Édition du
30 March 2017

Le père Noël n’apportera pas son train électrique à Mohamed VI

logo-Bakchich45
Escapade / mercredi 8 octobre par Émile Borne

Le projet de TGV marocain est mal engagé. Trop cher ! La SNCF vient de rapatrier de Rabat tous les ingénieurs qui travaillaient sur le projet.
jpg_TGV_Maroc-c93be
En octobre 2007, pour sa première visite officielle de chef d’Etat, Sarko arrachait de Mohammed VI un accord de gré à gré, à la barbe notamment des Espagnols que le marché intéressait : la France, avec ses entreprises fleurons – comme Alstom, boîte chouchou de Sarko – aura l’honneur de construire et d’équiper la première ligne de TGV d’Afrique, entre Kenitra et Tanger ( à 320 km/h ) pour commencer.

Pour emporter le morceau, la France a accepté de mettre du beurre dans les épinards marocains : elle paiera à hauteur de 75 millions d’euros les études d’ingénierie et promet un effort pour financer le gros des travaux.

Les ingénieurs ont la facture un peu lourde

Mais voilà, les ingénieurs du groupe SNCF chargés d’établir un premier devis ont visiblement eu la main un peu lourde. La facture dépasse ce qu’imaginait l’acheteur. Si l’on se fonde sur une moyenne d’environ 10 millions d’euros le kilomètre, elle pourrait avoisiner les 2 milliards d’euros pour les 200 kilomètres de Kenitra Tanger. L’affront, le régime marocain l’a subi en comprenant qu’il aurait à régler la majeure partie de la douloureuse. Comme si après avoir préféré acheter des F16 américains d’occasion plutôt que des Rafale à Dassault, le bon roi Mohamed VI pensait que la France allait lui offrir son train électrique…

Sur place, un diplomate français assure que tout va bien, que la SNCF et son homologue marocaine l’ONCF n’ont pas rompu le contact, tout comme les représentants des deux gouvernements qui parlementent autour « du niveau de prestation ».

La certitude, c’est que les grandioses rêves ferroviaires de M6 en ont pris un sacré coup ces derniers temps. La ligne Tanger-Casablanca (Kenitra) ne constitue en fait qu’une petite pièce d’un projet plus fou : celui d’arrimer le Maroc à la riche Europe par l’intermédiaire d’un tunnel ferroviaire taillé pour les TGV et passant sous le détroit de Gibraltar. Un vieux serpent de mer auquel le Maroc et l’Espagne ont tenté de redonner consistance en 2006. Las, fin septembre, le quotidien espagnol El Pais a révélé le verdict peu réjouissant de récentes études. Creuser sous la Méditerranée est une autre paire de Manche que d’avancer dans la craie entre la France et la Manche. Avant de dire si cet ouvrage à plusieurs milliards d’euros est techniquement faisable, l’étude préconise d’abord de percer un tunnel de reconnaissance. Coût estimé : entre 900 millions et 1 milliard d’euros…

Quand le Maroc s’allie avec le diable espagnol

Le Maroc a en tous cas trouvé en l’Espagne un allié pour tenter d’impliquer l’Union européenne. Le 13 octobre, le gouvernement de Zapatero a prévu de se rendre à un conseil des ministres consacré aux affaires étrangères à Luxembourg avec deux membres du gouvernement marocain, dont Karim Ghallab, chargé des infrastructures. But de la manœuvre dont l’initiative n’a visiblement pas été partagée avec la cellule qui s’occupe à l’Elysée de l’Union pour la Méditerranée : obtenir un soutien – dans un premier temps institutionnel, financier ensuite si affinités – de l’Europe au projet de tunnel sous Gibraltar. Aux dernières nouvelles, malgré la crise financière, l’intervention était toujours prévue. « Le gouvernement espagnol va peut-être se ridiculiser, estime un observateur madrilène. En tous cas pour faire face à la terrible crise du BTP, il a prévu une vigoureuse relance des projets d’infrastructure ».

Quoiqu’il en soit, les Marocains seront sans doute heureux d’apprendre que les milliards que le régime de Mohamed VI veut dépenser dans le rail s’adressent surtout aux nantis, aux business man et aux touristes, clientèle visée par le TGV. Pour convaincre les 27, le régime a tenu à glisser dans le dossier la carte d’un réseau à grande vitesse rêvé. Avec un tunnel, les villes espagnoles et marocaines ne seraient qu’à quelques heures de TGV. Même un proche du dossier souligne « l’aberration économique du projet de grande vitesse ferroviaire marocaine. Etant donné que le niveau de vie privera le gros de la population de l’accès à un TGV, on voit mal comment la seule clientèle des riches et des touristes arrivera à rentabiliser le premier tronçon Tanger Kenitra ». Au risque de jeter de l’huile sur le feu, un observateur espagnol estime que l’Algérie s’y prend mieux en modernisant le réseau ferroviaire existant pour porter sa vitesse à 200 km/h.

Pas très prestigieux c’est vrai, mais plus efficace.

Photo : A quoi ça sert que Fillon se décarcasse ?
© Khalid


Nombre de lectures : 424
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique