Édition du
23 July 2017

Radovan Karadzic se défendra seul à La Haye

LogoLeMonde
LEMONDE.FR avec AFP et AP | 31.07.08 | 17h17 • Mis à jour le 31.07.08 | 17h43

L’ancien chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, poursuivi pour génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité, a comparu pour la première fois, jeudi 31 juillet, dans l’après-midi devant le Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie.
Karadzic La Haye

Vêtu d’un costume sombre et d’une chemise claire, les cheveux courts et plaqués en arrière, il est apparu sans avocat et a annoncé qu’il assurerait sa défense seul : « J’ai un conseiller invisible. J’ai décidé d’assurer ma défense moi-même. » Malgré l’insistance du juge Alphons Orie, soulignant qu’il avait pour cette première audience le droit à l’assistance d’un avocat commis d’office, il a répété : « J’ai renoncé à ce droit. » Selon son avocat à Belgrade, Svetozar Vujacic, son client serait prêt à engager une grève de la faim s’il n’est pas autorisé à se défendre lui-même lors de son procès.

CONTESTATION DE LA DATE DE L’ARRESTATION

Lors de cette première comparution, le juge a résumé les onze chefs d’inculpation de génocide, crimes de guerre et contre l’humanité, retenus contre l’ancien chef serbe pour son rôle dans la guerre de Bosnie (1992-1995), qui a fait plus de 100 000 morts et 2,2 millions de déplacés. A la demande du juge, il s’est identifié comme « Radovan Karadzic (…), né le 19 juin 1945 au Monténégro ». Interrogé sur son adresse au moment de son arrestation, il a répondu que c’était celle de la maison de sa femme à Pale, non loin de Sarajevo. Il a ensuite donné son « adresse non officielle », dans le quartier de Belgrade où il vivait sous l’identité du docteur Dragan Dabic, exerçant la médecine alternative.

Le juge l’a ensuite interrogé pour savoir s’il plaidait coupable ou non. Mais Radovan Karadzic a demandé, comme prévu, à utiliser le délai légal de trente jours avant de prendre sa décision. Le juge a ainsi programmé une nouvelle comparution devant la chambre le 29 août prochain. Radovan Karadzic a ensuite pris la parole pour dénoncer des « irrégularités » autour de son arrestation, et contester la date à laquelle elle a été annoncée.
L’ancien chef serbe, âgé de 63 ans, a été officiellement arrêté le 21 juillet en Serbie après plus de dix années de cavale.


Nombre de lectures : 814
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique