Édition du
27 July 2017

Le roi Mohammed VI fustige la fermeture des frontières par l'Algérie

Logo AFP
Il y a 2 heures

FES (AFP) — Le roi Mohammed VI a fustigé mercredi la fermeture par l’Algérie de sa frontière avec le royaume depuis 1994 en dépit des appels répétés de Rabat à son voisin.

« Les différences de points de vue dans ce conflit (du Sahara occidental) ne sauraient justifier la poursuite de la fermeture des frontières », a-t-il déclaré à Fés dans on discours marquant le 9e anniversaire de son accession au trône.
MOHAMED IV Roi du Maroc
« Cette mesure unilatérale est vécue par les deux peuples comme une sanction collective incompatible avec leurs liens de fraternité historique, les exigences de leur avenir commun et les impératifs de l’intégration maghrébine », a-t-il ajouté.

Alger met comme condition à la réouverture de la frontière la résolution globale des contentieux en suspens, y compris le conflit du Sahara occidental.

La frontière terrestre entre les deux pays a été fermée en 1994 à la suite d’un attentat islamiste à Marrakech que Rabat avait imputé aux services secrets algériens.

Rabat avait alors décidé de mettre en place des visas pour les ressortissants algériens en visite au Maroc. Alger, en représailles, avait fermé ses frontières avec le Maroc. Les visas ont été supprimés par le Maroc en 2005 puis par l’Algérie en 2006, mais la frontière est restée fermée.

Le Sahara occidental est une ancienne colonie espagnole annexée par le Maroc en 1975 et dont le Front Polisario, soutenu par l’Algérie, demande l’indépendance.

Le roi a assuré que son pays entendait continuer de « prendre des initiatives en toute sincérité et d’être à l’écoute de toutes les bonnes volontés, pour rétablir des relations normales entre le Maroc et l’Algérie, et bâtir un partenariat constructif avec ce pays voisin et frère ».

« Ce vœu procède de notre attachement fidèle aux liens de bon voisinage qui unissent nos deux peuples frères », a-t-il souligné en précisant toutefois qu’il rejetait « toute tentative visant à imposer le fait accompli ou à porter atteinte à son intégrité territoriale ».

Par ailleurs, le souverain a souhaité une gestion rigoureuse des ressources hydrauliques par « un usage économique et judicieux de cette ressource naturelle précieuse » et « une gestion rationnelle » des produits énergétiques grâce à une stratégie « visant à réduire la consommation de l’énergie, sans porter atteinte à la productivité », et en veillant « à la protection et à la diversification des sources d’énergie ».


Nombre de lectures : 402
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique