Édition du
28 March 2017

Si tu n'as pas honte…..

GholamallahMr Bouabdallah Ghlamallah, ministre des Affaires religieuses : « Il n’y a pas de pauvres en Algérie ! Ce n’est qu’une invention des médias. Comment peut-on dire cela alors que 1,5 million d’entre eux vont en Tunisie ou que des millions effectuent les différents pèlerinages chaque année » (Radio chaîne 1 émission  » Nikat alalhourouf ») 25 août 2009.


Nombre de lectures : 1790
26 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • tamezgha
    26 août 2009 at 22 h 35 min - Reply

    c’est parceque tu a méne une vie virtuel,tu a un salaire consequent,1chauffeur qui vous amene tout les matin au bureau,1autre chauffeur pour vos enfants qui les conduisent a l’école et de temps en temps a l’aéroport, une villa pour vos vacances,des frais de mission ,des bon d’essence tout en nature,et peut-etre meme un cuisto a la maison,une femme de ménage,un jardinier pour vos roses.
    Et au retour vous n’avez qu’a nous montrer par decret comment faire nos ablutions et nos priéres et « laka adjr adhim » mais ceux-ci c’est un bonus pour l’aprés mort. qui dit mieux?




    0
  • thirga
    27 août 2009 at 7 h 46 min - Reply

    Ce n’est guère étonnant de telles annonades quand elles sont dites par un Agneau qui se croit etre le represantant de Dieu sur terre. Il prend les gens pour des naifs ce GHOUM ANTAA ALLAH, lui qui est incapable d’élever la voix devant son Dieu Boutef III, le faussaire sur terre et violeur de la souveraineté populaire. Ses chiffres viennent juste occuper le bon peuple et permettre aux voleurs de dilapider la maison Algerie, en toute quiétude et en se donnant bonne conscience. Une manière de dire, prenez votre part, les miettes, en ce mois de pièté. Comme ils sont menteurs, faussaires et falsificateurs à entendre son acolyte le fils de Abbes, le ministre de la pauvreté, qui fait meme des projections annuelles de paniers d’une pauvreté reconnue et officalisée durant le mois de ramadan. Non seulement on est présence d’une équipe d’incapable, de perdants comme annoner par son Dieu attitré, Boutef III, mais chose gravissime, elle ne recule devant rien. On a bien entendu ce chef attitré déclarait tout fier, aux Nations Unis, avoir des bidonvilles avec des Mercedess devant les baraques! Le bouffon pensait faire rire les representants du Monde…Il oubliait l’amnésique qu’on a pas le droit de rire des millions d’Algeriens qui se sont sacrifiés pour que leur Algerie soit démocratique et sociale alors que son équipe dispose de rentes pétrolières déposées chez les Capitalistes du Monde.
    POur revenir à l’annonade de l’Agneau de Dieu, je suis terriblement choqué par l’animation actuelle, contraire aux activités culturelles d’un centre culturelle comme celui d’El Biar. Des individus bien nourris, gros et gras, avec un carrousel de grosses voitures pour preparer dès 9 heure du matin ce festin, signe de la paupérisation morale d’un peuple hier Héroique. A ce décor s’ajoute la multitude de femmes parfois jeunes qui faont la manche avec des bébés, en ce mois « de rahma » et en plein mois d’aout. Nous savons que l’Etat est absent mais pas à ce point….Respect à nos martyrs!




    0
  • zaki
    27 août 2009 at 13 h 25 min - Reply

    Lamane takra zabourouka ya daoud.chaqu’un son tour




    0
  • espoir
    27 août 2009 at 14 h 49 min - Reply

    Comment peut-on gouverger quant on est deconnectè de la realitè ?
    est-ce que vraiment il pense ce qu’il dit ou bien ce sont ces larbin qui lui maquille l’information avant de la donner ??
    VIVE L’ALGERIE LIBRE ET DEMOCRATIQUE.




    0
  • réda
    27 août 2009 at 15 h 24 min - Reply

    C’est le summum de la médiocrité.
    l’adjectif TAGHOUT lui colle bien sur la peau.

    merci bouteflika




    0
  • Akli Boughzer
    27 août 2009 at 18 h 26 min - Reply

    En voilà encore un parvenu qui joue dans la cour des grands et qui déclare qu’il n’y’a pas de pauvres en Algérie.Bien sur avec ses villas sur les hauteurs d’Alger ses affaires pas seulement religieuses il est à l’abri du besoin même s’il n’est plus ministre et même sans retraite car il a bien fait fructifier la trentaine d’années comme cadre de la nation.Dieu reconnaitra les siens.Tous ces gens qui dorment dans la rue et qui fouillent dans les poubelles pour se nourrir sont peut être des extra terrestres.




    0
  • nomade
    27 août 2009 at 20 h 26 min - Reply

    qu’il s’occupe de ces vieux pelerins (80 ans) grillant sous un soleil de plomb ,fatigues et malades sans aucune assistance . des missions de pelerinage a la charge de l’etat pleines de mepris envers nos vieux hadjajs .les missionnaires oublient , en sus de leur salaire, qu’ils sont transportes , loges et nourris avec l’argent de ces pelerins .
    comme disait el marhoum dahmane el-harrachi: ettali min erraiane goul ana moulaha.




    0
  • Ammisaid
    27 août 2009 at 21 h 30 min - Reply

    Vous nous avez rendu pauvres dans tout les domaines. Avant, au moins, nos valeurs ancestrales couvraient notre pauvreté matérielle. Maintenant, il ne reste presque rien. Alors, faites et dites ce qui vous plaît. Buvez, volez, mangez, tuez, dansez, voyagez, vivez, gaspillez, chanter, massacrez, humiliez, torturez, méprisez, montez même au septième ciel, flambez, dominez, trompez, rusez,…Faites et ne reculez pas, la voie est libre et l’Algérie est riche. Faites comme eldjafaf fait sur la terre. Faites comme les sauterelles font à un champ. Faites comme les renards font à une basse cours. Faites comme une tempête fait aux arbres, aux toits…Faites comme le feu fait à une forêt. Faites comme les charognards font à une proie qui agonise et qui meurt. Faites même nos saints n’ont rien à dire. Faites nous n’avons rien à faire !




    0
  • djamel
    28 août 2009 at 0 h 06 min - Reply

    regarder un peu la tête qu’il a …ce vieillard senile …aucune lumiere sur son visage, venant se frotter aux pauvres ALGERIENS que lui et ce SHMATA d’emouradia ont rendu miserables…
    Transmetez sa photo a un psycho-physionomiste et vous verrez que ma description n’est pas vraiment loin…
    ramadhan moubarak et qu’ ALLAH NOUS PARDONNE NOTRE LACHETE POUR ACCEPTER QUE DES COMPATRIOTES MEURENT , DISPARAISSENT OU SE NOURRISSENT DE LA ZOUBIA SANS QUE NOUS LEVIONS LE MOINDRE PETIT DOIGT….
    SALAM




    0
  • salaheddine
    29 août 2009 at 9 h 25 min - Reply

    les tours d’ivoire n’ont pas de fenetre sur bab el oued ,




    0
  • Mohsen
    29 août 2009 at 12 h 07 min - Reply

    C’est la gérontocratie qui continue à gérer le pays avec des réflexes archaïques, en total porte-à -faux avec les aspirations d’une population laissée pour compte et dont  » l ‘ascenseur social  » fonctionne plutôt bien mais…il descend . C’est toute la dynamique de la société qui s’est ni plus ni moins inversée. Pour la population, la société est animée d’une puissante force de gravité qui tire vers le bas.
    Pour les malades mentaux qui nous gouvernent , leur vieillesse faite de décrépitude, qu’ils étalent sans retenue ni dignité aucune, est synonyme de naufrage et d’irresponsabilité mentale qui relève du pénal et de l’enfermement psychiatrique pour cause de salubrité publique. Les soins intensifs,
    l’ acharnement thérapeutique dont ils sont l’objet , est contre-nature, contre-productif, et immoral eu ég




    0
  • Mohsen
    29 août 2009 at 12 h 33 min - Reply

    LES CHERS DEBRIS .

    C’est la gérontocratie qui continue à gérer le pays avec des réflexes archaïques, en total porte-à -faux avec les aspirations d’une population laissée pour compte et dont  » l ‘ascenseur social  » fonctionne plutôt bien mais…il descend . C’est toute la dynamique de la société qui s’est ni plus ni moins inversée. Pour la population, la société est animée d’une puissante force de gravité qui tire vers le bas.

    Pour les malades mentaux qui nous gouvernent , leur vieillesse faite toute de décrépitude, qu’ils étalent sans retenue ni dignité aucune, est synonyme de naufrage et d’irresponsabilité mentale qui relève du pénal et de l’enfermement psychiatrique pour cause de salubrité publique. Les soins intensifs, l’ acharnement thérapeutique dont ils sont l’objet , est contre-nature, contre-productif, et immoral eu égard à cette merveilleuse jeunesse dont ils ont sciemment brisé l’élan et coupé le souffle de l’espérance de lendemains qui chantent.
    Mais où sont les nobles et sages vieillards d’antan ?! Ces bibliothèques mémorielles vivantes, ces références morales, ces recours qui faisaient autorité lorsque la situation l’exigeait , ces exemples que nous citions avec fierté et que nous nous efforcions de suivre ?! En un mot , l’autorité spirituelle et morale fondées sur nos traditions, nos valeurs et principes islamiques . La crainte de Dieu est le début de la sagesse .

    Wa saha siyamkoum.
    @ammi saîd : votre commentaire est rafraichissant d’humour décapant et qui fait mouche. En ces temps de chaleur estivale, un brin d’air frais est le biebvenu .




    0
  • moha said
    29 août 2009 at 15 h 03 min - Reply

    QUESTION QUI SE POSE : OU EST PASSE L ARGENT DU ZAKAT MONSIEUR LE MINISTRE,LA REPONSE IN LA TASTAHI FA FAAL MA CHIATA( C EST T’A PAS HONTE FAIT CE QUE TU VEUT) JE SUIS SURE MONSIEUR LE MINISTRE QUE TU N A PAS HONTE




    0
  • MTM
    30 août 2009 at 0 h 28 min - Reply

    La pauvreté et la misère, flagrantes et pandémiques en Algérie, ne peuvent pas être niées par le pouvoir. Les inégalités, les injustices, les manipulations politiques et les fraudes électorales massives, la corruption, la faiblesse économique, la malvie, le pillage des richesses, l’autocratie, l’absence de démocratie et les violations des droits de l’Homme sont des situations qui sont approchés et interprétés différemment selon qu’on appartienne au pouvoir à l’opposition. Ces problèmes peuvent être l’objet de manipulations politiciennes et peuvent être récusés par les Autorités. A chaque problème grave, le régime sait apporter les transformations adéquates et nécessaires aux statistiques et faire des acrobaties dialectiques et autres langages creux pour expliquer ou justifier ses thèses. Mais la réalité de la misère, partout omniprésente, qui fait partie intégrante du paysage urbain et le dégrade, ne peut pas être escamotée par un revers de la main ni par un discours, aussi éloquent soit-il, par un homme politique sans risquer de passer pour un grossier menteur, une hurluberlue et devenir la risée de toute la classe politique.

    Pourtant, le ministre des Affaires religieuses, toujours choisit pour ses connaissances profondes du Coran, et sa maîtrise de la jurisprudence et du droit canon islamiques, vient de franchir cette barrière de la honte et déclara sur les ondes sans rougir que l’indigence n’existe pas en Algérie !

    Par cette déclaration, une nouvelle théorie mathématique vient d’être élaborée et servira bientôt comme base aux analyses socioéconomiques. Elle vient d’être conçue par le ministre des Affaires religieuses et des wakfs dont l’une de ses missions principales est d’amener les ouailles musulmanes à être généreuses et charitables envers les nécessiteux. Ainsi, lorsqu’un million et demi d’Algériens passe leurs vacances en Tunisie, monsieur Ghlamallah conclut avec assurance et culot que les 28,5 millions qui restent vivent nécessairement au-dessus du seuil de la pauvreté. La pauvreté tant décriée et dénoncée par tous ceux qui ont des yeux et une conscience, n’est alors qu’une vue de l’esprit sans rapport avec la réalité. Le nombre de touristes d’un pays est alors un indicateur de richesse et de prospérité. La finesse et l’importance de cette postulat révolutionnaire, ne tarderont pas à séduire le milieu scientifique notamment les sociologues et les économistes qui vont devoir corriger les fondements de leurs sciences.

    Il ne reste plus qu’à convaincre les bénéficiaires du couffin de Ramadan d’être des personnes aisées… D’après le ministre de la Solidarité Ould Abbas, son collègue qui en principe a moins de foi, mais a visiblement plus de cœur, les pauvres qui ont besoin de l’assistance pour survivre, forme une couche sociale immense puisqu’ils seraient 1,2 million de familles. Un chiffre énorme ; d’après un journaliste d’Elwatan, cela représente le quart de la population. Ce monde n’arrive pas à remplir les yeux du ministre des cultes qui est censé être le premier concerné par la solidarité avec les pauvres. Ce sont les imams qui exhortent les fidèles à la compassion et à la charité envers les pauvres.

    Les signes extérieurs de cette déchéance forcée qui fend le cœur, ne lui sont pas étrangers. Chaque jour que Dieu fait on assiste à des centaines des va-nu-pieds et des laisser-pour-comptes s’agglutiner et se bousculer devant les mosquées quand ils ne squattent pas les espaces publics ou ils ne sillonnent pas les villes en quête d’aumône. Les vendredis, ils sont encore plus nombreux devant ces « établissements » qui sont placés sous le contrôle du ministère des Affaires religieuses. Parfois la présence des mendiants à l’entrée des mosquées et des cimetières, est si dense qu’ils forment des haies miteuses hérissées de bras tendus à travers laquelle il est difficile de se frayer un chemin.

    Les harraga dont il a eu certainement connaissance ne sont tout de même pas de jeunes touristes issues de familles fortunées. Ils n’ont pas décidé de partir à l’aventure pour dépenser leur argent en Europe en voyageant sur des embarcations de fortune. Combien sont ceux qui ne peuvent pas s’offrir le luxe de s’échapper de l’enfer d’une situation sans espoir et se contentent de moisir en comptant les jours, le temps et les mandats perdus. Ils sont certainement des dizaines de milliers de jeunes qui vivent grâce à la solidarité familiale qui reste leur seul recours pour ne pas se retrouver dans le dénuement le plus total.
    A cette réalité poignante, Autorités répondent avec le mépris et l’inconscience.

    Alors, pourquoi cette déclaration insensée ? Le cas de Ghlamallah est plus grave que celui des autres membres du gouvernement : il est sincère. Il vit dans une bulle hermétique et aseptisée, qui l’empêche d’être en contact avec la triste réalité. Ses interventions ne montrent pas qu’il est incapable de jugement ou de réflexion ; il est simplement incapable d’observer la réalité et de saisir sa gravité. Et comme cette étape est préalable à toute analyse sérieuse ou traitement d’un problème son diagnostic s’en trouve biaisé et fantaisiste.

    Bouteflika, Ouyahia, Zerhouni, Tounsi, et tout le magma des opportunistes, des affairistes, des intellectuels vénaux, des scélérats, et des fripons politiques, qui gravitent autour du pouvoir et forment son terreau et son produit, roublards et cupides, sont parfaitement conscients de leur forfaiture et parfaitement au courant de la situation catastrophique dans laquelle se débat une très grande majorité des Algériens. Les plus scrupuleux d’entre eux se créaient des raisons. Pour justifier leurs autoritarismes et leurs crimes, ils respectent et observent, avec une abnégation sans bornes, des règles et des préceptes du genre « la paix avant la démocratie » », « l’Algérie avant tout » ou du genre « les maux nécessaires » ou « l’intérêt suprême de la nation » plus précieux que tout, etc. Des combines et des tours de passe-passe dignes des grands prestidigitateurs pour maintenir le peuple dans un Etat de servitude et de dépendance à leur règne.




    0
  • wahrani boumediene
    30 août 2009 at 12 h 57 min - Reply

    Mr le sinistre des wakfs et des chou’ounes dinya a parfaitement raison de dire qu’en Algerie il n’y a pas de pauvres car il mesure la situation de toute l’Algerie à l’aune de sa proche famille et en particulier de son rejeton. Et comment ne peut-il rejeter l’existence de la pauvreté quand il revient quelques années en arrière, son fils roturier devant l’eternel et povrico comme des millions d’Algeriens est devenu MOUKAWEL (entrepreneur) depuis que papa est devenu ministre et il a des chantiers de promotion immobilière du côté de Temouchent avec des lignes de crédit (que sûrement la famille du sinistre ne remboursera jamais) et des terrains fonciers que le petit citoyen lambda n’aura jamais pour se batir un toit pour lui et sa famille.
    Mais il est vrai qu’un ministre à l’âge avancé comme lui et qui est séduit par les grosses cylindrés et s’en va se payer un 4/4 Touareg avec l’argent de la Zakat et quand il est dénoncé par un cadre de son ministère il se justifiera simplement par le fait qu’il a fait cet achat pour les besoins de diffuser …….la parole de dieu !!! comme quoi un 4/4 c’est un porte-voix pour glorifier Allah.
    Allah yaghfarl lakoum




    0
  • BRAHIM
    30 août 2009 at 16 h 06 min - Reply

    Je m’excuse d’intervenir sur la question de la Zakat, car par respect je ne voulais pas m’immiscer dans des questions de religion que je ne maîtrise pas très bien. Mais à la lecture de l’article sur Bouabdallah Ghlamallah, ministre des Affaires religieuses, et les commentaires que cela suscite, je voudrais suggérer aux algériens de ne pas remettre l’argent de la Zakat directement aux mosquées mais à des personnes sans ressouces que l’on choisi dans notre entourage direct (ville ou quartier). Qui peut connaître mieux que vous la personne qui a besoin de cette Zakat. Pourquoi choisir un intermédiaire dans ce cas précis. L’objectif n’est-t-il pas de faire bénéficier la bonne personne. Je le suggère car depuis que je suis petit, ma mère, dame très pieuse, a toujours donné l’équivalent de la Zakat de ses 8 enfants directement à des personnes qu’elle connait très bien. Ces personnes, elles les invitaient à boire un petit café à la maison, chacun son tour et discrètement, et elle leur refilait la modeste cagnotte avec quelques bricoles. Je trouve çà très émouvant et efficace. Je m’excuse de citer cet exemple de ma mère. Ce n’est pas pour la glorifier et rabaisser les responsables administratifs des mosquées, mais ce serait bien dans ce cas précis de la Zakat, d’éviter les intermédiaires qui peuvent tomber dans la tentation humaine de détourner des « petits chouiya » ou « des grands chouiya) en passant. Saha Fourkoum.




    0
  • Redman
    30 août 2009 at 22 h 49 min - Reply

    Salam Alikoum,

    Cher Brahim,
    Y’a certaines mosquées qui gèrent très bien l’argent de zakat elfitr et zakat, et la distribue en toute transparence, et donne des chiffres devant tout le monde en séance de khotba ou darss chaque année lorsque l’argent est collecté et distribué.

    A+
    Redman




    0
  • réda
    31 août 2009 at 15 h 15 min - Reply

    @Mohsen

    bien dit , le problème est d’ordre mental .




    0
  • Ammisaid
    1 septembre 2009 at 0 h 30 min - Reply

    Et, surtout d’ordre morale ou si vous voulez d’ordre humain !




    0
  • Hamma
    1 septembre 2009 at 11 h 44 min - Reply

    Salam à toutes et à tous.

    Ma yahchemch! et les couffins du ramadhan, la zakat etc…, c’est fait pour qui?

    Quel idiot je fait, « Bon Dieu! mais c’est bien sûr! » comme le disait feu Raymond Souplex (alias l’inspecteur Antoine Bourrel) dans la série TV des années 60 « les cinq dernières minutes », les pauvres n’ont jamais existés dans l’imaginaire du régime, c’est une invention de l’intelligence étrangère pour destabiliser le pays. En plus, il y a tant d’argent et tant de richesses en Algérie qu’il devient pratiquement impossible à ce débile de voir ailleurs que le bout de son eden.

    Fraternellement!

    Salam.




    0
  • Hamma
    1 septembre 2009 at 12 h 55 min - Reply

    à moins qu’il n’ait un saint esprit pour affirmer qu’il n’y a pas de pauvres en Algérie à voir ces milliers d’étrangers (chinois, japonais, turcs, portugais, africains etc…) qui viennent chez nous pour y travailler à la force des bras car le pays est tellement riche que son peuple n’a besoin que d’un tout petit petit effort: « tendre la main ».

    Saha Ftourkoum!




    0
  • Wassila
    2 septembre 2009 at 13 h 41 min - Reply

    Soubhane Allah ! Comment peut-on mettre des imbéciles comme lui au gouvernement ? Quoi que ce n’est pas étonnant ! Ces gens là ne voient pas plus loin que leur nez ! Vu qu’ils ne MANQUENT de rien EUX !
    Ils vivent dans un monde propre à leur imagination (un monde où tout est beau, tout est parfait ) !
    Messieurs, qui soit disant représentent notre gouvernement, allez faire un tour juste à 10 ou 15 minutes de vos PALAIS et vous verrez la réalité ! Et ensuite ouvrez vos gueules en ce qui concerne notre peuple !
    Saha Ramdankoum et que Dieu nous protège !




    0
  • Hamma
    6 septembre 2009 at 12 h 14 min - Reply

    Salam à toutes et à tous.

    Réponse du Dr.A.Mebtoul à celui qui voulait fuir la résponsabilité de sa première déclaration sur la pauvreté en Algérie.

    – ALGERIE-FOCUS.COM – http://www.algerie-focus.com

    Lettre ouverte au ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Bouabdallah GHLAMALLAH

    [1] « La pauvreté n’est pas biologique en Algérie ; il n’ y a jamais eu d’Algériens décédés pour cause de faim » le Ministre des Affaire religieuses (APS- 02 septembre 2009 )

    Le ministre des Affaires religieuses et des Wakfs, Bouabdallah Ghlamallah, a affirmé le 02 septembre 2009 en marge de l’ouverture de la session d’automne du Conseil de la nation, je cite l’agence officielle APS « qu’en évoquant la pauvreté son intention était de dire qu’il n’existait pas de « pauvreté biologique » en Algérie, c’est-à-dire celle liée au besoin en nourriture. Précisant davantage son idée, que son propos voulait tout simplement dire que le « citoyen ne demande pas sa zakat en nourriture et qu’il n’ y a jamais eu d’Algérien décédé pour cause de faim »

    1.-Au vu des prix sur le marché, et avec un SMIG de 12.000 dinars , certains retraités touchant entre 6000/8000 dinars , sans compter les autres charges eau électricité car une voiture est un rêve, comment voulez vous assurer l’équilibre nutritionnel indispensable à l’équilibre du corps humain en ne mangeant que du pain et du lait ce qui explique en partie à la fois la faiblesse de la productivité du travail et la consommation excessive de médicaments dont les importations ont dépassé pour 2007/2008 plus de 1 milliard de dollars US, une des plus forte consommation par tête d’habitant du monde . Ce que l’on veut gagner d’une main on la perd de l’autre. Nos médecins spécialises le savent bien.

    2.-Que le Ministre des affaires religieuses visitent certains quartiers pauvres à très forte densité de population comme El Kroub wilaya de Constantine, El Harrach dans la wilaya d’Alger ou les planteurs dans la wilaya d’Oran sans parler des wilayates déshéritées du sud et des hauts plateaux, et il constatera qu’existe la pauvreté biologique, certaines familles ne consommant de la viande pour quelques centaines de grammes et de surcroît de la viande congelé ou du poulet que parfois qu’une fois par mois. Monsieur le Ministre j’ai pu voir de mes propres yeux un homme demander trois (03) kilos de viandes d’agneau, un kilo de foie et une pauvre femme demander 250 gammes de poulet.
    Oui Monsieur le Ministre des Affaires religieuses, allez visiter l’Algérie profonde, loin des bureaux climatisés et vous constaterez que des familles entières d’Algériennes et d’Algériens de l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud sont sous nutritionnées cause de nombreuses maladies. Pour les couche moyennes en voie de disparition, que reste t-il pour un professeur d‘université percevant 600/700 euros en fin de carrière après avoir payé également les factures salées de l’électricité, et de l’eau, du téléphone, l’essence et les réparations de la voiture, des intérêts s’il a contracté un prêt? Et pour les harragas ces jeunes qui achètent la mort, loin d’être un fait du hasard mais qui traduit le désespoir de toute une jeunesse, qu’en pensez vous ?

    3.- Les tensions sociales sont atténuées artificiellement grâce aux recettes des hydrocarbures qui permettent des subventions pour la farine, la semoule et le lait et une somme colossale des transferts sociaux représentant plus de 10% du PIB (plus de 10 milliards de dollars 2007/2008) mais mal gérés et mal ciblés qui ne profitent pas toujours aux plus démunis. Ces tensions sociales de plus en plus criardes avec l’individualisation sont également atténuées par la crise du logement qui renforce la solidarité familiale (même marmite, mêmes charges), l’emprise de la sphère informelle qui sert de sous pape de sécurité ainsi que les emplois rentes.

    4- Mais gouverner c’est prévoir avec une lourde responsabilité pour les dirigeants envers leurs citoyens, selon les principes du livre saint le Coran, en cas de chute des cours du pétrole qu’adviendra-t-il et avec son épuisement prévu entre 16 ans (rapport AIE), 25 ans selon le Ministre Ahmed Ouyahia c’est à dire demain ? Certains membres du gouvernement, donc pas tous certains Ministres que j’ai contactés ayant grandement conscience de la gravité de la situation, (nous ne parlons pas des députés et sénateurs qui ont triplé leurs salaires (plus de 25 fois le SMIG) sont –ils conscients de la détérioration du pouvoir d’achat de l’immense majorité des Algériens due essentiellement à la panne de la réforme globale ?

    5.-Certes, tout ne versant pas dans la démagogie et le populisme car un doublement du salaire dans la conjoncture actuelle entraînerait une dérive inflationniste incontrôlable qui pénaliserait les plus pauvres, ( aussi l’augmentation devrait fluctuer selon mes calculs entre 4.000/6.000 dinars lors de la prochaine tripartie ) du fait de la faiblesse de Etat régulateur et des dépenses improductives qui suppose des compétences marginalisés au profit de rentes pour une soumission improductive, qu’il y a lieu de ne pas confondre avec le tout Etat des années 1970, suicidaire pour le pays, solution de facilité pour les bureaucrates en panne d’imagination, oui Monsieur le Ministre, il y a ce paradoxe, un Etat riche du essentiellement à un don de Dieu les hydrocarbures, et non à la bonne gouvernance et une population de plus en plus pauvre.

    Aussi affirmer que la pauvreté en Algérie n’est pas biologique et qu’aucun algérien n’est mort de faim (on, peut mourir à petit feu Mr le Ministre, consultez les rapports de la FAO) autant que le Ministre de la solidarité déclarant qu’il n’y a pas de pauvres en Algérie mais des nécessiteux, c’est tout simplement ignorer les réalités sociales du pays, de l’indécence et un mépris total au grand peuple algérien.

    Docteur Abderrahamne MEBTOUL
    Expert International Professeur d’Université (Économiste)
    ________________________________________
    Article printed from ALGERIE-FOCUS.COM: http://www.algerie-focus.com
    URL to article: http://www.algerie-focus.com/2009/09/04/lettre-ouverte-au-ministre-des-affaires-religieuses-et-des-wakfs-bouabdallah-ghlamallah/




    0
  • Ali Mekhfi
    7 septembre 2009 at 13 h 12 min - Reply

    C’est l’insanite du siecle. Et dire que c’est un representant officiel qui le declare. Et il est encore en poste. On n’essaye meme plus de sauver les formes. Pauvres gouvernants alg qui n’arrivent meme plus a cacher leur honte. Il n’y a pas de pauvres en Alg. Mais qui sont ces familles entieres SDF, passant leurs nuits sous les arcades d »alger ou dans les gares pour se proteger des aleas climatiques et tendre la main pour un peu de nourriture? Qui sont ces enfants, meurtris dans leur chair et a qui on a vole leur jeunesse, vagabondent a longueur de journee, en happant les bras des badeaux pour qlqes sous au lieu d’etre sur les bancs de l’ecole pour acquerir une education? Qui sont ces alg, bien que detenteurs d’un revenu, font la file aux differents resto de coeur pour se nourrir vu que leurs maigres revenus ne leur rapportent rien?
    Je suis vraiment abasourdi par ces declarations et j’espere qu’ALLAH TOUT PUISSANT yahdihoum.




    0
  • mohasaid
    17 septembre 2009 at 11 h 41 min - Reply

    peut etre Monsieur le ministre qu il faut premierement definir le mot pauvre ; alors pour vous le pauvre c est un bonhomme qui n a pas d argent et qu il aura jamais d argent ca c est vrai il n y pas en Algerie, mais pour nous le pauvre c est un bonhomme qui a peu d argent qui peut mange maintenant et qu il n est pas sur de manger demain




    0
  • crisalyde16
    22 septembre 2009 at 11 h 04 min - Reply

    J’ai eut des échos hier un entretien téléphonique avec un parent qui habite a Bouira, et croyez moi qu’il décrit la situation là bas, comme si que c’est a Kaboul que les choses se passent, il décrit les écoles en ruine, il n’ya même plus de bancs ni d’arbres pour que les gens puissent s’abriter du soleil, ces derniers ont été coupés par la mairie d’après lui, et la rue semble désertique.
    Apparemment, il faut dépenser 1000 a 2000 DA pour un repas quotidien, alors que les gens touchent un salaire d’un million, les gens ne peuvent même pas s’acheter de médicaments, cela est hallucinant et inadmissible, et j’en passe, c’est a voir a quel point les gens souffrent en silence, et en plus de ça, il ya la dignité et l’honneur, beaucoup de gens sont incapables de tendre la main pour demander l’aumône, et a défaut de se suicider, certains préfèrent aller voler pour se nourrir, c’est une question de survie.
    Le banditisme fait fureur, sans compter les femmes qui subissent le harcèlement sexuel dans les administrations et les bureaux, et de peur de perdre leurs postes, elles n’ont pas le choix que de se laisser faire , car la justice chez nous risque d’être pour elles, une machine plus abusive et plus cruelle encore…
    L’étau ne cesse de se refermer sur le peuple, et les Algériens sont au bord de l’explosion, rien ne va plus, et ce Ghoulam el NIFAQ, OSE raconter des sottises, a mon avis il est trop obnubilé par sa tour d’ivoire, et ne voit pas plus loin que le bout de son nez, ces gens là sont loin de la réalité, ils ignorent ce que subit et ressent le simple citoyen, ils sont dans une autre planète.

    Allah yahdi makhlaq ou rabbi settar inchallah




    0
  • Congrès du Changement Démocratique