Édition du
26 March 2017

Hausse inquiétante de la pauvreté : Un quart des Algériens dans la misère

arton135093-0e511
El Watan

La pauvreté s’est « confortablement » installée dans les foyers algériens. Le pays compte au moins 1,2 million de familles démunies. Une réalité longtemps dissimulée par les pouvoirs publics. Le chiffre n’est pas établi par une quelconque ONG ou organisation autonome qu’on pourrait accuser d’avoir une volonté de ternir l’image du pays. Il est communiqué par l’un des ministres le plus hostile au débat autour de la misère sociale en Algérie, celui de la Solidarité nationale, de la Famille et de la Communauté algérienne à l’étranger, Djamel Ould Abbès. Le couffin du Ramadhan a, semble-t-il, contraint ce dernier à rendre publiques ces statistiques. En effet, dans une déclaration reprise avant-hier par l’APS, M. Ould Abbès donne le chiffre de 1 200 000 familles démunies qui bénéficieront de l’aide de l’État durant le mois sacré, qui est de 3 milliards de dinars.

Ce sont donc au moins autant de familles qui sont dans le besoin. Mais le nombre sera sans nul doute très important. En tout cas, il est beaucoup plus important que les 72 302 personnes « démunies » recensées auparavant par le département de Djamel Ould Abbès. Ce dernier, qui ne cesse de gloser sur la dénomination de la pauvreté, préférant désigner cette population par le terme « démunie », devra désormais penser à ces millions d’Algériens qui peinent à subvenir à leurs besoins les plus élémentaires. Le phénomène n’est pas marginal. En l’absence d’étude nationale sur le sujet (la dernière en date a été réalisée en 2006), il est difficile de connaître avec exactitude le nombre de pauvres en Algérie. Aucune enquête sérieuse n’a été établie depuis le dernier rapport du PNUD sur la pauvreté en Algérie, témoigne un responsable de la Banque mondiale à Alger. C’est sur les documents des organismes internationaux que les services de sécurité se sont basés pour élaborer, en avril dernier, un rapport dans lequel ils confirment l’étendue du phénomène. « Depuis la crise pétrolière de 1986, des pans entiers de la société algérienne ont sombré dans la pauvreté. En 2003, et malgré des réserves de change dépassant les 30 milliards de dollars, un Algérien sur trois vit en dessous du seuil de pauvreté », explique ce rapport des services de sécurité repris, à l’époque, par la presse nationale.

Le nombre de pauvres dépasserait, selon la même source, les 10 millions de personnes. La situation s’est dégradée davantage ces dernières années. Elle est accentuée en particulier par la précarité de l’emploi et l’érosion du pouvoir d’achat des Algériens. L’Algérie est visiblement un pays riche avec une population pauvre. Alors que la rente pétrolière est en nette progression (144 milliards de dollars de réserves de change), la répartition des richesses n’est pas équilibrée. Selon le dernier rapport du PNUD, moins de 20% de la population détiennent un peu plus de 50% des richesses du pays. Le reste de la population n’a droit qu’à des miettes. C’est dans les zones rurales que le phénomène est plus généralisé. Selon la carte de la pauvreté établie par l’Agence nationale d’aménagement du territoire (ANAT), 17,4% des communes situées dans les Hauts-Plateaux sont frappées de plein fouet par la misère sociale. La situation est plus critique également dans les zones montagneuses, comme les wilayas de Médéa, Chlef et Aïn Defla. Les signes de la pauvreté, selon la même étude, sont visibles notamment à travers le revenu des ménages oscillant entre 5000 et 10 000 DA/mois, le taux d’analphabétisme, le droit aux soins et l’accès au logement. Pour ces familles, le débat actuel autour de l’accès aux technologies de l’information et de la communication relève de la fiction. Le gouvernement est appelé ainsi à revoir sa copie et à se mettre au travail afin d’assurer d’abord les conditions d’une vie digne à ses citoyens.

Par Madjid Makedhi


Nombre de lectures : 822
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • thirga
    19 août 2009 at 17 h 54 min - Reply

    Ould Abbes est la preuve par l’absurde de la mauvaise gouvernance, de l’échec de la secte au pouvoir. Des sommes exorbitantes échappant à d’hypothétiques controles, sont dilapidées au nom de la pauvreté, de la mendicité, de la pseudo solidarité. Les couffins de ramadan se distribuent à la source entre les rapaces. Les necessiteux n’en voient que les restes. Ce partage entre rapaces n’épargne aucune solidarité. Il en est de meme des trousseaux scolaires, des cantines scolaires, du transport scolaire, de la santé scolaire. N’a-t on pas vu le ministre de la solidarité distribuer des bus de la solidarité scolaire dans des campagnes électorales? Bien sur que notre presse relate des histoires pahétiques à vous fendre le coeur d’élèves atteint d’inanition, privés de transport aux mains et pieds gelés… Un écrivain a bien dit: donner-leur du travail, vous enferez des frères; donnez-leur du pain, vous en ferez des ennemis. A bon entendeur saha ramdanek.




    0
  • SAMARITAIN
    19 août 2009 at 19 h 49 min - Reply

    En 2007 et sur le Journal télévisé de 20 heures, Ouled Abbas a Promis que l’année prochaine il va (sic et avec l’aide de Dieu inchallah ) arriver a distribuer 3 millions de Couffins de Ramadhan ! .
    Chose promise, Chose Due! puisque Notre Honorable Ministre a su tenir sa parole mais aussi … la misère en Crescendo .




    0
  • tlemcani
    21 août 2009 at 13 h 40 min - Reply

    La justice ce n’est pas distribuer les couffins pour le ramadhan c’est distribuer la richesse du pays au peuple bla bla bla et laissons le clan d’oujda profiter et leur familles et leurs amis et leur entourrage et leur regionalisme moi je dit ça à ould abbes ce coufin met le là où tu penses.




    0
  • mahfoud
    21 août 2009 at 17 h 34 min - Reply

    le couffin du ramadhan dans un pays musulman riche ??? le chiffre de 1.2 million de famille est bien loin de la realite malheureusement ! ces kouffars continuent leur guerre contre le peuple algerien saha ramdankoum « maydoum ghir al sah « 




    0
  • nomade
    25 août 2009 at 4 h 30 min - Reply

    mais oui , ils ont sauve la république du péril vert en poussant des pans entiers de la population dans la misère , bande de salopards .l’instruit est devenu cancre et misérable , le cancre est devenu prospère et brillant , everything upside down. état d’un pays dirige par des mercenaires




    0
  • Kara Fawzi
    27 août 2009 at 2 h 46 min - Reply

    Les Algériens pauvres?! Vous rigolez, vous n’avez pas entendu ce qu’a dit notre minitre de la religion Ghoulamallah? IL N’Y A PAS DE PAUVRES EN ALGERIE, C’EST LA PRESSE QUI AMPLIFIE TOUT !! Et il a raison, sinon comment que ça fait que chaque année des milliers d’algériens se bousculent pour aller dépenser + de 25 millions au hadj?!




    0
  • Wassila
    27 août 2009 at 16 h 53 min - Reply

    Algérie PAUVRE? Vous plaisentez j’espère … Ce n’est pas des couffins dont a le plus besoin notre peuple !
    Je suis assez daccord avec TLEMCANI, je me permet de vous citer parce que je trouve que votre commentaire résume le tout !
    C’est nous les plus grands Hypocrites et Koffars ! Et dire qu’on est musulmans? Regardez les européens, les américains et les autres … ils s’entraident dans les moments difficiles et nous qui sommes supposés représenter le Coran on fait tout le contraire. C’est très malheureux pour un aussi beau et riche pays que notre Algérie !
    À qui la faute?….
    Bref Ramdankoum moubarak et que le Bon Dieu nous vienne en aide !




    0
  • Congrès du Changement Démocratique