Édition du
23 July 2017

Un avocat des droits de l'homme cible de l'Algérie

Logo Rue 89
Tribune des Droits Humains
Par Carole Vann et Juan Gasparini | Tribune des droits humains | 09/09/2008 | 11H37

(De Genève) – Depuis quatre ans, l’ONG Alkarama dépose des milliers de plaintes auprès de l’ONU contre les États arabes pour violation des droits humains. La diplomatie algérienne s’attaque régulièrement à l’un de ses membres, réfugié en Suisse.

Basée à Genève, cette ONG, créée par d’anciens prisonniers politiques des pays arabes, utilise les voies offertes par les traités internationaux pour dénoncer les violations des droits de l’homme dans l’ensemble du monde arabo-musulman. En quatre ans, Alkarama (l’honneur) a déposé des milliers de plaintes auprès des organes ad hoc du Conseil des droits de l’homme de l’ONU. Et ce au nom de victimes des États d’Arabie saoudite, de Bahreïn, de Syrie, de Libye, du Maroc, d’Algérie, de Tunisie, etc.

En conséquence, ces gouvernements voient d’un œil toujours plus mauvais l’émergence de ce « nouveau justicier » qui fait preuve d’une rigueur difficilement contestable. Une force qui explique sans doute l’offensive actuelle du gouvernement algérien contre l’une des chevilles ouvrières de l’association.

Ainsi, le 22 août dernier, lors d’une réunion préparatoire de l’actuelle session du Conseil des droits l’homme (8-26 septembre), l’ambassadeur algérien Idriss Jazaïry, s’en est pris, sans le nommer, à Rachid Mesli, ancien prisonnier politique, réfugié en Suisse depuis 2000.

Le diplomate a déploré qu’un membre d’une ONG « faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international pour appartenance à un groupe terroriste armé » puisse prendre la parole devant le Conseil des droits de l’homme.

Nombreuses violations en Algérie

L’ambassadeur se référait à la session de juin dernier. En effet, Rachid Mesli y dénonçait, en tant que représentant de la Commission arabe des droits humains, les nombreuses violations commises en Algérie. Ce militant et avocat de longue date a lui-même connu la disparition forcée, la torture et a séjourné près de quatre ans dans les geôles algériennes.

A sa libération fin 1999, il obtient l’asile politique en Suisse et y poursuit son action d’avocat des droits de l’homme. Il a ainsi soumis auprès de l’ONU des centaines de dossiers de victimes algériennes. L’air nonchalant, Rachid Mesli nous reçoit dans le bureau de Alkarama situé à Genève non loin du siège européen des Nations unies :

« J’ai toujours gêné les autorités de mon pays en m’occupant des prisonniers politiques. Ce qui les a rendus fous, c’est lorsque j’ai soumis en 2001 les dossiers de Abbassi Madani et Ali Belhadj au Groupe de travail sur les détentions arbitraires qui a reconnu que les deux leaders du FIS (Front islamique du salut) étaient détenus suite à un procès inéquitable. L’année dernière, le Comité des droits de l’homme a également condamné l’Algérie pour ces mêmes cas. »

Mandat d’arrêt international

L’avocat poursuit :

« J’ai alors été condamné à vingt ans d’emprisonnement par contumace en Algérie. Ils ont demandé à Interpol de lancer un mandat d’arrêt international. On m’accusait de constitution d’un groupe terroriste armé actif en Suisse. »

Atteint par téléphone, l’ambassadeur Idriss Jazairy n’a rien voulu ajouter à sa déclaration du 22 août. Même discrétion de l’Office fédéral de la justice à Berne lorsque nous avons demandé à son porte-parole si Interpol avait contacté les autorités helvétiques à propos de Rachid Mesli. De son côté, Jean-Philippe Jutzi, porte-parole du DFAE (Ministère suisse des affaires étrangères), précise :

« Les activités de monsieur Mesli et celles de l’ONG Alkarama pour laquelle il travaille ne posent pas de problème entre la Suisse et l’Algérie. Alkarama est une organisation dont les compétences sont reconnues auprès des organisations internationales et onusiennes actives dans le domaine de la défense des droits humains. »

De son coté, Rachid Mesli soutient :

« En réalité, c’est Alkarama que l’Algérie et les autres pays arabes cherchent à atteindre. Ils veulent empêcher que notre organisation soit accréditée et officiellement reconnue par l’ONU. »

Une ONG peu connue

Malgré son activisme, l’ONG Alkarama reste peu connue dans la Genève internationale. Sous couvert d’anonymat, un militant d’une importante ONG occidentale raconte :

« On en a soudainement entendu parler lors du passage en Suisse en juin dernier du soudanais Sami Mohieldin El Haj, de la chaîne arabe Al-Jazeera. Un journaliste qui sortait de sept ans d’emprisonnement à Guantanamo »

Financée par des fonds privés, Alkarama a des bureaux à Londres (Royaume-Uni), Beyrouth (Liban), Doha (Qatar), Sanaa (Yémen), ainsi qu’un réseau de militants dans tous les pays arabes. Le président de l’ONG, Abdurahmane Al Nuaimy, est l’un des rares opposants politique du Qatar.

Le militant s’interroge sur les moyens et les tendances politiques d’Alkarama et se demande s’il s’agit d’une organisation islamiste qui utilise les outils juridiques pour s’imposer en Occident. Avant d’ajouter : « Nous avons été impressionnés par la rigueur professionnelle et l’ampleur des connexions de cette ONG. »

Autre son de cloche avec Philippe Grant, le fondateur de TRIAL (Track Impunity Always) :

« Je connais peu Alkarama. En revanche, je connais de longue date Rachid Mesli. C’est un avocat sérieux, engagé, perspicace et clairement démocrate. Rachid est le poil à gratter des Algériens. Il en faudrait plus comme lui dans le monde arabe ».

En partenariat avec : Tribune de Droits Humains

Corrigé le 9/9/2009 à 16h15, suite à la remarque d’un lecteur arabophone, Al Karama signifiant \ »dignité\ » et non \ »honneur\ ».

Liens :
1. SITUATION DES DROITS HUMAINS EN ALGÉRIE :
Lire le rapport Al Karama for Human Rights / Haut commissariat aux droits de l’homme des Nations Unies du 4 avril 2008, Algérie : La torture reste une pratique courante (Cliquer )

2. Le site Alkarama pour les Droits de l’Homme : http://fr.alkarama.org/
3. Tribune des Droits Humains


Nombre de lectures : 614
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique