Édition du
24 July 2017

Le procès en appel le 8 octobre 2008 d'Amine Sidhoum Abderrahmane

Amine Sidhoum - Avocat DZ
ALGERIA WATCH

Résolution

Conseil de l’Ordre du barreaux de paris

M.Vincent Nioré, MCO, a rappelé au conseil les inquiétudes qu’inspirait la situation de notre confrère algérien Amine Sidhoum Abderrahman. Le conseil de l’Ordre a, à l’unanimité, adopté la résolution suivante :

« Plusieurs organisations non gouvernementales ont dénoncé le harcèlement dont est victime un avocat algérien, M. Amine Sidhoum Abderrahman. Ce harcèlement s’inscrit dans un contexte d’intimidation auquel, disent elles, sont systématiquement confrontés les avocats algériens défenseurs des familles de disparus.

Le conseil de l’Ordre des avocats de Paris exprime sa plus vive préoccupation en raison du harcèlement judiciaire exercé par les autorités algériennes à l’encontre de M. Amine Sidhoum Abderrahman, avocat au barreau d’Alger, défenseur des droits de l’Homme et membre de l’Association « SOS disparus ».

Le conseil de l’ordre déplore que M. Amine Sidhoum Abderrahman ait été condamné à 6 mois d’emprisonnement avec sursis pour diffamation par le tribunal de Sidi M’Ahmed d’Alger, alors qu’il n’avait fait qu’exercer son métier d’avocat.

Le conseil de l’Ordre manifeste son soutien à Amine Sidhoum Abderrahman à l’occasion de son procès en appel le 8 octobre 2008 devant la cour d’appel d’Alger pour lequel il mandate l’un de ses membres afin d’y remplir une mission d’observation judiciaire. Le conseil de l’Ordre demande solennellement aux autorités algériennes :

de garantir sans délai et en toutes circonstances tant l’intégrité physique et psychologique que la sécurité de Maître Amine Sidhoum Abderrahman;

de faire cesser, d’une manière générale, toutes mesures d’intimidation exercées à l’encontre des avocats algériens».


Nombre de lectures : 458
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique