Édition du
22 July 2017

Au sujet des dépouilles mortelles de 600 "harragas" dans les morgues espagnoles: Le régime algérien a-t-il négocié un accord secret?

imagesOn se rappelle que le gouvernement espagnol avait mis le gouvernement algérien en demeure de rapatrier les corps d’environ 600 « harragas » qui « encombraient » les morgues espagnoles. Les espagnols avaient averti que si l’Etat algérien continuait de faire la sourde oreille, les corps seraient incinérés. C’est un lmam algérien d’Alicante qui avait alerté l’opinion publique, en révélant, entre autres atrocités, que les corps des jeunes défunts étaient, pour la plupart, dans un état de décomposition avancée.
Mais le problème, pour le régime qui gouverne l’Algérie, est que cette affaire tombait en pleine campagne électorale pour les présidentielles. Une publicité dont Monsieur Bouteflika se serait passé, on s’en doute.
Des émissaires très spéciaux auraient donc été dépêchés pour tenter de mettre une sourdine à ce scandale.
Les responsables « algériens » auraient demandé à leurs homologues espagnols d’attendre que les élections se fassent, avec la promesse de rapatrier les corps, mais « par petites doses », pour ne pas alerter les opinions publiques internationales.
D’autres sources évoquent une toute autre rumeur, autrement plus scandaleuse, si elle se révèle vraie. Les résponsables « algériens » auraient tout simplement demandé aux espagnols d’incinérer les corps, mais dans la plus grande discrétion. Un autre « secret défense » ?
Ces informations ne sont pas encore confirmées. Nous tentons d’en savoir plus, et nous demandons à nos compatriotes qui résident en Espagne de nous faire parvenir qui serait portée à leur connaissance, sur ce sujet
DB


Nombre de lectures : 912
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Mohand Tahar Akrous.
    19 août 2009 at 14 h 16 min - Reply

    @DB
     » Exhumer » ce drame national qui jette un sceau d’infamie sur notre pays et qui nous rappelle douloureusement ce crime ignoble commis par les reptiles du pouvoir, est un devoir pour tout Algérien qui se respecte en tant que tel.
    Votre initiative qui a bien du mérite vient nous rappeler, devoir de mémoire et de solidarité obligent , nos morts « pour rien » que les batraciens galonnés et / ou en cols blancs qui bavent leur venin et croassent , veulent recouvrir d’un linceul pudique .
    Il nous faut briser ce silence assourdissant de ces cloportes nuisibles qui veulent recouvrir d’une chape de plomb leurs forfaits restés impunis ! Oui, Il y a bien là, une tentative sournoise de commettre un nouveau crime, celui de « mémoricide  » qui consiste à occulter les méfaits et leurs malfaiteurs, à savoir : atteinte volontaire à la vie ; atteinte grave à l’intégrité physique ou psychique ; soumission à des conditions d’existence de nature à entraîner la destruction totale ou partielle du groupe .
    Vous faites appel à concours, nos concitoyens résidants en Espagne. Bien que rien ne doit être laissé au hasard et que toutes les bonnes volontés sont à considérer, il est néanmoins fort regrettable de constater que, à ce jour, AUCUN journaliste ou écrivain d’investigation n’a eu la volonté et le courage de s’investir dans la recherche de la vérité. Afin de ne pas me livrer à l’anathème et à l’invective, soucieux de ne pas m’ériger en donneur de leçons, force est de constater qu’ un silence assourdissant plane sur les têtes de nos intellectuels ou censés l’être.
    Permettez moi, mon cher DB, de vous suggérer humblement de donner la parole aux sans voix, c’est à dire les familles à qui la mort leur a ravi ce qu’ils ont de plus chers : qui leurs frères; qui leurs époux; qui leurs fils . Ces victimes d’un sort funeste, existent bien et l’on sait où ils résident. Un reportage vidéo ( un portable suffit ) amateur qui donnerait la parole aux principaux concernés, pourrait avoir un impact via Internet ( Dailymotion et autres supports médiatiques).
    Nous devons avoir du coeur à l’ouvrage , le souci d’être utile et de participer, tels les merveilleuses fourmis, à une oeuvre bienfaisante en tirant de l’oubli nos frères morts et abondonnés et, en exigeant de ceux qui nous gouvernent, leur rapartriement pour leur offrir une sépulture digne et dans leur pays .
    Encore merci aux nom de toutes les familles endeuillées pour votre action salvatrice.




    0
  • thirga
    19 août 2009 at 17 h 33 min - Reply

    Ould Abbes, le ministre de la secte au pouvoir au pays de un million et demi de martyrs en charge de la pauvreté a déclaré que ce sont des dépouilles d’hommes blancs et non d’Algeriens. Les 600 dépouilles sont la partie infime de ces harragas à la recherche d’une vie meilleure, loin du mensonge et de la corruption. Qu’en est-il des milliers de harragas qui n’ont pu atteindre les cotes de l’Andalousie?




    0
  • chawki
    19 août 2009 at 23 h 26 min - Reply

    le Panaf a coûté près de 100 millions d’euros, soit près de 140 millions de dollars !! avec cet argent fou monsieur fakhamatouhou aurait creer des postes de travailles pour ces harragas ,et bien entendu rapatrier les corps des 600 Allah yerhamhoum .
    ah j’allais oublier ,sans compter l’argent depenser pour organiser le festival de hamraoui h.chawki…quelques millions de dollars
    bled mikkey




    0
  • djamel
    20 août 2009 at 15 h 52 min - Reply

    depuis quand est-ce que ce pouvoir criminel etablit par la force des armes et de la lachete et du ROUGHS s’inquiete des Algeriens…je suis pret a parier que dans la sphere de la grande famille de ce pouvoir la pluspart auraient souhaite qu’ils soient non pas 600, mais 6 millions comme ca ils pourront respierer mieux , parceque le GHACHI-CAFARDS, terni leur algerie.
    salam




    0
  • Mohand Tahar Akrous
    21 août 2009 at 14 h 32 min - Reply

    LES YEUX FERMES

    « Quand, aujourd’hui, nous lisons (les récits) sur les déportations des juifs sous le nazisme, nous nous demandons: sûrement, les populations ne savaient pas. Mais ces convois plombés, les voix, les cris dans les gares de transit, personne ne les voyait ou ne les entendait ? A l’époque, c’était le totalitarisme et la terreur qui faisaient fermer les yeux. Aujourd’hui non. Une indifférence tranquille, résignée, peut-être même une aversion gênée, sur la Méditerranée. L’Algérie aux yeux fermés » .




    0
  • Congrès du Changement Démocratique