d’une politique des hydrocarbures en Algérie ? Par Hocine Malti
Article en relation : Les guerres de Bush pour le pétrole par Hocine Malti/Algeria-Watch
Article en relation : A la recherche de la cité de Platon


Nombre de lectures : 653
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique