Édition du
24 July 2017

Suite à une plainte adressée par des juges au président de la République : La cour suprême soumise à une enquête sur certains marchés douteux

01_copy30
El Khabar
Les services et départements de la cour suprême font l’objet, depuis deux mois, d’une enquête policière et administrative minutieuse, se penchant sur deux volets principaux. Le premier, concerne la gestion de certains dossiers administratifs, qui ont subi des interventions, alors que le deuxième est relatif au marché de l’équipement de la cour suprême, ainsi que d’autres marchés, conclus avec des entrepreneurs, pour la réalisation de la résidence des juges, sur les hauteurs d’Alger.
Selon une source officielle, s’exprimant sous le couvert de l’anonymat, l’enquête a été ouverte suite à une plainte adressée par des juges de la cour suprême, au président de la République, M. Abdelaziz Bouteflika. Elle a évoqué « des pratiques illégales et un mauvais traitement », infligé à leur égard par le secrétaire général de la cour suprême, en l’occurrence M. Ahmed Khelifi et le premier président, M. Kadour Beradjaa. Dans le même sillage, la même source a ajouté que les juges en question, ont été victimes d’un manque de considération et d’une atteinte à leur dignité. Parmi ces pratiques, la coupure des lignes téléphoniques les reliant les uns aux autres et leur privation du climatiseur. Si on se fie à la lettre adressée au président, ces juges refusent de jouer les marionnettes et être au service des responsables de cette institution, considérée comme la plus haute instance de la magistrature civile.
Dans ce cens, notre interlocuteur a rapporté des déclarations des auteurs de la plainte que l’un des responsables de la cour se comporte dans le restaurant et le parking, comme s’il était dans sa propriété privée, du fait qu’il est bien convaincu qu’il ne sera pas poursuivi « disciplinairement », car ses comportements sont couverts par ses responsables directs.

D’autre part, certains juges au sein de la cour suprême, auxquels nous avons pu parlé, ont indiqué q’un mouvement de protestation est envisagé, notamment après le retard dans le paiement des salaires du mois en cours. L’un d’entre eux a révélé que, d’habitude, ils perçoivent leurs salaires, au plus tard le 8, ou le 9 du mois, donc, les juges n’ont pas pu comprendre les raisons de ce retard. En plus de tout ça, les protestataires ignorent toujours les raisons derrière le gel de l’allocation de logement, variant entre 15 et 20 mille dinars, qu’ils n’ont pas reçu depuis 5 mois. Cette allocation varie selon la fonction de chaque juge travaillant au niveau de la cour suprême, dont le nombre s’élève à 300.

Dans le même contexte, la même source a annoncé qu’une enquête est actuellement menée par la police anticorruption, à travers les différentes chambres de la cour suprême. Les investigations, déclenchées par une lettre rédigée par les juges, se pencheront sur la gestion des chambres, des structures et des services de la cour suprême, dans son aspect financier. Aussi, ces investigations ont pris vraiment au sérieux une plainte anonyme, accusant les responsables de la cour d’intervenir et d’orienter des dossiers ayant trait à des affaires civiles et commerciales, et de partager certains dossiers entre quelques juges, pour les traiter d’une façon subjective.
Entre autres, citons l’affaire dans laquelle est impliqué le directeur d’un hôpital sis à Alger, ce dernier a été condamné à dix ans de prison, mais il a été blanchi, une fois son dossier transféré à la cour suprême, suite à l’appel fait par l’accusé. Une enquête similaire sera ouverte, et concernera, cette fois-ci, le conseil de la magistrature, suite à une plainte protestant contre les pratiques de ses responsables, en particulier, la gestion de quelques dossiers, à l’instar du dossier du juriste algérien, résidant en Hexagone, Lazhar Bahloul, qui a adressé une plainte au président de la République, dans laquelle il s’est plaint de la perte de quelques documents, appartenant à son père, portant des informations importantes, et qui pourront impliquer des opérateurs influentes, dans des affaires liées à l’accaparement des biens immobiliers, dans la wilaya de Constantine. Sans oublier, dans ce sens, la fameuse affaire du juge syndicaliste, M. Abdelah Heboul, concernant l’occultation d’une étude de jurisprudence, que le ministère de la justice prétend qu’il existe, mais il est n’a aucune trace sur les références juridiques. L’enquête policière au niveau de la cour suprême a porté sur les marchés de son équipement du matériel et outils, conclus à l’amiable avec des entrepreneurs privés. Les investigations vont probablement lever le voile sur certains aspects opaques, a ajouté la même source. Notamment, l’entrepreneur auquel le projet de la réalisation de la résidence des juges, à El Biar, a été alloué. Ce dernier a remporté le marché, grâce à ses fortes relations avec un membre du gouvernement.

18-08-2009
Par H.Y/ Traduit par R.K


Nombre de lectures : 754
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • karamazigh
    18 août 2009 at 21 h 18 min - Reply

    il me fait rire le titre,mais l’Algerie est elle meme devenue un énorme marché douteux y’a pas besoins d’enquetter, des affaires douteuses , y’a qu’à se baisser pour ramasser, et puis laabe ahmida, rachchame hmida, qui c’est qui va enquetter sur qui? ils tiennent tous des dossier les uns sur les autres, c’est une situation d’équilibre de Nash, si une personne change de strategie, cela entrainera sa perte et celle des autres.




    0
  • SAMARITAIN
    18 août 2009 at 22 h 54 min - Reply

    Le ministère de L INJUSTICE va Condamné une Poignée de Ces Adeptes ou des Milliers des Juges-Procureurs alchimistes, ou ceux qui savent convertir des Accusés en Innocents, ceux qui ont Régner ces derniers Temps en Maitre Absolus sous la Bénédiction de Bouteflika et Sir Belaiz .
    L impunité de Bouteflika aux Assassins, a permis a ces CHAROGNARDS De Juges et Procureurs de SÉVIR sans la Moindre Inquiétude !.
    JUGES/PROCUREURS Corrom-pues jusqu’à la Moelle ou Chaque jour le Pauvre Citoyen doit défier et prouver son innocence dans des Tribunaux qui ressemble a des Étables ou le sort de ce Dernier (la victime) est connu d’avance!.
    Un tribunal ou un simple GREFFIER ou COMMIS peut nous offrir un Prix Voulu par ces Maitres KADI ET WAKIL EL DJOUMHOURIA pour nous DISCULPER des Graves Délits!. le Seul Moyen c’est d’avoir seulement Une Grosse TCHIPPA que nos Chers JUGES/PROCUREURS aiment bien GRIGNOTER .
    Enfin le Résultat est la , regarder autours de Vous ou nous sommes arrivé ou dans les quotidiens nationaux le Nombre de Délits de Drogues , de Crimes, d’agressions…etc sont commis par Jour en Algérie et Même les Écoles, Lycée et Université n ont pas été Épargné!.
    Le constat est catastrophique et les jours qui viennent vont nous Prouver Malheureusement encore de La recrudescence de L insécurité ……surtout avec le Ramadan!. ALLAH YALTAF .

    LE PAUVRE SAMARITAIN VICTIME DE L INJUSTICE ALGÉRIENNE.




    0
  • jnsplu
    2 septembre 2009 at 1 h 23 min - Reply

    Dans tous les rouages de l’état et de la société, il y a des gens honnetes et des gens malhonnetes et c’est valable partout et dans tous les pays..Il ne faut pas généraliser si on cherche la vérité. Quoiquechez nous on s’est habitué à beaucoup de choses, notamment au jugement hatif et sans preuves, au fait de ne dénoncer le mal que lorsque cela nous dérange personnellement et non pas pour promouvoir la vérité eta pas mal d’autres dérives.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique