Édition du
28 March 2017

Zlabia viande hâchée

elwatanlogo.gifChawki Amari

La faim a ceci de particulier qu’au bout d’un moment, on est gagnés par le délire. On se met à rêver de n’importe quoi, de couscous mayonnaise, de zlabia à la viande hachée ou de garantita en sauce. La deuxième étape est l’absence de faim. On a tellement faim qu’on n’a plus faim, l’estomac s’étant endormi lui aussi. La troisième étape est une douleur à l’estomac. Cette étape induit parfois une résolution, celle de ne plus avoir jamais faim de sa vie. Prenons un exemple concret. Un homme a faim, un peu. Par des alliances pyramidales et soumissions bien réfléchies, il est nommé chef de daïra dans une région qui ne lui a rien demandé. Au bout d’un moment, il commence à avoir vraiment faim et se met à rêver de terrains, d’appartements et de voitures. Ce qu’il obtient généralement assez rapidement, sur le mode « le croyant commence par lui-même ». La deuxième étape, comme expliqué plus haut, est l’absence de faim. Le chef de daïra a tout ce qu’il veut, il somnole dans les fauteuils douillets de l’Etat, sans aucun sens des responsabilités. La troisième étape, la douleur au ventre, fait que le chef de daïra ne veut plus avoir faim. Et c’est là que les problèmes commencent. Il veut être wali, ministre, conseiller ou frère de Président pour ne plus avoir faim, et le devient. Il veut tout et commence à faire n’importe quoi, collectionner des appartements et des maîtresses, des registres de commerce et des 4X4. Il ne s’arrête plus, fait des affaires avec tout le monde, importe des containers de strings avec son beau-frère, monte des boîtes de sécurité avec sa mère et des coopératives agricoles avec son âne. Qu’est-ce qu’un corrompu sinon quelqu’un qui a eu très faim un jour ? Ouyahia le sait, mais s’il voulait vraiment lutter contre la corruption, il devrait donner un bon repas (gratuit) avant chaque nomination à un poste de responsabilité. Pour tester.

Par Chawki Amari


Nombre de lectures : 313
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique