Édition du
28 March 2017

Pourquoi le régime ne fait rien pour les Algériens emprisonnés en Libye ?

Ils se mettent en grève de la faim dès aujourd’hui.
Combien sont-ils? Les autorités algériennes se gardent bien de le dire. Des centaines probablement. Y compris des femmes. Ils sont incarcérés dans les prisons libyennes dans des conditions infra-humaines, contraires à toutes les normes internationales. Neuf d’entre eux sont morts en prison. Certains par manque de soins les plus élémentaires et d’autres des suites de sévices. Des témoignages effroyables nous sont parvenus qui font état de traitements dégradants à leur encontre, par les gardiens de prison et même par des détenus libyens qui les contraignent à un véritable esclavage. Tout détenu algérien qui résiste à un détenu libyen et qui ne se plie pas à sa volonté est sévèrement puni.
Ces compatriotes ont été abandonnés par les ignobles individus qui se disent nos dirigeants. Alors que les prisonniers européens jouissent de traitements attentionnés, les Algériens et les autres prisonniers de l’Afrique subsaharienne sont traités moins bien que les chiens libyens, par des monstres qui se disent Maghrebins, arabes et musulmans.
Rachid Ksentini, qui avait fait de ces malheureux une sorte de fonds de commerce médiatique, et qui nous avait annoncé, à grands renforts d d’interviews fracassantes, qu’ils allaient être bientôt élargis, n’a rien fait de sérieux pour eux. Aujourd’hui, il se terre.
Pendant que ces Algériens, et ces Algériennes, continuent de vivre un véritable enfer, et de subir des traitements inhumains, y compris le viol, le régime algérien préfère déployer toutes ses capacités pour faire libérer celui qui est soupçonné d’avoir piloté l’assassinat de A.Mécili. Et dire que ce monsieur, pour lequel ils sortent le grand jeu, n’est même pas en prison et qu’il vit dans des conditions luxueuses.
Ils se mobilisent pour lui parce qu’il est des leurs, mais aussi parce qu’il risque de se mettre à table sur leurs crimes.
Pour eux, nos frères prisonniers en Libye ne sont que des voyous qui méritent ce qui leur arrive.
Ils ne sont même pas capables d’exiger du dictateur libyen qu’il les traite de façon humaine. Sarkozy, au moins, a tout fait pour faire libérer les infirmières bulgares, et le médecin palestinien, alors qu’ils étaient sous le coup d’une très grave accusation.
Voici encore une forfaiture que l’histoire leur retiendra. Qu’ils sachent que ces Algériens ne se sont exilés dans ce terrifiant pays que parce qu’ils ne pouvaient plus endurer l’atrocité de leur propre pays. Parce que ce régime honni a tué l’espoir. D.B


Nombre de lectures : 863
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique