Édition du
25 July 2017

Béchir/CPI/Saisine du Conseil de sécurité : précisions algériennes

logo afp
lemondefr_pet.gif
18.09.08 | 15h00
Mourad Medelci
Les concertations algéro-soudanaises mardi soir à Alger ont porté sur l’initiative de l’Union africaine (UA) de demander la saisine du Conseil de sécurité en vue de geler la procédure engagée auprès de la Cour pénale internationale (CPI) contre le président soudanais, a précisé jeudi une source officielle algérienne.

« A aucun moment Mourad Medelci (ministre des Affaires étrangères algérien) n’a déclaré envisager que l’Algérie saisisse le Conseil de sécurité de l’ONU. Ni l’Algérie, ni le Soudan ne sont d’ailleurs membres de ce Conseil », a déclaré à l’AFP le directeur de la communication du ministère, Mehdi Nedjib.

Dans sa déclaration à la radio nationale, M. Medelci avait déclaré que les concertations entre les deux pays, ouvertes « depuis plusieurs mois », « vont vers deux directions, dont la saisine du Conseil de sécurité en vertu de l’article 16 du statut de la CPI, qui prévoit une procédure de gel de ce que nous appelons aujourd’hui une initiative très malheureuse du procureur de la CPI ».

Les médias, dont l’AFP, avaient interprété cette déclaration comme une possibilité pour l’Algérie et le Soudan d’envisager la saisine du Conseil de sécurité.

« Jamais M. Medelci n’a dit ça », a insisté M. Nedjib.

Ces consultations entre le chef de la diplomatie algérienne et Djallel Youcef El Dakkir, ministre de l’Industrie et émissaire spécial du président soudanais Omar el-Béchir, ont porté sur « l’initiative envisagée par le Conseil pour la paix et la sécurité de l’UA de saisir le Conseil de sécurité en vertu de l’article 16 du statut de la CPI qui prévoit une procédure de gel de l’initiative du procureur de la CPI », a précisé M. Nedjib.
Cour pénale internationale
Le procureur de la CPI, Luis Moreno-Ocampo, avait demandé en juillet aux juges de la Cour d’émettre un mandat d’arrêt contre le président soudanais pour génocide au Darfour, province de l’ouest du Soudan en proie à la guerre civile depuis 2003, accusation rejetée par Khartoum.

Le 8 septembre, le chef de l’Etat tanzanien Jakaya Kikwete avait annoncé que l’UA, dont il est le président en exercice, allait demander à l’ONU de différer de possibles poursuites contre le président Omar el-Béchir.
LUIS MORENO OCAMPO

« Les concertations entre MM. Medelci et El Dakkir ont également porté sur l’initiative de la Ligue arabe, amorcée à l’occasion de son dernier Conseil des ministres, d’engager des conférences sur le conflit au Darfour », a ajouté M. Nedjib.

Photo 1 : M. Mourad Medelci
Photo 2 : M. Luis Moreno Ocampo Procureur de la Cour Pénale Internationale (CPI)

Sur le même thème :
Par Hocine Malti :
LES GUERRES DE BUSH POUR LE PETROLE (SUITE): LE DARFOUR GENOCIDE OU PETROLE ?

1. Béchir/CPI: la saisine du Conseil de sécurité envisagée (Algérie)
2. Collectif des Familles des Disparu(e)s en Algérie
3. Article en relation : Lire le rapport Al Karama for Human Rights/Haut commissariat aux droits de l’homme des Nations Unies du 4 avril 2008, Algérie : La torture reste une pratique courante
4. QUI TUE QUI EST UNE VRAIE QUESTION.
Site d’Armand Veilleux
5. Article en relation : L’homme qui voulait pardonner mais ne savait pas qui
6. Voir l’article sur le quotidien Ouest-France
7. Retrospective d’un article d’Armand Veilleux sur la Raison d’Etat
7. Les moines en algérie tués par les militaires


Nombre de lectures : 514
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique