Édition du
20 July 2017

Accusé de génocide, crimes de guerre et crimes contre l'humanité

Logo AFP
Radovan Karadzic demande l’annulation de son procès – Ex-Yougoslavie

LA HAYE (AFP) — L’ancien chef politique des Serbes de Bosnie Radovan Karadzic a demandé au Tribunal pénal international (TPI) pour l’ex-Yougoslavie d’annuler son procès, évoquant des menaces contre lui et des erreurs de procédure, dans une requête rendue publique mardi.
radovan Karadzic
« Violations des procédures (…) non respect de mes droits (…) possibilité de liquidation judicaire (…) il faut que ces questions soient éclaircies avant la poursuite des procédures contre moi », dit l’accusé, qui clôture sa requête en demandant « l’annulation de mon procès pour ces raisons ».

Dans une précédente requête et lors de sa comparution initiale, Radovan Karadzic avait déjà évoqué un accord qu’il aurait passé avec les Etats-Unis, lui promettant qu’il ne serait pas poursuivi s’il disparaissait de la vie publique.

Selon M. Karadzic, son arrestation entraîne de facto le non respect de l’accord présumé passé avec le négociateur et diplomate américain Richard Holbrooke, ce qui implique qu’il pourrait être victime de tentatives de le liquider.

Dans sa requête rendue publique mardi, il admet que sa liquidation physique par l’OTAN dans le centre de détention du TPI est peu probable, ses pays membres trouveront « plus élégant » de le « liquider judiciairement ».

Il promet aussi de prouver, « si je suis autorisé sans encombres à recevoir des éléments de preuve de mes conseillers juridiques », que les pays de l’OTAN ont la ferme intention de le liquider.

Radovan Karadzic affirme qu’il y a un « risque de liquidation, conséquence du non respect des Etats-Unis de leurs engagements », il poursuit en estimant qu’il est « diabolisé » sans pouvoir se défendre et qu’il est victime de tentatives « d’intimidation ».

Radovan Karadzic, 63 ans, est inculpé pour onze chefs de génocide, crimes de guerre et crimes contre l’humanité. Il est entre autres accusé du massacre de Srebrenica qui a fait près de 8.000 victimes parmi la population masculine musulmane de la ville.

Il a été transféré au centre de détention du TPI à La Haye le 30 juillet, 13 ans après son inculpation.

Lors de sa comparution initiale le lendemain, il avait demandé d’utiliser le délai légal de 30 jours pour annoncer s’il plaide coupable ou non. Cette deuxième audience aura lieu le 29 août.

Lors de sa première comparution, il avait annoncé qu’il se défendra seul, et dans une requête, il avait demandé au TPI de faire témoigner M. Holbrooke sur l’accord qu’ils auraient conclu.

Il a également demandé que l’ancienne secrétaire d’Etat américaine Madeleine Albright, l’ancien diplomate William Stuebner et le procureur du TPI lors de la signature des accords de Dayton (novembre 1995), Richard Goldstone, soient appelés à témoigner de cet accord présumé.

L’ancien président yougoslave Slobodan Milosevic, mort avant la fin de son procès en mars 2006, avait également demandé le témoignage de personnalités comme Bill Clinton, Jacques Chirac et Tony Blair, mais les juges avaient refusé de délivrer une assignation à comparaître.

M. Holbrooke a confirmé qu’il avait négocié le départ de Karadzic au moment de la signature des accords de Dayton, qui ont mis fin à la guerre de Bosnie ayant fait 100.000 morts et 2,2 millions de blessés entre 1992 et 1995, mais il a qualifié de « complètement fausse » la « désinformation » selon laquelle « nous ne le poursuivrions pas ».


Nombre de lectures : 528
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique