Édition du
22 July 2017

Appel au Peuple Algérien

drapeau_algerieNous, Algériennes et Algériens, signataires du présent appel, avons décidé de prendre nos responsabilités devant notre Nation et devant l’Histoire, pour en appeler à la mobilisation permanente du peuple algérien contre le pouvoir politique illégitime en place et d’œuvrer à l’instauration d’un Etat de Droit tel que défini par la déclaration historique du premier novembre 1954.

Le pouvoir actuel que nous considérons aujourd’hui plus que jamais auparavant, comme étant institutionnellement illégitime, politiquement incompétent et moralement discrédité.

Un pouvoir qui a spolié le peuple de sa légitime souveraineté et qui a détourné à son profit exclusif les richesses de la Nation.

Un pouvoir quasi régalien qui fonctionne essentiellement sur l’arbitraire, le clientélisme, le laxisme et la corruption. Il a profondément affaibli l’autorité de l’Etat dans son rôle sur l’échiquier international et il constitue une réelle menace pour notre unité et intégrité nationales.

Nous situons le présent appel, dans la continuité du Mouvement National, des principes énoncés dans la Déclaration du 1er Novembre 1954 et de la plateforme de la Soummam.

Nous, Algériennes et Algériens, signataires de cet appel, exprimons haut et fort, notre profonde préoccupation devant la logique d’autodestruction et de détérioration continue, qui caractérise la situation sociopolitique, économique et morale de notre pays. Nous refusons désormais catégoriquement d’en être les complices actifs ou tacites. Nous décidons de mettre fin à notre inaction, à notre silence et à notre désengagement sous quelques formes qu’il soit (lâcheté, égoïsme, peur, …).

Cette initiative libre et indépendante, a été dictée par les données fondamentales et structurelles de notre situation commune qui se caractérise par:

la persistance et l’aggravation de la crise de la légitimité du pouvoir depuis 1962 à ce jour, crise devenue une menace et un danger permanent pour notre nation.
la persistance de l’oligarchie à exclure le peuple du débat et de la participation politique en violant son droit constitutionnel et naturel de choisir et de construire sa propre destinée.
L’échec et la médiocrité du personnel politique officiel et l’avilissement de l’opposition factice.
le manque de perspective claire et nette pour toute la nation,
La culture du chaos et de la violence et son extension à toutes les couches sociales, le maintien de l’Etat d’urgence comme moyen de domination et d’asservissement du peuple algérien.

Notre but est:

D’œuvrer à la concrétisation des objectifs du mouvement de libération nationale, à la reconquête du droit du peuple à la souveraineté et au changement radical et pacifique du système politique.

D’œuvrer à l’instauration d’institutions solides et responsables capables d’assurer le fonctionnement démocratique de la société, de garantir la transparence du gouvernement et, l’alternance de son pouvoir, enfin de créer un Etat dont les commandes resteront entre les seules mains du peuple souverain, sans que puisse intervenir les forces occultes dans le fonctionnement de ces institutions. Les principes régissant le fonctionnement de nos institutions seront fidèles à la Constitution et aux lois votées par le législateur en accord avec nos valeurs civilisationnelles, nos cultures et nos traditions séculaires. Nos institutions seront soucieuses de consolider, par leur sain fonctionnement, le lien entre le peuple et ses vraies valeurs.

L’heure est venue pour changer ce système politique illégitime par les méthodes pacifiques et démocratiques et de rendre la souveraineté politique aux Algériennes et aux Algériens pour qu’ils choisissent librement et démocratiquement, les institutions politiques qui épousent les réalités politiques et socioculturelles de la Nation, en permettant une répartition équitable des richesses nationales, aussi bien entre les collectivités régionales et locales qu’entre les individus.

Cet appel est ouvert à l’adhésion morale et active de tous nos compatriotes qui partagent le même attachement à la patrie et aux valeurs morales et culturelles de la société algérienne dans toute sa diversité, y compris ceux qui se trouvent, de par leurs fonctions ou leurs positions dans les institutions officielles actuelles. Il est une exhortation à tous ceux qui refusent la marginalisation et l’exclusion de l’Algérienne et de l’Algérien de la vie publique. Enfin, c’est un appel à tous ceux, qui conscients de la déliquescence de la société et de la fatuité des institutions, veulent fédérer leurs efforts pour un changement décisif et salvateur de la situation de la Nation Algérienne.

Cet appel se veut enfin et surtout comme une force de propositions et d’action pour une transition pacifique vers un Etat de Droit.

Nous, Algériennes et Algériens libres, aspirons acquérir à notre idéal de résistance pacifique et de dynamique de changement, les couches les plus larges du Peuple Algérien, sans exclusion aucune.

Nous devons œuvrer au rassemblement de toutes les forces patriotiques en vue d’un changement pacifique et radical sur la base de valeurs et de principes démocratiques clairement définis, acceptés et respectés par tous et notamment:

Les valeurs civilisationnelles de la Nation Algérienne (Islamité, Amazighité et Arabité), fondements de notre ALGERIANITE. Ces derniers sont le socle de notre unité nationale, qui ne doivent nullement être instrumentalisés ni être le monopole d’aucun parti ou tendance politique.
L’égalité de tous devant la loi.
La sacralité des droits de la personne humaine.
La souveraineté populaire : le peuple étant la seule source du pouvoir et de légitimité.
La mise en place d’institutions qui garantissent l’expression de la volonté populaire, notamment par la séparation effective des pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire.
Le respect et la protection des libertés individuelles et collectives.
L’alternance au pouvoir à travers le suffrage universel.
Le respect et la promotion des cultures nationales.
La promotion du mérite et de la compétence individuelle véritable.
Une distribution juste et équitable des ressources nationales.

Nos moyens de lutte contre ce pouvoir illégitime seront exclusivement politiques, pacifiques et démocratiques :

a.Par la réappropriation de nos droits inaliénables, individuels et collectifs que l’ensemble des générations qui se sont succédé depuis l’indépendance ont abandonnés pour la construction de la société nationale et d’un nouvel Etat authentiquement indépendant. Ces droits qui font partie intégrante de nos pouvoirs naturels et dont nous avons été amputés par le fait de notre ignorance, de notre lâcheté, de notre impréparation et manque d’éducation politique mais également parce que nous n’avions pas été conscients du drame qui se tramait et que nous ne possédions pas alors les moyens de résister.

b.Par la sensibilisation et la mobilisation aussi large que possible de l’opinion publique nationale et internationale sur les responsabilités des pouvoirs en place en matière d’atteintes caractérisées aux Droits de l’Homme et aux Libertés Publiques ainsi que sur tous les cas d’arbitraire, d’abus de pouvoir et de forfaitures administratives et judiciaires et par la résistance contre toutes ses dérives totalitaires.

c.Par la dénonciation d’une certaine et flagrante duplicité de l’opinion occidentale, qui refuse de faire la part entre ses intérêts à court terme et à long terme, qui proclame des valeurs universelles tout en privilégiant des intérêts étroits en soutenant des régimes illégitimes.

d.Par la diffusion continue par tous les moyens de communication, de nos idées, de nos propositions et de nos revendications pour l’avènement de la Dignité et du changement dans notre pays.

e.Par le recours à des manifestations pacifiques, à la désobéissance civile et à l’abstention massive aux élections, entre autres.

Il est donc clair que notre démarche a pour but de mettre fin à près d’un demi-siècle d’usurpation permanente de la souveraineté populaire et de rendre la dignité et la parole au Peuple Algérien, afin qu’il puisse choisir librement et démocratiquement les institutions politiques conformes à ses aspirations de liberté, de démocratie et de justice, en harmonie avec les valeurs identitaires et socioculturelles de notre Algérianité, dont l’Islam, l’amazighité et l’arabité constituent les fondements essentiels. C’est ainsi que le peuple pourra asseoir un véritable Etat de droit.

Propositions de sortie de crise

Le consensus actuel des véritables forces politiques converge vers l’élection d’une Assemblée Nationale Constituante.

Cette évolution pacifique vers la légitimité doit passer par une brève période de transition qui ne devrait pas excéder deux années. Nous sommes convaincus que cette phase ne pourrait se faire sans la participation active de l’institution militaire.

Avec la collaboration républicaine de l’institution militaire, principale force actuellement organisée, qui aura pour mission d’assurer la gestion sécuritaire du pays, pendant la phase de transition, un gouvernement provisoire sera mis en place et aura pour mission, en plus de la gestion publique de l’Etat, de s’acquitter de deux tâches essentielles :

1.Réunir une conférence nationale de toutes les volontés politiques sans exclusion aucune et de personnalités intellectuelles en vue de l’établissement d’un consensus politique historique autour des valeurs et principes démocratiques énoncés plus haut.

2.Préparation des élections de l’Assemblée Nationale Constituante.

Ce gouvernement provisoire sera secondé par un Conseil des Sages constitué de personnalités issues du mouvement National, connues pour leur probité, leur intégrité, leur sagesse et leur engagement pour le salut de leur pays.

Durant cette phase, l’armée saura imposer sa mission de préservation de la quiétude publique et de l’unité nationale. Elle éprouvera, en cette occasion, sa vocation républicaine de se maintenir hors de la gestion politique du pays, et préservera sa neutralité politique jusqu’à l’échéance finale qu’est la mise en place d’institutions démocratiquement élues.

Au terme de cette phase transitoire et conformément à un protocole conclu entre l’institution militaire et les instances élues, l’armée entamera son désengagement progressif des affaires politiques, pour s’orienter définitivement vers ses obligations, exclusivement militaires, clairement définies par la nouvelle Constitution.

Nous Algériennes et Algériens, interpellés par la gravité de la situation et inquiets quant à l’avenir de la Nation, devons cesser d’assister dans l’impuissance à la dévastation de notre propre pays. Nous devons nous engager en acteurs de notre propre Histoire et nous imposer en maîtres de notre destin. L’Algérie appartient à toutes les Algériennes et à tous les Algériens sans exclusion ni exclusive.

Nous en appelons à la conscience, au cœur et à la raison de toutes et de tous, Algériennes et Algériens, intellectuels et politiques, civils et militaires, pour s’unir et œuvrer ensemble, sans exclusion aucune et dans la sérénité à la véritable réconciliation et à la résolution définitive de la grave crise politique qui ébranle notre pays.

Nous ne saurions tourner cette sombre page de notre Histoire contemporaine, sans rien oublier de ce qui a été fomenté contre la nation. Œuvrons tous ensemble à la reconstruction de notre pays et à l’édification d’une société d’ouverture et de tolérance, libérée du joug de l’injustice, de la violence et de la terreur politique.

Soyons un peuple de bâtisseurs hardis qui hissera l’Algérie dans l’ère du 21ème siècle, pour la faire accéder à un futur radieux, serein et prospère.

Tous ensemble, œuvrons à l’instauration d’un Etat Algérien souverain, démocratique et social, dans le cadre de nos principes, des valeurs intrinsèques à notre identité et des valeurs universellement admises.

Ainsi nous aurons été fidèles à la mémoire des hommes libres de novembre 54 et au texte fondateur de la révolution libératrice.

Dieu et le peuple algérien sont témoins de nos paroles et de nos actes.

Algérie le 19 mars 2009

Signataires :
Zineb Azouz, Universitaire. (Constantine). Djamaleddine Benchenouf, Journaliste, (Lyon). Maâmar Boudersa, Universitaire, économiste (Constantine). Abdelkader Dehbi, Universitaire, (Alger). Abdelmalek Djoudi, Ingénieur Documentariste, (Lyon). Kamaleddine Fekhar, Médecin, Militant des Droits de l’Homme (Ghardaïa). Rachid Ghoreib, Journaliste (Canada). Ahmed Kaci, Journaliste, (Paris). Samy Khoukoum, Psychosociologue. (Paris). Madjid Laribi, Journaliste (Paris). Salah-Eddine Sidhoum, Chirurgien. (Alger). Ahmed Si Mozrag, Avocat, (Burkina Faso). Ziani-Cherif Rachid, Médecin (Sidi Bel Abbés). Mohamed Larbi Zitout, Ex-diplomate. (Londres).

Pour joindre le bureau de coordination:

appel19mars2009@hotmail.fr

=================================================================================

نداء إلى الشعب الجزائري

لقد قررنا نحن، الجزائريات و الجزائريون، الممضون على هذا البيان، أن نأخذ  على عاتقنا تحمل  المسؤولية الكاملة تجاه أمتنا وأمام التاريخ، لنوجه نداءا  للتعبئة الدائمة ضد السلطة القائمة  الغير الشرعية و من اجل بناء دولة القانون كما حدّدها البيان التاريخي لأول نوفمبر 54.

سلطة نعتبرها اليوم، وأكثر من أي وقت مضى، فاقدة للشرعية مؤسساتيا و للكفاءة سياسيا، وتفتقر إلى المصداقية أخلاقيا، سلطة سلبت الشعب سيادته المشروعة واستحوذت على ثروات الأمة لمصلحتها الضيّقة الخاصة.

سلطة شبه ملكية، تعمل أساسا بالظلم والمحسوبية واللامبالاة و الرشوة. فأضعفت بعمق سلطة الدولة خارجيا و شكّلت خطرا حقيقيا على الوحدة الوطنية.

تأتي هذه المبادرة التي تبناها مجموعة من المواطنين،في سياق استمرارية مسار الحركة الوطنية والمبادئ المنصوص عليها في بيان 1 نوفمبر 1954،وفي إطار أرضية مؤتمر الصومام.

نحن الجزائريات والجزائريون الممضون على هذا النداء، نعرب بقوة وبصوت عال عن عميق قلقنا إزاء منطق التدمير الذاتي والتدهور المستمر الذي يميز الحالة السياسية والاجتماعية والاقتصادية والأخلاقية في بلدنا. من الآن و صاعدا نرفض أن نكون شركاء فاعلين أو صامتين في هذا الوضع. لقد قررنا وضع حدّ لعدم فعليتنا, لصمتنا و لعدم التزامنا مهما كان شكله (جبن، أنانية، خوف…) أمام ما يحدث.

إن هذه المبادرة الحرة المستقلة أملتها المعطيات الأساسية لوضعيتنا المشتركة التي تتميز بما يلي:

– استمرار و تفاقم أزمة شرعية السلطة منذ 1962 إلى يومنا هذا، وهذه الأزمة تحولت إلى تهديد وخطر على أمتنا.

– استمرار الطغمة الحاكمة في إقصاء  الشعب  من الحوار و  من المشاركة السياسية باغتصاب حقّه الدستوري و الطبيعي في اختيار  و بناء مستقبله .

– فشل و رداءة النخبة السياسية الرسمية  و انبطاح المعارضة الشكلية.

– عدم وضوح الرؤية والآفاق المستقبلية  للأمة.

– استعمال ثقافة الفوضى و العنف و امتداده إلى كل الطبقات الاجتماعية، و الإبقاء على حالة الطوارئ كوسيلة للهيمنة و إذلال الشعب الجزائري.

يكمن هدفنا في:

العمل من أجل استكمال الأهداف التي حدّدتها حركة التحرير الوطني، واستعادة حق شعبنا للسيادة وكذلك التغيير الجذري والسلمي للنظام السياسي القائم.

العمل على بناء مؤسسات قويّة و مسؤولة  قادرة على ضمان التسيير الديمقراطي  للمجتمع و شفافية  مهام الحكومة و التداول على السلطة فيها. و هذا لإنشاء دولة تكون مقاليد الحكم فيها بين أيدي الشعب السيّد، دون إمكانية تدخل القوات الخفية. نريدها مؤسسات مطابقة لقيمنا الحضارية، ولثقافاتنا وتقاليدنا العريقة؛ ومؤسسات تحرص من خلال أداءها السليم، على توثيق الصلة بين الشعب وقيّمه الأصيلة.

لقد حان الوقت لتغيير هذا النظام السياسي الغير الشرعي  بالوسائل السلمية و الديمقراطية، ولإعادة  السيادة  للجزائريات و الجزائريين لكي يختاروا بحرية وديمقراطية، المؤسسات السياسية التي تنطلق من الواقع السياسي والاجتماعي والثقافي للأمة، بما يسمح بتوزيع عادل للثروات الوطنية، سواء بين المجتمعات الجهوية والمحلية أو فيما بين الأفراد.

إن هذا النداء موجّه لجميع مواطنينا للانضمام المعنوي والفعال و لجميع أولئك الذين يجمعهم نفس الارتباط والحرص على وطنهم وتمسكهم بالقيم الأخلاقية والثقافية للمجتمع الجزائري بكل ما يزخر به من تنوّع، بما في ذالك الذين يوجدون، من خلال وظائفهم أو مواقعهم، داخل المؤسسات الرسمية الحالية.  فهو نداء ملّح لكل الذين يرفضون تهميش و إقصاء المواطن من المشاركة في الحياة العامة. و أخيرا فهو نداء لكل الذين يجمعهم الشعور بنفس الاهتمامات، أمام تفسخ المجتمع واستعلاء وصلف المؤسسات، وللذين يريدون جمع الجهود من اجل تغيير حازم و منقذ لحالة امّتنا الجزائرية.

وفي الأخير، يرمي هذا النداء إلى أن يكون قوة لعرض مقترحات وللعمل من أجل انتقال سلمي نحو إرساء دولة القانون.

نحن المواطنات والمواطنون الأحرار، نتطلع إلى التحاق طبقات واسعة  من الشعب الجزائري ، من دون أي إقصاء، بهدفنا الأسمى  المتمثل في خوض مقاومة مدنية سلمية والشروع في دينامكية التغيير.

علينا جميعا أن نشرع في توحيد كل القوى الوطنية لتحقيق تغيير سلمي و جذري على أساس القيم والمبادئ الديمقراطية المحددة بوضوح، والتي تحظى بقبول واحترام الجميع، منها على وجه الخصوص:

– القيم الحضارية للأمة الجزائرية (بأبعادها الثلاثة : من إسلام وأمازيغية وعروبة)، التي تشكل أسس انتماءنا للأمة الجزائرية؛ وهذه الأبعاد الثلاثة هي بمثابة الركن الأساسي لوحدتنا الوطنية، التي لا ينبغي بأي حال من الأحوال ان توظّف أو تحتكر من طرف أي حزب أو تيار سياسي.

– المساواة بين الجميع أمام القانون.

– قدسية حقوق الإنسان.

– السيادة الشعبية : الشعب هو المصدر الوحيد للسلطة والشرعية.
– إنشاء المؤسسات التي تضمن التعبير عن الإرادة الشعبية، ولاسيما من خلال الفصل الفعال بين

السلطات التنفيذية والتشريعية والقضائية.
– احترام و حماية الحريات الفردية والجماعية.
– التناوب على السلطة من خلال الاقتراع العام.
– احترام و ترقية الثقافات الوطنية.
– تكريم عنصر الاستحقاق وتشجيع الكفاءة الفردية الحقيقية.

– التوزيع العادل والمنصف للثروات الوطنية.

وستكون وسائلنا للنضال ضد هذه السلطة الغير الشرعية، وسائل سياسية، سلمية و ديمقراطية :

أ. عن طريق استرجاع الحقوق الغير القابلة للتصرّف, الفردية منها والجماعية، التي تخلّت عنها كل الأجيال التي تعاقبت منذ الاستقلال، وذلك من أجل بناء المجتمع الوطني والدولة المستقلة الأصيلة.  هذه الحقوق التي تشكل جزء لا يتجزأ من سلطتنا الطبيعية، والتي فقدناها بسبب جهلنا، جبننا أو عدم تحضيرنا و نقص الثقافة السياسية. و كذالك لكوننا لم نكن واعيين بالمأساة التي كانت تحضر في الخفاء  و لم تكن لنا الوسائل الكفيلة  للمقاومة.

ب. من خلال تحسيس وتعبئة واسعة قدر الإمكان، للرأي العام الوطني والدولي بالمسؤوليات التي تقع على عاتق النظام الحاكم فيما يتعلق بارتكابه انتهاكات موصوفة لحقوق الإنسان والحريات العامة وكذلك بشأن جميع حالات التعسّف وإساءة استعمال السلطة والتجاوزات الإدارية والقضائية، وأيضا عن طريق مقاومة جميع انحرافاته الشمولية.

ج. عبر إدانة نوع خاص  و صارخ من ازدواجية الرأي الغربي، الذي يرفض أن يفرّق  بين مصالحه في المدى القصير و المدى الطويل، و الذي  ما فتئ يدعي بتعزيز القيم الكونية، وهو يعمل في نفس الوقت  على دعم و مساندة أنظمة غير شرعية، للمحا فظة على مصالحه الضيقة.

د. عن طريق نشر مستمر ومتواصل لأفكارنا، ومقترحاتنا ومطالبتنا باستعادة الكرامة وإحداث التغيير المنشود في بلدنا،  مستخدمين في ذلك جميع وسائل الاتصال.

هـ . باللجوء إلى المظاهرات السلمية، والعصيان المدني والامتناع الجماعي عن التصويت في الانتخابات، ضمن مجموعة أخرى من التدابير.

وفي ضوء ذلك، يتبين بكل وضوح أن النهج الذي نسير عليه يهدف إلى وضع حد لنصف قرن من اغتصاب دائم لسيادة الشعب، ومن أجل أن يستعيد الشعب الجزائري كرامته وكلمته التي انتزعت منه، كي يتمكن أخيرا من اختيار بحرية تامة وديمقراطية حقيقية  المؤسسات السياسية وفقا لتطلعاته إلى الحرية والديمقراطية والعدالة بما يتفق وقيم هويته الأصيلة والقيم الاجتماعية والثقافية التي تشكل الأسس الرئيسية لانتمائه إلى الأمة الجزائرية، ومنها على وجه الخصوص  الأبعاد الثلاثة، من إسلام وأمازيغية وعروبة، وبالتالي إلى تأسيس دولة قانون حقيقية .

مقترحات لإنهاء الأزمة

تجدر الإشارة أن التوافق الحالي للقوى السياسية الحقيقية الفاعلة، يتجه نحو ضرورة انتخاب جمعية تأسيسية وطنية.

ومن الضروري أن يمر هذا التطور السلمي نحو إرساء الشرعية عبر فترة انتقالية قصيرة لا ينبغي أن تتجاوز سنتين. وإننا مقتنعون بأن هذه المرحلة لا يمكن أن تتم دون مشاركة نشطة من المؤسسة العسكرية.

وبالتعاون مع المؤسسة العسكرية، القوة الرئيسية الوحيدة المنظمة في الوقت الراهن، و في إطار مبادئ الجمهورية، سوف توكل إليها مهمة ضمان التسيير الأمني للبلاد، خلال المرحلة الانتقالية، سوف يتم تنصيب حكومة مؤقتة، تتمثل مهمتها، بالإضافة إلى تسيير الشؤون العامة للدولة، الاضطلاع بمهمتين أساسيتين :

1.  عقد مؤتمر وطني يجمع حوله كافة الإرادات السياسية من دون استثناء، بالإضافة إلى الشخصيات الفكرية  من أجل التوصل إلى إجماع سياسي تاريخي، يرتكز على القيم والمبادئ الديمقراطية المنصوص عليها أعلاه.

2. التحضير لانتخاب الجمعية الوطنية التأسيسية.

ويساعد هذه الحكومة المؤقتة في عملها، مجلس حكماء يتكوّن من شخصيات تنتمي إلى الحركة الوطنية، والمشهود لها بالاستقامة والنزاهة والحكمة وبتفانيها في العمل الدؤوب من أجل إنقاذ بلدهم.

وسوف تضطلع  المؤسسة العسكرية  بمهمتها على أحسن وجه في الحفاظ على الهدوء العام وفي حماية الوحدة الوطنية، وهي بهذه المناسبة تثبت طابعها وتوجهها الجمهوري القاضي بالبقاء خارج الإدارة السياسية للبلد مع الحفاظ على الحياد السياسي إلى غاية نهاية  المسار المتمثل في إنشاء المؤسسات المنتخبة ديمقراطيا.

وعند الانتهاء من هذه المرحلة الانتقالية ووفقا لاتفاق يتم إبرامه بين المؤسسة العسكرية والسلطة المنتخبة، سوف يباشر الجيش انسحابه التدريجي من الشؤون السياسية، ليتفرغ بشكل دائم ونهائي بالتزاماته العسكرية حصرا، والمحددة بوضوح بموجب الدستور الجديد.

نحن الجزائريات والجزائريون، الواعون بخطورة الوضع والقلقون على مستقبل الأمة، يجب أن نتوقف عن الاكتفاء بدور المتفرج العاجز أمام ما يشهده بلدنا من تدمير، لنرتقي إلى مرتبة الفاعلين الحيويين، بناة تاريخ بلدنا، وسادة مصيرنا، ذلك لأن الجزائر هي ملك جميع الجزائريات والجزائريين دون إقصاء أو استحواذ.

إننا في نداءنا هذا، نخاطب مشاعر ونناشد عقول جميع المواطنات والمواطنين، المثقفين والسياسيين، المدنيين والعسكريين، إلى توحيد صفوفنا، والعمل معا دون إقصاء أحد، وفي جو من الصدق والصفاء، من أجل مصالحة حقيقية و الحل النهائي للازمة السياسية الخطيرة التي تزعزع الوطن.

سنتمكن عندها لا محالة،  من طي هذه الصفحة المظلمة والأليمة من تاريخنا المعاصر، بدون أن ننسى جميع المؤامرات التي حيكت ضد الأمة. ولنضع اليد في اليد، للعمل سويا لإعادة بناء بلدنا وتشييد مجتمع الانفتاح والتسامح، بعد تحريره من وطأة الظلم و العنف و الرعب السياسي.

دعونا نكن شعبا مؤلفا من بنائين شجعان يجرؤن على رفع التحدي، للارتقاء بالجزائر والانتقال بها إلى شاطئ القرن 21، للظفر بمستقبل مشرق، ينعم أهله بالسلام والرخاء.

وجميعا، اليد في اليد، لنعمل من أجل إنشاء دولة جزائرية ذات سيادة، دولة ديمقراطية اجتماعية، في إطار مبادئنا، والقيم الجوهرية التي تتشكل منها هويتنا والقيم المقبولة عالميا.

وبذلك، نكون قد أخلصنا الوفاء لذكرى رجال نوفمبر 54 الأحرار وللنصوص المؤسسة للثورة التحريرية.

والله و الشعب شاهدان على أقوالنا وأفعالنا.

الجزائر 19 مارس 2009

الموقّعون : جمال الدين بن شنوف، صحفي, ليون، (فرنسا).  معمّر بوظرسه، أستاذ جامعي، قسنطينة (الجزائر).  عبد المالك جودي، مهندس موثّق، ليون  (فرنسا). سامي خوكم, جامعي,  باريس, (فرنسا). عبد القادر ذهبي، جامعي، الجزائر.  زياني شريف رشيد، طبيب، سيدي بلعباس، (الجزائر). محمد العربي زيتوت، دبلوماسي سابق، لندن.  صلاح الدين سيدهم، طبيب جرّاح، الجزائر.   احمد سي مزراق، محامي، بركينه فاسو.   زينب عزوز، أستاذة جامعية، قسنطينة (الجزائر).  رشيد غريّب، صحفي، كندا.  كمال الدين فخّار، طبيب، ناشط في حقوق الانسان، غرداية (الجزائر). احمد قاسي، صحفي، باريس (فرنسا). مجيد لعريبي، صحفي، باريس (فرنسا). ، ).

Appel19mars2009@hotmail.fr

====================================================

Appeal to the Algerian People

We Algerians, the signatories of this appeal have decided to stand before our nation and before history to call for a permanent mobilisation of the Algerian people against the present illegitimate political power and to call for the installation of a state of law as defined in the historic declaration of the 1st November 1954.

More than ever we view those now in power as institutionally illegitimate, politically incompetent and morally discredited.

This is an authority that has deprived its people of their legitimate sovereignty and has used the riches of this nation for their own means.

This is an authority that views itself as royalty, a political power based on the arbitrary, on favouritism, on laxity and on corruption. This has profoundly affected the authority of the state in international role and constitutes a real threat to our unity and national integrity.

This appeal is a continuation of the National Movement, the principles found in the Declaration of the 1st November 1954 and the Soummam platform.

We Algerians, the signatories of this appeal, strongly express our deepest concern for the self-destruction and continued deterioration which has characterised our country’s socio-political culture, our economy and our morale. We therefore categorically refuse to actively or tacitly condone these actions. We have decided to put an end to our inaction, to our silence and to our disengagement (whether this be through cowardice, selfishness, fear…)

This free and independent initiative has a fundamental and structural basis which has grown out of:

  • The persistent and worsening crisis of legitimate power which from 1962 to the present day has become both a threat and a permanent danger for our nation;
  • The persistent oligarchy which has excluded our people from debate and from political participation. This is a violation of constitutional and natural rights of both choice and of creating one’s own destiny;
  • The failure of this mediocre political offices and the abasement of the so-called opposition and the resulting lack of clear perspective for all the nation.
  • The culture of chaos and violence which has been extended to all social groupings and the ongoing state of emergency which has been used to dominate and enslave the Algerian people.

Our goal is:

To work for the firm objectives of the national liberation movement so that people can regain their right to sovereignty and for a radical and peaceful change to the political system.

To work for the installation of solid and reputable institutions that ensure the democratic functioning of society; to guarantee the transparency of government and its powers and lastly to create a state where powers belongs to a sovereign people and whose institutions remain free from interfering forces. The principles for the running of our institutions will remain true to the constitution and to the laws voted in by the legislature in accordance with our civic values, our culture and our secular traditions. Our institutions will, by their very nature, work to consolidate the linkages between the people and the values they hold dear.

The time has come to change this illegitimate political system by peaceful and democratic means and to return political sovereignty to Algerians so that they can freely and democratically chose the institutions which meet the political and socio-cultural realities of the nation and to enable an equitable distribution of national wealth (to be shared regionally, locally as well as individually).

This appeal is open to all our compatriots who share the same attachment to our mother land and who share in the moral and cultural values of Algerian society in all its diversity – including all those involved in officialdom. It is a call to all those who stand against the marginalisation and exclusion of Algerian people from public life. Finally, it is an appeal to all those who, aware of the delinquency and conceit of public institutions, wish to work together for decisive change in the Algerian Nation.

This appeal proposes above all, a force for action for a peaceful transaction to a state of law.

We free Algerian men and women wish to achieve our ideal of a peaceful resistance and a dynamic of change in sectors of Algerian society, without exclusion.

We will work towards a rallying of all patriotic forces with the aim of peaceful and radical change based on values of democratic principles that are clearly defined, accepted and respected by all. These are:

  • The values of the civilisations in the Algerian nation – Islamic, Amazigh, Arabic – are the basis of our ALGERIANESS. This, the key to our national unity, must never be the instrument or the monopoly of any political party or tendency.
  • The equality of all in the eyes of the law.
  • The upholding of the rights of the individual.
  • The sovereignty of the masses: the people are the only source of power and of legitimacy.
  • The putting in place of institutions which guarantee the expression of the public’s wishes especially the separation of executive, legislative and judicial powers.
  • The respect and protection of individual and collective freedom.
  • The election of opposition parties through universal suffrage.
  • The respect and promotion of national cultures.
  • The promotion of the individual based on merit and competence.
  • The fair and equal distribution of national resources.

Our means of struggle against this illegitimate power will be exclusively political, pacific and democratic:

a.  by the reappropriation of our inalienable, individual and collective rights that past generation successively abandoned since the independence for the sake of constructing a national society and obtaining a new state authentically independent. Those rights that are an integral part of our natural powers have been amputated from our body not only due to our ignorance, our coward ness, our unreadiness and lack of political education, but also due to our unconsciousness to the drama that was being concocted and which we had no means to resist.

b.  By raising public awareness and mobilising, as largely as possible, the national and international public opinion about their responsibilities with regards to the powers in place in terms of Human Rights and Civil Liberties breaches as well as arbitrary cases, administrative and judiciary abuse of authority and to resist against all these totalitarian drifts.

c. By the denonciation of a certain and flagrant double standard occidental opinion which refuses to distinguish between its short term and long term interest, and which proclaims universal values while privileging narrow interests by supporting illegitimate regimes.

d. By the continuous broadcast using all means of communication of our ideas, our propositions and our demands for the advent of dignity and change in our country

e. By the appeal to, among other things, peaceful demonstrations, civil disobedience and to massive abstention in  elections.

It is thus clear that our initiative aims at ending about half a century of permanent usurpation of the popular sovereignty and at returning the dignity and free speech to the Algerian People, so that it can choose freely and democratically the political institutions that correspond to its aspirations of freedom, democracy and justice, in accordance with the identity and sociocultural values of our Algerianism which is essentially founded on Islam as well as the Amazigh and Arabic dimension. It is the only way our people can sit a real State under the rule of law.

Propositions to exit the crisis

The current consensus of the real political strengths converges into the election of a Constituent National Assembly. This peaceful evolution towards the legitimacy has to pass by a brief period of transition which should not exceed two years. We are convinced that this phase could not be made without the active participation of the military institution.

With the republican collaboration of the military institution, the main organized force at present, which will have for mission to insure the security management of the country, during the phase of transition, a Provisional Government will be set up and will have for mission, besides the public management of the State, to release two essential tasks:

1.   Gather a national conference of all the political wills without exclusion as well as intellectual personalities with the aim of the establishment of a historic political consensus around the values and democratic principles expressed above.

2.  Preparation of the elections of the Constituent National Assembly.

This Provisional Government will be assisted by a Council of the wise constituted of personalities stemming from the National movement, known for their righteousness, their integrity, their wisdom and their commitment for the safety of their country. During this phase, the army will know how to impose its mission to conserve public peace of mind and national unity. It will exercise on this occasion, its republican vocation to remain outside the political management of the country, and will protect its political neutrality until the final term that is the implementation of institutions democratically elected.

In the terms of the transitory phase and according to a protocol concluded between the military institution and the elected authorities, the army will begin its progressive disengagement of political affairs, and turn definitively to its exclusively military obligations, clearly defined by the new Constitution.

We Algerians, men and women, alarmed by the gravity of the situation and worried as for the future of the Nation, have to stop assisting powerlessness that devastates our own country. We have to make a commitment as actors of our own History and impose ourselves as masters of our own fate. Algeria belongs to all the Algerians, men and women alike, without neither exclusion nor exclusiveness.

We call upon the conscience, the heart and the wisdom of all, Algerians, men and women, intellectuals and politicians, civilians and servicemen, to unite and work together in serenity, without any exclusion whatsoever, to achieve a real reconciliation and a definitive resolution of the grave political crisis which shakes our country.

We would not know how to turn this sombre page of our contemporary History, without forgetting anything of what was stirred up against the nation. Let us work all together in the reconstruction of our country and in the building up of an open and tolerant society, freed from the yoke of injustice, violence and political terror.

Let us be people of fearless builders who will hoist Algeria in the era of the 21st century, to make it reach a radiant, serene and prosperous future.

Let us work, all together, towards the institution of a sovereign, democratic and social Algerian State, within the framework of our principles, intrinsic values of our identity and values universally accepted.

Only than, we shall have been faithful to the memory of the free men of November, 54 and to the text that founded the revolution which led to liberation.

God and Algerian people are witnesses of our words and our acts.

Algiers, 19 Mars 2009

Signatories :

Zineb Azouz, Universitaire. (Constantine). Djamaleddine Benchenouf, Journaliste, (Lyon). Maâmar Boudersa, Universitaire, économiste (Constantine). Abdelkader Dehbi, Universitaire, (Alger).  Abdelmalek Djoudi, Ingénieur Documentariste, (Lyon).  Kamaleddine Fekhar, Médecin, Militant des Droits de l’Homme (Ghardaïa). Rachid Ghoreib, Journaliste (Canada). Ahmed Kaci, Journaliste, (Paris). Samy Khoukoum, Psychosociologue. (Paris).  Madjid Laribi, Journaliste (Paris). Salah-Eddine Sidhoum, Chirurgien. (Alger). Ahmed Si Mozrag, Avocat, (Burkina Faso). Ziani-Cherif Rachid, Médecin (Sidi Bel Abbés). Mohamed Larbi Zitout, Ex-diplomate. (Londres).

Appel19mars2009@hotmail.fr


Nombre de lectures : 13388
73 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • admin
    12 novembre 2009 at 8 h 37 min - Reply

    (sauvegarde des commentaires au 12 11 2009) 18 Commentaires

    Kara Fawzi
    août 7, 2009 9:26

    Association des familles des enfants victimes de l’instrumentalisation des corps de sécurité par le régime algérien
    (AFEVICSRA)

    La raison d’être de tout corps de sécurité dans un État de droit est de veiller sur la sécurité du pays, du citoyen et des biens de celui-ci. Or, dans le cas de l’État algérien, l’ANP, la gendarmerie, la police et les GLD sont instrumentalisés par le régime, via son DRS, à des fins personnelles ; autrement dit pour imposer l’omerta, pendant que la mafia au commande brade les richesse nationale, en matant les révoltes populaires par le harcèlement, l’arrestation et la liquidation de ses leaders, et en accentuant le climat d’insécurité par l’infiltration de la société par de faux bandits plus dangereux que les vrais délinquants et les maquis par de faux terroristes plus sanguinaires que les vrais groupes armés islamiques.

    En 1963 déjà, lorsque le FFS a tenté de re-libérer l’Algérie de la dictature incarnée par le pouvoir orientaliste de Benbella, l’armée algérienne est intervenue en Kabylie sous les ordres de celui-ci pour assassiner plus de 400 Kabyles. Ensuite, pour dévier la révolte kabyle et celle qui se profile à l’horizon près des Aurès sous le commandement du colonel Chaabani, exécuté quelques mois après (03/09/64), le régime algérien invente le conflit avec le voisin marocain et appelle les Algériens à se rendre aux frontières pour défendre le pays. Plusieurs dizaines de soldats algériens, dont beaucoup de Kabyles, y ont péri.

    En 1970, sous les ordres du régime du colonel Boumediene, des agents de sécurité algériens s’envolent pour l’Allemagne pour assassiner l’un des symboles de la révolution algérienne : Krim Belkacem.

    En 1980, sous les ordres du régime du colonel Chadli, des centaines d’agents de CNS envahissent l’Université de Tizi-Ouzou, tabassent et arrêtent des étudiants qui réclament plus d’ouverture culturelle et politique.

    En 1987, sous le même régime de Chadli, des agents de sécurité algériens s’envolent en mission pour Paris pour liquider un brillant militant des droits de l’homme : le militant du FFS, le moudjahid et l’avocat André Ali Mecili.

    En 1988, sous le même régime, l’armée algérienne est ordonnée de tirer à tort et à travers dans les rues d’Alger pour disperser une population en colère qui ne réclame que ses droits légitimes : du travail, du pain et de la liberté. Des milliers de blessés et des centaines de tués.

    En 1997, sous le règne du général Zeroual, des agents de sécurité déguisés en islamistes du GIA commettent un génocide parmi la population désarmée de Bentalha, sous l’œil indifférent de l’armée sommée de ne pas intervenir.

    En 2001, sous le règne de Bouteflika, un jeune lycéen est assassiné dans des circonstances floues dans une brigade de gendarmerie en Kabylie. La population investit la rue pour réclamer la punition des assassins. En réponse, la gendarmerie nationale reçoit l’ordre de tirer à balles explosives sur les foules. Plus de 120 personnes tuées et des centaines de blessées.

    Pendant la décennie noire, des milliers d’éléments des corps de sécurité (soldats, gendarmes, policiers, GLD) périssent dans des attentats douteux. Rien que récemment, 18 gendarmes ont été tués dans une embuscade près de BBA et 20 militaires dans un autre traquenard près de Tipaza. Cette facilité à piéger des éléments censés être bien entraînés pour de pareilles sorties ou déplacements nous incite à nous poser des questions sur l’identité réelle des auteurs des attentats. Autre hypothèse : excepté ceux dont la mission est de protéger la hiérarchie gouvernante, les autres éléments de sécurité seraient faiblement entraînés et équipés pour qu’ils soient une proie facile aux attentats qui justifieraient alors la continuation du terrorisme qui profite, on le sait, aux chasseurs dans les eaux troubles.

    C’est durant cette décennie également que les services de sécurité algériens, répondant aux ordres d’une hiérarchie irresponsable, ont provoqué des désastres écologiques en incendiant les forêts pour l’invraisemblable motif de débusquer les terroristes islamistes. En plus de la destruction de la flore qui accentue le phénomène de l’érosion et de la dissémination de la faune qui donne aux régions brûlées l’image d’un endroit désertique, les populations ont subi de grands dégâts : des arbres fruitiers, des oliveraies, des jardins potagers, des stocks de foin, des ruches et des habitations ne restent que des cendres partout où le feu est passé.

    Notre association est virtuelle en ce sens qu’elle n’a ni agrément, ni local, ni président, ni adhérents sur cartes. Cependant, elle a deux objectifs clairs : 1- dénoncer l’instrumentalisation par le régime algérien de nos enfants engagés dans les corps de sécurité ou appelés sous les drapeaux, 2- se concerter pour trouver le meilleur moyen qui permet la libération de ces services des mains de sa hiérarchie corrompue.

    Vous partagez notre lutte ? Téléchargez cet article et rediffusez-le sur vos sites ou blogs. Vous pouvez également l’envoyer à vos amis. Mais pour permettre au fondateur de cette association de suivre les commentaires et suggestions des intervenants, veuillez mettre des liens dans la partie réservée aux commentaires sur ce site-même.

    Par : Kara Fawzi

    Lien vers le site source : http://www.scribd.com/doc/18201221/AFEVICSRA-Une-association-pour-la-defense-du-peuple-algerien

    Azelmate
    août 8, 2009 20:29

    C’est un appel qui a le mérite d’engager une réflexion pour un rassemblement des forces saines du pays. Logiquement les opportunistes n’ont pas de place comme cet ancien député qui est en perte de vitesse (puisque je vois qu’il est en perte de niveau) en proposant des comités de villages. Il a vraiment découvert l’eau chaude parce que son niveau ne dépasse pas le niveau de la dechra. Un conseil : après la DEC, la députation par erreur, je vous suggère de vous recycler très vite avant que vous ne dépérissiez davantage.
    Je soutiens l’appel.

    Kara Fawzi
    août 9, 2009 22:39

    Nos propres suggestions :

    1- Déposer plainte aux bureaux des instances nationales et internationales contre la hiérarchie des corps concernés pour motifs de négligence, d’incompétence, d’abus de pouvoir, d’instrumentalisation des subordonnés de corps constitués.
    2- Organiser des sit-in devant les ambassades d’Algérie à l’étranger à chaque assassinat d’un élément ou d’un groupe d’éléments de l’armée, de la gendarmerie, de la police ou de la garde communale.
    3- Organiser des sit-in devant les ambassades d’Algérie à l’étranger à chaque assassinat d’un ou de plusieurs civils algériens par les forces de sécurité qui répondent aux ordres de sa hiérarchie, tout en endossant la responsabilité à celle-ci.
    4- Faire appel à une commission d’enquête internationale indépendante après chaque attentat ayant ciblé les forces de sécurité et y ayant occasionné des pertes humaines considérables.
    5- Dénoncer, par tout moyen disponible et / ou possible (Internet, tracts, affichage, presse, discours, marches, etc.), tout attentat ayant visé les corps de sécurité, tout en endossant la responsabilité des pertes humaines à la hiérarchie.
    6- Mener une campagne de sensibilisation, via Internet ou tout autre support, au sein des corps concernés afin de les amener à agir dans le sens de se protéger contre leur instrumentalisation par leur hiérarchie.

    l’algerie triomphera
    août 12, 2009 16:28

    j’adhere pleinnement a cet appel, svp dites moi comment je dois faire pour le signé vive l’algerie

    merouane
    août 12, 2009 18:46

    J’adhère à cet appel, il semble pour moi un espoir pour la réelle démocratisation de l’Algérie…

    ACID
    août 16, 2009 11:54

    j’adhere à cet appel pour mettre fin à la médocrite qui régne au sein de tous les institutions de l’Etat et pour une démocratie réelle; et vive l’ALGERIE.

    DmaghElArous
    août 17, 2009 15:56

    Lisez ce poème et vous comprendrez car ce qu’ils nous ont pris par les armes on l’obtiendra par le même moyen…
    Nation Algérie ou notion d’Algérie (ALGERITUDE)

    Je suis venue au monde par césarienne une nuit où Mère Afrique pleurait
    Je survis maintenant et ma mère, de honte, est partie en pleurant
    Mais je ne connais rien d’elle que cette honte qui sur mes frères pleuvait
    J’aurais dû parvenir dans cette partie du tiers-monde en mourant

    Bien sûr, on a toujours un père, on le dit souvent faux
    Les grandes nations gardent leur père au profond de leur cœur
    Mais je n’ai pas vu de père, il en y a parait-il plusieurs
    Car mon père se résume maintenant à un régiment de généraux
    Sont-ils arabes, berbères, français ou venus d’autres cieux
    Sont-ils partis vers le nord, sont-ils partis vers le sud ou bien ailleurs
    Sont-ils restés à Alger, Oran, Bechar,Ouargla, Constantine et Tamanrasset ?
    Je n’en sais rien d’eux ! Sauf qu’à la place d’une bouche ils ont une sucette

    Une Nation ?? Une notion de nation et comment puis-je être une Nation ?

    J’ai erré depuis juillet 62 comme une chienne de carrefour en carrefour
    J’ai grandi depuis août 65 mais trop tôt sur la paille des têtes de mules
    De soldat en soldat, de crapaud en crapaud et de crapule en crapule
    Je n’ai jamais connu les bienfaits de l’amour
    Et je vis comme une bête, j’attire même trop les mouches
    Et je vis sans le savoir ni comment ni pour quoi
    Pour un dinar on me lève, pour deux francs on me couche
    Et pour trois euros on me fait n’importe quoi !
    Si vous ne me croyez guère, pour trois dollars demander le au Président
    De notre plus folle patrie, c’est le roi des plus crapuleux de nos brigands

    Mais gommez donc vos tatouages et rendez moi ce que je fus
    Une Dame, une vraie Dame avec une vertu et une âme
    de Dieu, de tous les pires soldats que j’ai connus
    Vous qui portez des étoiles, vous croyez voler au ciel,
    Vous êtes bien les plus lâches et souvent les plus cruels
    Frappez-moi, mon peuple préfère le fouet à vos chimères,
    tirez-moi jusqu’au feu, jusqu’au sol, jusqu’à terre
    Mais gardez votre tendresse et laissez au peuple l’espoir
    Mais laissez nos richesses, et regardez-vous dans le miroir
    Je suis née sur un tas de fumier et tout ma vie n’est que notions,
    Mais je vous en supplie, ne me parlez plus de peuple de révolutions
    Gavez mes enfants d’ordonnances, de décrets, de circulaires et de lois
    Vous voyez bien que je ne suis rien, je ne suis qu’Algérie la fille de joie.

    tamezgha
    août 22, 2009 22:12

    vous les signataires de l’appel ,pourquoi vous ne dénoncez pas toute les manoeuvres de ce meme pouvoir illégitime envers la kabylie?? Bien sur que c’est toute l’algerie qui est sous l’emprisme de cette mafia .Mais en kabylie la situation économique est plus que désastreuse le pouvoir en place a fait de cette région une veritable palque tournante de l’islamisme et du gspc,el kaida au maghreb ,pourquoi laisser l’initiative au MAK??
    Pourquoi certains signataires s’inquietent des propos du secretaire du MAK au lieu de faire une analyse objectif du contenue de ce dernier?

    Massinissa
    août 24, 2009 11:10

    L`idee n`est pas dupe, mais je vous recommande d`inclure dans votre appel les resolutions du congre de la sommam qui que les uns ou les autres le veuillent ou non, etait la plan architectural de l`apres 54, autrement dit ces resolutions ont donnes naissance a un nouveau mode d`organisation. Du coup il est tout a fait claire qu`il doit etre classe comme document de reference.

    Mes Amities.

    HMIDA
    août 27, 2009 16:04

    Dénoncer le totalitarisme et l’Etat policier c’est une chose…mais cautionner les revendications séparatistes du MAK ,c’est autre chose….
    Ce pouvoir est appellé a disparaitre tot ou tard…..mais ce que veulent les Kabyles extrémistes est grave est s’ils arrivent a concrétiser leur diabolique plan ,,,ca sera irreversible et c’est l’explosion de notre Algérie………
    Je crains Mhenni farhat l ‘extrémiste Kabyle autant que Hassan hattab l’extrémiste religieux…

    Vousse
    sept 7, 2009 1:55

    Je réponds à M. Hmida en déplorant son opposition dogmatique aux initiatives du MAK. Comparer Mhenni Ferhat à Hassan Hattab est scandaleux! Ce genre de discours vous exclut d’office du débat. Ma foi, concernant vos appréhensions de l’explosion de l’Algérie,vous ferez mieux d’aller soigner votre myopie. Les Kabyles sont un peuple, et ils désirent être reconnus en tant que tel, et ce au risque de vous déplaire. Vous me rappelez, M. Hmida, à travers vos propos, l’archetype des porte-voix du parti unique. Vous n’amenez rien de nouveau au débat; vous versez dans le dénigrement, l’arme du faible à court d’arguments. Vous n »offrez aucun élément de critque éclairée; vous vous empressez dans le jugement normatif dérogatoir qui en dit beaucoup sur votre déficit en matière de tolérrance et de respect d’autrui. Pire encore, vos propos tels que: » mais ce que veulent les Kabyles extrémistes est grave est s’ils arrivent a concrétiser leur diabolique plan » vous trahissent. Vous êtes un raciste primitif. Vous êtes qui pour catégoriser les Kabyles sous de pareils vocables qui plutôt vous décrivent. Auriez-vous un brin de civisme et d’éducation qui vous aurait permis d’exprimer votre opposition au programme du MAK, sans porter atteinte à l’intégrite de son chef? Arrêtez de cataloguer les autres, comme si vous êtes le modèle de la vertu. Franchement, en lisant votre réplique, j’ai eu honte d’appartenir au même pays que le vôtre.

    Mohamed Taleb
    sept 19, 2009 1:54

    J adhere et dennonce l ex attache militaire a Londre l an 2000, colonel benali c est un corrompu il a pris pas mal de pot de vin, il y a beaucoup d affaires a citee mais l une d eux c est la securite presidentielle ces deux enfants jouissent de l education a l etrange sa fille aux etats unis son fils en malaysie!!!

    fareed
    sept 22, 2009 15:26

    Calling for Algerians to sign such petition wouldn’t change that much in the real world. However, it would certainly have an impact if all whose desire to see that corrupt regime collapse and its iron stick broke down, take a further step by singing it.
    Keeping silent or hands crossed in the face of blood-thirsty Generals madness is in no way the right response for Algeria and Algerians’ future.
    I’m completly in favour of such petitions.

    PS: in his comment Mr.Hmida expressed a fear shared by most Algerians regarding the deadly aims and agendas of the MAK which would not only divide the country and its people into racial tribes and regions but would certainly wide-open the political life to illegitimate foreign interference for as long as unstability is a mean for domination.
    I’m totally as an Algerian Arab in favour of united Algeria where any and every concern will be dealt with sincerly, fairly and most importantly nationally.

    galili
    oct 20, 2009 1:53

    Nous devons mettre en oeuvre un mecanisme qui nous permettrait de:
    la collecte des fonds .
    organiser une rencontre.
    rassembler tous les algeriens de bonne foi .
    inspirons-nous des demarches entreprisent par nos idoles de novembre 54,fixons nous une date un lieu.

    Tarik Ben Ziad
    oct 27, 2009 2:53

    Je suis inquiet.
    Quand le texte du !9 mars a été publié sur ce cite, beaucoup de personnes ont réagit mais à ma grande surprise tous les commentaires qui ont vraiment enrichis le texte, même des fois par des contradictions intempestives, ont étés enlevées. Je ne suis pas d’accord et je veux que mon commentaire y soit car avant d’y adhérer. J’avais clairement soumis mon opinion et mon appréciation. . Je souhaite que l’appel et les réactions qui sont en suivies y restent comme telles. Je ne sais pourquoi et qui a prit cette décision .
    Merci monsieur l’administrateur

    Cher frère,
    nous avons signalé, il y a quelques mois, qu’au cours de tentatives de réaménagement du site, et suite à des manoeuvres, nous avons perdu des centaines de commentaires. Le webmaster essaie de les récupérer.
    Salah-Eddine

    sirem13
    nov 1, 2009 11:38

    A mon sens ce n’est pas le fait de cautionner l’initiative qui va changer le cours des choses, il faut une action concrète, qui se résume à une table ronde laquelle va réunir tout les acteurs politiques voulant changer l’état des choses actuelle, qui va parler d’elle par la presse interposée, à l’image du contrat de Rome, certes on va s’attendre que les partis politiques satellites vont aboyer et jeter l’opprobre sur ce nouveau contrat mais c’est une pression de plus et un coup de force pour cette oligarchie illégitime corruptrice et mafieuse.

    lucide
    nov 4, 2009 21:11

    Avant de découvrir votre site, par hasard, j’avais déjà pris connaissance de l’appel du Dr Benbitour, paru dans El Watan. Il est bon de savoir que des Algérien(ne)s sincères se préoccupent de l’avenir de notre pays et prennent la peine de réfléchir au meilleur moyen de le sortir de l’impasse. Nous les soutenons de tout cœur, en espérant avoir affaire à des personnes sincères et honnêtes.

    Permettez-moi, cependant, de faire quelques remarques :

    1- L’Algérie, après avoir connu une période de relative stabilité et un réel espoir de décollage, sous le régime dictatorial de Boumediène, s’est progressivement enfoncée dans la zone des tempêtes et a failli être emportée dans l’œil du cyclone. Il y eut Octobre 88, première lueur d’espoir, vite étouffée, puis le déferlement de la violence et de la haine. La fracture des années 90 est toujours là. D’un côté les « islamistes », ceux qui pensent que « l’islam est la solution », slogan vague mais mobilisateur, de l’autre, les « démocrates », partisans d’un Etat moderne, de type occidental. La frange radicale du premier camp, conduite par des dirigeants inconscients qui ont entraîné la jeunesse dans la spirale infernale de la violence et de la haine, porte une lourde responsabilité devant l’histoire pour tous les drames qu’a connus notre pays durant les années 90 : assassinats d’artistes et d’intellectuels, massacres de populations désarmées, bombes, viols, égorgements, destructions d’entreprises, etc.

    Les seconds (FFS, RCD, PT), partagés entre soutien au pouvoir assassin et manipulateur et refus de toute compromission avec lui, n’ont pas réussi à mobiliser la population pour se débarrasser une fois pour toutes de ce pouvoir illégitime et prendre un nouveau départ. Ce même pouvoir, passé maître es-manipulations a créé le RND, rassemblement de tous les khobzistes-opportunistes, recyclé le FLN et réussi à attirer dans son giron les « islamistes modérés ». Et ainsi, il a pu, en cooptant Bouteflika, un illusionniste recyclé lui aussi, se maintenir au dessus de la mêlée, tirant les ficelles et les dividendes.
    Toute action qui ne fait pas une analyse sérieuse des causes de la division et de l’échec de l’opposition démocrate ne peut aboutir.

    2- Tout parti ou mouvement d’opposition doit d’abord œuvrer pendant des années à la base afin de gagner le respect et la confiance des couches les plus larges de la population, en particulier les plus démunis. Il ne faut pas se faire d’illusions : toute action politique sérieuse doit passer par là. Il n’y a pas de miracle. L’appel du 1er novembre 1954, n’a pas surgi du néant. Des décennies de militantisme l’ont précédé. C’est lorsque toutes les voies pacifiques ont été épuisées que les plus résolus parmi les militants du PPA-MTLD se sont décidés à prendre les armes. Les Algériens ont assisté à trop de manipulations depuis 1962 et ont vu trop d’opportunistes se bousculer au portillon du pouvoir pour ne pas être naturellement méfiants. Il faut donc mouiller la chemise. La libération du pays du joug de la caste mafieuse qui l’a pris en otage est un travail de longue haleine qui demandera beaucoup de sacrifices.

    3- Comment surmonter les divisions ? Voilà la question clé. Trouver une réponse à cette question c’est faire la moitié du chemin.

    Je vous souhaite bon courage, en espérant que votre appel aboutira à une plate-forme d’action concrète qui mettra en marche un véritable mouvement citoyen rassemblant tous les hommes et les femmes de bonne volonté qui ont l’Algérie au cœur et qui ne pensent qu’à son bien, loin de tout esprit revanchard et en laissant de côté la haine et l’exclusion.

    Adm: Franchement, pour ne pas mourir idiot, et pour ne pas être le roi des hypocrites, je suis obligé de le dire, sinon ca va m’etouffer. Ainsi donc vous avez découvert notre existence après les articles de Monsieur Benbitour dans la presse, entre autres journaux, El Watan.
    C’est tout de même fort de café!
    Nous nous décarcassons jusqu’à nous déboiter toutes les articulations, nous hurlons à tous les vents, nous faisons un tapage de tous les diables, nous usons ce qui nous reste de yeux, de doigts, puisqu’avec les claviers il ne faut plus parler de plumes, pour faire connaitre notre mouvement, pour appeler nos compatriotes à nous rejoindre, et malgré tout ce raffut, c’est à peine que nous réussissons à attirer l’attention de nos compatriotes. Dans de bien modestes proportions.
    Et puis, miracle de la démocratie à l’algérienne, voilà que Monsieur Benbitour, qu’il soit mille fois loué, décide de lancer un appel qui ressemble au nôtre, et qui a le mérite d’avoir été lancé, que du coup, toute cette presse qui nous a superbement ignorés, et qui a même fait des efforts pour nous ignorer, puisqu’elle n’a même pas voulu relayer les informations de la presse etrangère sur notre appel, a-t-elle mis toutes ses colonnes à la disposition de Monsieur Benbitour. Le même jour, comme par hasard, come s’il existait une sorte de coordination entre certains journaux, voilà que l’Appel de Monsieur Benbitour est relayé d’une manière on ne peut plus avantageuse. Les mêmes journaux dont on sait avec certitude qu’ils obeissent à des logiques politiciennes, voire claniques, voire mafieuses, nous présentent Monsieur Benbitour comme le Sauveur inespéré. Les mêmes qui écrivent sous la dictée des malfaiteurs qui oppriment notre pays, nous relaient, avec un zèle remarqué, le discours d’un homme qui prétend chasser les malfaiteurs qui dictent son discours à ceux qui nous les relaient. Faut le faire!
    La première remarque qui me vient à l’esprit est que nous sommes de mauvais stratèges. Puisqu’il aurait suffi que nous enrôlions Monsieur Benbitour dans notre belle aventure pour que la presse algérienne parle de nous. Mais c’est juste une première remarque. Qui ne tient pas à l’analyse. Puisque la présence d’autres de nos amis, comme Sidhoum, Simozrag, Dehbi et autres Younessi auraient fait désordre dans l’ordre établi de la presse la plus libre du monde…arabe. Pauvre monde arabe qui est obligé de se payer tous les loosers du monde, et de servir de festival à tous les records de médiocrités.
    Bon! Je me suis laissé aller, c’est vrai. Mais avouez qu’il y a de quoi! Que Monsieur Benbitour veuille bien me pardonner de l’avoir mis au centre de cette petite démonstration. Je suis sûr qu’il comprendra. Il comprendra mon dépit, en tant que journaliste repenti, de constater, une enième fois, que rien n’a changé dans ce foutoir qui se donne des airs, qui se considère comme un quatrième pouvoir, qui croit adouber les uns et ignorer les autres, en faisant croire que c’est lui qui choisit, et que sa belle unanimité, lorsqu’il s’agit de jouer à l’éteignoir, ne lui a pas été dictée. Cela me rappele un bon mot d’un journaliste algérien sur un autre journaliste algérien, lorsqu’il l’a traité de « putain obséquieuse.
    J’ai été journaliste d’un « grand » journal algérien, j’ai connu un de ses directeurs, imposé par un clan du régime, qui allait chaque après-midi, à une heure fixe, prendre ses ordres d’un monsieur X qui lui dictait son contenu du lendemain, sa titraille, et même son « Radar ».
    C’est ce Monsieur « X » qui m’a confié lui même certains détails. Depuis, j’ai de moins en moins de fierté à me présenter comme un journaliste algérien. D’autant que je connais certains détails qui me font rougir rien qu’en y pensant.
    Cette histoire de l’appel de Monsieur Benbitour, que je respecte du reste, et dont j’encourage l’initiative, malgré tout, sans hypocrisie, m’a ramené à une bien triste réalité. Celle, criante, que c’est ce régime que nous combattons, et que nous voulons liquider, qui tient les cordons de la bourse, l’encrier et le crieur public.
    Alors, si nous considérons que nous ne devons pas attendre d’aide de celui-là même que nous souhaitons chasser de nos vies, nous devons mettre une croix sur le rôle de la presse algérienne dans notre combat.
    Cela coule de source.
    La presse algérienne est à refaire. Ce ne sont pas ces apparatchik de l’ex El Moudjahid qui vont devenir des porte-étendards du renouveau. Ces ex_privillégiés du système, bombardés in-extremis journalistes indépendants, et devenus riches à milliards, souvent alliés ou associés aux barons du régime, qui fricotent dans les mêmes rateliers, et qui se vautrent dans les mêmes bauges, ne peuvent tromper que les gogos d’outre-merde. Alors, nous nous en passerons! Internet, puisque c’est le seul moyen pour ceux qui n’ont pas d’argent de prendre la parole, va remédier à la carence.
    Nous allons créer une presse libre, independante, critique, algérienne, fière, rebelle, et farouchement anti brosse. Nous allons le faire, avec des fautes d’ortographe, des articles à dormir debout, sans professionnalisme, mais avec du coeur, des tripes, de la grimace et des gros mots!
    Mais nous n’occulterons pas des évènements majeurs, parce que nos maîtres nous l’ont demandé. Parce que nous n’aurons pas de maîtres. Et nous ne parlerons pas d’autres évènements, en les portant aux nues, parce que nos maîtres nous l’ont commandé.
    Donc, et pour conclure, même si j’ai été quelque peu malpoli, et pour dire les choses comme elles sont, la façon dont la presse a relayé l’Appel de Monsieur Benbitour m’a franchement porté sur les nerfs. Mais bon!
    DB




    0
  • Jubaviii
    18 novembre 2009 at 12 h 52 min - Reply

    Bonjour ;

    Je viens par ce modeste message rendre hommage à cette louable initiative et tiens à m’inscrire dans la même ligné que ses auteurs .
    Notre pauvre ALGERIE , est en proie à tous les maux du monde ; Dictature , Corruption , Clientélisme, et j’en passe. Des soi-disant officiels, loin d’être à la hauteur de leur responsabilité collectionnent échec après échec, allant même parfois à mettre notre pays en périls , sans pour autant en être inquiétés par quiconque . Tous les secteurs du pays son en panne et parmi elles en pôles position : L’Agriculture , l’Education et la Santé .
    Ou allons-nous ? Il est grand temps de se mobiliser afin que le peuple ALGERIEN , notre peuple, sort du gouffre dans le quelle il est et qu’il puisse décider de son avenir en toute
    liberté .
    Que vive l’ALGERIE unifiée, libre et indépendante.




    0
  • BOUKEZOUHA abdelouahab
    19 novembre 2009 at 10 h 38 min - Reply

    ce pouvoir c’est imposé avec des « FLEURS » il ne partira qu’avec des FLEURS .




    0
  • noureddine
    26 novembre 2009 at 12 h 51 min - Reply

    j’avoue que c’est tout le monde qui est au courant de tout ça mais y a peu d’entre eux qui agissent et qui prennent des initiatives. je vous encourage.
    des initiatives pareilles elles sont rares et les gens sont plutot retesson mais dés que j’ai lu le nom du dr fekhar je suis rassuré lui qui est une victime de la dictature algerienne et a qui j’apporte un soutien moral .




    0
  • akli
    1 décembre 2009 at 11 h 23 min - Reply

    desole. moi je epnse que en ce moment le epuple algerien , hommes et femmes et enafnts. nous n,avons aucune chance contre cette pourriture qui dirige ce pays depuis bientot 40 ans ou plus se ne sont tout simplement pas des algeriens pur et ils sont la pour detruire et non pas pour construire mama farnssa les a laiser la bas pour nous donner du batons . se sont les enafnts de lala saoudia et de khalti israel




    0
  • moimeme
    18 décembre 2009 at 7 h 38 min - Reply

    ce pouvoir ne partira jamais, jamais , jamais, tant que le peuple na qu’un seule soucis: son ventre. l’équipe nationale s’est qualifiee a la coupe du monde, et ce que j’entendais dans les interviews…..je félicite l’équipe nationale et je dis un grands merci a notre cher président etc etc etc !!!!!!avec ces gens la vous voulez faire partir ce pouvoir?????!!!!!! hhhhh ne me fait pas rire! vous connaissez la blague de bouteflika……ellah gualeb? écouter cette blague sur youtube! bon chance!




    0
  • batni
    22 décembre 2009 at 3 h 28 min - Reply

    Aux honorables membres du bureau de coordination de l’appel du 19 mars.
    A quand une version en Tamazight de l’appel ?

    Merci

    =======================
    Les frères et soeurs qui sont disposés à nous faire une traduction de l’Appel sont les bienvenus. Ce site est celui de tous les Algériens sans exclusion qui se reconnaissent dans les valeurs et principes de cet Appel. Et c’est à tous de contribuer à ce travail d’information et de mobilisation.
    Fraternellement.
    Salah-Eddine




    0
  • hannane
    7 janvier 2010 at 15 h 23 min - Reply

    relisez la déclaration du premier novembre de 1954.L’image retenue par le peuple en entier était :indépendance du pays.moyen :lutte armée.On ne parlait ni de régime démocratique,socialiste etc..ni d’amazighité, ni d’arabité, ni d’islamité car à l’époque chacun portait les valeurs qu’il voulait.Je vous suggère d’insister sur des notions simples compréhensible par tout un chacun.
    Objectif : 1/ lutter pour l’algéranité du pays qui s’appelle Algérie.
    2/instauration de la démocratie .concept que vous pouvez développer dans un docuement à part en utilisant justement le principe de démocratie pour le définir et l’adapter à la sociologie algerienne dans sa diversité.
    Moyens :grèves revendicatives,sit-in,protestations verbales,écrites par tout moyen notamment internet etc…Bonne chance!




    0
  • Adel
    7 janvier 2010 at 16 h 31 min - Reply

    @hannane

    Bonjour,

    Permettez-moi de réagir à votre intervention.

    Les Algériens ont aujourd’hui de multiples revendications qui ne pourront pas être satisfaites immédiatement. Il y a cependant une condition qui est un préalable et la clé qui donne accès aux solutions: c’est la mise en place de l’Etat de droit.

    L’Etat de droit assurera la justice, la liberté, la sécurité, la concorde, la promotion des compétences, etc., toutes conditions nécessaires au redressement de la situation du pays. Inversement, tout changement qui n’aura pas pour résultat l’Etat de droit nous fera retomber dans les erreurs du passé.

    Il me semble que la mise en place de l’Etat de droit est le minimum sur lequel les Algériens doivent s’entendre aujourd’hui s’ils veulent œuvrer pour le changement.

    Fraternellement.




    0
  • changeons-nous
    10 janvier 2010 at 17 h 44 min - Reply

    Qui êtes vous ? de quelle credébilité vous jouissez ? c’est quoi votre experience en gestion , en politique en melitantisme ? quelle diffence enre les algeriens qui representent le peuple, la classe, le petit peuple et ceux qui sont dans des postes sensibles, importants , reposnsables, hauts responsables, « elus », tc…. sur le moral et scrupule ? c’est quoi le but de votre action: la vengeance , la revanche la rancoeure ou vraiment le chagement positif et servir l’Algerie et le peuple algerien ? qui peut garantir aux gens qui sont potentielement partant pour suivre e vous soutenir et rejoindre un mouvement de changement que vous voulez pas vous aussi les utiliser a des fins personnelles. Comment aucun un intellos ni hommes politiques ni ceux qui veulent representer la conscience du peuple et de ses ambitions, ses aspirations et ses douleurs ne veulent confronter ce pouvoir, incapable. la reponse je pense est simple et bin ur tout le monde la connut mais personne n’aime la dire, c’est que nous pareils nous les algeriens ceux d’enbas ou ceuw d’en haut ou ceux d’acoté . e vrai changement viendra le jour ou on accepte de faire le changement et le sacrifie qui va avec et bien sure les les econes et intellos d’une societé doivent être les meneurs et accepeter les sacrifices , comment retourner vivre au pays,militer au pays, être sur le terrain et ne pas prendre les algeriens pour des imbeciles, les algeriens ont beaucoup depuis 19991.




    0
  • proud to be amazigh
    13 janvier 2010 at 15 h 59 min - Reply

    Mr H’mida, proud to live one day as a lion than all your life as a hen…
    Ayez le courage de voir avant d’écrire ou de parler.
    Notre Algérie,ceux qui nous gouvernent, nous a rendu malheureux (hommes & femmes) et il est temps de réagir mais pacifiquement ca la destruction mene to nowhere.
    Agir, c’est sauver l’Algérie, mettre fin à la pauvreté, combattre ceux qui volent à midi au vu et au su de tout le monde. J’espère que ceux qui mènent ce combat puisse aller plus loin afin de retrouver notre place d’antan sur tout les plans (National et International).
    Merci et Bon Courage Brothers.




    0
  • El Houari
    28 janvier 2010 at 8 h 55 min - Reply

    VOICI UN ARTICLE QUI PEUT DONNER A REFLECHIR DANS LE CADRE DES ACTIONS PACIFIQUE POUR UN CHANGEMENT

    j’ai seulement amenager le titre

    UNE GREVE DE 8 JOURS EN 2010 POUR FAIRE ENTENDRE LA VOIX DU PEUPLE

    Taille du texte:
    26-01-2010 à 17:20
    Photos : Billal
    A l’initiative de l’Association Machaâl Chahid, en coordination avec El Moudjahid, commémoration de l’anniversaire de la grève des huit jours avec la participation de M. Yacef Saâdi
    Une portée politique considérable pour la suite de la lutte de Libération nationale
    A l’initiative de l’Association Maachal Chahid, en coordination avec El Moudjahid, a eu lieu au Centre de presse de la publication, une rencontre commémorative de la grève des huit jours qui a été déclenchée par le FLN du 28 janvier, au 4 février 1957 en prévision de la tenue de l’Assemblée générale des Nations unies qui devait débattre de la question algérienne. La rencontre a vu la participation du colonel Yacef Saâdi, principal acteur et animateur de la grève historique des huit jours. Avant l’intervention du héros de la bataille d’Alger.
    Ce fut Me R’kila, juriste et féru d’histoire, qui aura dans une brève introduction à situer le contexte dans lequel a été décidé la grève des huit jours, contexte particulièrement difficile, dit-il, dans une guerre d’influence dans laquelle l’armée coloniale voulait peser de tout son poids, avant qu’elle ne soit mise en échec par l’organisation mise en place par le FLN qui facilita d’ailleurs la tenue de la grève.

    Alger, “ville morte”

    Le FLN avait décrété Alger “ville morte” durant la grève. C’était là le mot d’ordre qui concerna les autres régions du pays. Alger de part son statut, bénéficie de moyens supplémentaires pour contrer la propagande colonialiste et faire en sorte que la portée de la grève soit répercutée jusqu’aux Nations unies. Dans son intervention M. Yacef Saâdi rappela que l’idée du déclenchement d’une grève avait fait débat dans les sphères dirigeantes de la Révolution armée, avant que ne soit décidée sa tenue. L’orateur a décrit alors dans le menu détail, les préparatifs au niveau de la réunion d’Alger, la coordination à ce sujet avec Larbi Ben M’hidi et Abane Ramdane, la mobilisation de toutes les forces militantes pour faire aboutir un projet politique aussi important que déterminant, la Casbah, comme centre nerveux de la préparation.

    Un moment favorable

    Pour les initiateurs de la grève, il s’agit d’un moment particulièrement favorable pour porter haut le message de la lutte de libération nationale, puisqu’elle devait débuter avec l’ouverture de la session de l’Assemblée générale des Nations unies. Les relais diplomatiques mis en place par la Révolution algérienne, l’appui des pays frères et amis devaient contribuer à ce que le message atteigne son objectif, pour faire entendre aux pays membres de l’Assemblée générale des Nations unies, les souffrances et les sacrifices du peuple algérien, la grandeur de sa lutte. Le succès de la grève devait contribuer puissamment à convaincre de la légitimité de la lutte.
    Il fallait donc préparer très soigneusement cet événement historique dans le déroulement du combat libérateur. Yacef Saâdi en fut le chef d’orchestre.

    Mobilisateur et tacticien

    Parfait mobilisateur des foules, habile tacticien, meneur d’hommes, le héros de la bataille d’Alger a été à l’origine de l’application précise des consignes venues du FLN et du parfait déroulement de la grève. En relatant ces péripéties, on sentait l’orateur gagné par l’émotion à l’évocation des énormes sacrifices qui ont été consentis pour vaincre la brutalité et les crimes de l’armée coloniale. Il était clair que la seule ville à supporter le poids d’une pareille entreprise, relève l’orateur, était Alger. Il fallait passer aux actes et veiller à la sécurité de la population en ne la laissant pas seule aux prises avec l’administration et l’armée coloniales. Il fallait donc gérer la situation avant même le déclenchement de l’opération, et d’abord les rumeurs qui circulaient déjà dans les milieux d’Alger quant à l’imminence d’une grève et que le pouvoir colonisateur ne profite pas de la situation pour organiser l’échec. Quelle période choisir pour la tenue de cette grève, et comment devrait-on procéder ? Telles furent les questions à résoudre, note M. Yacef Saâdi, chargé de la conduite et du succès de cette grève.

    Début de la grève et ouverture de l’AG des Nations unies

    Le début de la grève sera celui du jour où s’ouvrira la session de l’Assemblée générale des Nations unies. La symbolique était grande avec la certitude que l’écho sera puissamment relayé. Il fallait mobiliser la population, notamment les 80.000 habitants de la Casbah, mais aussi des autres quartiers d’Alger. Il fallait impliquer directement la population et faire échec à la propagande colonialiste à partir de laquelle le sinistre général Massu menaçait d’affamer les quartiers habités par les Algériens (les colons disaient les quartiers musulmans), si la grève devait avoir lieu. On devait ainsi parer au pire et au plus pressé, relève Yacef Saâdi. Larbi Ben M’hidi remit à Yacef Saâdi une enveloppe contenant 10 millions de l’époque pour couvrir tous les besoins.

    10 millions remis par Ben M’hidi

    L’orateur note que cette somme, qui était la bienvenue, ne pouvait être cependant suffisante, mais il fallait composer avec. La grève entrait ainsi dans sa phase active, en termes de préparation. Yacef Saâdi fut chargé de toute l’opération. Tu connais Alger, me rappellent les représentants des initiateurs du projet. Yacef Saâdi et ses compagnons avaient alors décidé de travailler en silence pour ne pas attirer les indicateurs toujours à l’affût d’informations, pour ne pas compromettre l’organisation déjà en place et en premier la sécurité des approvisionnements, constitués en prévision du déclenchement de la grève. Yacef Saâdi reconnaît qu’en examinant la situation, il reconnaissait qu’il lui était difficile d’appréhender la suite des événements. L’orateur reconnaît que la tâche était écrasante, passant de la gestion d’un secteur militaire et hériter d’une responsabilité qu’on n’était pas spécialement qualifiés à entreprendre.

    Responsabilité et détermination

    Il fallait, néanmoins, faire preuve de responsabilité et de détermination, d’engagement. Yacef Saâdi parla d’insurrection froide, c’est-à-dire sans usage de la violence. Il avait utilisé aussi le terme de “bras croisés”, mais événement suffisamment imposant pour porter le message de la Révolution algérienne aux quatre coins du monde. La question se posait de savoir comment ne pas perdre le bénéfice de l’élan pris par la lutte armée et la gestion de la grève.
    Toutes ces questions pouvaient laisser penser à des réponses des instances dirigeantes de la Révolution. Mais le temps pressait et il fallait entrer en action, déclencher le processus et rectifier le tir à l’occasion. Yacef Saâdi relate alors la mobilisation qu’il entreprit d’organiser pour informer la population.

    L’engagement des femmes artistes

    Il se retourna vers les femmes artistes, qui étaient très connues dans le pays (Aouichet, Fadéla Dziria et d’autres encore) pour sensibiliser la population en lui portant le message et le mot d’ordre de grève, celle-ci décrétée par le FLN. C’est un véritable travail de fourmi qui fut entrepris dans notre zone de repli, que constituait le domicile d’un certain Boutaleb, en plein cœur de la Casbah, où furent réunies une trentaine de femmes artistes, qui ne connaissaient pas avec exactitude l’ordre du jour de la rencontre, note l’orateur, pensant, dit Yacef Saâdi, à un possible enrôlement dans le réseau des poseuses de bombes. Mais cela était impossible, car ces femmes artistes, à travers leur activité, étaient trop connues par l’administration coloniale.
    Je leur expliquais qu’on avait besoin de leurs services très précieux dans les circonstances qui prévalaient pour porter auprès de la population le message du FLN sur la grève des huit jours. Un ordre de mission leur a été délivré avec cachet du FLN pour pouvoir aller de domicile en domicile, accès facilité par leur statut. Il s’agit de femmes artistes particulièrement connues. Elles jouissaient d’une grande audience et d’un imposante popularité. L’idée de mobiliser ces artistes avait germée dans nos esprits, relève Yacef Saâdi.

    Une initiative réussie

    Ce fut un coup réussi. La mobilisation de ces femmes artistes se fit à la suite d’un léger briefing. Il vous revient de procéder au recensement des familles nécessiteuses pour les mettre à l’abri du besoin, leur ai-je dit, pour la durée de la grève, note Yacef Saâdi. La priorité accordée aux nécessiteux l’a été pour ne pas donner l’occasion à l’administration coloniale d’exploiter la situation.
    Des bons d’achat avaient été préparés et remis au groupe d’artistes. Ces bons d’achat portaient le cachet du FLN. Les commerçants acceptèrent ces bons et participaient à cet élan, car faisant eux-mêmes don d’un partie des marchandises livrées aux bénéficiaires.
    Des consignes furent données à la population pour ne pas circuler durant les journées de grève dans les quartiers habités par les Européens. Il fallait éviter tout rassemblement. Il avait été décrété l’arrêt de la lutte (attentats, etc.). Les possesseurs d’armes devaient les remettre aux instances désignées à cet effet, sauf pour les fidayine qui faisaient l’objet d’avis de recherche de la part de l’administration coloniale. Il fallait en effet leur laisser le soin de se défendre en cas de nécessité. Il avait été demandé aussi d’héberger les pauvres, les mendiants, les sans-logis. Les femmes artistes missionnaires se mirent tout de suite à la tâche. A mesure que les préparatifs s’accéléraient on sentait la fièvre monter. Un fait à noter c’est la ruée des Pieds Noirs vers les magasins d’alimentation pour constituer des provisions en prévision du déclenchement de la grève.
    Ils harcelèrent les services de la préfecture de police pour se faire délivrer des permis de port d’armes. Il fallait donc réagir à ces agissements. 

    90 attentats pour le seul mois de décembre

    Il y a eu 90 attentats, note Yacef Saâdi, durant le seul mois de décembre, tout cela pour provoquer une psychose et obliger les Pieds Noirs à rester chez eux. L’atmosphère était lourde, reconnaît l’orateur. Nous nous préparions à une paralysie volontaire de la situation. Il nous fallait aussi entrer dans une clandestinité intégrale. Comment s’est déroulée la première journée de la grève, pose la question l’orateur en y apportant la réponse qui est celle d’un acteur attentif à tout ce qui se passait dans la ville.

    Le silence était total

    Le silence était total, le matin de très bonne heure à l’heure où les travailleurs avaient l’habitude de se rendre à leur travail. Je sentais que le pari que l’on avait engagé était déjà gagné, relève l’orateur qui rappelle qu’une grande effervescence régnait dans les quartiers populaires à la veille du déclenchement de la grève. Dans la nuit, l’armée coloniale avait encerclé la Casbah. Le dispositif d’encerclement par les parachutistes avait été fait dans le silence, dans le but d’investir les maisons. 5.000, 10.000 parachutistes, on ne peut préciser le nombre, avaient été mobilisés, relève Yacef Saâdi. Dans l’arrière-pays, la région du Sahel d’Alger, il y avait 50.000 autres soldats coloniaux qui n’attendaient qu’un ordre pour investir la ville. L’intervention des groupes armés coloniaux a eu lieu. Elle fut d’une grande brutalité. Au total, la grève des huit jours a été d’une immense portée politique, les objectifs arrêtés avaient été atteints et l’échec de l’administration et l’armée coloniales consommé. Elles qui avaient envisagé la liquidation des structures du FLN, de briser le moral de la population. Toutes les tentatives ont échoué face à la résistance populaire.
    Elle n’ont pas engendré l’effondrement qui était escompté du FLN.
    T. M. A.
    La grève des 8 jours, déclenchée le 28 janvier 1957 à l’appel du Front de libération nationale (FLN), avait un but « politique », celui de faire entendre la voix du peuple algérien qui rejetait la colonisation française, a affirmé hier, le moudjahed Yacef Saâdi. »La grève du 28 janvier 1957 a été envisagée dans un but politique et non militaire. Il fallait faire entendre les cris du peuple algérien à travers le monde et surtout à l’Onu, qui allait discuter de la question algérienne », a souligné M. Yacef Saâdi lors du forum d’El-Moudjahid, à l’occasion de la célébration du 53e anniversaire de cette grève. Il a évoqué dans le détail la préparation de cette grève, depuis sa proposition par Abane Ramdane devant les membres du Comité de coordination et d’exécution (CCE), jusqu’à sa mise en oeuvre.
    Il a ainsi précisé qu’il avait, vers la fin du mois de décembre 1956, rencontré Larbi Ben M’hidi à la Casbah (Alger), qui lui avait fait part de la décision du CCE de déclencher une grève de 8 jours dès l’ouverture de la session de l’Onu. « Abane, auquel revient la paternité de la proposition de la grève, avait fait un véritable plaidoyer pour nous convaincre de l’ampleur d’un telle action. Saâd Dahleb et Benyoucef Benkhedda se sont vite rangés
    de son côté. Exception faite de Krim Belkacem, qui accordait plus d’intérêt à la lutte armée », a-t-il indqué. »Personnellement, j’étais du même avis que Krim Belkacem, mais je ne pouvais rien dire, ne faisant pas partie du CCE. Je me suis contenté de dire à Ben M’hidi que nous commettrions une erreur si nous devions prolonger la grève au-delà de trois jours », a témoigné Yacef Saâdi. Il a souligné que « la grève avait nécessité une préparation minutieuse », précisant que Ben M’hidi lui avait remis de l’argent pour « assurer le ravitaillement de la population à Alger ». « Comment se rapprocher des citoyens et leur annoncer l’intention du CCE (de déclencher une grève) et comment les ravitailler, sans que l’armée française ne s’en aperçoive ? Il fallait apporter des réponses à ces questions », a-t-il poursuivi. Il a expliqué, à cet égard, que des femmes avaient été chargées de faire du porte-à-porte pour informer les gens sur la grève. « Nous avons pu ravitailler la population et la grève avait été une réussite et avait porté ses fruits », a conclu Yacef Saâdi.
    APS




    0
  • ALGERIENNE
    29 janvier 2010 at 23 h 06 min - Reply

    OUI A L’APPEL POUR SAUVER CE QUI PEUT ETRE SAUVE
    A BAS LE REGIME DES GENERAUX TORTIONNAIRES
    A BAS LE MAK SEPARATISTE
    VIVE L’ALGERIE LIBRE ET INDEPENDANTE UN JOUR INCHALLAH
    VIVE TOUTE L’ALGERIE,TOUTE L’ALGERIE
    L’ALGERIE AUX ALGERIENS SANS DISTINCTION AUCUNE

    MERCI




    0
  • H. Mahmoud
    13 février 2010 at 17 h 33 min - Reply

    Demande d’adhésion.

    -Ce n’est qu’aujourd’hui que j’ai pris connaissance de l’appel que vous avez lancé sur votre site internet .Ce retard s’explique par le fait que les cyber-cafés n’étaient pas disponibles d’une part et les gens ne s’y sont pas encore habitués,s’agissant d’une nouvelle technologie difficilement accessible ne serait-ce que sur le plan de la technique de la navigation ,hormi les étudiants que les impératifs des recherches en font la clientèle par excellence.C’est pourquoi,il est difficile que votre appel ait,dans l’immédiat, l’échos escompté,les gens étant encore sous le choc d’une décennie de tous les horreurs,économiquement ruinés et moralement abattus.De surcroit,l’opacité du paysage politique ne préconise nullement une telle ouverture sur un projet ,on ne peut plus louable,mais aux conséquences imprévisibles dans une conjoncture d’injustice et ou tous les caprices et les dépassements d’une caste de généraux fondamentalement anti-nationalistes et psychologiquement détraqués sont permis au nom de lois promulguées en fonction des circonstances et des contingences politiques.Lesquels doivent avoir un mobile encore plus fort que la sauvegarde de leurs privilèges et qu’il convient,peut-etre, de chercher dans le fait que nous avions porté les armes contre le colonialisme français(un acte réprehensible à leurs yeux) leur parrain d’aujourd’hui et à qui il sont déterminés à lui permettre de réaliser ce qu’il n’a pu sur le champ de bataille pour justifier leur statut de valets.Le général De Gaule n’a-t-il pas déclaré : »Nous laisserons parmi vous ceux qui vous combattront quarante ans aprés notre départ?!! »Et oui!Il n’y a pas mieux que des algériens pour mener la vie dure à d’autres algériens.

    – Bien que favorables à la transition démocratique,ils appréhendent l’idée meme de penser politique perçu,à juste raison, comme un sacrilège par une société éprouvée et conséquemment réticente à toute nouvelle aventure fusse-t-elle déterminante de son devenir.

    -C’est pourquoi il serait préférable de passer à une chaine satellitaire à large audience chaque fois que l’occasion se présente(el-djazeera , par exemple, prise comme le forum de la vérité et moyens d’expression des dissidents)afin que vous puissiez etre entendus de tous d’une part et pour les convaincre que malgré tout ce qui s’est passé il est encore possible de réver,d’autre part.Quoique dans le fond,les gens sont unanimes à adhérer au projet de la nouvelle société initié par l’opposition à l’étranger dans son ensemble.Un travail de sensibilisation de longue haleine s’impose et doit constituer l’essentiel du projet afin d’éviter sa perversion par une presse à la solde du pouvoir toujours prete à etre canalisée pour décourager toutes bonnes initiatives et jeter le discrédit sur leurs auteurs et qui ne tarit pas de slogans(obscurantisme islamique,institution d’un régime made in taliban etc…) .Car les satellites du régime sont plus entreprenants à cet égard que le régime lui-meme.Et ceux-sont ceux qu’il faut farouchement combattre pour permettre au peuple de décider souverainement de la voie à emprunter et donner par la meme plus de chance d’aboutissement au projet.Toujours est-il qu’il importe de tirer les enseignements de l’expérience vécue à l’occasion de l’ouverture démocratique de 1989 et épargner au peuple les dérives des »démocrates ».Maintenant que tout le monde sait,au prix d’une tragédie qui aurait pu et du etre evitée ,ou leur idéologie éradicatrice nous a conduit et dont le sinistre bilan en est,si besoin est,témoin à l’endroit de ceux qui continuent de spéculer sur les réelles intentions de nos gouvernants.

    H. Mahmoud
    Retraité-Guémar




    0
  • Le Quotidien d'Algérie » [Audio] Salah Eddine SIDHOUM à Radio Kalima DZ ce 12 02 2010
    13 février 2010 at 18 h 33 min - Reply

    […] 2010 à propos de l’Etat d’urgence en Algérie, de la situation politique et de l’Appel du 19 Mars. Pour une écoute plus aisée, vous pouvez télécharger toute l’émission au format MP3 (25 […]




    0
  • Le Quotidien d'Algérie » [Audio] Salah Eddine SIDHOUM à Radio Kalima DZ ce 12 02 2010
    13 février 2010 at 18 h 33 min - Reply

    […] 2010 à propos de l’Etat d’urgence en Algérie, de la situation politique et de l’Appel du 19 Mars. Pour une écoute plus aisée, vous pouvez télécharger toute l’émission au format MP3 (25 […]




    0
  • Le Quotidien d'Algérie » [Audio] Salah Eddine SIDHOUM à Radio Kalima DZ ce 12 02 2010
    13 février 2010 at 18 h 33 min - Reply

    […] 2010 à propos de l’Etat d’urgence en Algérie, de la situation politique et de l’Appel du 19 Mars. Pour une écoute plus aisée, vous pouvez télécharger toute l’émission au format MP3 (25 […]




    0
  • Le Quotidien d'Algérie » [Audio] Salah Eddine SIDHOUM à Radio Kalima DZ ce 12 02 2010
    13 février 2010 at 18 h 33 min - Reply

    […] 2010 à propos de l’Etat d’urgence en Algérie, de la situation politique et de l’Appel du 19 Mars. Pour une écoute plus aisée, vous pouvez télécharger toute l’émission au format MP3 (25 […]




    0
  • Le Quotidien d'Algérie » [Audio] Salah Eddine SIDHOUM à Radio Kalima DZ ce 12 02 2010
    13 février 2010 at 18 h 33 min - Reply

    […] 2010 à propos de l’Etat d’urgence en Algérie, de la situation politique et de l’Appel du 19 Mars. Pour une écoute plus aisée, vous pouvez télécharger toute l’émission au format MP3 (25 […]




    0
  • Le Quotidien d'Algérie » [Audio] Salah Eddine SIDHOUM à Radio Kalima DZ ce 12 02 2010
    13 février 2010 at 18 h 33 min - Reply

    […] 2010 à propos de l’Etat d’urgence en Algérie, de la situation politique et de l’Appel du 19 Mars. Pour une écoute plus aisée, vous pouvez télécharger toute l’émission au format MP3 (25 […]




    0
  • Le Quotidien d'Algérie » [Audio] Salah Eddine SIDHOUM à Radio Kalima DZ ce 12 02 2010
    13 février 2010 at 18 h 33 min - Reply

    […] 2010 à propos de l’Etat d’urgence en Algérie, de la situation politique et de l’Appel du 19 Mars. Pour une écoute plus aisée, vous pouvez télécharger toute l’émission au format MP3 (25 […]




    0
  • Merzouk
    18 février 2010 at 20 h 11 min - Reply

    Quand j’entends parler de «l’élite algérienne», cela me donne envie de me bagarrer. Dans quelle hauteur siègent ces intellectuels dont vous parlez, M. Sidhoum? «L’intelligentsia» algérienne ! Vous rigolez ou quoi? Vous parlez des intellectuels cooptés par la junte d’Alger? Peut-être parlez-vous des «intellectuels toufikiens». Là aussi je peux vous livrer des noms ? M. Sidhoum, une caserne ne produit pas des intellectuels. Seule l’école peut en produire. Il y a aussi les «marxistes en hibernation» et les autres directeurs de la presse algérienne. M. Sidhoum, ces mecs sont trop repus, trop corrompus pour oser ouvrir la bouche. Maintenant, à vous de me donner dix noms de penseurs algériens dont les vertus d’intellectuelles indépendants dépassent les luttes de clans. Je peux vous donner deux ou trois noms, pas plus.
    M. Sidhoum, les traditions de lutte en Algérie nous enseignent que les révolutions ont toujours été l’œuvre du peuple d’en bas. Le peuple a besoin d’être encadré, me diriez-vous? Je vous l’accorde volontiers. Mais cet encadrement doit être accompli par des Algériens de notre condition. Pas trop riches, pas trop connus, pas trop occidentalisés, pas trop islamisés, mais assez instruits et assez courageux pour montrer aux chefaillons d’opérette qui nous oppriment que nous sommes capables de récupérer notre Algérie. Nous devons l’a reconquérir parce que nous l’avons payée très cher.
    Merzouk
    ben_montreal@live.ca




    0
  • mokrane
    20 février 2010 at 17 h 34 min - Reply

    La déclaration telle rédigée exclut de fait une partie du peuple algérien.Puisque ses rédacteurs décident que l’Algérie demeurera toujours islamique,c’est comme un pays possède une religion.FINISSEZ SVP PAR CES AGRESSIONS EN RESPECTANT LES ALGERIENS:La démocratie est indissociable des droits de l’homme.La laicité est la seule façon de garantir le droit de culte pour chaque algérien;il est libre d’exercer sa foi envers dieu.TANT QUE VOUS NE REVISEZ PAS VOTRE DECLARATION,je ne suis pas signataire de votre déclaration.Un citoyen impérturbable aux moeurs démocratiques.




    0
  • Mbarek
    20 février 2010 at 17 h 35 min - Reply

    Il faut une chaine satellitaire en urgence.




    0
  • joe
    27 février 2010 at 17 h 53 min - Reply

    las de trop pleurnicher
    passons a l’action
    en Espagne, au Chili, en Pologne, et dans pas mal de pays issus du bloc communiste se sont vu acquérir leur liberté en sortant ds la rue face a tout le monde




    0
  • noureddine
    27 février 2010 at 22 h 23 min - Reply

    j’aimerai bien savoir pourquoi toujours vous parlez le l’annee 1954 et oublier 1830…car l’algerie a perdue presque six millions de chouhada pendant 1830 jusquau 1954…meme jai des familles perdue leurs vie a cette epoque..si en veu une algerie puissante avec des droit clair il faux iliminer ce gouvernement tous…et en comencera a nouveau…sinon en risquera d’etre des esclave de ce rigime dectateur venant de la france…la france roule le payer mes freres..bouteflika ne ferra rien sans cette merde de france…alors la solution c davoir une bonne fetwa pour agire fetwa pour que nos peuple comprenent bien que ce gouvernement il faux le faire disparaitre..ce nest pas en parlant quand construit une maison…c avec reaction….avec une marche,greve,,ect ca ne changera rien…lalgerie bye bye si vous croyer a une marche ou une greve….il ya pas un seule citoyen qui benificier de notre richesse..toujours les meme histoir..avec boumeddienne avant jusque ce nedroumi de boutef….les homme elhamdoulillah il yauna plein en algerie et a letrange…mais la solution c bien une fetwa pas du bla bla..cva changera rien de parler…en veut des homme dans le terrain…dans les bureaux a mon avis c presque complisse..
    merci et bonne continuation




    0
  • nabil
    11 mars 2010 at 22 h 48 min - Reply

    trop c trop, j ai envie de pleurer lorsque je voie ma belle douce Algérie pillé par des voleurs et des vermines de ces enfants a dire que cette vermine ne pense qu’a ruiner le peuple algérien et s’enrichir derrière, j ai envie d’une révolution réel pas des idées in-faite




    0
  • Zineb Azouz
    19 mars 2010 at 13 h 56 min - Reply

    @Batni

    Vous voulez une version Tamazight en lettres latines ou arabes ? et vous voulez une version tamazight comprise par quelle région au juste ? Pour votre gouverne si ce texte devait être traduit dans le but d’être compris par les amazighophones, c’est peine perdue, nous sommes tous au moins bilingues et ceux parmi nous qui sont analphabètes (et Dieu sait qu’ils sont nombreux) voudront écouter chacun dans son parlé notre texte.
    Sachez que n’avons rien à prouver en matière de respect de notre culture, notre langue et notre histoire.
    Cordialement,
    ZA




    0
  • batni
    20 mars 2010 at 2 h 15 min - Reply

    Madame Zineb,
    Je ne comprend pas votre questionnement. Je veux juste voir la version de l’appel dans ma langue maternelle, je ne pense pas que ma demande soit déplacée.
    Je vous rappelle que vous êtes signataire de cette appel et en tant que telle, on doit respecter l’esprti de cet appel.

    Mes respects Madame,




    0
  • karima
    20 mars 2010 at 11 h 54 min - Reply

    Ne rien laisser au hasard est vital quand il s’agit de ce genre de combat.Ce que Batni demande en somme est noble et n’a rien de contradictoire avec l’appel du 19 mars.On ne peut nier sa propre culture et sa langue, tout de meme.Desamorcons certaines bombes qui peuvent nuire aux generations futures.Vives les langues qui nous toutes du grand et tout-puissant Ellah qui est la beaute elle-meme.Le chauvinisme arabe ne tire pas ses sources de notre noble religion mais plutot de forces obscures, malsaines, vicieuses et destructrice des cultures populaires.




    0
  • HADJ – MESSAR ( ESPAGNE )
    21 mars 2010 at 11 h 55 min - Reply

    Bonjour à Tous et à Toutes, AZUL.
    Mr L’Administrateur, AZUL. au nom de la liberté de l’expression merci de ne pas censurer .
    Algériens, Algériennes, réveillez-vous prenez conscience de votre situation. Votre hibernation a assez duré:
    >>- 3.5 siècles sous les ottomans,>>- 1.5 siècles sous les gaulois et>>- 50 ans sous l’ignorance et la fainéantise .
    Votre problème n’est ni Son Excellence Abdelaziz Bouteflika , ni Le General Major du D.R.S ni la rente pétrolière , ni la haine que certains d’entre vous qui désirent semer entre les différentes communautés de notre beau pays, ni les élections présidentielles , ni le chômage, etc…Mais votre problème trouve sa source au fin fond de votre esprit et provient de votre aveuglement sur ce qui se passe sur la planète terre.
    Cette façon de voir les choses n’est que celle des tayabettes d’el hammam », Ne progresse pas de l’erreur vers la vérité, mais de vérités en vérités, d’une vérité moindre à une vérité plus grande.
    Votre corps vous parle mais vous ne décodez pas son langage ou vous ne voulez pas décoder. Votre corps pourrait vous apprendre tellement sur vous-même, sur ce que vous êtes réellement ! Il pourrait vous permettre d’enlever beaucoup de voiles si vous vous harmoniser avec lui .Harmonisez vos pensées et votre corps, Harmonisez l’amour profond que vous avez pour votre corps envers votre Pays et votre pensée et le divin en vous.
    Cette façon de voir les choses n’est que celle des tayabettes d’el hammam »,
    Réveillez-vous mesdames et messieurs, ne vous laissez pas emporté par les dires de certains Déserteurs et Opposants , nous ne sommes plus au moyen âge, mais au 21éme siècle.
    Prenez juste le temps d’une seconde pour regardez autour de vous et constatez où en sont arrivées les nations qui hier encore connaissaient la famine. Voyez, la Malaisie, l’Inde, le Pakistan, l’Indonésie et l’Iran.
    En quoi sont-ils meilleurs que nous pour avoir atteint ce degré de développement ? Où se trouve leur secret ? Quelle est leur recette ? Est ce c’est à cause de la démocratie dont ils jouissent ? Est ce pour une raison de gouvernance ?
    Est ce que parce que Son Excellence Bouteflika et le General du DRS ne sont pas chez eux ?
    Toutes ces questions n’ont qu’une et unique réponse: C’est parce qu’ils aiment leurs pays plus que tout et ne permettent à personne d’y toucher.
    La seule politique que ces peuples connaissent et qui les intéresse c’est celle de la connaissance et de la technologie.
    Est ce convenable qu’un véritable citoyen divulgue aux ennemis d’hier et d’aujourd’hui, les vrais ou faux secrets qu’il détient sur son pays ? Est ce convenable qu’un Algérien souhaite la destruction par el Qaïda de son pays?
    Arrêtez Algériens de vous déchirer entre vous et de vous lamenter indéfiniment sur votre sort.
    votre unique ennemi n’est ni Son Excellence Abdelaziz Bouteflika , L’ANP ? ni La DRS ni L’Etranger , c’est la flemme et l’ignorance , de certains d’entre vous .
    Que vous vous revendiquez d’être arabe, kabyle, Chaoui, mozabite, soufis, tergui, chaambi, apache , sioux ou les derniers des Mohicans cela importe peu.
    Ce qui importe c’est l’avenir et la façon d’en nous devrons nous préparer pour affronter le péril qui guette nos enfants et les futures enfants de nos enfants.
    Pourquoi en vouloir à celui que la majorité du peuple a choisi pour le gouverner.
    Sans Son Excellence Abdelaziz Bouteflika , Le Responsable du D.R.S , L’A.N.P et les Services sécuritaires où en serions-nous aujourd’hui avec le terrorisme, l’intégrisme et ces séparatistes qui veulent diviser notre beau Pays L’Algérie  » UNIE » depuis la nuit des temps ?
    C’est un peu la fable de l’âne, du meulier et de son fils.
    On a même reproché à Son Excellence Abdelaziz Bouteflika de révéler certaines de nos vérités que nous essayons de cacher aux autres et même à nous même.
    Je me rappelle comme en ce jour où lors de sa visite au CHU d’Oran, un professeur de médecine en compagnie de deux cents, de maîtres-assistants et de docteurs, lui avait fait visiter un laboratoire de cytophysiologiste.
    Pour impressionner Son Excellence le Président et la délégation qui l’accompagnait, il a voulu lui faire une démonstration pratique d’analyses . Le professeur a commencé à lui dire tout en manipulant ses tubes et réactifs « Votre excellence nous prenons un tube nous mettons un peu de sang du malade, nous ajoutons une goutte de réactif, etc… » Au bout d’une demi heure, tout satisfait le professeur lui dit « Voilà Son Excellence Monsieur le Président ce que ça donne… »
    En toute simplicité, Son Excellence Abdelaziz Bouteflika lui dit « Monsieur le Professeur, toutes ces manipulations et ces réactifs pour déterminer s’il y avait ou non présence’ de glucose ou de nitrate de sodium, nous les avions fait en troisième au lycée. Aujourd’hui il y a tout une panoplie de chromatographes où vous mettiez une particule de ce que vous vouliez analyser et au bout d’une seconde vous aviez le résultat de toutes les analyses que vous cherchiez » Nombreux journalistes avaient critiqué à l’époque cette intervention de Son Excellence le Président . A mon avis mes amis, le professeur aurait dû montrer les tubes et les réactifs et de dire au président  » Son Excellence Monsieur le Président regarder nous sommes encore à l’époque de Pasteur et de Lavoisier, alors que ces analyses auraient pu être effectuées en quelque secondes au lieu d’une heure avec toutes les erreurs qui peuvent se produire au cours de la manipulation. » >>>– TOUS, TOUS LES HONNETES ALGERIENS SONT AVEC SON EXECELLENCE ABDELAZIZ BOUTEFLIKA ET MEME LES OPPOSANTS RECONNAISSENT SES CAPACITES DE GRAND DIPLOMATE ET DE GRAND CHEF. Bonne reception et Bonne lecture .
    «SANS RANCUNE»

    =================
    Vous êtes un véritable provocateur, mon cher Hadj Messar d’Algérie (Espagne virtuelle). Nous ne censurons pas, car de temps à autre, il faut bien se marrer !!!!
    La Rédaction




    0
  • jnsplu
    21 mars 2010 at 13 h 32 min - Reply

    @Hadj Messar.

    J’avais lu autrement votre pseudo. J’ai du le relire à deux fois.

    J’allais vous répondre mais comme vous dites si bien  » J’ai la flemme » comme tous mes compatrioets qui ne mangent pas suffisamment et qui triment tout le temps pour rien alors que des ignares se paient de luxueux palais à l’étranger.




    0
  • Ammisaid
    21 mars 2010 at 14 h 27 min - Reply

    Assalam, azul, bonjour
    Au frère Hadj Messar
    Franchement, vous êtes le messie que nous attendions depuis longtemps sur le site LQA.
    Votre plume respire le bon sens e la sincérité.
    Nous n’arrivions pas à voir en son excellence un sauveur, un prophète, un ange, un nouveau Moussa que la paix et le salut dieu soient sur lui qui est devenu du pharaon qui nichait en nous.
    Il nous a ouvert l’autoroute de l’est à l’ouest et nous ne l’avions pas cru.
    Il va nous construire la grande mosquée du monde et de tous les temps et nous l’avions pas cru.
    Il nous a transformé la décennie noire en une décennie de fraternité, de prospérité, de réalisations grandioses, de paix et de sécurité, de youyou stridents à chaque coin et recoin de notre pays…nous ne l’avions pas cru.
    Il a failli obtenir le prix nobel de la paix, de la médecine, de l’économie…nous ne l’avions pas cru. Il a sorti le métro de sous la terre pour le mettre dans les airs et nous ne l’avions pas cru.
    Il a préparé pour sa succession son excellence son frère, nous ne l’avions pas cru.
    Il a terrassé la corruption, l’ignorance, les bidonvilles, la misère, le chômage, le suicide, l’alcoolisme, la toxicomanie, le harraguisme, la hogra, la torture…nous ne l’avions pas cru.
    Il nous a rendu notre liberté, notre dignité et il a ressuscité nos valeurs ancestrales…nous ne l’avions pas cru.
    Il nous a rendu le respect partout dans le monde, nous ne l’avions pas cru.
    Il a fait qualifié l’Algérie à la coupe du monde et il a rendu son Algérianité à ZIDANE, nous ne l’avions pas cru.
    Il ouvert les prisons, il a fermé tous les hôpitaux psychiatries et il a éradiqué toutes les maladies graves et mortelles, nous ne l’avions pas cru.
    Il a instauré un démocratie dont s’inspire les grandes puissances du monde, nous ne l’avions pas cru.
    Il a rendu la justice plus juste que la mort et donc, il a purifié nos coeurs qui d’eux mêmes interdisent à nos corps de pécher, de voler, de mentir, tuer, de tromper, de ruser, de dominer, de violenter, de violer, de frauder, de manipuler…au point ou nous pouvions laisser la porte de nos foyers ouverte sans aucun risque, au point où tout l’argent qui a été volé est rendu au trésor publique, au point que tout le monde est devenu juste, honnête, solidaire…et surtout ceux qui sont en haut, nous ne l’avions pas cru.
    Par la grâce et grâce à son excellence, de nos puits de pétrole coule le miel, de nos robinets coule l’eau de zemzem, de notre ciel tombe la manne et la caille, de nos langues coulent des prières de paix et de bonheur, de nos arbres fruitiers nous cueillons des fruits de djenat elfardaouss, de nos esprits sortent des idées que la vérité jalouse…et nous n’avions pas cru.
    Je crois cher frère Hadj Messar, pour ne pas trop traumatiser les lecteurs de LQA, que son excellence s’est trompé de peuple ou il n’a pas le peuple à la hauteur de son excellence, de son immensité et de sa gloire.
    Fraternellement à toi, à toutes et à tous




    0
  • HADJ – MESSAR ( ESPAGNE )
    21 mars 2010 at 19 h 28 min - Reply

    @ >>> La Redaction ,Bonsoir , AZUL .
    Je ne suis pas un provocateur et je n’ai provoqué Personne sur ce Forum , car celui qui Provoque , exige ou menace , perd tout droit à la courtoisie.
    l’Adage a dit .
    Je choisis mes amis pour leur bonne présentation, mes connaissances pour leur bon caractère et mes Adversaires pour leur bonne intelligence. Un homme ne peut être trop soigneux dans le choix de ses Adversaires.
    Je ne vous le cache pas , je lance mes commentaires de L’Espagne vers un site de quelqu’un qui se trouve loin de ma Wilaya d’origine pour plus de sécurité , ces commentaires sont lancés par la suite aux forums prévus a cet effet .
    Vous avez raison de dire .
    ( Espagne virtuelle ) cela vous revient de droit .
    Celui qui se sera étudié lui-même sera bien avancé dans la connaissance des autres.
    Amicalement Votre et




    0
  • HADJ – MESSAR ( ESPAGNE )
    21 mars 2010 at 21 h 16 min - Reply

    @ Au Frère Ammi-Said Essalem AZUL Fellak , Bonsoir .
    Ammi-Said a écrit .>> ( Il va nous construire la grande mosquée du monde et de tous les temps et nous l’avions pas cru ).
    Mes respects, , je ne suis ni Chef de Zaouïa ni un cheikh d’une ville ou d’un village.
    Puisque vous avez cité la grande Mosquée d’ALGER j’ai moi aussi mon mot a dire .
    je suis d’une nature très simple et de la jeunesse contemporaine.
    Louange à Allah pour le début et pour la fin. C’est lui certes qui nous a accordé la faveur du Coran qui est la meilleure .Y a-t-il une faveur plus grande que celle du Coran ?
    >>Nous vivons sous son ombre, nous sentons sa belle odeur, nous mangeons de ses jardins et nous nous traitons par son remède guérissant pour nos corps et âme.
    >-L’Algérie construit , face à la baie d’Alger , la 3e plus grande mosquée du monde après celles des lieux saints de l’islam , la Mecque et Médine, pouvant accueillir 120.000 fidèles , avec un minaret s’élevant à 300 mètres , le plus haut du monde , selon ses promoteurs .
    Les Algériens doivent découvrir dans les prochains jours la maquette et le style architectural de ce méga projet , dont le coût officiel n’a pas été révélé , mais qui pourrait flirter avec les trois milliards de dollars , selon des architectes locaux .
    « L’Algérie manquait d’une grande mosquée emblématique de la période d’après l’indépendance.
    Cette réalisation sera à la hauteur des ambitions du peuple algérien. Son emplacement est symbolique. Alger et sa baie ont été les témoins de la résistance à travers les siècles du peuple algérien » aux envahisseurs venus de la mer, a déclaré le ministre des Affaires religieuses Bouabdallah Ghlamallah . Alger compte trois grandes mosquées historiques : Djamaa el-Djedid, construite en 1660,
    Djamaa el-Kébir, construite au XIe siècle, et la Ketchaoua, en bas de la Casbah, construite en 1794 sous les Turcs, convertie en cathédrale pendant la présence française (1830-1962), et consacrée à nouveau en lieu de culte musulman après l’indépendance.
    Selon le cahier des charges, la nouvelle mosquée sera édifiée sur une assiette de 20 hectares, dans l’axe de la baie d’Alger. Elle disposera d’une salle de prière de 40.000 places et d’une esplanade pouvant accueillir jusqu’à 80.000 fidèles et sera le troisième plus vaste lieu de culte musulman au monde, après les mosquées de la Mecque et de Médine (Arabie saoudite).
    Son minaret sera plus haut d’une centaine de mètres que celui de la mosquée Hassan II de Casablanca (Maroc) . Il abritera sur 15 niveaux une bibliothèque, un institut supérieur d’études islamiques, un musée d’art et d’histoire, une plate-forme d’observation de la baie…
    La mosquée le noyau d’un complexe cultuel comprenant une maison du Coran, un centre culturel, un centre multiservices, un centre sanitaire, un hôtel, des restaurants, un parking, un immeuble d’habitation, un autre pour l’administration et des espaces verts . L’inauguration de l’édifice devrait intervenir en 2013.La nouvelle mosquée d’Alger constituera avec celles de Constantine, inaugurée en 1984, et celle d’Oran , en voie d’achèvement , un chapelet de trois mosquées géantes s’étendant d’est en ouest .
    La mosquée Emir Abdelkader de Constantine (est) , dotée de deux minarets de 120 mètres chacun et d’un dôme de 5 mètres de diamètre, s’étend sur 11.000 M2 et peut accueillir jusqu’à 10.000 fidèles. La future mosquée Ibn Badis d’Oran ( ouest ) , aura un minaret culminant à 104 mètres et une coupole de 25 mètres de diamètre . Elle pourra recevoir jusqu’à 60.000 fidèles.
    Les deux édifices disposent d’importantes annexes: écoles coraniques, centres culturels, bibliothèques, espaces récréatifs.
    Depuis 1962 , l’Algérie a mis en chantier une mosquée par jour . Elle en compte actuellement 15.000 en activité et 3.400 en construction, selon les chiffres officiels. Bonne réception, Bonne lecture et




    0
  • Mohand Slimane
    21 mars 2010 at 22 h 04 min - Reply

    @ Hadj Messar,
    Je ne sais si vous parlez sérieusement ou vous nous menez en bateau en parlant du régime algérien. Dans le 1er cas, vous êtes certainement un ancien rédacteur d’El Moudjavid. Dans le 2e cas, vous êtes un virtuose de la comédie.




    0
  • jnsplu
    22 mars 2010 at 1 h 49 min - Reply

    @ Mohand Slimane.

    Non, ni l’un ni l’autre. La forme du langage qu’il utilise renvoie tantot à certaines diciplines de la psychologie telles que celle du goody langage, tantot à la philosophie des arts martiaux, relaxation, concentration et attitudes mentales à adopter et tantot à une vacance. Ce qui laisse entrevoir une personnalité assez typique FLN et je dirais plutot qu’il serait attaché d’ambassade quelque part et défend sa croute.

    Souhaitons lui la bienvenue parmi nous et faisons lui de l’espace, plus on est de fous plus on rit, comme dit le proverbe.

    Sans rancune

    jnsplu@jnsplu.tk




    0
  • algerieforte
    22 mars 2010 at 3 h 05 min - Reply

    Il ne faut surtout pas laisser passer ces criminels, corrompus et voleurs de richesse d’Algerie…depuis le president boutflika au autres responsables de l’armée et des ministères..Algériens devant l’histoire et a la promesse jurés a nos frères et pères qui ont donnés leur vie pour ce beau pays ne laisser pas passer ces criminels..c,est la bonne facon de les detruires car ils nous ont détruits et abusés de notre confiance. de toute facon ne comptez pas sur la justice algérienne..vive l’algérie




    0
  • jnsplu
    22 mars 2010 at 11 h 53 min - Reply

    @Mohand Slimane.

    Body language au lieu de gody language




    0
  • HADJ – MESSAR ( ESPAGNE )
    22 mars 2010 at 12 h 02 min - Reply

    @>> Droit de reponse à jnsplu , AZUL .
    Merci de m’avoir souhaier la Bievenue sur ce Forum que je le trouve Démocratique et transparent .
    On peut répandre la lumière de deux façons ; être la bougie ou le miroir qui la reflète.
    On rit mal des autres, quand on ne sait pas d’abord rire de soi-même
    La race humaine doit sortir des conflits en rejetant la vengeance, l’agression et l’esprit de revanche.
    Le seul moyen d’en sortir est l’amour.
    Allah ghaleb , je suis obligé de defendre Mon Pays et les Nationalistes qui aiment leur Pays .
    Vous voulez vous aimer :
    aimez-vous donc dans les autres ; car votre vie est dans les autres  » tous les Algeriens et Algeriennes  » , et sans les autres votre vie n’est rien.
    Si, en effet, Internet a beaucoup à offrir à qui sait ce qu’il cherche, le même Internet est tout aussi capable de compléter l’abrutissement de ceux et celles qui y naviguent sans boussole.
    Redouté par les uns et adulé par les autres, le réseau des réseaux présente un double visage : ce peut être à la fois un danger et un vecteur de liberté.
    On peut avoir des raisons de dire la vérité ; d’éviter un scandale ; mais comment défendre l’homme par qui le scandale arrive et qui ne dit pas la vérité , Les scandales de l’internet sont comme les trous aux chaussettes des Pauvres . On ne s’en inquiète pas tant qu’on est le seul à en connaître l’existence.
    .




    0
  • HADJ – MESSAR ( ESPAGNE )
    22 mars 2010 at 12 h 39 min - Reply

    @>>> Mohand Slimane . AZUL .

    C’est vrai vous avez raison comme dit Le Sage .
    >  » Non seulement nous sommes tous embarqués sur le même bateau mais nous avons tous le mal de mer .
    Un bateau est utile pour traverser une rivière mais une fois la traversée effectuée, il n’est pas nécessaire de poursuivre sa route en emportant le bateau sur ses épaules.
    Pensez deux fois avant de parler et vous parlerez deux fois mieux. « 




    0
  • karima
    22 mars 2010 at 13 h 35 min - Reply

    @Hadj-messari, faire passer un message universaliste en insultant les autres , point d’exclamation.Enfin, pour moi vous representez une autre verite avec laquelle je dois compromettre pour votre bien-etre et le mien




    0
  • BRAHIM
    22 mars 2010 at 13 h 42 min - Reply

    @HADJ-MESSAR (ESPAGNE) répond à l’administrateur de LQA en disant « Je ne vous le cache pas , je lance mes commentaires de L’Espagne vers un site de quelqu’un qui se trouve loin de ma Wilaya d’origine POUR PLUS DE SECURITE pour plus de sécurité , ces commentaires sont lancés par la suite aux forums » Je ne comprends pas pourquoi ce @HADJ-MESSAR (Espagne) parle de sécurité . De qui a-t-il peur ? Il y a Boutef, l’armée, le DRS, les Tagarins qui sont ses potes, où est le danger ??? Bizarre, Bizarre ce gars là !!!




    0
  • HADJ – MESSAR ( ESPAGNE )
    22 mars 2010 at 17 h 51 min - Reply

    Bonsoir à Tous et à Toutes . AZUL .
    Ammi-Said mes Respects .
    En Algérie Le processus de restauration de la paix civile a été engagé au lendemain de l’élection présidentielle de Son Excellence Abdelaziz Bouteflika selon trois axes directeurs ;

    1, Le premier visait à réaliser un consensus National pour rétablir la concorde civile. À travers la loi du 13 juillet 1999 adoptée par une majorité écrasante du Parlement et approuvée par référendum du 16 septembre 1999. Cette loi définissait, pour l’essentiel, les conditions d’exonération des poursuites judiciaires , de la mise sous probation et d’atténuation des peines .
    Elle a concerné environ 1600 personnes repenties qui ont déposé les armes, et a permis d’élargir des milliers de détenus.

    2. Le deuxième axe a consisté à poursuivre la lutte contre le terrorisme est actuellement endigué et ce, grâce :
    – au maintien des dispositifs de prévention et de sécurité publique et en particulier, de l’état d’urgence :
    – au renforcement et à la modernisation des corps de sécurité et de la garde communale ;
    -à la mise en oeuvre d’une stratégie adossée à une diplomatie active et ciblée , qui a permis de tarir les sources et les soutiens étrangers du terrorisme interne ;
    -une plus grande implication des citoyens dans la défense de leur famille , de leurs biens et de leur territoire .
    Aujourd’hui, l’insécurité et le temps de la peur sont derrière nous et le terrorisme, qui de fait, à tous un couvre-feu crépusculaire, ne paralyse plus le pays. la circulation des personnes et des biens est redevenue normale , les populations rurales reviennent chez elles après un exode massif , et les étrangers fréquentent , à nouveau , l’Algérie mise en « quarantaine » , durant une décennie , par la communauté internationale.

    3 . la troisième axe directeur a porté sur la mise en place des conditions de nature rassembler et instaurer un climat de concorde comme première étape du processus devant conduire à la réconciliation nationale et ce , à travers :
    – un discours politique constant et déterminé en faveur de la réconciliation nationale ;
    – le partage de la responsabilité politique dans la conduite des affaires dans la cadre d’une coalition gouvernementale regroupant plusieurs partis et sensibilités et dont le noyau dur a su résister à toutes les épreuves durant le quinquennat ;
    – la réhabilitation de figures historiques et de personnalités politiques , culturelles et religieuses , de toutes les sensibilités , en reconnaissance du rôle qu’elles ont joué dans le mouvement de libération nationale et d’émancipation culturelle du pays ;
    -l’encouragement de toutes les associations et mouvements de pondération et de tempérance (comme les associations de zaouïas), capables d’offrir des alternatives aux extrémismes , de contribuer à l’apaisement des tensions et de favoriser la restauration de la paix civile .




    0
  • Hadj Zoubir
    22 mars 2010 at 18 h 55 min - Reply

    @Hadj Messar,
    Merci cher agent Messar. Vous jouez très bien votre rôle que nous vous avons défini dans notre service de Ghermoul. Il y a des petits gredins sur ce site qui vous soupçonnent, mais la grande majorité est tombée dans le piège. Elle gobe notre propagande sur Son Excellence et prend cela pour la liberté d’expression.
    Vous êtes un très bon élève. Une seule erreur cependant: il ne fallait pas dévoiler que vous envoyez vos messages d’Espagne via l’ Algérie. Ils vont se rappeler de nos faux messages qu’on envoyait au nom de Zitouni, emir de notre GIA, des « maquis » de Chréa à Londres via la caserne de Ben Aknoun.
    C’est très bien. continuez à intoxiquer.
    Votre chef hiérarchique
    Hadj Zoubir




    0
  • jnsplu
    22 mars 2010 at 20 h 03 min - Reply

    @ HADJ – MESSAR ( ESPAGNE ) par jnsplu.

    Azul felakh.

    Quels grands mots, mon cher : Droit de réponse. Tant que ça. Sur quoi ? Me suis adressé à vous, ai-je parlé de vous ? Et même en admettant. Ai je contrevenu à une loi impérative qui vous définit des droits spécifiques sur ce forum que je n’aurais pas respecté ? Tous ici, savent que je ne suis pas le genre à prendre à partie qui que ce soit et d’ailleurs toutes nos discussions se font dans le respect le plus absolu depuis plus d’un an et nos différents ne sont pas de nature litigieuse mais fraternelle.

    Ou bien votre droit de réponse résulte du fait que j’ai parlé de souhaiter la bienvenue au nouveau. Eh bien puisque vous pensez que c’est de vous qu’il s’agit cela devrait vous réjouir, pas à vous sentir rejeté.

    Je n’ai jamais prétendu répandre la lumière ni comme une bougie, ni comme un miroir, ni meme comme une lanterne comme vous semblez savoir le faire. Je ne sais pas le faire. A peine si je vois le bout de mon nez dans ce tunnel ou je suis. D’ailleurs jnsplu rien. Je crois que j’apporte par la la preuve que je sais rire de moi même un tout petit peu, non ? Et je n’ai jamais prétendu rire des autres, j’ai parlé de rire entre fous que nous sommes de ne pas comprendre que tout est amour et félicité dans le meilleur des mondes. C’est qu’il y des nuances sur le site tissées au fil des mois et que vous arriverez à comprendre un jour, si vous résistez jusque là. Les gens se connaissent plus ou moins, meme si tout ne semble que pseudos qui changent tout le temps, les styles d’écriture eux ne changent pas et définissent à qui on a affaire lorsqu’on sait les déchiffrer, n’est ce pas ?

    Je pourrais être d’accord avec vous pour dire que « la race humaine doit sortir des conflits en rejetant la vengeance, l’agression et l’esprit de revanche » si tu m’indiques les moyens d’y arriver. Les prophètes depuis Adam et jusqu’à Jésus n’ont pas cessé de le précher en pure perte ». Notre religion à nous nous dit ni trop ni trop peu , le juste milieu. Ne sois pas malléable jusqu’à ce qu’on te presse et ne sois pas rigide jusqu’à ce qu’on te casse. Je crois que c’est un hadith de notre prophète, mais je n’en suis pas certain. Notre religion à nous est de pardonner lorsqu’on peut se venger au moment ou on peut se venger afin que le fautif ressente sa faute, mais l’exercice de la vengeance est un droit divin qui est laissé au libre exercice de la victime lorsqu’elle a réellement les moyens de l’utiliser. On ne peut pas pardonner lorsqu’on n’a pas la capacité de se venger en Islam. Alors en attendant que l’humanité changera je ne pense pas que je serai la pour le voir, ni personne sur ce site.

    Vous me conseillez de m’aimer dans les autres. C’est un peu ambigu pour moi, car notre prophète nous dit aimez vous les uns les autres et ça je ne crois pas avoir attendu votre conseil car sinon je ne serai pas sur ce site J’aime et je suis aimé grace à Dieu. Mais merci quand meme, quoique le conseil chez les musulmans est soumis à des conditions de forme et de fond, mais ma3lich…je n’en discuterai pas.

    Quant au volet « technique » relatif à l’internet et que vous semblez aussi maitriser et y détenir une expertise qui vous autorise aussi à donner de précieux conseils sur son utilisation judicieuse, sachez mon cher, que je suis né avec une boussole et meme deux. D’ailleurs c’est pour cela que tantot je suis l’une et tantot l’autre et que je me perds parfois, mais finalement je ne vous apprends rien puisque tout le monde sait qu’il y a en nous le bien et le mal réunis, l’homme est mis ange mi démon, comme disent d’autres et je n’ai pas à en rougir, ni aujourd’hui ni demain. J’assume pleinement. Car tous mes actes procèdent de ma nature d’humain.

    Passons maintenant à votre message d’ordre boulitigue.

    La paix sociale à été chamboulée lorsqu’on a autorisé au mépris de la constitution votée par le peuple un parti qu’on a ensuite empéché de prendre le pouvoir que lui a conféré le peuple dans des élections déclarées propres et honnètes. On a plongé le pays à feu et à sang en déclarant officiellement, « la peur doit changer de camp » et en agissant en conséquence puis pour chercher désespérément des solutions de rechange dont Fakhamatouhou, qui est effectivement j’y souscris sincèrement et réellement un diplomate de haute facture. Tellement diplomate qu’il a révisé un point fondamental de la constitution par des députés grassement et diplomatiquement rétribués avec les deniers du peuple afin que ce dernier dont on n’était pas très sur en raison des absetentions massives précédentes, ne puisse donner son avis. C’est de la haute diplomatie. Les constantinois ont un autre nom pour ça, notre peuple a du génie..

    En outre et pour rehabiliter la vérité que tu travestis, le processus de restauration de la paix civile, une fois consommé le non retour du FIS, a été initié sous Zeroual et non pas Fakhamatouhou. Zeoual qui refusant de jouer le jeu à préféré jeter le tablier. Lui n’est pas « diplomate ».

    Ces vérités établies, le reste de votre exposé n’a plu de signification du tout, c’est l’unique sur le net et l’unique comme tout le monde sait n’est pas très nette.




    0
  • jnsplu
    22 mars 2010 at 20 h 13 min - Reply

    @ BRAHIM

    Oui il est avec le pouvoir qui nous dirige sans nous demander notre avis en tant que personnes et il a peur. De qui ? Et plus bizarre encore Brahim, il envoie ses écrits d’espagne ou il l’Etat Espagnol (et Dieu) le protègent, vers un de ses concitoyens en Algérie qui n’a d’autre protection que Dieu et sa foi en Lui.




    0
  • bouyilès
    22 mars 2010 at 20 h 30 min - Reply

    j’ai envoyé une blague en guise de réponse à Hadj Messar le détendeur d’atmosphère,mais ta réponse est encore plus marrante que la blague.’D’ailleurs jnsplu rien’ contre les moulins à vent de hadjmessar.Merci jnsplu,mais tu aurais pu faire plus court.




    0
  • JNSPLU
    22 mars 2010 at 21 h 04 min - Reply

    @ Bouyiles.

    Promis. je vais essayer de faire plus court, meme en mettant….à suivre. Tu n’est pas le seul à me faire le reproche, Hammou aussi.

    C’est que maintenant que tu commences à me connaitre, quand je me sens agressé à tort ou a raison, mon coté poete se met de la partie.




    0
  • Adel
    23 mars 2010 at 0 h 41 min - Reply

    @HADJ-MESSAR

    Bonjour et bienvenue sur LQA,

    Je crois que vous avez oublié de nous envoyer la clé pour déchiffrer votre message.

    Tous les dirigeants qui se sont succédé à la tête du pays depuis l’indépendance ont toujours fait leur cuisine en faisant abstraction du peuple. L’heure est venue enfin pour notre bien-aimé Al-3aziz d’utiliser sa baguette magique pour parachever cette œuvre grandiose. Je vous suggère la date du 5 juillet 2012 pour cet événement fabuleux – puisse Dieu maintenir notre bien-aimé Président en bonne et parfaite santé jusqu’à ce jour glorieux!

    Le 5 juillet 2012, donc, 50 ans exactement après la proclamation de l’indépendance, Al-3aziz sortit devant son peuple qui l’acclamait depuis l’aurore et, d’un coup de baguette magique, fit disparaitre toutes les Algériennes et tous les Algériens. Pffft! Plus personne. Le rêve secret de tous les dirigeants du pays depuis 50 ans se réalisa enfin et tout le monde vécut heureux jusqu’à la fin des temps dans une Algérie sans peuple algérien…

    Remercions Dieu de nous avoir envoyé Al-3aziz !




    0
  • l.leila
    23 mars 2010 at 9 h 10 min - Reply

    Bonjour,

    @Hadj Zoubir, non cher frère, nous ne gobons pas tout. Loin des rouages de la fameuse Sécurité qui n’est sécurité qu’au service des Voleurs de notre patrimoine, nous comprenons parfaitement certaines situations. Qu’on écrive d’Espagne ou de Montréal alors qu’on est au pays ou en France, ou qu’on soit un Fertass ou autre, nous savons toujours lire entre les lignes.

    Mes salutations




    0
  • Kouider bensalah
    28 mars 2010 at 16 h 38 min - Reply

    Urgent! il faut passer à l’action! Les dangers qui guettent la pays,en plus de l’a-gouvernance sont multiples.
    Comment fédérer tout le peuple ,sans refaire l’expérience de la Kabylie, lorsque nos frères de kabylie se faisaient abattre par armes de guerre,devant la passivité du reste du peuple.
    Comment est-il possible que des massacres soient perpétués par des corps de sécurité républicains sans q’une seule voix ne se soit éleveée pour dénoncer.
    Mais on cassait du kabyle et c’est tant pis, car le pouvoir faisait croire que les kabyles sont manipulés par « la main de l’étranger » eux qui sont montés au maquis depuis 1947, eux qui ont affrontés les opérations les plus meurtrières de la guerre.
    Reconnaissons le tout de même , il n’a aucune leçon de nationalisme ou de patriotisme à leur donner. Pourtant……
    Mais cet appel est le bien venu; le problème réside dans la manière d’unir, puis d’agir et non de palabrer dans les salons et aller demander l’agrément au ministère de l’intérieur.




    0
  • sbs
    3 avril 2010 at 14 h 15 min - Reply

    En ce qui concerne les événements survenus en Kabylie, voici la version du MAOL (cf http://www.anp.org/etatdediscorde/tremblement.htm ):

    « Un tremblement au sommet

    L’image des protecteurs de la démocratie et les vecteurs moraux de ses préceptes ne passe plus parmi les sociétés algérienne et étrangères, ces dernières étant de toute façon les plus importantes à leurs yeux et les plus difficiles à convaincre.
    Aculés de toutes parts, les généraux mènent un combat quasi-quotidien pour faire imposer tant bien que mal leur autorité qui s’est beaucoup effritée suite aux nombreux scandales qui ont porté une atteinte certaine à leur notoriété au sein de l’ANP. Cette situation a encore empiré depuis qu’ils ont ramené Abdelaziz Bouteflika au pouvoir. Chargé officieusement de leur redonner une nouvelle vertue d’envergure internationale, Bouteflika a contribué volontairement à aggraver les scissions entre les différents clans de l’armée apparues surtout à la fin du règne de Liamine Zeroual. La tension au sein du commandement militaire a ainsi atteint des seuils très dangereux et des proportions jamais inégalées depuis le putsch de 1992.

    Les objets de discordes entre les généraux sont devenus aussi variés que multiples. Que se soit à partir de conflits d’intérêts matériels, de nature purement militaire, politique ou simplement par manque d’affinités personnelles, tous les ingrédients d’une explosion volcanique sont réunis et ce malgré toutes les images officielles d’une armée unie et sereine.
    Mais quelque part à l’ombre, un démon tire les ficelles et fait tout pour appuyer son clan favori au profit de l’autre. Une main de feu dans un gant de soie, Larbi Belkheir, depuis sa résidence en Suisse tisse le macabre destin de l’Algérie en déperdition.

    Avant de revenir officiellement aux affaires, Belkheir veut faire le grand ménage en éliminant tous les officiers du clan Zeroual. Pour lui, le but en fait est de reconstruire le paysage militaire à la convenance du parrain ; un environnement qui lui permettrait de prendre le poste de vice-président en premier lieu et président de la république par la suite. Son dauphin le général Mohamed Mediene est tombé en disgrâce depuis que ce dernier a pris son propre envol et a commencé à faire cavalier seul. Un péché impardonnable quand on connaît la loi qui régit le milieu mafieux qui n’admet guère plus d’un parrain à la fois. Pour Belkheir, éliminer Toufik est devenu un objectif de première priorité.

    Soucieux de rétablir son hégémonie,  »Si Larbi » (comme il aime si bien être sollicité) a réuni tous ses hommes du premier plan autour de lui pendant que Bouteflika était en voyage officiel aux Etats Unis. Durant cette rencontre qui s’est tenu au palais présidentiel d’Elmouradia, Larbi Belkheir s’est adressé aux généraux Mohamed Touati, Smain Lamari et Mohamed Lamari pour les informer de ses intentions. Larbi Belkheir a décidé de faire feux de tous bois et pousser Toufik vers la porte de sortie quel que soit le prix.
    C’est Bouteflika lors de sa visite à Ouargla qui a officiellement ouvert le bal. Dans une sortie sans précédent il a pratiquement a la surprise générale ouvert le feu sur Toufik durant son interview télévisée. Avec des mots révoltés, il critique l’homme au cigare, confortablement installé dans son bureau qui tire les ficelles en Algérie. Il a même reproché à Toufik son ingérence dans l’administration de la toute puissante SONATRACH.

    Autre lieu, autre personnage ; lors du procès très médiatisé de Fouad Boulemia, l’assassin du défunt AbdelKader Hachani, dans une sortie rocambolesque l’assassin présumé rejoint le combat des loups.  »Travaillé » par Smain Lamari, Boulemia a déclaré durant son procès que c’est Toufik qui lui a demandé d’endosser l’Assassinat. Cette annonce a retenti comme un coup de canon dans la cour. Un tabou est levé par un petit agent insignifiant.

    Pour la première fois, la photo de Toufik (celle du site du MAOL) est publiée en première page d’un quotidien qui annonçe en grand titre le départ imminent de l’énigmatique général Mohamed Mediene. Une relance étonnante de l’histoire, puisque la même chose a été entreprise près de vingt ans auparavant avec un certain colonel Kasdi Merbah. Le puissant commandant de la sécurité Militaire a été sorti de l’ombre par  »Hizb França ». Même si le rapprochement ne peut absolument pas être fait (Toufik n’étant pas du même calibre que son défunt patron), il est quand même important de soulever que les méthodes de déstabilisation et de manipulation sont restées les mêmes.

    Bouteflika et l’ANP

    Annoncé comme un grand évènement par la presse, la foudre s’est abattue sur un certain nombre d’officiers supérieur de l’ANP. Bouteflika a paraphé un décret de mise à la retraite de presque tout le clan des Zeroualistes. Le général major Tayeb Derradji (ex. Commandant de la gendarmerie), le général major Rabah Boughaba (ex. Commandant de la première région militaire), le général major Ghodbane Chaabane (ex. Commandant des forces navales) et d’autres officiers supérieurs qui occupaient des fonctions sensibles sont limogés sans préavis. Même le dauphin de Toufik, le général Sadek Ait Mesbah , le patron de la sécurité présidentiel (SSP), est chassé de la présidence par  »Bouteflika » qui a décidé de couper les ailles du DRS. Récupéré par Toufik, Le général Sadek a échappé miraculeusement au limogeage.

    Au début du mois d’avril 2001, Toufik est sollicité par Larbi Belkheir en personne à faire valoir ses droits à la retraite. Exceptionnellement, reçu chez Toufik dans sa résidence à la cité Said Hamdine, Belkheir a mis beaucoup de temps et d’efforts pour essayer de convaincre Toufik de la nécessité d’un changement à la tête du DRS ; il a même laconiquement rappelé que lui-même a quitté les sérails du pouvoir pour laisser la place à la nouvelle génération !
    Toufik a l’impression d’être pris pour un imbécile et n’arrive pas à croire que l’on puisse lui faire ça. Sa réponse à Belkheir est toute simple et directe :  » Si je dois partir, c’est tout le monde qui dois partir aussi ».
    La réaction du clan Belkheir est immédiate, dans la soirée qui a précèdé cette visite, Mohamed Lamari en personne intime l’ordre à trois compagnies de para-commando d’encercler la villa du général Mohamed Mediene et d’interdire la sortie du général quel que soit le prix. C’était sans compter sur le pouvoir de Mohamed Mediene qui avait prévu un tel revirement de la situation. Tous les amis du directeur du DRS se sont mobilisés pour desserrer l’étau qui commençait à étrangler le chef.
    Depuis son quartier général de Cheraga, le general Benaziza Mohamed, le chef d’Etat major de la gendarmerie nationale ordonne à ses troupes stationnées en Kabylie de mater dans le sang toutes protestations ou attroupement non autorisé. Le 18 avril 2001, c’est dans les locaux lugubres de la gendarmerie de Beni-Douala que le malheur sévit. Guermah Massinissa, un lycéen de 19 ans est exécuté d’une rafale de Kalachnikov. Quelques jours plus tard, beaucoup de sang a coulé, des dizaines de jeunes qui protestent sont liquidés par les snipers de Benaziza, le but est de mettre à feu et à sang la Kabylie, le théâtre sanglant de toutes les discordes du sommet.
    Même le chef de la deuxième région militaire, le general Kamel Abdelrahmane a exprimé son désaccord à Mohamed Lamari sur ce qui venait d’arriver à Toufik en signifiant clairement que cela pourrait mettre à mal l’unité de l’ANP.
    Devant la gravité de la situation, c’est Larbi Belkheir en personne qui ordonne le lever du blocus contre Toufik. Ce dernier mène depuis plus d’une année une lutte sans merci pour sa survie usant de tous les supports politiques et médiatiques. »

    Nous ne devons pas jouer le jeu de nos tyrans qui essaient de diviser pour régner. Seule une Algérie unie et forte de sa diversité peut réussir à se relever.




    0
  • SALEM
    20 avril 2010 at 16 h 12 min - Reply

    Je signe l’appel à une condition que tous les exilés « patriotes, démocrates, notables etc.. » retrouseront leurs manche et pas à saint Michel ou à Lausane . mais revenir au pays , faire face à Hogra du systeme , à la DRS et leurs indicateuirs du vendeur de la cigarettes à l’Imam de la mosqué d’en face. Un conseil revenez our aider vos freres ou taisez vous à jamais .




    0
  • abes
    20 avril 2010 at 16 h 18 min - Reply

    Et la saga des villages kabyles oubliés continue…À ce rythme, on se rendra vite à l’évidence que c’est l’ensemble des 2500 villages de Kabylie qui sont oubliés par le pouvoir central d’Alger. Il serait plus simple de parler de ceux qui ne sont pas oubliés. Ni le village de Slimane Azem (Agouni igaghran), ni ceux du colonel Ali Mellah (M’kira), de Krim Belkacem, (At Yahia Moussa, du commandant Azdine (Palestro), du colonel Mohand U Lhaj (Bouzguene), de Mokranie (qalaa n At abbès), etc…n’a été épargné. La liste est longue, et s’approcherait de ces 2500 villages de Kabylie mis à mort à petit feu depuis 1962. Ces villages qui constituent environ 266 communes de Kabylie (voir ci-dessous), et que certains stratèges aimeraient réduire à Tizi-Ouzou !

    Cette liste interminable des villages kabyles oubliés, nous rappelle hèlàs, une autre liste : celle d’autres remarquables oubliés par un pouvoir ingrat ! En effet, de nombreux leaders historiques furent assassinés, soit durant la guerre de libération, soit après l’indépendane (Abane, Amirouche, Ali Mellah, Krim Belkacem, Ali Mecili, Tahar Djaout, Matoub Lounas, etc..etc..). Cela nous renseigne sur la politique abjecte du pouvoir d’anéantir les autochntones de ce pays.

    C’est dire que le projet d’autonomie de cette région (à ne pas confondre avec séparation) dans un cadre fédéraliste n’est ni un caprice, ni une idée saugrenue. Cette souveraineté régionale est aussi vitale pour le peuple Kabyle qu’elle l’est aujourd’hui pour les peuples catalan, basque, sahraoui, kurde, etc….

    Toutefois, l’autonomie de Kabylie, pronée par certains, pourrait bientôt s’avérer bien insuffisante pour répondre aux besoins croissants de tous ces villages oubliés ! En effet, avec la Hogra ambiante, même une autonomie dans un cadre fédéral ne permettrait pas de garantir une équité régionale et une répartition juste des richesses du pays. L’autoroute Est-Ouest, le TGV Jijel-Sétif, la méga mosquée d’Alger, etc…autant de projets que la manne pétrolière permet et dont la Kabylie est exclue !

    L’écart de développement se creuse donc d’une façon dramatique entre les régions, et il y a un risque d’un glissement vers une séparation indépendantiste. Les responsables d’un tel glissement ne sont pas ceux qui sont pointés du doigt. En réalité, ce sont ceux qui se mettent la tête sous le sable et acculent ces communes oubliées à la culture de l’émeute qui travaillent pour l’autonomie intégrale, càd pour une séparation. Il n’y a pas une semaine sans que la presse ne parle d’un village oublié en marge du développement ou d’une émeute sans que cela n’ébranle les consciences.




    0
  • Ali Ouamer
    20 avril 2010 at 17 h 10 min - Reply

    Meme si ce pouvoir nous a fait voir des verte et des pas mur , l’exile et la fuite en avant n’est pas la solution sauf pous les egoistes, les laches et surtout les fossoyeurs de l’Algerie eternelle. car sachez bien que beaucoup d’algerien ont bravé les menaces de mort des integristes durant les années de feux et les harcelements du pouvoir et de ces agents . Beaucoup de mort de Tahar DJAOUT à Mohamed BOUDIAF, combien d’Algerien (nes) (appelés du service national, d’honnete citoyens, de travailleurs, d’ homme de cultures de Militans? Comment oublier BOUDIAF et les autres ?
    Signé un appel aevc un ALI BELHADJ pour qui la démocratie et KOFR et un ABBASSI MADANI un pur jus de ce système hybride (*.*) incapable d’offrir une alternative humaine au peuple algerien martyrs « une Algerie sociale comme proclamé durant la guerre de liberation. Faire le jeux des royalistes du golfe qui espere voir l’algerie devenir un Emirat !!! par leurs argent sale pour abrutirent les peuples par la benedition des ultras liberaux americains et leurs serviteurs maquignons nationaux.
    Donc, pour nous algeriens de l’interieur mettre les assassins avec leurs victimes dans un meme sac et une injure au martyrs de l’algerie eternelle et de novembre.
    Nous souhaitons voire tous ce beau monde de Lausanne, Paris et Montreal revenir au bercail et retrousser les manches pour une autre Algerie – non à celle des maquigons.

    La preuve madame BERFAS n’a visité les site internet de sa region natal M’kira.
    site : www reseau- mkira.org
    http://www.mkira-tuf.skyblog.com




    0
  • kaci medjahed
    23 avril 2010 at 10 h 34 min - Reply

    C’est une initiative qui fait renaître l’espoir, cet espoir qui fait vivre, cet espoir de voir le pays arrimé au train du développement, de la bonne gouvernance et de la démocratie.
    Mais…. car il y a un mais,cette initiative ne doit pas rester un seul rêve pour seulement le rêver mais pour le réaliser.Pour cela cet appel mérite au moins d’être fortement médiatisé, en Algérie et ailleurs. Qui peut adhérer en dehors de ceux qui naviguent sur le net. Il faut des actions d’éclat. L a nature ayant horreur du vide, cette situation qui prévaut actuellement en Algérie, situation caractérisée par l’absence totale de l’État, du Président, du Gouvernement, du Premier Ministre, et par des opérations de détournement à ciel ouvert permet aux opportunistes de tout bord d’agir à leur guise.
    Nous nous étonnons des actions de Ferhat Mehenni qui réclame l’autonomie de la Kabylie et peut être , bientôt, l’indépendance.
    Personnellement, et je suis kabyle, c’est un projet de combat qui n’emballe personne et il faut peut être chercher les raisons de cette sortie ailleurs. Ne joue t il pas le rôle du feu pour sortir les pompiers?
    Le pays est menacé de partition imposée par les puissances ( USA, pays de l’OTAN) au motif de lutte contre  » l’axe du mal » qui, pour OBAMA, passe par les pays du sahel et nous nous lançons dans des débats sur le passeports biométriques allant jusqu’à faire appel à des fatwas: n’est ce pas ridicule?
    Le pays est en danger véritable. Des menaces pèsent sur nous et nous jouons à l’autruche.
    Est ce que les accords signés entre les pays riverains du Sahel, pour créer une force commune armée dont le commandement sera à Tamanrasset , fera obstacle aux manœuvres militaires programmées par les USA?
    L’Algérie n’a pas recouvré sa place dans le concert des Nations.Bien au contraire, nous sommes de plus en plus déclassés parmi les pays pouvant inspirer confiance et sur tous les plans.
    Un ÉTAT DE DROIT, c’est un ÉTAT en paix à l’intérieur et respecté à l’extérieur. Est ce notre cas? Même la FI FA ne nous respecte pas, alors que nous fumes victimes et de qui? De « nos frères égyptiens »!
    Alors que nous reste-t-il que de dire très haut notre colère et notre désapprobation de ce qui se passe en Algérie, terre de nos ancêtres, irriguée du sang de nos aïeux pour la liberté et l’honneur.




    0
  • Boudinar
    23 avril 2010 at 22 h 05 min - Reply

    Il serait temps que les forces vives de la Nation se réveillent et qu’elles se montrent à la hauteur de la génération précédente celle qui s’est soulevée contre le colonialisme.
    La contradiction principale dans la phase actuelle est la nature du régime une fois résolue cette question,il est certain que dans un Etat de droit tous les problèmes trouveront leur juste solution de manière consensuelle.




    0
  • ALGERIEN
    26 avril 2010 at 4 h 01 min - Reply

    Des mouvements intégristes apparaissent sur la toile d’internet en se prétendant défendre le droit des minorités des peuples.
    Des mouvements qui apparaissent sur la toile d’internet comme le MAK (mouvement autonome de la Kabylie) ou le MAC (Mouvement Autonomiste Chawi), etc., sont des mouvements extrémistes dans la manière de la composition de ses groupes. Ces groupes intégristes sont Anti-Arabe, Harkis, zouave, goumier et des amis avec tous ceux qui détestent les arabes. On peut définir ce genre de groupes par le terme «berbériste», Pour qu’à l’avenir, on ne confond pas entre berbère et berbériste comme le cas de musulman et islamiste. L’extrémisme se trouve dans les religions comme dans les ethnies et les dogmes. Le terme «kabyliste», «chaouiste», «rifiste» du Maroc, etc…. sont des sous groupes issus du groupe «berbériste». Ils militent dans ce même groupe «berbériste» pour le même objectif mais avec des méthodes différentes. Ces gens là ont la haine en vers tout ce qui est arabe, mais chacun le fait à sa façon, que ce soit pour des gens qui militent dans la politique ou dans la religion. Ils ont la même haine envers les régimes maghrébins (de la Mauritanie jusqu’au la Lybie) parce que ces gens là n’acceptent pas que la langue arabe soit enseignée dans les écoles. D’ailleurs ils sont allergiques d’entendre cette expression du «Maghreb Arabe», ils aiment plutôt remplacer cette expression par «Afrique du Nord» (chez les pseudos intellectuels) et par «Maghreb Islamique» (chez les islamistes). Généralement, les leaders des groupes terroristes Maghrébins sont issus de ces groupes «berbéristes». Cette haine a été enseignée et pratiquée dans des campus universitaires, de l’extrémisme musulman pour des uns et de l’extrémisme du socialisme et du capitalisme pour les autres. L’essentiel, tous les moyens sont bons si l’objectif est d’éradiquer tout ce qui se nomme arabe. Dans la vie courante, on retrouve une catégorie de pseudos intellectuels dits démocrates comme leaders dans des associations, des partis politiques de couleur socialiste, libérale ou islamique et des syndicats dits autonomes.
    L’autre catégorie d’extrémiste qui ont pris l’Islam comme moyen, aiment qu’on leur parle soit du shiisme (fascinés par les iraniens) qu’on les retrouve au Rif du Maroc, soit par le salafisme (d’Arabie saoudite) éparpillé à l’ensemble du Grand Maghreb Arabe. A l’époque du Maghreb colonisé par la France, le régime totalitaire de l’époque les a identifiés et les a donné des noms spécifiques tels que les zouaves en Algérie et les goumiers au Maroc. Les Echecs des résistances au Maroc et en Algérie (exemple de l’Emir Abdelkader (1808-1883) de Mascara et de l’Emir Abdelkrim (1882-1963) du Rif berbère) sont dus à l’aide de ces groupes extrémistes.
    Et comme on a assisté aux années du terrorisme islamiste par des groupes éparpillés au Maghreb et qui partagent les mêmes conceptions, inspirations et désirs, on assiste cette fois ci à un groupe islamiste qui se recompose d’individus de nationalités différentes (Mauritanien, Marocain, Algérien, Tunisien et Lybien) voulant ainsi choisir le nom d’«El Qu’aida du Maghreb Islamique ». Alors on laisse le temps pour reconnaître les identités des manipulateurs et leaders de ce groupe terroriste. L’autre extrémisme qui active en Europe et récemment au Canada, concerne des pseudos intellectuels qui activent dans des associations culturelles et partisanes au nom de la démocratie, de la liberté d’expression et des droits de l’Homme etc., veulent coute que coute faire des alliances avec les européens pour que ces derniers les aident à désinformer tout ce qui est histoire des Arabes. Leur but, c’est d’apprendre et bien maîtriser la langue de l’ennemi de leur ennemi. Mais comme on a vécu avec la vague d’extrémistes dans les années 80-90 où ils vivaient sur le sol européen avec une pleine liberté de circulation, se sont vite transformés en terroristes dans leurs pays d’origine et qui représentaient par la suite une menace pour l’Europe, alors que des pseudos intellectuels extrémistes d’aujourd’hui qui enchantent de la démocratie et les droits des minorités deviendront eux aussi une menace certaine pour l’Europe si cette dernière ne cesse de les aider pour une cause ou une autre. Si un extrémiste dont sa nature est celle d’un zouave ou d’un goumier, il sera difficile pour lui de devenir un jour un homme libre comme il prétend. Les berbères qui veulent défendre leur identité berbère sont une chose et les berbéristes qui détestent les arabes sont une autre.




    0
  • Nasreddine Ben Hadid
    29 avril 2010 at 0 h 33 min - Reply

    Nous devons faire afin que cet appel ne reste pas uniquement un appel, mais une réelle base et assisse, pour un projet national fédérateur des compétences et rassembleur des bonnes volonté…




    0
  • A.SIAD
    15 mai 2010 at 15 h 14 min - Reply

    Pourquoi en ce moment précis essai t-on de déstabiliser l’Algérie? Tout simplement les intérêts de certains pays sont véritablement menacés par le pouvoir actuel.
    Ces pays manipulent des minorités au nom de la démocratie pour diviser l’Algérie et ainsi l’affaiblir.
    Au contraire c’est maintenant que l’Algérie s’attaque aux grands projets tels que: logements,routes,barrages,hôpitaux, université
    on s’attaque grands projets ainsi qu’aux véritables problèmes qui rongent notre pays(la corruption).




    0
  • rachid
    30 mai 2010 at 18 h 14 min - Reply

    aprés 50 ans d’independance,on n’arrive pas à mettre fin aux régionalisme,favouristme,tribalisme et corruption,il faudra donc diviser ce pasy en pls entites soit il faut vendre une partie aux etrangers et chacun touche sa part pour y aller vivre ailleurs.




    0
  • kadir
    2 juin 2010 at 17 h 06 min - Reply

    salam alikoum
    avant on vous remercie et on doit faire face à ces responsables de notre pays, qui veulent que leurs intérêts (CHAAB FI OUED WA HOUKOUMA FI OUED)Pour tous ces vols d’argent, ils sont entrain de blanchir leurs argents volés depuis l’ère du feu Boumediéne a ce jour,et chadli etc… donc ce qui fait il n’ya que l’islam qui répond a nos coutumes et surtout pour la vie des gens hebdomadaires donc ce qui fait , ils sont entrain de tout faire pour faire des étiquettes aux gens par n’importe quel moyen pour les appeler les terroristes, mais il arrive un jour devant Dieu ou devant les gens la vérité sera bien en haut tout le monde et nous en tant que peuple, on ne peut pas pardonner à ces responsables de béni oui pour l’argent pris le plus normalement du monde avec une loi bien cousue à leur maniére le peuple dit barakat




    0
  • Mohamed A.
    7 juillet 2010 at 3 h 15 min - Reply

    Je crois que ca commencer par recruté des avocats, médecin, journaliste et réalisateur et dans les milieux populaire et c’est le côté difficile de la chose, l’état Algérien a tout mis en œuvre pour l’abrutissement de la population ENTV l’école etc…
    l’Algérien a un peut perdu confiance, donc il faut des média TV|Radio pour faire passé le message donc des fonds et des hommes de confiance
    Il faut qu’on commence a nous faire confiance même si ca foire (et je sais que non, car ca va au moins servir a réveiller le peuple)




    0
  • torki
    8 juillet 2010 at 17 h 04 min - Reply

    vous savez mes chers compatriotes si j’arrive à palper la notion du HOKM ARRACHID dans ma vie de toujours je peux faire de concessions mais le constat est là et la hogra ne cesse de prendre de l’ampleur d’où ma totale adhésion à l’appel .




    0
  • MHand
    15 juillet 2010 at 22 h 36 min - Reply

    Salut Mohamed Taleb. ta reponse à HMIDA m’a beaucoup plus.Tant que y un des gens comme celui-la,on va jamais s’en sortir.




    0
  • Rabah
    4 août 2010 at 15 h 39 min - Reply

    @hadj messar
    Avec mes respects,
    L’orgueuil ne mènera nul part.Qu’elle soit aussi grande cette 3è plus grande mosquée au monde,si ce n’est abrutir plus encore la jeunesse.L’enveloppe allouée à cette réalisation pourait résorber le chomage et loger tous les citoyens dans le besoin et mettre fin ainsi à la » harga » et sauver des vies humaines d’une mort certaine.Tout à l’honneur des décideurs.Il y a des priorités à respecter. A mon humble avis,donner un habit à un dévétu est mieux qu’un bijou par exemple.Je suis croyant et pratquant et n’accorde aucune priorité à ce projet de grande mosquée.




    0
  • Entretien avec Salah-Eddine Sidhoum, militant des droits de l’homme en Algérie | Algerie-Focus.COM
    31 août 2010 at 1 h 59 min - Reply

    […] Vos actions – l’appel du 19 mars pour un changement démocratique en Algérie entre autres- trouvent-elles sur le terrain de […]




    0
  • salah
    16 septembre 2010 at 14 h 08 min - Reply

    sauvez nous, HELP, AU SECOURS




    0
  • FETNI Sofiane
    24 septembre 2010 at 14 h 43 min - Reply

    Consultation Elargie portant sur le choix d’un Gouvernement Algérien Populaire
    Le Forum Algérien de Lutte Contre la Corruption lance un grand sondage public ayant pour thème la proposition nominative d’un Gouvernement Algérien populaire et crédible.

    Cette consultation élargie est ouverte à tou(te)s Algérien(ne)s âgé(e)s de plus de 18 ans.

    Toute personne intéressée par ce sondage est appelée à nous faire une proposition d’un ou de plusieurs noms des gens aptes à sortir le pays de sa crise, sachant bien que le seul Critère pour ce choix soit la lutte contre toute forme de corruption.

    Le sondage est ouvert du 10 Juin 2010 jusqu’au 30 juin 2011.

    E. Mail : faac.dz2009@yahoo.fr

    contact@faac-dz.org

    Le Président du Forum Algérien de Lutte Contre la Corruption

    FETNI Sofiane




    0
  • Mselem mkettef
    10 octobre 2010 at 7 h 37 min - Reply

    ya nases ; pardon ya ness khafou rabbi.vous parlez du pouvoir algérien comme en parle d’un vendeur a la sauvette; croyez moi messieurs dames ehechmou chouia et déclarez votre repentir ; la junte au commande du pays n’est pas ;je vous jure;humaine. elle défit les lois de la nature elle défit la mort;la gravité pis encore le bon dieux ; alors vous n’avez k faire comme le défunt tahar ouattar ;levez les mains haut et priez les cieux pour qu’une force divine autre puisse intervenir et nous débarrasser de ces goaoulds dans les plus brefs delais. a bon entendeur salut.




    0
  • Nacera Kherbouche
    2 novembre 2010 at 16 h 12 min - Reply

    Bonjour,
    J’aimerais savoir si parmi les leaders de ce mouvement, il ya des anciens du pouvoir depuis 1962 à aujourd’hui. Pour moi c’est important .
    Merci

    =======================
    Non chère compatriote, nous n’avons pas de « leaders » (nous sommes allergiques au zaïmisme) mais des militants qui sont là pour servir leur patrie et leur peuple. Nous nous associerons jamais avec les imposteurs qui ont les mains tâchées du sang des Algériens ou les poches remplies d’argent volé au peuple. Et aussi, nous n’avons aucun fil à la patte. Nous ne recevons d’ordre ni des officines de Ben Aknoun ou de Ghermoul ni du club des lapins. Seule notre conscience nous guide. Et nous agissons à visage découvert. Cette Algérie appartient à tous les Algériens et ce n’est pas la poignée de voyoucrates et de kleptocrates, quelque soient leurs moyens répressifs qui nous intimidera ou nous empêchera de nous exprimer et d’agir pour reconstruire notre pays qu’elle a détruit.
    Cordialement.
    Salah-Eddine




    0
  • Nacera Kherbouche
    2 novembre 2010 at 18 h 28 min - Reply

    Merci, pour votre réponse rapide




    0
  • Congrès du Changement Démocratique