Édition du
23 July 2017

Les Etats-Unis sont en récession, selon une responsable de la Fed

logo_liberation

La Présidente de la banque centrale régionale de San Francisco ne se prononce pas sur la durée du phénomène. Elle assure par ailleurs que la baisse des prix des matière premières avait un effet positif sur l’inflation.

Présidente de la banque centrale régionale de San Francisco, Janet Yellen a été la première à lâcher le mot mardi soir: «l’économie américaine semble en récession». Elle reprend ainsi à son compte un diagnostic que de plus en plus d’économistes avaient déjà avancé, au vu du ralentissement économique entraîné par une crise financière qui a peu à peu gagné l’ensemble de l’économie.

«Les données économiques récentes suggèrent que l’économie a été plus faible qu’on ne s’y attendait au troisième trimestre, révélant probablement aucune croissance du tout», a-t-elle déclaré. «La croissance du quatrième trimestre semble encore plus faible avec une contraction (de l’activité) très probable».

Janet Yellen ne s’est pas prononcée sur la durée vraisemblable de cette récession et a souligné que la baisse des prix des matières premières avait permis d’atteindre la stabilité des prix, évoquant même la possibilité d’une déflation.

«Je m’attends à ce que cette évolution, combinée à la poursuite de l’affaiblissement des marchés du travail et des marchés, poussent l’inflation jusqu’à des taux que je considère conformes à la stabilité des prix, voire peut-être au-dessous», a-t-elle dit.

Intervenant le même soir à Memphis, le président de la banque de Réserve fédérale de Saint-Louis James Bullard avait évité le terme de récession: «Si les perturbations du marché financier peuvent être contenues, peut-être à travers une intervention déterminée du gouvernement, alors une issue relativement bénigne est possible, dans laquelle la performance économique américaine serait ralentie mais sans baisse durable».

Selon lui, «s’en remettre trop à une politique de taux d’intérêt dans ce climat ne sert pas beaucoup à résoudre les problèmes en cours, et en plus cela pourrait provoquer un problème d’inflation nouveau et difficile à résoudre à la suite des turbulences actuelles».

La semaine dernière le Fonds monétaire international avait déjà tablé sur une contraction de l’activité au cours des trois derniers mois de l’année 2008 et du trimestre suivant, avec un retour à la normale en 2010 seulement.

De leur côté 52 économistes interrogés par le Wall Street Journal avaient estimé que l’économie américaine était entrée en récession dès le troisième trimestre, et qu’elle devrait y rester au quatrième trimestre ainsi qu’au premier trimestre de 2009. Si le PIB reculait pendant trois trimestres consécutifs, ce serait la première fois depuis plus d’un demi-siècle, soulignait le Wall Street Journal.

(Source AFP)


Nombre de lectures : 294
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique