Édition du
29 July 2017

Alors qu'un train de mesures veille à réduire les importations : L'Algérie eldorado des exportateurs étrangers

Le Maghreb
080309063601.jpg

Selon une étude publiée par le réseau Anima, il semblerait que l’Algérie est devenu un eldorado pour les exportateurs étrangers. Les importations de l’Algérie sont en croissance continue. En 2008, les importations ont atteint les 31,7 milliards de dollars, alors qu’en 2007, les importations avaient enregistré 26,1 milliards de dollars, dont 10 milliards de dollars en biens d’équipement, avec 21% pour les véhicules de transport de personnes et de marchandises. Il faut savoir aussi que durant la même période, 8,5 milliards de dollars de biens destinés au fonctionnement de l’outil de production, dont 25% pour la tuyauterie et les barres en fer d’acier, ont été importés. Et 4,8 milliards de dollars de biens de consommation non alimentaires, dont 1,38 milliards de dollars de produits pharmaceutiques, ont été également importés. La même étude démontre que les importations sont centrées sur les biens de consommation. Les exportateurs étrangers raflent le marché algérien, vu que notre pays leur offre des opportunités adéquates. La situation macroéconomique du pays est assainie, la dette extérieure a été presque entièrement remboursée ; mieux encore, l’Algérie enregistre une croissance économique soutenue de l’ordre de 5,2% en 2008. Le marché algérien présente des besoins importants, notamment dans le secteur de l’automobile, du BTP et de l’agroalimentaire, le lancement de mégaprojets d’infrastructure particulièrement dans le domaine des transports. En somme, notre pays détient une économie qui s’ouvre lentement mais sûrement à l’économie de marché et devient attractive pour l’investissement direct étranger. En 2008, 25 548 sociétés exerçant dans l’activité d’importation-exportation ont été recensées, 1 665 sont étrangères. 90% de ces sociétés font uniquement de l’importation et leur répartition géographique montre que 10 199 d’entre elles, soit près de 40%, sont concentrées dans la wilaya d’Alger, suivie de celle d’Oran qui détient un taux de 9,16% pour 2.341 entités. Les wilayas de Sétif, Constantine, Oum El Bouaghi, Blida et enfin Batna viennent juste après avec respectivement 1 876, 1 711, 1 213, 1 025 et 517 sociétés (2,02%). A noter aussi que le nombre de nationalités des sociétés étrangères installées en Algérie est de 52. Quant aux gérants, directeurs ou présidents de conseil d’administration, les plus présents sont les Syriens à qui revient la palme avec 16,68 %, soit 261 unités, suivis des Français, avec 14,53%, gérant 242 sociétés, des Chinois à hauteur de 13,21%, soit 220 entités. En quatrième position, les Turcs devancent avec 7,69% (128), les Tunisiens installés à la tête de 121 entreprises et enfin, les Libanais qui gèrent 99 sociétés, soit 5,95% du nombre global. S’agissant de leur localisation, 75,20% d’entre eux activent dans la wilayas d’Alger à la tête de 1 252 sociétés, alors qu’à Oran, 5,89% de ces gestionnaires sont aux commandes de 98 sociétés. Suivent les wilayas de Annaba et Blida avec un taux de 3,06% chacune, soit 51 entreprises, Boumerdès 1,86% (31), Sétif 1,50% (25) et Tipasa avec 1,26 % et 21 sociétés. Il faut rappeler que la législation du commerce extérieur a subi des modifications cette année. En effet, de nouvelles dispositions viennent d’être promulguées. Il s’agit du décret exécutif relatif aux conditions d’exercice de l’activité d’importation des matières premières, produits et marchandises destinés à la revente en l’état par des sociétés commerciales, dont les associés ou les actionnaires sont des étrangers. D’emblée, ce nouveau texte de loi précise que les sociétés constituées par des actionnaires étrangers « ne peuvent exercer l’activité d’importation de ces produits que si 30% au minimum de leur capital social sont détenus par des personnes physiques de nationalité algérienne ou par des personnes morales dont l’ensemble des associés ou actionnaires est de nationalité algérienne ». Aussi, le gouvernement vient de mettre fin au crédit à la consommation dans le seul objectif de réduire les importations. Par ailleurs, de nouvelles procédures ayant trait à la domiciliation bancaire des opérations d’importation ont été introduites par la loi de finances complémentaire pour 2009, à l’image de la taxe de domiciliation bancaire, l’annulation des procurations dans les opérations de dédouanement ainsi que l’obligation de passer par le Credoc (Crédit documentaire) pour le paiement de toute opération d’importation. Nassima B.


Nombre de lectures : 705
6 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • nomade
    7 août 2009 at 3 h 52 min - Reply

    ce pays telle une fille de joie se donne au premier etranger qui arrive au village moyennant un peu de bakhchich.

    LES MERCENAIRES D’ALGER , A QUI IL NE MANQUE QUE LE FRANCAIS BOB DENARD POUR CLOTURER LA LISTE, ACQUIESSENT AVEC UN APLAVENTRISME TOTAL ET BEAT DEVANT LES EXIGENCES DE LEURS CHOUAKERS EN OCCIDENT.

    KHOBZ EDDAR YAKLOUH EL- BERRANIA.

    l




    0
  • SamirD25
    8 août 2009 at 11 h 21 min - Reply

    @ Nomade…..ton commentaire n’a aucun sens; c’est à cause des mentalités comme la tienne que l’Algerie baigne dans la M…, il y’a une realité que tu ne peux nier : l’Algerie ne peut pas se developper sans le concours des etrangers. le jour où tu seras capable de tout faire par toi même et de façon eficace, ce jour là tu pourras te permettre de dire ce que tu dis. Il faut que tu sortes un peu voir comment les autres pays fonctionnent, ne va pas loin, va juste en Tunisie.




    0
  • nomade
    9 août 2009 at 3 h 08 min - Reply

    ah bon , maintenant on va développer ce pays avec de l’import /import contrôle par une bande de vulgaires bandits venus des quatres coins de la planète.
    justement l’une des raisons d’ouverture de l’ import/import est de casser toute production nationale, rien ne se crée , rien ne se produit , rien ne s’invente dans ce pays objectif numéro 1
    des pseudo-decideurs.
    et si un citoyen se lance dans la production d’un produit importe par un gros bonnet ce sont les menaces a coups de téléphone et si le bonhomme résiste les menaces deviennent des actes dans le cas ou ce citoyen n’a pas de connaissances en haut lieu.
    il parait que ce n’est plus BOUMEDIENNE le dictateur ,le rouge , l’athée , le communiste (sarcasme dans le cas ou tu ne comprends pas) qui contrôle les ports algériens mais c’est un certain minable …rebrab ….avec ses réseaux au niveau des ports .

    la première raison de l’import /import sont les commissions allant jusqu’à 25% que les maquignons du pouvoir exigent dans les grands contracts .avec ces commissions ils financent les politiciens étrangers qui les protègent et gardent le secret bancaire

    la Tunisie … a part les dattes, l’huile d’olive et l’harissa qu’ils exportent en Europe et le ciment que les bras casses d’algériens leur achètent tout est importe . pour une bonne partie de tunisiens ,
    la Tunisie est le bout du rouleau de la misère.
    le transfert de technologie qui garantie le développement d’un pays pas l’import/import




    0
  • nomade
    9 août 2009 at 3 h 45 min - Reply

    @samirD25
    tiens pour réponse mon avant dernier commentaire

    importer des biens d’équipements est une bonne chose mais importer des bouquets de fleurs en plastique ou n’importe quelle m… ne permet pas de faire avancer la maison DZ.




    0
  • nomade
    9 août 2009 at 16 h 08 min - Reply

    la situation de l’import/import au pays DZ me rappelle la chanson de Jacques Brel  » le gaz « , »allez-y donc tous rue de la madone ….. et dites bien que c’est pour le gaz ».
    allez-y donc tous en Algérie et dites bien que c’est pour le pillage !!! , c’est un pays facile a piller avec un peuple terrorise par un régime de mafieux.

    @samieD25:
    la Tunisie a pour vitrine soussa, hammamet , sidi-boussaid mais….. il vaut voire l’antichambre.

    @samirD25:




    0
  • nomade
    9 août 2009 at 17 h 07 min - Reply

    la situation de l’import/import au pays DZ me rappelle la chanson de Jacques Brel  » le gaz « , »allez-y donc tous rue de la madonne ….. et dites bien que c’est pour le gaz ».
    allez-y donc tous en Algérie et dites bien que c’est pour le pillage !!! , c’est un pays facile a piller avec un peuple terrorise par un régime de mercenaires.

    @samieD25:
    la Tunisie a pour vitrine soussa, hammamet , sidi-boussaid mais il vaut voir l’antichambre.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique