Édition du
24 March 2017

Enfin…Un septuagénaire parmi les Harragas

El Khabar
Par Larbi Zouak
El Khabar 20 août 2009

Selon les informations disponibles, quand les Harraga, arrêtés au large de la mer, ont été interrogés par les services de sécurité, sur les raisons de leur aventure, ils ont indiqué qu’ils n’avaient rien d’autre que « l’aventure », soit, en prenant la mer vers l’autre rive de la méditerranée, soit rejoindre les groupes terroristes, donc, ils ont opté pour la première solution, au lieu de la deuxième.
Cela signifie que ces Harraga défient les autorités qui ont promulgué une loi condamnant leur conduite, c’est-à-dire, ils s’adressent aux autorités, en disant, nous sommes engagés à fuir notre vécu, malgré vos efforts, pour nous faire renoncer à notre démarche d’immigration clandestine. Vous êtes libres de promulguer les lois que vous voulez.
Leur défi signifie, aussi, qu’ils préfèrent rejoindre l’autre rive de la méditerranée, que de rejoindre les terroristes, ou bien de rester dans le pays ; dans ce cas, nous devons reconnaître leur choix de fuir, en prenant la mer, malgré le risque d’une mort probable, par noyade, que de rejoindre les groupes terroristes, ils ont marqué un point…Mais, nous devons nous rendre compte d’un point très dangereux, et qui porte des significations dangereuses, c’est que ces Harraga optent pour aller s’aventurer et risquer leur vie en pleine mer, que de s’affilier aux groupes terroristes et de rester sous l’emprise du pouvoir…
Depuis environ une semaine, des Harragas sur les côtes d’Annaba, ont refusé d’obtempérer aux ordres d’un garde-côte qui leur a demandé de se rendre, mais ces derniers ont tenté de lui échapper. Le résultat était qu’il y a eu un mort, des blessés et des disparus, parmi ces jeunes qui insistent à quitter le pays, quelques soit le prix, même si cela nécessiterait la mort, ce qui était effectivement le cas….dans ce cas, est-ce que les sages de ce pays, s’il en existe, puissent expliquer cette insistance sur l’immigration clandestine ?
Hier, le mercredi 19 aout 2009, les gardes cotes ont arrêtés 22 « terroristes », au large de la cote d’Annaba, dont un septuagénaire. Alors que doit penser, aujourd’hui, après que les gardes cotes aient harponné des gosses, des vieux, des femmes enceintes et des jeunes diplômés entrain de quitter leur pays, à destination de nulle part en scandant : « préférer être mangés par les poissons que de mourir par désespoir, avec cette réalité, sans état d’âme qui ne gracie personne.
Ce qui est certain, après que ce phénomène eut atteint une telle ampleur et après que toutes les tranches de la société, et à tous les niveaux et catégories, pensent s’échapper, on en est parvenu à la faillite totale ! A tel point que même les solutions que le pouvoir en place nous propose, ne méritent pas d’être prises au sérieux, pour ne pas dire qu’elles sont aussi fragiles pour pouvoir résoudre les problèmes actuels.


Nombre de lectures : 591
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • thirga
    29 août 2009 at 6 h 59 min - Reply

    Hada MA khas fi bled melyoun wa nas malyoun chahid!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!
    Le bon sens semble deserter la cervelle de la secte au pouvoir. Après le départ à Peshawar à la recherche d’un paradis, le djihad bi-décennale de la subversion verte en quete de l’eden sur terre et dans l’au-délà, le phénomène des Haragas à l’aventure d’une vie meilleure ailleurs chez les « KOFFARS », la secte au pouvoir ne comprendra plus jamais le drame algerien, réfractaire qu’elle est au bon sens, à la bonne gouvernance et…à la raison. Son maintein au pouvoir dépasse les crimes de la horde coloniale, les massu, aussaresses et tous les ratons tortionnaires. Au lieu de jetter l’éponge et de se retirer avec des excuses à la mémoire des martyrs, ils persistent et signent dans sa gestion par l’horreur. Allah ye3fou ou yerham les Harragas et toutes les victimes de la bi-décennie de folie de la gestion des séniles.
    LES HARRAGAS FUIENT, ETOUFFENT, VEULENT VIVRE NORMALEMENT SANS DEMAGOGIE, SANS ENDOCTRINEMENT, SANS MENSONGE DIFFUSE PAR DES CHAINES RADIO-TV LANGUES DE BETON. A FORCE DE VOULOIR COUPER L’HERBE AUX INTEGRISTES, LE POUVOIR A EMPRUNTE LA CHAKARA AUX INTEGRITES




    0
  • Congrès du Changement Démocratique