Édition du
27 July 2017

Les urnes ou les armes !

Header LQA1

SEDDIKI Kamel
Seddiki Kamel

Certains affirment que les régimes en place dans les pays arabes et les Islamistes vivent en parfaite synergie… Ces régimes font miroiter les dangers de l’Islamisme pour justifier toutes les restrictions démocratiques et les Islamistes s’appuient eux, sur ces mêmes restrictions, pour narguer le régime en place !

Tous les partis politiques islamistes qui présentent un programme politique selon la loi islamique, deviennent très vite populaires ! Et, c’est dans les mosquées que ces partis, pour la plupart, ont trouvé leur terrain de prédilection…
Ils ont ainsi gagné en crédibilité en se distinguant radicalement des gouvernements répressifs et corrompus…

Pourrait-on à la fois défendre la démocratie et exclure en même temps les islamistes de toute participation politique pacifique ? La réponse est oui, si on regarde de près le peu de considération que la communauté internationale (USA et Union Européenne) accordent à ces derniers qui ne sont pas en conformité absolue avec les préceptes des graines de la liberté [1] selon la vision américaine !

En juin 96, le RAFEH qui dirigeait le gouvernement turc, s’est fait virer en mai 97.

Les partis Islamistes en Egypte, en Jordanie, au Soudan et ailleurs n’ont pas eu le succès escompté ! En changeant le fusil d’épaule, le parti AKP, à majorité islamique modérée, arrive le 3 novembre 2002, à conquérir les 2/3 du Parlement turc !

Quand les partis islamistes se voient refuser l’accès aux urnes, leur cause prend de l’ampleur dans la légitimité populaire et débouche parfois sur la politique du pire…
Le Hamas chez les Palestiniens, la coalition chiite en Irak, le FIS en Algérie…

L’Union européenne offre son aide à plusieurs pays arabes en contrepartie de réformes visant à faire progresser la démocratie du sur mesure !
Le crédit apporté ainsi à l’islam démocratique par la faction parlementaire au Maroc, le Parti pour la justice et le développement (AKP) en Turquie, les frères musulmans en Egypte, témoigne d’une maturité politique, en ligne droite des accords de Barcelone de 1995 !
Aujourd’hui, cette vision d’une autre époque, fait feu de tout bois !

Le peuple palestinien est prisonnier de ses choix politiques ! Il peut mourir de faim…
Personne ne bougera le petit doigt pour lui ! Ce sera une leçon pour lui !

Cela, lui apprendra à voter pour les islamistes…

Tous les dirigeants des pays arabes continuent de s’aplatir devant le dictat américain et font le mort ! Avril 2006, le porte parole de la maison blanche se demande comment, Qatar un minuscule petit pays arabe, peut-il accorder 50 millions de dollars aux palestiniens ! (Ironie du sort, c’est la mise à prix que les USA, offrent pour la tête de Ben Laden !)

Et, se demande d’où peut bien venir cet argent !

Et, encore ce n’étaient que des promesses de fonds intervenues quelques jours après que les Etats-Unis et l’Union européenne eurent suspendu leur aide à l’Autorité palestinienne.

Amnésie quand tu nous tiens !

Le Qatar avait débloqué après le passage de « Katrina », 100 millions de dollars alors que le Koweit avoisinait la coquette somme de 500 millions de dollars !

Pourquoi personne ne s’est offusqué de ce geste humain, oh combien symbolique !

On ne prête qu’aux riches…

Kamel Seddiki
21 septembre 2008

[1] « Les graines de la liberté ne poussent pas seulement là où elles sont semées ; emportées par des vents puissants, elles traversent les frontières, les océans et les continents pour prendre racine dans d’autres terres lointaines. » (G.W.Bush)
White House news release, Bratislava, Slovakia, Feb. 24, 2005.

*************
Saha F’tour Koum

Du même auteur :
Commémoration du 48e anniversaire du GPRA
CRONOS
ZUGZWANG


Nombre de lectures : 537
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique