Édition du
30 March 2017

Un contrat signé avec Starwood : Le label «Le Méridien» pour l'hôtel de Sonatrach

quot.jpg
par Z. Mehdaoui
le-meridien.jpg
Sonatrach et la chaîne hôtelière internationale Starwood ont signé jeudi dernier, à Alger, un contrat sur la gestion de l’hôtel du centre des conventions d’Oran (CCO), dont la réalisation a été confiée en 2007, au groupe espagnol Obrascom Huarte Lain (OHL).

Le contrat a été signé par le vice-président de l’aval de la compagnie nationale M. Abdelhafidh Feghouli et le directeur chargé des acquisitions et du développement auprès de Starwood.

Cette dernière, aux termes du contrat, aura la charge de superviser et de contrôler l’hôtel pendant une période de 30 années, mais aussi assistera Sonatrach dans l’exécution du contrat de conception et de réalisation de l’hôtel qui deviendra « Le Méridien». Il faut noter que le contrat, rapporte l’APS, définit également les conditions dans lesquels la compagnie pétrolière nationale exercera durant les trois décennies le droit d’usage du label «Le Méridien». L’hôtel, actuellement en construction, coûtera, selon les prévisions, quelque 400 millions de dollars. L’édifice sera doté d’un palais des congrès, d’un palais des expositions et une autre partie sera réservée à un hôtel de haut standing. D’après les mêmes prévisions, le complexe sera réceptionné à la fin de l’année prochaine pour permettre d’organiser le 16ème congrès mondial du gaz liquéfié (GNL), qui se déroulera dans la capitale de l’ouest du pays, Oran, en avril 2010. La chaîne hôtelière Starwood , de renomée internationale, a été sélectionnée pour son expertise dans le management de ce genre d’infrastructures de haut niveau qui va répondre, note le P-DG de Sonatrach dans un message lu par son vice-président transport par canalisations (TRC), «au souci de réserver les meilleures conditions d’accueil et de séjour », notamment aux participants à la 16ème édition du congrès mondial du GNL 16.

Le complexe, une fois réalisé, offrira quelque 3.000 places au niveau du palais des congrès, 300 chambr es d’hôtels ainsi qu’un restaurant de 2.000 couverts, sans compter les annexes notamment en matière de loisirs.

Il faut rappeler que le ministre de l’Energie et des Mines, Chakib Khelil, avait insisté sur le respect des délais de réalisation lors de la signature du contrat de construction avec la société espagnole OHL. Le projet était prévu initialement à Alger mais a été déplacé à Oran à cause de problèmes d’assiette de terrain, qui n’était pas disponible dans la capitale pour la réalisation d’une infrastructure de cette envergure. Les responsables du projet ont indiqué, lors de la cérémonie de signature du contrat avec OHL, que la société espagnole a été sélectionnée en dernier lieu par une commission interministérielle sur la base de travaux d’évaluation des différentes offres. Elles étaient en tout cinq compagnies, à savoir Orascom Construction, Bouygues, le Chinois CSCEC, le Sud-coréen Keang-Nam et OHL à entrer en lice pour la construction de ce complexe. «Le projet doit être livré au plus tard le 1er janvier 2010 », avait averti le ministre de l’Energie et des Mines, qui avait souligné également qu’il suivrait personnellement l’état d’avancement des travaux pour intervenir le cas échéant en cas de difficultés. Ainsi, cela sera la deuxième fois de son histoire que l’Algérie abritera le congrès mondial du GNL, après celui organisé en 1971. Le projet de construction dans les délais du complexe à Oran est suivi de très près par les autorités pour ce qu’il représente d’intérêts mais bien évidemment de l’image de marque de notre pays sur la scène internationale. En tous les cas, en optant pour Starwood, connu déjà en Algérie pour sa gestion des hôtels Sheraton Club des pins à Alger et Sheraton Oran, les autorités algériennes semblent mettre toutes les chances de leur côté pour éviter toute mauvaise surprise comme cela avait déjà été vécu à travers certains projets dans le passé.

Commentaire de Saad Lounes:

Suite à votre article de ce jour, je vous fais trois remarques:
1/ Le contrat de construction de l’hôtel est de 400 millions d’€ et non de $. Ce qui fait 640 millions de $, soit 5,3 fois le coût du Sheraton d’Alger qui a été facturé à un coût de 120 M£ (avec un surcoût de 40 M£ par rapport au coût initial prévu de 80 M$).
Avec les surcoûts évidents que va engendrer la date-butoir de janvier 2010, ce projet ne sera pas loin du MILLIARD DE $ ??

2/ Il manque une information capitale dans votre article: QUEL EST LE MONTANT DU CONTRAT DE STRAWOOD?

Ce projet d’hôtel est une VASTE ESCROQUERIE EN PLEIN JOUR et votre incompétence du journalisme fait de vous des complices.

3/ A quelques mètres de ce chantier, des jeunes algériens se jettent à la mer comme des bêtes blessées.

Vous imaginez ce qu’on peut faire pour eux avec 640 MILLIONS DE $ ???


Nombre de lectures : 485
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique