Édition du
25 March 2017

La photo de l'ambassadeur Abdelkader Mesdoua est un coup tordu!

Il n’y a aucun doute dans notre esprit, et pour quiconque a suivi l’affaire Hassani que la parution de la photo de l’ambassadeur algérien dans Médiapart est un coup tordu des milieux qui ont orchestré l’arrestation de Hasseni Med Ziane. C’est une vieille ficelle qui consiste à fournir à l’adversaire une fausse preuve, et le laisser s’en servir jusqu’à l’outrance, pour pouvoir la démolir, avec une pichenette, au moment choisi.
Les mêmes milieux qui ont intoxiqué Mediapart et qui ont suggéré à celui-ci de recourir au témoignage de Samraoui, ont demandé à l’ambassadeur dont la photot a été reprise par de nombreux médias, de ne pas se manifester avant le coup de sifflet. Celui-ci vient vraisemblablement d’être donné, et cet ambassadeur, ainsi que d’autres parties algériennes,sont brusquement montés au créneau.

Comment peut-on expliquer, en effet, que cet ambassadeur, et ex-directeur du protocole, ce qui a facilité la confusion avec Hasseni, qui exerçait les mêmes fonctions avant son arrestation, ait pu ne rien dire sur l’usage que Médiapart avait fait de sa photo, le faisant passer pour l’agent traitant de l’assassinat de A.AMecili ? Il ne pouvait pas ne pas savoir, ni les autres parties qui s’indignent aujourd’hui, ni même toute la presse algérienne qui ne peut pas, dans son ensemble, ne pas avoir reconnu l’ambassadeur Mesdoua dans cette photo en gros plan.

Concernant l’identification de l’agent traiteur de l’assassinat de Mecili, voilà ce que fut la réponse de M.Samraoui à une question que nous lui avons posé lors d’un entretien qu’il nous avait accordé: « Pour ce qui est de l´identification de Mohamed Ziane Hasseni, le mieux serait que je me rende à Paris pour une éventuelle confrontation. D´après les photos montrées, il s´agit bel et bien de Rachid Hassani, mais ma conscience et la crainte de Dieu ne m´autorisent pas à accuser un innocent, par conséquent une confrontation est souhaitable pour lever les derniers doutes. »Fin de citation.

Ce ‘est que plus tard, lorsqu’il visionne un film qui montrait Med Ziane Hassenni dans le Palais de Justice à Paris, qu’il déclare à un journaliste de France3 qui avait pris ces images: “Il a perdu un peu de ses cheveux, mais c’est lui. C’est bien lui, il n’y a pas de doute”

Aujourd’hui, plus de deux mois après l’interpellation de Mohamed Ziane Hassani, et alors que l’Etat algérien avait opté pour un profil si bas qu’il en était devenu étrange, pour un régime d’habitude tellement ombrageux, voilà que nous apprenons, par un journal algérien très proche du régime, que le président Bouteflika vient d’entrer dans la danse et qu’il avait demandé, de vive voix au président Sarkozy de « faire le nécessaire », en même temps que des personnalités algériennes et l’ambassadeur A.Mesdoua se manifestent, enfin, pour dénoncer cet usage d’une photo qui n’était pas celle du « capitaine Hassani ».

Voici un passage de la lettre de protestation que l’ambassadeur a adressée au journal El Watan: « Je voudrais vous confirmer que la photo parue est la mienne, que mon nom n’est pas Rachid Hasseni et qu’au demeurant, je ne suis mêlé en aucun cas, ni de près ni de loin, à cette affaire qu’éprouve notre collègue et ami, Ziane Mohamed Hasseni, cadre au ministère des Affaires étrangères, dont l’innocence, nous en sommes convaincus, sera prouvée rapidement. La confusion créée par la publication de cette photo autour de ma personne devrait amener les organes de presse, connus pour leur sérieux et professionnalisme, à prendre le temps nécessaire afin de vérifier leurs informations avant de se lancer dans des commentaires qui peuvent être préjudiciables à la personne considérée. »

Cet ambassadeur, pour être convaincu de l’innocence de son collègue et ami Hasseni, ainsi que tous ses collègues du Ministère des Affaires Étrangères, suivait donc cet affaire de très près. Pourquoi, encore une fois, n’a t-il pas réagi à la publication de sa photo? N’est ce pas là une action délibérée pour tromper la religion de la justice, et la fourvoyer, à dessein, dans une fausse piste ?

Ce curieux retournement pue l’intox. Mais il renseigne aussi sur le climat qui règne entre les clans. Il semble, qu’après avoir tenté de compromettre un clan adverse, celui qui est derrière l’assassinat de A.A.Mecili, en envoyant Mohamed Ziane Hasseni se faire arrêter en France, les tireurs de ficelle aient accepté d’enterrer la hache de guerre. Provisoirement du moins. Et comme il faut rapidement récupérer la situation, avant que Hasseni ne se mette réellement à table, et qu’il ne lève le voile sur l’odieuse réalité du régime algérien, et de la Françalgérie, les clans ont décidé de mettre le paquet. En envoyant le soldat Bouteflika sauver le soldat Hasseni et en mettant la machine en branle.

Il semble pourtant que les services aient perdu de leur dextérité habituelle. La manipulation est tellement grossière qu’elle en crève l’écran. Les nouveaux du « DRS » qui sont en train de remplacer les anciens, au pied levé, seraient-ils aussi maladroits que cela? Il est vrai qu’ils se débrouillaient mieux lorsqu’ils se trouvaient dans leur milieu naturel: Une salle de torture!

D.Benchenouf

Liens :
1. Le Lieutenant Colonel Mohamed Samraoui catégorique chez France 3 “Il n’y a aucun doute, c’est lui”
2. Interview exclusive du Lieutenant Colonel Samraoui à Tahia bladi
3. Samraoui à Rahabi : “J’ai l´avantage de vous connaître à travers les dossiers”*
4. Point Zéro : Des noms en salade variée
5. Affaire Mecili : Il faut sauver le « soldat » Hassani.
6. Affaire Mecili : Les révélations de Monsieur X à Patrick Pesnot
7. Lien de l’émission sur France-Inter : Affaire Mecili sur France-Inter
8. Dernière minute : Mise en examen confirmée pour le commanditaire présumé de l’assassinat d’Ali Mecili
9. Anne Mécili veuve d’Ali Mécili. «Je veux croire que justice sera rendue à Ali Mécili»
10. Affaire Ali Mecili : rencontre diplomatique franco-algérienne
11. Le Combat admirable de Annie Mecili
12. Diplomate algérien accusé dans l’Affaire Mecili : Alger réclame un “règlement rapide”
13 Mohamed Samraoui remet les pendules à l’heure.
14. Affaire Mecili : Et la confusion fut!

Sur le même thème :
Vidéo, Mohamed Samraoui sur l’affaire Mecili et le Colonel Algerien Mohamed Ziane Hasseni: « Il n’y a aucun doute, c’est lui », (France3, le 8/9/08)


Nombre de lectures : 2449
PAS DE COMMENTAIRES

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

Congrès du Changement Démocratique