Édition du
30 March 2017

Agroalimentaire en 2007 : Les exportations n’ont rapporté que 100 millions de dollars

Logo le Carrefour d

Le secteur de l’agriculture algérienne n’exporte que l’équivalent de 300 millions de dollars de produits agricoles, en dépit des énormes potentialités, dont dispose le pays en matière d’agrumes et de primeurs, ce qui fait que les exportateurs rencontrent des difficultés. L’agroalimentaire se trouve ainsi dans une situation difficile où, les entreprises sont contraintes d’être compétitives, au risque de disparaître, en raison de la forte concurrence des sociétés étrangères. Des experts estiment que «l’économie agricole nationale, se caractérise par une grande dépendance à l’égard des importations ». Ils qualifient cette dépendance de quasi absolue. Pour certains observateurs, l’offre agricole en denrées alimentaires de base connaît un énorme retard, alors que la distribution est très loin des normes internationales. Cette situation de dépendance chronique confère un caractère introverti au secteur agroalimentaire, où les exportations sont presque nulles. L’on n’a enregistré qu’environ 100 millions de dollars en 2007, ce qui laisse la balance commerciale déficitaire.

Aussi, le système agroalimentaire algérien, a grandement besoin de matières premières et d’inputs provenant de l’étranger, sans compter le transfert de technologie et de savoir-faire, ainsi que les biens d’équipement, pour le fonctionnement des entreprises du secteur. L’Algérie débourse plus 6 de milliards de dollars chaque année, pour la facture alimentaire, dont 2 milliards pour la poudre de lait. A l’horizon 2011, le montant des importations pourrait atteindre les 16 milliards de dollars.

Le secteur agroalimentaire s’est, cependant, enrichi de 30 entreprises ces dernières années, mais il n’arrive toujours pas à assurer l’autosuffisance alimentaire, sachant que la démographie est galopante en Algérie. En dépit des énormes potentialités, dont dispose le pays en matière d’agrumes et de primeurs, les exportateurs rencontrent des difficultés, bien qu’ils bénéficient de facilités sur le plan du financement des participations aux foires et salons internationaux. Il faut savoir, en effet, que le Fonds Spécial de Promotion des Exportations (FSPE) offre aux opérateurs économiques algériens des avantages allant jusqu’à la couverture de 50 % des frais de transport et de séjour à l’étranger. Les Algériens sont les plus gros consommateurs de lait, dans le monde arabe, le pays important en effet, quelque 2.200 millions de litres de lait par an.

Le secteur de l’agriculture demeure, donc, fortement lié à l’agroalimentaire, et la coopération internationale est nécessaire pour leur développement, ce qui nécessite l’apport des investisseurs étrangers, qui sont disposés à monter des affaires en Algérie, pourvu qu’on leur propose des avantages attractifs.


Nombre de lectures : 408
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique