Édition du
24 July 2017

Elections US : Pendant que les candidats débattent, Ralph Nader essaye de faire entendre sa voix

Logo l’Express
16/10/2008 (18:32)

Par Elodie Lestrade

Mercredi, alors que Barack Obama et John McCain se préparaient pour leur dernier débat présidentiel, Ralph Nader était à New York pour faire campagne et protester contre la « dictature du bipartisme ».
Ralph Nader
Le lieu n’a pas été choisi au hasard. C’est dans la salle du Great Hall de la Cooper Union que Ralph Nader a décidé de prendre la parole. En 1860, c’est en ce même lieu qu’Abraham Lincoln avait prononcé l’un des discours les plus marquant de sa campagne électorale. Selon les historiens, ce discours sur l’esclavage aurait eu un rôle déterminant dans l’élection du 16ème Président des Etats-Unis.

En ce 15 octobre, ce n’est pas d’esclavage dont il était question mais d’ »abus de pouvoir ». Ralph Nader, dont c’est la quatrième candidature aux élections présidentielles, était en effet là pour critiquer le « monopole des deux partis sur les débats ». Pour lui, il n’est pas normal que les débats ne soit pas ouvert aux candidats qui ne sont ni démocrates ni républicains. Cela témoigne, selon lui, de la « dictature du bipartisme ».

S’il était là, c’était aussi pour faire connaître son programme. Car aux Etats-Unis, la candidature de Ralph Nader lorsqu’elle n’est pas ignorée, est souvent mal connue. Le peu d’électeurs qui savent qu’il y a plus de deux candidats à la présidentielle peuvent rarement dire ce que proposent les autres. Parmi les proposition phares du candidat indépendant, une assurance maladie pour tous, la fin de la guerre en Iraq ou encore la lutte contre les « corporations ».

Mais cette année, Ralph Nader a trouvé une nouvelle caisse de résonance grâce à la crise financière. Depuis qu’il est candidat, il a toujours prêcher pour une meilleure régulation de Wall Street. Pour ses partisans, la crise pourrait donc donner un nouvel élan à la campagne. Jeudi, ils ont rendez-vous à midi devant les marches du « Federal Building » pour protester contre le plan Paulson qui, selon le candidat indépendant, « renie les droits fondamentaux des citoyens » en leur imposant des impôts sans consultation préalable.

Pour les supporteurs de Ralph Nader, 2008 pourrait être une année clé. Brian Michaels, un ancien partisan de Ron Paul en est convaincu : « cette année, il y aura plus de votes en faveur d’un troisième parti que jamais ». »Cela fait trente ans que je viens à ce genre de meeting et je n’ai jamais vu autant de gens s’intéresser à nous » dit-il. Un peu plus loin, Deepa Varma, qui est venue par curiosité, tempère. « Le pays est peut-être prêt pour le multipartisme, mais ce n’est pas cette année que l’on y arrivera » explique-t-elle. Pour cette jeune avocate, « il faut établir une stratégie sur la longue durée, qui permette de changer le système en modifiant la Constitution ».

De son côté, Ralph Nader reste réaliste. « Si je fais cette campagne c’est avant tout en pensant à l’avenir » explique-t-il, avant de conclure : « je ne gagnerai certainement pas les élections, mais je réussirai peut-être à sensibiliser les nouvelles générations aux problèmes de notre démocratie ». Dimanche, il a prévu de débattre avec trois des quatre autres candidats à la présidentielle, en espérant que cette année, les autres partis seront entendus.


Nombre de lectures : 443
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique