Édition du
30 March 2017

Affaire Mecili : examen le 14 octobre de l'appel de la mise en examen de Mohamed Ziane Hasseni

logo afp

La cour d’appel de Paris a mis en délibéré au 14 octobre l’appel de la mise en examen de Mohammed Ziane Hasseni, diplomate algérien soupçonné d’avoir commandité l’assassinat de l’opposant Ali Mecili en 1987 à Paris, a annoncé vendredi l’avocat de la famille Mecili, Me Antoine Comte. M. Hasseni, interpellé le 14 août à Marseille, avait été mis en examen le lendemain à Paris pour « complicité d’assassinat » et placé sous contrôle judiciaire. Ce responsable du protocole au ministère algérien des Affaires étrangères, qui affirme être victime d’une homonymie, avait alors fait appel pour annuler cette mise en examen et le contrôle judiciaire. Le parquet général a lui aussi requis l’annulation des poursuites.

La chambre de l’instruction de la cour d’appel de Paris « a mis en délibéré sa décision au 14 octobre », a déclaré à la presse Me Comte à l’issue de l’audience qui s’est déroulée à huis clos. « Je suis un peu étonné car M. Hasseni avait la possibilité le 1er septembre, lors de son audition par le juge d’instruction Baudouin Thouvenot de se soumettre à un certain nombre d’expertises que le magistrat lui a demandées (expertises graphologiques, test ADN, ndlr) et on aurait pu trancher cette question selon laquelle il n’est pas la bonne personne », a relevé Me Comte. Selon lui, l’attitude de M. Hasseni « justifie qu’il se soumette aux expertises que le juge a demandées ».

L’avocat de M. Hasseni, Me Khalid Lasbeur, n’a pas souhaité faire de commentaire à l’issue de l’audience. La veuve de M. Mecili, Annie Mecili, a exprimé sa volonté de voir l’instruction se poursuivre et « la justice passer ». « C’est un sentiment étrange car pendant vingt ans, on fantasme et là, je me suis retrouvée face à lui », a-t-elle commenté.

AFP


Nombre de lectures : 307
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique