Édition du
28 March 2017

Le Combat admirable de Annie Mecili

Header LQA1

Chère sœur Anne Mecili
Tous les Algériens vous le diront, nous considérons comme nos sœurs les femmes que nous respectons, ou que nous admirons, et dans votre cas, nous vous respectons et nous vous admirons. C’est un statut privilégié, chez nous, que d’être notre sœur, contrairement aux clichés récurrents de la sœur souffre douleur, de la sœur objet domestique. Dans ma famille, la soeur aînée a droit au titre de « Lalla » (Notre dame).
Je voulais vous dire, chère sœur, que votre combat pour notre frère Ali André est admirable. Je ne vous cacherai pas que nous avions douté qu’il puisse aboutir un jour. Parce que nous connaissions le terrifiant contexte dans lequel il se déroulait. Nous connaissions les connivences honteuses qui existaient entre la junte qui a fait main basse sur notre pays et certaines personnalités politiques françaises qui influaient sur le cours de la justice française, en contrepartie d’arguments sonnants et trébuchants.
Ali Mecili étudiant
Vous étiez, sans doute, la personne la plus proche de Ali Mecili et vous avez souffert, plus que quiconque de son assassinat. Sans votre ténacité, et votre quête de justice, l’affaire Mecili aurait subi le sort de toutes ces autres qui ont été escamotées sous le prétexte bien commode de la Raison d’État. Ce combat contre des forces dont on peut difficilement imaginer tout le pouvoir qu’elles ont sur les institutions, y compris celle de la justice, nous paraissait voué à l’échec. Pardonnez nous d’avoir douté. Cette dernière décision de confirmer la mise en examen de Monsieur Hassani et qui honore le juge Thouvenot, ainsi que tous ceux qui, dans l’ombre, n’acceptent pas que la Justice française soit ravalée au rang d’instrument docile entre les mains de politiciens véreux, est la preuve éclatante que les forces du bien sont encore présentes en ce bas monde. Votre combat n’aura pas été vain. Il ne sera pas vain! Nous ne voulons, en aucun cas, tirer de conclusions hâtives, ni oublier que le mis en accusation continue de jouir de la présomption d’innocence, mais nous prenons acte que la Justice française s’est hissée au rang qui est le sien, qu’elle a vaincu toutes ces forces qui agissaient dans l’ombre, pour détourner son cours, et tromper sa religion.
Je ne vous mentirai pas. Nombreux de nos compatriotes ne connaissent même pas le nom de A.A. Mecili. Parce que notre pays tout entier a été pris en otage par l’odieuse oligarchie qui s’est imposée à lui. Toute notre Histoire a été mise sous clé. Nos compatriotes sont entretenus dans une sorte d’histoire officielle d’où sont gommés tous les hommes et toutes les femmes qui ne peuvent être récupérés, utilisés, dont le parcours, le combat et les objectifs ne peuvent être domestiqués à l’usage de ce régime honni. A.A. Mecili, et d’autres encore, qui ont été assassinés par ces criminels, devaient rester d’obscurs anonymes. Parce que ceux qui les ont fait périr sont encore de ce monde, confortablement installés dans les cercles qui dirigent, qui pillent et qui meurtrissent ce pays. Votre époux a donné sa vie pour notre peuple, qu’il aimait et qu’il refusait d’abandonner. Il avait fait partie du MALG, et avait, par conséquent, une bonne connaissance de tous les rouages du système qui avait volé l’indépendance de l’Algérie. Il aurait pu se ménager une place de choix au sein des classes dirigeantes. Quel grand mot pour de si exécrables crapules. Mais il avait choisi le camp des opprimés. Rien ne lui échappait du terrible rapport de forces, ni de l’influence que le régime qu’il combattait avait sur le territoire français même. Mais cela n’entama ni sa détermination, ni son engagement pour son peuple, ni les espérances, même irraisonnées, qu’il portait dans le grand cœur qui était le sien. Pour tout cela, et pour tout ce que nous ne savons pas encore, de l’amour qu’il nous portait, pour votre combat, pour votre courage, et pour cette fidélité émouvante que vous n’avez cessé de manifester à votre amour, à notre frère, soyez remerciée. Merci chère Lalla Anne. Que vienne enfin le jour où l’Algérie reconnaissante pourra recevoir dans cette terre qu’il a aimée, et pour laquelle il a donné sa vie, les cendres de notre frère Ali André Mecili. Ce jour là, ses compatriotes pourront enfin lui rendre les honneurs dus à sa stature. Et à votre combat.
D.Benchenouf

Photo : Ali André Mecili, jeune étudiant en droit – © France 3/Alexis Dupont

Liens :
1. Le Lieutenant Colonel Mohamed Samraoui catégorique chez France 3 “Il n’y a aucun doute, c’est lui”
2. Interview exclusive du Lieutenant Colonel Samraoui à Tahia bladi
3. Samraoui à Rahabi : “J’ai l´avantage de vous connaître à travers les dossiers”*
4. Point Zéro : Des noms en salade variée
5. Affaire Mecili : Il faut sauver le « soldat » Hassani.
6. Affaire Mecili : Les révélations de Monsieur X à Patrick Pesnot
7. Lien de l’émission sur France-Inter : Affaire Mecili sur France-Inter
8. Dernière minute : Mise en examen confirmée pour le commanditaire présumé de l’assassinat d’Ali Mecili
9. Anne Mécili veuve d’Ali Mécili. «Je veux croire que justice sera rendue à Ali Mécili»
10. Affaire Ali Mecili : rencontre diplomatique franco-algérienne

Sur le même thème :
Vidéo, Mohamed Samraoui sur l’affaire Mecili et le Colonel Algerien Mohamed Ziane Hasseni: « Il n’y a aucun doute, c’est lui », (France3, le 8/9/08)


Nombre de lectures : 583
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique