Édition du
27 July 2017

PRÉSIDENTIELLE Des «comités de soutien mort-nés» pour Bouteflika

Logo Nouvelle République

Bouteflika

«Commission nationale de soutien à la révision de la Constitution et revendication d’un troisième mandat et d’un régime présidentiel». Ce long «paragraphe» est la dénomination officielle d’un comité de soutien à Bouteflika !

Kamel Amarni – Alger (Le Soir) – Bien sûr, agréée alors que le ministère de l’Intérieur bloque des centaines de dossiers de demande d’autorisation de constitution d’associations, cette étrange organisation en est déjà au stade des dissidences ! A travers une pile de documents, transmis hier à notre rédaction, nous avons ainsi appris que, d’abord, le président de cette commission a démissionné, qu’ensuite, les «membres fondateurs» se sont réunis au siège d’un journal dénommé El izza oual karama, dont le siège est à Sidi-Bel- Abbès. Et, qu’enfin, ces «membres dissidents», qui ont nommé un vice-président et un porte-parole, contestent une rencontre devant se tenir, aujourd’hui même à Biskra, au nom de ce même comité. L’équipe de Sidi-Bel- Abbès accuse celle de Biskra d’être «des imposteurs et des régionalistes». Cet épisode offre une parfaite caricature de la situation politique actuelle. A sept mois d’une échéance capitale, l’élection présidentielle, le président sortant, que la Constitution devrait théoriquement écarter du pouvoir dès avril 2009, dispose de «comités de soutien » qui s’entre-déchirent, alors même qu’aucun candidat concurrent n’est là ! Des «comités de soutien» en fait non pas à un candidat mais à un… «changement de régime de gouvernance» afin de permettre à l’actuel président de demeurer au pouvoir ! Bouteflika, qui changera la Constitution, qui se présentera à sa propre succession et qui dispose déjà de tous les partis et des organisations du pouvoir, avait-il besoin de parasiter davantage la scène politique avec ce genre de «comités» qui reviennent tout de même assez cher au contribuable ?
K. A.


Nombre de lectures : 673
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique