Édition du
26 March 2017

Olympiade internationale de mathématiques : L’Algérie lanterne rouge

mathématiquesEl Watan 27 août 2009

L’Algérie a été classée 104e sur 104 à la dernière olympiade de mathématiques, en Allemagne. Une compétition où les candidats s’affrontent à coups d’équations et de formules arithmétiques.

L’Olympiade internationale de mathématiques (OIM) est une épreuve de mathématiques sous forme de championnat du monde destinée aux étudiants et lycéens ; elle est tenue chaque année dans un pays différent. La première OIM a eu lieu en 1959 en Roumanie avec la participation de 7 pays. Ce chiffre a graduellement augmenté jusqu’à atteindre plus de 100 pays des 5 continents. Le comité consultatif de l’OIM s’assure que la concurrence a lieu tous les ans et que chaque pays d’accueil observe les règlements et les traditions de l’OIM. Chaque pays envoie une équipe de 6 candidats au maximum (avec un chef de délégation et un adjoint, ainsi que d’éventuels observateurs). Les élèves doivent avoir moins de 20 ans et ne pas avoir commencé leurs études supérieures, mais aucune limite n’est imposée quant au nombre de participations. L’épreuve consiste à résoudre, sur deux jours, en deux séances de 4 heures et demie, deux séries de trois problèmes issus de la géométrie plane, de l’arithmétique, des inégalités ou de la combinatoire. Leur résolution fait appel plus au raisonnement qu’à des connaissances approfondies : les solutions sont souvent courtes. A chaque problème est attribué un total de 7 points.

Chaque pays, excepté le pays organisateur, peut proposer des problèmes au comité de sélection mis en place par le pays organisateur, qui en sélectionne certains afin d’en écourter la liste. Les chefs de délégation arrivent quelques jours avant les élèves et se regroupent alors pour choisir les 6 exercices. Etant donné qu’ils connaissent les sujets avant les épreuves, ils sont séparés des élèves jusqu’à la fin de celles-ci. Le Maroc s’est classé à la 74e place et la Tunisie à la 77e place. Ces résultats confirment que notre système éducatif n’a pas atteint les buts escomptés : il y a un écart entre les espérances et la réalité. Les organes de planification du ministère de l’Education nationale ont un pouvoir limité d’organisation et la préparation des enseignants est encore orientée, dans la plupart des cas, vers la réponse aux exigences de la réalité présente. Un peu partout, les mathématiques sont considérées comme la base de toute formation tournée vers la science et la technique. Ainsi, si les responsables de l’enseignement secondaire et technique, en Algérie, veulent – comme l’a souvent déclaré le ministre de ce département – rénover l’enseignement technique, promouvoir une évolution socioéconomique de compétence scientifique et technologique chez les jeunes, ils devraient placer les mathématiques au cœur de l’enseignement moderne car elles sont en fait la discipline formatrice par excellence, qui stimule l’épanouissement de la pensée scientifique.

Par K. B.


Nombre de lectures : 2163
8 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • réda
    28 août 2009 at 18 h 57 min - Reply

    0/20, trés bien et comme ça la prochaine fois ils envoient pas leurs enfants faire du tourisme bande de nulle , c’est a leurs image 0/20 , un pouvoir nulle specialiste dans la triche et la ruse ne peut avoir un Qi d’un savant , la prochaine fois ils doivent organiser un concours nationale pour voir que dans les villes reculer qu’ils traitent de OUROUBIA ils ya de la matiere grise , modeste et humble.

    rahoum kachfina , yalatif , sous developé dans tout les sens.
    bouff mais notre président ne même pas le bac !!!!!!!!!!!

    vive l’algerie et gloire anos martyres des deux guerres




    0
  • babafikrane
    28 août 2009 at 21 h 18 min - Reply

    chouf, chouf tebahdila, mazel houm hasbin eldenia « ghir adji wazdem », ils croient encore qu’ils peuvent produire une élite avec un système d’enseignement archaïque avec une justice moribonde, et avec la hoggra en guise d’institution. Yakhi hemm yakhi.




    0
  • tacili
    29 août 2009 at 0 h 56 min - Reply

    Peut etre que les candidats pensaient a El Hargua et reservaient leur genie a des choses plus terre a terre 🙂




    0
  • thirga
    29 août 2009 at 7 h 53 min - Reply

    Pourquoi cet étonnement ? Le système en charge de la maison Algerie a ce qu’il merite sauf à dire que le piston y était présent. Les OIM n’ont fait que confirmer le positionnement de la gouvernance du pouvoir. Tjrs premier par la queue. Une autre preuve par le rationnel, la logique de ses carences, de ces échecs. Y a qu’à voir la cacaphonie qui règne à la veille de la rentrée scolaire pour un décalage des jours de repos hebdomaires. Les gestionnaires de Benbouzid se noient dans un vers d’eau. Ils font meme appel aux retraités de la FNAPE. L’incurie s’est installée dans ce qui laissait encore esperer un avenir meilleur: l’école, l’éducation. Les promesses de la réforme de l’éducation (commission Benzaghou) cède la place à la déliquescence, à l’improvisation, au maintien et à la promotion des incapables, des nullards sans oublier la chasse à l’élite, à la conscience, aux professionnels. Que peut-on attendre d’une gouvernance qui instaure un bac professionnel et qui l’annulle deux ans après si ce n’est la desespérance, l’échec! N’es-ce pas une injustice, une hogra que de priver les meilleurs bacheliers d’une bourse à l’étranger ? Bourses d’ailleurs réservées aux nullards pistonnés. Ce résultat est logique meme si le pouvoir annone l’ouverture, à chaque rentrée scolaire, de lycées d’ EXCELLENCE « ???? « , des ponsioonats de luxe pour pistonnés et influents.




    0
  • zineb
    30 août 2009 at 12 h 14 min - Reply

    Bonjour,
    je suis même étonnée que l’Algérie ait été autorisée à particper aux olympiades, nous sommes et depuis des années tellement loins de tous les minimas et les standards de la connaissance en général, que je n ‘ose personnellement imaginer ni nos lycéens ni nos étudiants ni même nos professeurs participer à quoi que ce soit de sérieux, encore moins de se mesurer à d’autres dans quelque domaine que ce soit (sauf peut être la fraude ou la violence ).
    Aller à ce type de compétition relève de l’effronterie, voir de la folie.
    En tant qu’enseignante (je vous laisse deviner la matière ou ce qu’il en reste), permettez moi cette métaphore :
    Envoyer nos gamins aux olympiades, serait comme envoyer El ammari courir le marathon, lui qui est incapable de se chausser seul.
    Cetres, les algériens ne sont pas tous atteints de crétinisme, et n’ont pas muté d’un coup, mais le rouleau conpreseur du système éducatif est trop puissant et ses dégats restent incommensurables sur le mental, le raisonnement et la manière d’approcher le savoir et de le maitriser; un enfant aux compétences avérées (et je le constate chaque jour), passe près de 13 ans entre l’école, le collège, et le lycée, pour en sortir presque analphabète, incapable de rédiger un paragraphe, à l’université et dans les sections dites scientifiques les éudiants confondent encore « hypothèse » et « conclusion », les démonstrations ont été supprimées de tous au niveau et la philo est la dernière roue de la charette dans ce système; en gros nos enfants sont là pour mémoriser et régurgiter, le savoir n’est plus qu’un pack accessible au plus ofrrant (je pense surtout à ces cours particuliers intensifs).
    Merci de nous avoir communiqué les résultats des olympiades.
    Cordialement,
    Zineb.




    0
  • hasheickoum
    31 août 2009 at 0 h 25 min - Reply

    tout ce qui nous reste c’est la sorcellerie la ons et fort !




    0
  • adek
    5 septembre 2009 at 1 h 34 min - Reply

    arretez de nous emmerder avec des classements qui ne font que ternir l’image(déjà noire) de l’Algérie et des Algériens.j’ai comme l,’impression que les Algériens jouissent qu’on leur dise qu’ils sont zéro.
    si le pouvoir est nul,,ça n’ouvre pas droit à la généralisation en considérant que ce pays est peuplé seulement de mutants analphabètes polyglotes.l;es p »tits gars qui sont partis sont des pistonnés de papa général, papa ministre,papa  »beaucouflousse ».,
    je vous informes qu’au canada les écoles plytechniques ont toujours eu des laureats Algériens.ailleurs ça doit être du kif.un peu d’estime pour sois.




    0
  • rachid 2
    10 septembre 2009 at 13 h 56 min - Reply

    cela ne m’étonne guére pour vous en assurer il vous suffit de regarder notre ENTV litima ou elhatma ou d’écouter nos ministres parler …




    0
  • Congrès du Changement Démocratique