Édition du
22 March 2017

Mais de qui donc parle BARACK OBAMA ….?

obama.jpg

« Chaque nation façonne la démocratie à sa manière, conformément à ses traditions. Mais l’histoire prononce un verdict clair : les gouvernements qui respectent la volonté de leur peuple, qui gouvernent par le consentement et non par la coercition, sont plus prospères, plus stables et plus florissants que ceux qui ne le font pas (….).
(….)
Alors ne vous y trompez pas : l’histoire est du côté de ces courageux Africains, et non dans le camp de ceux qui se servent de coups d’État ou qui modifient les constitutions pour rester au pouvoir. L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais de fortes institutions. »

Quelqu’un se sentirait-il visé, dans le coin?


Nombre de lectures : 1746
16 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Abdelwahab Benyelles
    24 juillet 2009 at 22 h 42 min - Reply

    @ Salutations à tous :

    Voici un exercice cérébral de comparaison de citations et de projection politique :

    Barack Obama :

    « Chaque nation façonne la démocratie à sa manière, conformément à ses traditions…».

    Dr. Sidhoum :

    « Personnellement, j’œuvrerais et sans complexe à l’éclosion d’une démocratie musulmane, à l’instar de la démocratie chrétienne. Pourquoi ce qui est hallal chez nos amis occidentaux, doit être haram chez nous ?
    Cela dit, il ne nous est pas interdit de réfléchir dès maintenant aux formes de gouvernance de l’Algérie de demain ».

    Si je dois reprendre les propos d’Ali Yahia Abdenour par rapport à « l’altitude désynchronisée » de nos hommes politiques et intellectuels, je constate, heureusement, que la différence de point de vue n’est pas aussi flagrante qu’on le pense entre le président des États-Unis et un chirurgien algérien militant des droits de l’homme.

    Qu’est ce qui ne tourne pas « rond » dans notre intelligentsia algérienne ?

    Je pense humblement que la question mérite d’être posée et le débat demeure plus que jamais ouvert à une réflexion politique de fond pour assoir une constituante démocratique et un mode de gouvernance qui ressembleront au schéma de l’État algérien de demain.

    À vos plumes chers compatriotes.




    0
  • babelouedcity
    3 août 2009 at 21 h 14 min - Reply

    Ouf notre quotidien est de retour 4ever inch’allah!

    l’histoire est du côté de ces courageux Africains, et non dans le camp de ceux qui se servent de coups d’État ou qui modifient les constitutions pour rester au pouvoir. L’Afrique n’a pas besoin d’hommes forts, mais de fortes institutions.”

    voila tout est dit dans cette sentence mais il faut un suivi cad :
    1. ne plus rouler des tapis rouges á ces dictateurs voleurs et violeurs des constitutions et autres,…
    2. GELER leurs compteS bancaires et pourquoi pas leur enlever tout l’argent qu’ils avaient volé á leur peuple et CREER un fond special pour les pauvres sur terre et les aider á :
    a. vaincre les maladies et autres maledictions,…
    b. les aider á creer et s’octroyer du travail pour subvenir aux besoins vitaux, …
    c. construire des ecoles et hopitaux et autres besoins vitaux,… etc

    Obama a analysé juste ces dictatures/dictateurs qui subsistent grace aux vols et viols des 30 articles des droits de l’homme de l’ONU … ET leur fameux ETAT D’URGENCE PERMAMENT malgré leur fameuse pochette residuelle terroriste.

    IL FAUT LES JUGER CES MONSTRES DE LA PLANETE QUI SONT DERRIERE, +90%, TOUTES LES MALEDICTIONS SUR TERRE.




    0
  • saladin
    4 août 2009 at 13 h 49 min - Reply

    Les paroles du président Américain ne seront pas vaines j’en suis sûr , en tant que président il pense bien sûr a l’économie de son pays et traite avec toutes sortes de dictateurs mais en tanr qu’homme il pense réellement ce qu’il dit . Nos dirigeants ont entendu le discour et croyer qu’ils ne sont pas tranquilles par le fait que le premier responsable de la nation la plus puissante pense d’eux . IL a des dossiers et il sait éxactement qui a fait quoi , en matiére d’entorces a la démocratie .
    C’est normal , il peut faire de l’ingérence dans les affaires intéreieurs des états mais il a lancé un méssage aux peuples , aux personnes démocrates que le changement devra se faire de l’intérieur .




    0
  • Hamma
    5 août 2009 at 16 h 12 min - Reply

    Salam à tous.

    Il faudra peut-être expliquer à Mr.Obama que toutes les tentatives de démocratisation des pays d’Amérique latine, d’Afrique, d’Asie et du Maghreb ont été vouées à l’echec du fait de la politique étrangère des grandes puissances de ce monde dont les USA.

    Sa vision et son discours sont emprunts de sincérité, et la seule manière de prouver cette bonne foie est de rompre définitivement le cordon ombilicale avec les régimes totalitaires et d’aider les peuples à prendre leur destinées en main en commencant par chasser ces régimes.

    Pour l’instant, c’est le Niger de Mamadou Tandja qui donne une réponse de l’après discours d’Obama.

    Fraternellement.

    Salam.




    0
  • Mohand Tahar
    5 août 2009 at 18 h 31 min - Reply

    BALAYER DEVANT SA PORTE .

    1 / « Je ne vois pas pourquoi nous laisserions un pays devenir marxiste simplement parce que son peuple est irresponsable. »

    Kissinger à propos du coup d’Etat au Chili, renversant Allende.
    ……………………………………………………………………………………………………………………………………………………………

    2 / L’OTAN ET LA SECURITE ENERGETIQUE: «NOTRE PETROLE» .

    Réservés à l’OTAN, les œufs d’or des flux énergétiques

    Bruce Averill du département d’Etat des États-Unis s’est montré très clair au sujet des tâches futures relatives à la sécurité des réserves pétrolifères du Moyen-Orient :

    «… we take care of the big golden eggs and we know where they are.» [«… nous prenons soin des gros œufs d’or et savons où ils sont.»]

    Il admit que l’on envoyait secrètement des spécialistes dans les pays en question, que l’on s’y entraînait pour assurer la sécurité de l’énergie sur place – description à peine voilée des activités des services de renseignements allant jusqu’au sabotage des installations des États au comportement indésirable.

    Source: Klaus Bitzer, professeur au département de géologie de l’Université de Bayreuth
    19 mai 2008 / Horizons et Débats / http://www.horizons-et-debats.ch/index.php?id=938
    ……………………………………………………………………………………………………………………………………………….
    3 / Jean-Claude Paye : Les populations sous surveillance
    Les conséquences des législations « antiterroristes » pour le simple citoyen.
    Entretien réalisé par Silvia CATTORI

    Silvia Cattori :  » Plus personne n’échappe à une mise en fiches  » ?
    Jean-Claude Paye :  » Dans ce cadre de surveillance, toutes vos données personnelles ne vous appartiennent plus ; elles appartiennent aux autorités administratives et aux entreprises privées. Elles sont automatiquement mises à la disposition des États. C’est la fin de l’habeas corpus, du droit de la personne à disposer d’elle-même et c’est aussi la fin de la propriété de soi. La vie privée n’existe plus « .

    Source : voltairenet.org




    0
  • jila
    5 août 2009 at 18 h 57 min - Reply

    La gifle!!!!

    C’est l’histoire d’un jeune homme qui étudia à l’étranger pour quelques années.
    De retour chez lui, il demanda à ses parents de lui trouver un savant religieux ou n’importe quel expert qui serait capable de répondre à 3 de ses questions.
    Finalement, ses parents lui trouvèrent un savant Musulman.

    Jeune homme : « Qui es-tu ? Serais-tu capable de répondre à mes questions ?  »

    Savant : « Je suis un serviteur de Dieu (Subhana Wa Ta’ala) et si Dieu le veut, je serais capable de répondre à tes questions. »

    Jeune homme : « Es-tu sûr? Beaucoup de professeurs et d’experts n’ont pas pu me répondre convenablement.  »

    Savant : Je ferais mon possible avec l’aide de Dieu (qu’il soit Exalté).

    Jeune homme : « J’ai 3 questions :
    1. Est-ce que Dieu existe ? Si oui, montre moi sa forme ;
    2. Qu’est- ce que le takdir (destiné) ?
    3. Si le shaitan (Satan) a été créé de feu, pourquoi au Jour Dernier sera-t-il jeté en Enfer qui est aussi créé de feu. Certainement il n’aura pas mal du tout, puisque Satan et l’Enfer ont été tous les deux créés de feu. Est-ce que Dieu n’aurait pas pensé à ça rendu à ce moment là ? »

    Soudainement, le Savant donna une gifle sévère sur la face droite du jeune homme.

    Jeune homme (douloureusement) : « Pourquoi tu t’es fâché après moi ! ? »

    Savant : « Je ne suis pas fâché. Cette gifle est la réponse à tes trois questions. »

    Jeune homme : « Je ne comprends vraiment pas. »

    Savant : « Comment tu t’es senti après que je t’ai frappé ? »

    Jeune homme : « J’ai senti de la douleur bien sûr. »

    Savant : « Alors crois-tu que cette douleur existe ? »

    Jeune homme : « Oui. »

    Savant : « Montre moi la forme de la douleur ! »

    Jeune homme : « Je ne peux pas. »

    Savant : « Ça répond à ta première question. Nous sentons tous l’existence de Dieu sans toutefois être capable de voir sa forme. La nuit dernière, as-tu rêvé que tu recevras une gifle de moi ? »

    Jeune homme : « Non. »

    Savant : « As-tu jamais pensé que tu recevras une gifle de moi, aujourd’hui ? »

    Jeune homme : « Non. »

    Savant : « C’est ce que le Takdir (destiné). La main que j’ai utilisé pour te frapper, de quelle matière a-t-elle été créé ? »

    Jeune homme : « Elle a été créé de peau. »

    Savant : « Et ta face, de quelle matière a-t-elle été créé ? »

    Jeune homme : « De peau. »

    Savant : « Et comment tu t’es senti après que je t’ai frappé ? »

    Jeune homme: « Douleureux. »

    Savant : « Même si Shaitan (Satan) et aussi l’enfer ont été créés de feu, si Dieu le veut, l’Enfer deviendra un endroit extrêmement douloureux pour Satan




    0
  • merouane
    6 août 2009 at 8 h 09 min - Reply

    Salam,

    J’ ai aucune prétention d’essayer de donner un avis sur système de gouvernance à l’Algérie, ni à l’Afrique. En revanche, Mr Obama avant de venir en justicier pour donner des leçons aux africains, il devrait, pour commencer, balayer devant sa porte, et arrêter sa politique impérialiste et hégémonique.

    La CIA, était, est, et restera une machine de guerre contre les forces progressistes dans le tiers monde. L’Occident, et les USA en particuliers n’ont absolument aucune crédiblité à défendre la démocratie et les droits de l’Homme. Leur justice à deux vitesses fait de nous des larbins pour leur privilèges.

    Reprenons le pouvoir par nous même, et en collaboration avec tous les peuples du Sud opprimés, colonisés, exploités, l’Occident ne doit plus être considéré comme un allié, mais plutôt comme un ennemi politique.




    0
  • saladin
    8 août 2009 at 15 h 03 min - Reply

    vous le dites vous même , vous n’avez pas la prétention de porter un jugement sur la gouvernance en Algerie , il n’y a pas pire aveugle que celui qui ne veut pas voir . Je ne sais pas si vous vous vivez en Algérie ou non mais sachez que l’Algerie est trés trés mal gouvernée par rapport aux potentialités qu’elles recélent .Aujourdhui le président Américain parle de tous les pays Africains y compris l’Algérie , il a fait un constat franc sur les méthodes employéesd par les castes qui arrivent toujours a prendre et/ou se maintenir au pouvoir par des jeux anti démocratique et contre la volonté des peuples . Il n’y a qu’ a voir les statistiques sur l’anamphabetisme , la pauvreté , le sous develloppement ., les coups d’états . Quans aux USA c’est une grande nation , c’est les gendarmes du monde et ils ont raison de l’être , imaginons le monde actuel sans un gendarme , qu’arrivera t’il , on sera comme a la jungle le plus gros mangera le plus petit surtout avec une organisation comme l’ONU qui ne sert a rien .




    0
  • Kestadi ?
    9 août 2009 at 21 h 41 min - Reply

    @ saladin
    août 8, 2009 15:03

    Les Etats-Unis, la pire menace qui ait jamais existé

    Les Etats-Unis représentent désormais pour la civilisation de n’importe quel pays, la pire menace qui ait jamais existé. Ce titre sans concession ne se fonde pas l’idée que les dirigeants américains seraient les plus vicieux qui aient jamais été, quoiqu’ils soient indéniablement arrogants, sans pitié, voire vicieux et d’autant plus hypocrites et suffisants qu’ils se prétendent investis d’une mission divine. Il tient surtout au fait qu’aucun de leurs prédécesseurs n’a jamais disposé d’une telle capacité de destruction, à ce qu’ils y ont déjà eu recours et semblent prêts à se montrer de plus en plus violents, et à ce que – outre que les contraintes auxquelles ils sont soumis sont dérisoires – ils évoluent dans une culture politique floue, manipulable, et dont certains aspects demeurent dangereusement irrationnels.( continue sur…altermonde-sans-frontière.com ).
    par Edward Herman
    Reçu de Michel Collon / lundi 18 juin 2007




    0
  • merouane
    10 août 2009 at 6 h 19 min - Reply

    Merci  » Saladin » pour votre leçon d’ophtalmologie, je suis conscient que l’Algérie est mal gouvernée et on n’a pas besoin d’y vivre pour le savoir.
    En revanche c’est très curieux et naïf de votre part de penser que les USA sont le gendarmes sur terre, et qu’ils sont là pour faire régner l’ordre. Je me gausse, vraiment.
    Un gendarmes est censé protéger les plus faibles n’est ce pas ? donc, vous pensez que les USA protègent les populations opprimées…. ! Écoutez bravo, c’est inédit. Il faudra expliquer ça au chiliens, aux afghans, aux Irakiens et aux palestiniens et j’en passe.




    0
  • karamazigh
    15 août 2009 at 21 h 03 min - Reply

    il y’a une blague arabe qui dit « dhaylouka dhaylou qittine », c’est à propos d’un chat qui a voulu se passer pour une sourie en se deguisant pour attraper une sourie à fin de la manger, mais le chat en question à oublié de cacher sa qeu, des qu’ila commencer a baratiner la sourie, celle ci lui repond: mais ta qeu est celle d’un chat.




    0
  • Sid ahmed
    17 août 2009 at 15 h 24 min - Reply

    Un algérien qui connait personnelment bien le président OBAMA, m’avait dit que le président des USA était ulcéré par le coup de force de Bouteflika sur la constitution algérienne. Il avait ajouté, que si OBAMA était en poste, Bouteflilka n’aurait pas révisé le constitution.




    0
  • Mouloud
    18 août 2009 at 9 h 08 min - Reply

    OBAMA est-il différent des autres présidents américains ? Non je ne crois pas un seul instant.

    Ce que je pourrais dire à OBAMA c’est que son pays, depuis la fin de la seconde guerre mondiale, ne cesse de manipuler le monde tel un jouet entre les mains d’un enfant. Les américains ont mis en place un monstre qui s’appelle la CIA. Cette organisation clandestine passe son temps à mettre en place des dictatures et des guerres. Les USA ganrène le monde ( la planéte) et mettent en place des métastases notamment : Al Qaiada , les talibans, le sionisme, les dictatures en tout genre, la pollution atmosphérique et plus récemment la crise financière mondiale.

    Derrière toutes les tensions du monde, on retrouve toujours les USA + Grande Bretagne + France. Heureusement que les russes ont fini par comprendre que les gesticulations américaines n’ont aucun intérêt, sinon notre pauvre planète aurait volé en éclat depuis longtemps.

    Les américains ne conçoivent les rapports avec le reste du monde que dans un rapport de force. Le président OBAMA est formaté pour exercer son pouvoir dans cette droite ligne.




    0
  • saladin
    18 août 2009 at 12 h 48 min - Reply

    qu’on le veuille ou non , les USA sont une puissance qui s’impose d’abord par sa supérioté militaire et technologique ensuite par le courage . Je maintient ce que j’ai dit  » heureusement il y a les etats unis pour mettre de l’ordre militairement et économiquement . L’ ONU , ce machin comme l’avait traité le genéral de gaule de son vivant est incapable de faire regner l’ordre et la justice dans le monde , si ce n’est des résolutions a la pelle qui ne sont jamais respectées , il faut une force pour les faire appliquer .
    Quand aux voeux pieux , la justice pour tous , souvenez des génocides perpetrés entres pays d’afrique où des millions de morts sont achevés a la machette . Imaginons un monde sans les USA je peux vous dire que le plus gros mangerait le plus petit nous les premiers on attaquerait le maroc et encore . Les tyrans des pays sous develloppés , s’il n’y avait pas la force des USA , engageraient des guerres commes s’ils faisaient une partie de belotte.




    0
  • Aît Yahiatène
    18 août 2009 at 15 h 57 min - Reply

    @ saladin
    août 18, 2009 12:48
    Vous écrivez :
     » qu’on le veuille ou non » , !!!!! Quelle arrogance ! Un peu prétentieux le « saladin » du clavier ! Etes-vous là pour commenter ou placer vos oukazes ?!
    Eh!, bien !, NON ! les USA n’ont n’ont pas le monopole du coeur ni du courage et , JE LES ACCUSE
    D’ ETRE EN ETAT PERMANENT DE CRIMES CONTRE L’ HUMANITE !

    INTERVENTIONS MILITAIRES US DANS LE MONDE : Le monde n’est pas une marchandise

    Interventions Américaines dans le monde depuis 1846 (non-exhaustif)

    Selon le rapport du département américains présenté en 1962 par le secrétaire d’état Dean Rusk devant le comité sénatorial et repris sous le titre « Quelques usages de la force armée américaine à l’étranger 1798-1945 » présentant quelques-unes des 103 « opérations extérieures » américaines avant l’intervention américaine à Cuba. Liste « enrichie » par l’actualité.

    1846- Mexique. A l’issue d’une guerre qu’ils avaient programmées et provoquée, les USA s’emparent de la moitié du territoire mexicain. Ce territoire conquis s’appelle aujourd’hui : la Californie, le Nevada, l’Utah, l’Arizona, le Nouveau-Mexique, le Colorado (en partie).

    1852-1853- Argentine. Les « marines » débarquent et s’installent à Buenos-Aires pour protéger les « intérêts » américains face à une révolution.*

    1853- Nicaragua. « protection » des citoyens et intérêts américains pendant des troubles politiques.

    1853-1854- Japon. Plan « d’ouverture du Japon » et expédition Perry qui conduit, avec les navires de guerre américains, à forcer le Japon à ouvrir ses ports aux États-Unis.*

    1853-1854- Ryukyu et Iles Bonin. Attendant une réponse du Japon l’autorisant à se rendre dans ce pays, le contre-amiral américain Perry, opère une démonstration navale de force et débarque par deux fois. Il obtient des autorités de Naha, sur l’île d’Okinawa, la gestion d’une concession minière. Il opère la même démonstration de force dans les îles de Bonin afin d’obtenir des facilités commerciales.*

    1854- Nicaragua. Pour « venger » une offense faite au ministre-résident américain en poste au Nicaragua : destruction de la vile de Greytown (San Juan del Norte)*

    1855- Uruguay. Les marines américaines et européennes débarquent pour « protéger » les intérêts américains au cours d’une tentative de révolution à Montevideo.

    1859- Chine. Intervention américaine destinée à protéger les intérêts américains à Shanghai.

    1860- Angola. Intervention en Afrique occidentale portugaise pour assurer la sécurité des citoyens et des biens américains pendant une révolte indigène à Kissembo.

    1893- Hawaii. Sous couvert officiel de protéger les vies et les biens des américains, cette intervention visa à mettre en place un gouvernement provisoire sous l’autorité de Sanford D. Dole.

    1894- Nicaragua. Intervention pour protéger les intérêts américains à Bluefields à la suite d’une révolution.

    1898- Cuba. Sous prétexte de libérer l’île de la tutelle espagnole, les USA s’installent et imposent une base militaire, la possibilités d’investissements financiers américains et un droit d’intervention dans les affaires intérieures du pays.

    1898- Porto-Rico, Hawaii, Wake, Guam. Sous prétexte de défaire la tutelle espagnole, les USA s’installent et imposent une base militaire, la possibilités d’investissements financiers américains et un droit d’intervention dans les affaires intérieures du pays.

    1898- Philippines. L’archipel est vendu aux USA par l’Espagne (décembre 1898), les philippins se soulèvent contre les États-Unis (février 1899), les USA envoie 70 000 militaires qui mettront trois ans pour mater le soulèvement (des milliers de pertes).

    1903- Colombie. Les États-Unis fomentent une « révolution » à l’issue de laquelle ils créent de toute pièce la république de Panama qui lui assure le contrôle du célèbre canal et des bénéfices énormes qu’il génère.

    1915- Haïti. Nouvelle intervention et occupation des troupes américaines pour… 19 ans.

    1916- République Dominicaine. Quatrième intervention et maintien des troupes américaines pour… 8 ans.

    1926- Nicaragua. Nouvelle intervention et expédition de 5000 militaires pour contrer une révolution.

    1945-46- Chine. Les USA bombardent la Chine.
    1946- Philippines. Colonie américaine jusqu’à l’occupation japonaise, les Philippines accèdent à leur indépendance en 1946 en concédant aux USA un droit illimité d’exploitation des ressources naturelles du pays au titre des dommages de guerre. Jusqu’en 1992 les USA conservent 23 bases militaires et participent à la répression des opposants communistes ou musulmans.
    1947- Grèce. Les américains volent au secours de la dictature de droite mise en place par les britanniques et menacée par la guérilla de gauche. Les USA livrent 74 000 tonnes de matériels militaires et d’armements et envoient 250 « conseillers » militaires sur le terrain, assurant ainsi la victoire des force de droite en 1949.
    1950- Porto Rico. Les troupes américaines qui stationnent en permanence écrasent un mouvement d’indépendance. 2 ans plus tard Porto Rico se voit accorder le délicieux statut « d‘État libre associé aux États-Unis »

    1950- Corée. Les armées de la Corée du Nord franchissent le 38ème parallèle et pénètrent en Corée du Sud. A la « demande » des Nations-Unies qu’ils dominent très largement, les USA « acceptent » d’aider à repousser l’agression armée. 2 millions de coréens trouvent la mort au cours de cette guerre.
    1950-53- Chine. Les USA bombardent la Chine.
    1953- Iran. Un coup d’État orchestré par la CIA est mené par l’armée et les grands propriétaires fonciers après que les britanniques aient organisés le boycott des compagnies pétrolières iraniennes suite à leur nationalisation en 1951. Les USA vont alors soutenir pendant les 25 ans qui suivent l’homme fort du pays, le Chah d’Iran. Celui-ci devra s’enfuir en 1978 devant le raz-de-marée de la révolution islamique. (2 ans plus tard, en 1980, la guerre entre l’Iran et l’Irak sera une aubaine pour les industries d’armements, notamment américaines).

    1954- Guatemala. Des mercenaires entraînés par la CIA au Honduras et au Nicaragua renversent, avec l’aide de l’aviation américaine, le gouvernement le plus démocratique que le Guatemala ait jamais connu.

    1958- Liban. Des milliers de « marines » sont envoyés au Liban pour empêcher le renversement du gouvernement pro-américain et protéger les intérêts américains dans cette région riche en ressources pétrolières.

    1958- Indonésie. Les USA bombardent l’Indonésie.
    1960- Guatemala. Les USA bombardent le Guatemala.
    1961- Cuba. Armés et entraînés par la CIA, plus de 1000 exilés cubains débarquent dans la baie des cochons avec l’espoir de provoquer une rébellion contre le gouvernement castriste en place très populaire. Le soulèvement n’a pas lieu, les mercenaires sont rejetés à la mer, les USA frappe d’embargo Cuba. En 2002 l’embargo américain dure encore.

    1961-1972- Vietnam. Pendant 11 ans les USA, prenant le relais de l’armée française, utilisent tout leur arsenal militaire y compris chimique pour venir à bout d’un mouvement révolutionnaire nationaliste d’indépendance. La guerre la plus longue dans laquelle se sont embarqués les USA fera des millions de morts vietnamiens et américains sans succès pour le plus puissant des pays de la planète.

    1961-1972- Laos Cambodge- Bien qu’officiellement pas en guerre avec ces deux pays, les USA y effectuèrent d’incessantes attaques aériennes et d’innombrables massacres de populations.

    1964- Panama. Les « marines » qui protègent les intérêts des administrations américaines du canal de Panama écrasent une révolte visant à nationaliser ce secteur stratégique. Après avoir protéger et utiliser le dictateur panaméen Noriega pour leurs attaques contre le Nicaragua sandiniste, les USA s’en débarrassent. 26 000 soldats américains envahissent le pays sous couvert de le faire comparaître devant les tribunaux américains pour trafic de drogue. Des centaines de civils périssent sous les bombardements.

    1964- Congo. Les USA bombardent le Congo.
    1965- Indonésie. Prétextant une tentative de coup d’état des communistes pourtant proches du pouvoir de Sukarno, une opération militaire sanglante dont les dirigeants sont téléguidés par la CIA est menée. Des centaines de milliers d’indonésiens sont victimes d’une chasse à l’opposant, la longue et meurtrière carrière de l’homme de paille américain Suharto commence pour culminer au Timor-oriental.

    1965- République Dominicaine. Sous le couvert de l’ « Organisation des États Américains », les USA interviennent militairement pour contrer une prétendue menace communiste. La bataille de Saint-Domingue fait quelque 10 000 victimes.

    1965- Pérou. Les USA bombardent le Pérou.
    1967-69- Guatemala. Les USA bombardent le Guatemala.
    1970- Oman. Épaulées par les « conseillers » américains, les troupes iraniennes tentent d’envahir le sultanat.

    1970- Proche Orient. Implication militaire des USA auprès d’Israël dans les guerres qui ont lieu dans cette région du globe.

    1973- Chili. Suite à la réforme agraire et aux nationalisations, les États-Unis, par l’intermédiaire de la CIA et de la firme ITT, fomentent un coup d’état militaire qui conduit à l’extermination du Président élu de gauche Salvador Allende. Des milliers de morts, de femmes et d’enfants torturés, de disparus et l’installation de la dictature d’extrême-droite du général Pinochet, conseillé par la CIA.

    1975-1999- Timor Oriental. Les USA soutiennent sans faillir l’invasion et l’annexion conduite par l’Indonésie de Suharto. Un tiers de la population est décimée en près de 25 années. Alors qu’en 1999 lors d’un référendum, 80% de la population du Timor-oriental choisit l’indépendance, les USA soutiennent les exactions et la terreur de milices téléguidées par l’armée indonésienne qui s’opposent à l’indépendance. Les États-Unis finissent par accepter, sous la pression internationale, l’idée d’une force de maintien de la Paix de l’ONU.

    1980-1990- Salvador. Les USA s’engagent militairement aux côté des forces gouvernementales, de l’oligarchie au pouvoir et des « escadrons de la mort » pour contrer la guérilla de gauche. En 1980, l’archevêque Romero, très populaire chez les pauvres, est assassiné par des hommes proches de la CIA. En dix ans, la guerre civile fait 100 000 morts.

    1981-1988- Nicaragua. Les USA n’acceptent pas la série de réformes que les Sandinistes arrivés au pouvoir en 1979 engagent. Les États-Unis apportent leur soutien aux « contras » basé au Honduras. En 1986, le scandale de l’Irangate révèle que le produit financier des ventes d’armes américaines à l’Iran a servi a financer les groupes terroristes de la « contra ».

    1982-1984- Liban. Les troupes phalangistes du Liban soutenu par Israël et les USA expulsent et massacres les palestiniens.

    1983- Grenade. Embourbés au Liban, les États-Unis font une démonstration de force en envahissant la minuscule île de la Grenade prétextant de la sécurité de quelques citoyens américains. Huit ans plus tard, le « Wall Street Journal » qualifie cette démonstration « d’invasion des banques », l’île était en fait devenue un paradis pour la fraude financière et l’évasion fiscale.

    1986- Libye. L’aviation américaine bombarde des villes libyennes, faisant des centaines de victimes parmi les civils et les officiels.

    1986- Les USA sont condamnés pour « usage illégal de la force » contre le Nicaragua par la Cour internationale de justice de La Haye .
    1989- Philippines. L’aviation américaine prête main-forte aux forces gouvernementales pour contrecarrer un des nombreux coup d’État contre la présidente Corazon Aquino, farouche opposante aux communistes et aux indépendantistes musulmans.

    1989- Panama. Les USA bombardent le Panama.
    1991- Irak. Allié précieux des États-Unis dans la région durant de longues années, Saddam Hussein envahit le Koweït sans en référer à la superpuissance. Les USA, n’acceptant pas de perdre le contrôle sur une partie des ressources pétrolières du Golfe, déclarent la guerre à l’Irak en janvier 1991 et mettent en place une coalition militaire internationale qui, avec le soutien de l’ONU, libère le Koweït. L’Irak est placé sous embargo.

    1994- Haïti. Ayant occupé Haïti de 1915 à 1934 puis soutenu les deux effroyables dictatures de François et Jean-Claude Duvalier de 1957 à 1986, les USA se montrent favorables au renversement par coup d’état en 1991 du premier président élu du pays le père Aristide. Parmi les militaires impliqués dans le coup d’état, le colonel François formé, comme les dictateurs latino-américains Noriega et d’Aubuisson, dans la même académie militaire américaine. Trois ans plus tard les États-Unis interviennent militairement pour remettre en scelle le Président déchu.

    1998- Irak. Les USA et l’Angleterre reprennent leurs bombardements sur l’Irak et se fixent comme objectif l’élimination physique de Saddam Hussein et la mise en place d’un gouvernement de remplacement.

    1998- Soudan. L’armée américaine détruit par missiles des usines pharmaceutiques supposées servir de lieux de production d’armement chimique à des fins terroristes.

    1999- Yougoslavie. Au mois de mars, sous l’impulsion des États-Unis, l’OTAN bombarde le Kosovo et la Serbie ou s’opposent l’Armée de Libération du Kosovo qui depuis 1998 mène des opérations de guérilla et les forces de polices serbes qui, de leur côté, prennent en otage les populations civiles. Des centaines de bombes à uranium appauvris sont testées par les USA.

    2001- Afghanistan. Suite aux attentats meurtriers commis le 11 septembre aux États-Unis et attribués à l’organisation Al-Qaida dirigée par Oussama Ben Laden (ancien agent de la CIA soutenu pendant de longues années par les USA dans la guerre contre les communistes, milliardaire et actionnaire de sociétés pétrolières) les États-Unis forment une coalition, implantent des bases au Pakistan et bombardent massivement le pays. Les talibans islamistes sont renversés, les USA ne parviennent pas à imposer leur « protégé » (l’ancien roi), un gouvernement de transition est mis en place, les prisonniers de guerre se voient déniés par les USA les droits internationaux reconnus par les conventions internationales, certains prisonniers sont déportés sur la base militaire américaine de Guantanamo et subissent un régime d’exception contraire aux principes internationaux et à la législation américaine elle-même. Derrière ces événements les USA légitiment leur allié dictateur du Pakistan, assurent peu à peu leur mainmise sur le transit des ressources naturelles régionales.

    2002- Corée. Les États-Unis placent ce pays au nombre des composantes de « l’Axe du Mal », nouvelle doctrine militaro-mystique de mise en place de « guerres préventives » contre tous ceux qui ne s’alignent pas sur les USA

    2002- Irak. Les États-Unis font pression sur la communauté internationale pour lancer un corps expéditionnaire en Irak visant au renversement de Saddam Hussein, à l’instauration d’un gouvernement favorable à leurs intérêts, à l’obtention des principales parts de marchés de la reconstruction du pays après bombardements, à l’octroi de concessions sur les immenses ressources pétrolières du pays. Fin 2002, les USA et leurs alliés anglais ont massés des dizaines de milliers de soldats sur-équipés sur place, prêts à une offensive.

    2003- Irak. Les États-Unis se placent hors la Loi internationale et les décisions de l’ONU et envahissent dans la nuit du 19 au 20 Mars, avec le soutien de l’Angleterre, l’Irak. Un déluge de feu s’abat sur le pays et la population dont déjà près de 500 000 personnes sont mortes en 10 ans du fait du blocus économique (800 missiles Tomahawk, 23 000 bombes à uranium, à fragmentation, mini-nucléaire). Un mouvement mondial d’opposition à la guerre et à l’agression militaire des États-Unis se développe en faveur de la Paix et pour le respect du droit international. La majorité des pays de la planète condamnent l’agression américaine contre un pays souverain. Par cet acte les USA ouvre la voix dangereuse et criminelle à la doctrine de la guerre préventive permettant d’attaquer tout pays ne se soumettant pas à la conception impérialiste américaine.

    Liste , hélas, non exhaustive. Il est utile de rappeller que les USA ont été les seuls a utiliser l’arme nucléaire, en larguant deux (2) bommbes atomiques sur Nagazaki et Hiroshima . 200.000 civils vitrifiés, des dizaines de milliers de bléssés et gravement irradiés, des déstructions massives.
    La liste noire n’est donc pas close et, chaque jour, le nombre des morts , bléssés et destructyions en tous genres s’ alourdit.




    0
  • sam
    21 août 2009 at 5 h 13 min - Reply

    Il faut savoir que le regime algerien actuel ne se maintient en place que grace au USA la chute de cette derniere detruira toutes les dictatures arabes bouteflika et consorts inclusivement ,donc notre combat ne peut aboutir qu’avec affaissement de l’ultra liberalisme toute autre supposition ne serai que delires……bien a vous




    0
  • Congrès du Changement Démocratique