Édition du
21 July 2017

Point Zero : Couscous froid

elwatanlogo.gif
Par Chawki Amari

Madame Klouf en a marre, elle se situe spatio-temporellement au bord de l’émeute. Madame Klouf jure qu’elle va se suicider en mer en se pendant à une barque trouée ou en se tirant un poisson bleu dans la tête. Car tous les jours, Madame Klouf prépare le couscous pour la grande fête de la Ouhda thalita, avec viande locale, zbib et semoule d’importation et légumes frais du PNDA.

Tous les jours on lui dit « attends, ce n’est pas encore le moment, tu vas tout gâcher, sois patiente ». Alors, Madame Klouf s’endort sur des images froides de fête faussement joyeuse, de bendir et de tbablas de circonstance, et le lendemain, Madame Klouf réchauffe son couscous. Le soir, ne voyant rien venir, elle s’impatiente et demande, on lui dit encore « non, pas maintenant, faut pas se presser, chaque chose en son temps. » Mais c’est quand ? Madame Klouf n’a pas la notion du temps mais du service. Madame Klouf n’a pas d’illusions mais un programme. Madame Klouf n’a rien à dire mais aimerait bien qu’on lui dise.

Le dernier en date, Ahmed Ouyahia, grand ordonnateur de méchouis, vient d’expliquer qu’incessamment sous peu, plus tôt que prévu, bientôt, très prochainement, la révision de la Constitution va être lancée comme Alsat 3. Oui, mais quand ? Ahmed Ouyahia le sait-il vraiment ou est-il comme le reste de la population, accroché aux humeurs variables de son président, qui change d’avis comme de chef de gouvernement ? Déjà l’ancien, Abdelaziz Belkhadem, le chanteur de medh des maisons de la culture, avait dit bientôt, pas de panique, c’est pour les jours qui viennent. Oui, mais quand ? Madame Klouf le sait, elle qui a passé toute sa vie derrière ses fourneaux à faire à manger pour des hommes et des sales gosses ingrats qui ne pensent qu’à manger sans s’être jamais demandés comment on fait à manger. Madame Klouf le sait très bien, le couscous réchauffé c’est pas bon.

Par Chawki Amari


Nombre de lectures : 501
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique