Édition du
23 March 2017

Belkhadem veut une arabisation totale de l’Université

L’EXPRESSIONbelkh.jpgLa situation sociale, l’élection présidentielle et la révision de la Constitution n’inspirent plus le secrétaire général du FLN.

En pleine chaleur du mois d’août et dans la ville de Blida, le Front de libération nationale (FLN) a ressemblé, depuis hier, ses sections pour tenir son université d’été qui prendra fin aujourd’hui. Abdelaziz Belkhadem, le secrétaire général de l’instance exécutive du vieux parti a profité, en présence de plus de 1100 participants, pour défendre la langue arabe comme, il ne l’a jamais fait. Avec une ferveur inhabituelle, l’ex-chef de gouvernement a fait comme si un grave danger menaçait la langue nationale et officielle du pays. «Si la langue (arabe) régresse c’est toute une patrie ou une nation qui a régressé», a-t-il déclaré. Selon ses dires, la langue arabe doit être l’outil de travail dans toutes les universités. M.Belkhadem a jugé «inadmissible» l’utilisation d’autres langues dans le cursus universitaire des étudiants. Mais qu’est ce qui a poussé le premier responsable du FLN à aller dans cette voie alors qu’il y a d’autre préoccupations plus urgentes? M.Belkhedem semble succomber à la nostalgie de l’unicisme, oubliant que la réforme de l’école suppose une ouverture plus grande sur les langues étrangères.

Au moment où les grandes nations cherchent à connaître et s’approprier les éléments positifs d’autres cultures et d’autre langues, M Belkhadem voit dans le multilinguisme un danger potentiel pour les fondements de la nation. Le thème sous lequel est placé, cette rencontre à savoir «l’université et la société…évolution et perspectives» est loin de correspondre aux préoccupations de l’heure. Cette critique est d’autant plus justifiée quant on sait que depuis quatre ans, le FLN ressasse le slogan de révision de la Constitution pendant que le secrétaire général de ce même parti s’est fait défenseur de cette révision. A quelques mois de l’élection présidentielle, M.Belkhadem fait l’impasse sur une question que son parti a prônée et défendue au point d’en faire une ligne de démarcation au sein de l’Alliance présidentielle. L’université d’été du FLN n’a eu lieu que pour marquer l’événement et fuir la réalité du terrain. Les discours du secrétaire général du FLN auront certainement déçu le président de la commission permanente chargée de préparer l’université d’été, Abderrahmane Belayat. Rappelons que ce dernier, a soutenu, il y a trois jours, que M.Belkhadem se prononcera sur l’actualité brûlante qui guette le pays (élection présidentielle, révision de la Constitution), dans «un discours d’orientation éminemment politique». Il n’en a rien été fait! Il est loin des questions d’actualité.
Pour revenir à l’université d’été qui prend fin aujourd’hui, un riche programme a été élaboré sur beaucoup de conférences thématiques liées à l’université. Plusieurs universitaires se sont relayés. Durant ces deux jours, les professeurs ont débattu plusieurs thèmes. On peut cirer à titre d’exemple l’enseignement et la recherche dans les sciences médicales, l’expérience du système LMD et des expériences connues dans d’autres pays du monde. Sur ce dernier point, le président de la commission de l’université d’été a regretté qu’une communication sur l’Université chinoise n’aurait pas lieu «pour raison d’agenda».


Nombre de lectures : 480
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique