Édition du
26 July 2017

Le Docteur Salah Eddine Sidhoum rudoyé par un "digne représentant" de la "Sureté Nationale".

sidhoumLe Docteur Salah Eddine Sidhoum avait demandé, depuis quelques semaines, le renouvellement de son passeport.
C’était l’occasion qu’attendaient les nervis du régime d’Alger pour excercer contre lui les contraintes et ce harcèlement qu’ils manipulent avec le zèle que nous leur connaissons. L’occasion était trop belle!
Salah Eddine a donc répondu à une convocation du commissariat de Cavaignac.
Il fut très étonné de s’entendre dire qu’il ne pouvait prétendre à la délivrance d’un passeport pour des motifs politiques qui lui avaient valu un procès à l’issue duquel il avait été relaxé,il y a de cela plusieurs années
L’officier de police qui le reçut, et qui semblait tomber des nues en apprenant que Salah Eddine avait eu un passeport, entretemps, et que l’affaire qu’on deterrait ne pouvait plus servir de prétexte, adopta, tout aussitôt, la seule attitude qui était dans ses moyens, et dans sa nature de flic méchant au service d’une oligarchie llégitime:
Il se montra arrogant et même agressif. Lorsque Salah Eddine, respectueux des formes et du Droit, parce que pétri de valeurs autres que celles des voyous qui dirigent ce pays, lui demanda de décliner son identité, afin qu’il puisse en référer à qui de droit, cet officier lui répondit  » Je m’appelle WALOU, et tu peux aller te plaindre où tu veux! »
Puis, certainemetT dans l’intention de blesser Salah Eddine Sidhoum dans sa dignité, il lui hurla de sortir de son bureau.
Nous savions que Salah Eddine Sidhoum était dans la ligne de mire du régime.
Le combat inlassable qu’il mène depuis l’intérieur du pays même, contre l’oligarchie qui a confisqué le pouvoir ne pouvait que le désigner à l’ire de ces oppresseurs. Mais c’est compter sans la détermination de notre ami et frère, qui n’avait pas renoncé au Droit et à la vérité même aux heures les plus sombres de la décennie rouge. Il avait préféré entrer dans la clandestinité, des années durant, et continua à mener ce travail d’investigation admirable que nous lui connaissons, pour dénoncer les terrifiantes exactions qui ont été commises contre les populations.
Ce n’est pas en le menacant d le priver d’un passeport qu’ils vont le réduire au silence. Puisqu’il est décidé lui même à ne jamais quitter ce pays qu’il chérit plus que tout au monde.
Mais qu’il sachent, ces despotes ignobles,que les choses ont changé, et qu’ils n’ont plus le monopole de l’information. Leurs journaux et leur télé peuvent observer le silence complice qu’ils respectent scrupuleusement lorsqu’on le leur demande, nous serons nombreux à remuer ciel et terre pour les dénoncer à l’ensemble de la communauté internationale, s’ils s’avisent de réinitialiser leurs méthodes crapuleuses.

Salah Eddine l’a dit et redit: Il ne quittera pas l’Algérie, et n’aura de cesse que lorsque son pays aura recouvré son indépendance. Mais nul n peut le priver de son droit de voyager et de se déplacer. Loin d’être un criminel, il est l’un de ceux qui combattent les criminels.
Et nous serons de plus en plus nombreux à nous dresser contre l’arbitraire. Pour la Patrie. Pour la Justice. Pour le Droit!
Qu’on se le tienne pour dit!

DB


Nombre de lectures : 1910
44 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • tamezgha
    4 septembre 2009 at 22 h 45 min - Reply

    quand je lis ce cette façon de faire typiquement algerienne ,le mépris ,et le mépris ,la hogra dans toute ses formes je suis completement bloqué et abasourdi et j’ai les nerfs à fleur de peau,l’algerie appartient a ce flic véreux,a zrehouni,ali tounsi le XXXXXXX et le clan d’oujda.




    0
  • Abdelkader DEHBI
    4 septembre 2009 at 23 h 20 min - Reply

    Le service A.D.S.L. connaît actuellement une panne quasi généralisée qu’on attribue à une rupture de câble sous-marin. D’autres disent que la perturbation ne touche que le fournisseur EEPAD, pour défaut de payement à Algérie Télécom. — Le fait est que, comme d’habitude, le citoyen algérien, en particulier l’usager de tel ou tel service public, n’est JAMAIS INFORME, tellement le pouvoir a pris l’habitude de le tenir pour quantité négligeable….Et il en sera ainsi ad vitam aeternam, tant que ce citoyen ne prendra pas en charge, d’assumer aussi bien ses devoirs que ses droits, c’est à dire ses libertés, toutes ses libertés. — Cela m’amène à revenir au sujet de l’article en objet: Le comportement envers notre ami le Dr Salah-Eddine Sidhoum, d’un petit voyou de flic, sans envergure ni éducation, illustre à lui seul tout le fossé qui sépare les citoyens d’un pouvoir illégitime qui prétend les représenter et encore moins être à leur service. Je voudrais ici, exprimer à mon ami Si Salah-Eddine, toute ma solidarité et toute ma disponibilité pour faire valoir ses droits de citoyen.
    P.S: – J’ai dû remettre en marche mon vieux modem fonctionnant sur le 1515 des PTT, çà se coupe tout le temps et il m’a fallu plus d’une heure pour poster ce message….si tant est qu’il parvienne.




    0
  • AMNAS
    5 septembre 2009 at 0 h 38 min - Reply

    Courage, Docteur Sidhoum!

    Je suis de tout coeur avec vous et vous fais part de mon soutien total et inconditionnel.

    Pas la peine de pérorer là dessus : l’intimidation a toujours été le propre de ceux qui n’ont pas d’arguments. Et, en sus, en Algérie, on est face à un régime des plus sournois ; un régime totalitaire ; une clique de gens sans irrespectueux, mal éduqués, ne connaissant que la violence et l’insulte, deux ignominies érigées par ces illuminés en constantes nationales.

    Salutations amicales.




    0
  • MTM
    5 septembre 2009 at 0 h 50 min - Reply

    Tant que Ali Tounsi et Zerhouni sont les patrons de la DGSN et Tewfik se prend pour le « dieu de la poële » (je n’ose l’exprimer en arabe en ce mois sacré), les flics et les gendarmes (pas tous, il faut le préciser) sont et resteront des voyous et des Walou sans coeurs ni scrupules, capables des pires atrocités. Lorsque leur naîtres leur disent « attaque! contre n’importe qui, ils attaquent sans reflechir. C’est le règne des Walous malheureusement.

    M. Sidhoum, soyez vigilent et gardezvotre calme et ne répondez pas aux provocations.

    Saha Ftourkoum




    0
  • chawki
    5 septembre 2009 at 0 h 55 min - Reply

    La DGSN, un corps de voyous dans un etat policier, donc pas etonnant du tout le comportement de ce flic !




    0
  • adel
    5 septembre 2009 at 1 h 39 min - Reply

    il en a vu d’autres ce très grand monsieur,qu’Allah le protège et le garde pour nous et pour l’Algérie meurtrie par ce régime de voyous.le passeport est dans sa tête,ca rses écrits et ses opinions nous arrivent même au pole Nord.
    bon courage cher frère…la caravane continuera son chemin le chien finira par cesser d’aboyer
    saha ftourek




    0
  • jnsplu
    5 septembre 2009 at 2 h 23 min - Reply

    La liberté de circuler à l’intérieur et à l’extérieur du pays est l’une des libertés fondamentales que l’Etat et donc l’administration qui en découle doit assurer et garantir à l’individu. Toutes les constitutions et meme la constitution Algérienne le stipule.

    Malheureusement chez nous les préposés à l’application de la loi ne font parfois que la transgresser eux memes et protègent leurs clients et amis de toute sanction quant à sa transgression.

    Déjà que le Docteur SIDHOUM n’a pas été arrêté sous un prétexte ou un autre dénote de toute la considération qu’on lui accorde et de la crainte qu’il inspire en milieu inhospitalier bien que en milieu hospitalier il inspire plutot la confiance (je n’ai pas résisté).

    Ces préposés qui n’appliquent pas la loi mais appliquent leurs propres règles n’ont souvent meme pas conscience qu’ils ne font qu’affaiblir l’autorité de l’état et font que les lois n’ont plus aucune signification dans notre pays sauf lorsqu’un fonctionnaire zélé décide de les utiliser pour les appliquer de manière tronquée à un individu afin de lui faire du tort.

    C’est triste de dire qu’on nous pousse à perdre notre fierté d’appartenir à l’Algérie, mais notre résistance à cette poussée au lieu de s’amenuiser augmente et notre fierté d’être Algériens ne nous quittera qu’à la mort.

    Les services publics qui ont la charge d’assurer la pérennité de l’état devraient oeuvrer à améliorer la prestation légale afin de renforcer le sentiment de justice et d’appartenance, seuls et uniques garants de l’ordre et de la stabilité en matière politique.

    L’obligation de réserve, devrait en principe empécher tout fonctionnaire de manquer de respect à un citoyen et adopter un comportement digne et conforme au statut de la fonction publique qu’il exerce.




    0
  • Babafikrane
    5 septembre 2009 at 3 h 56 min - Reply

    La république des WALOU !

    Quel est ton nom? WALOU, voila une manière de simplifier l’état civile de notre chère république. Allah nous préserve, ils sont nombreux ces WALOUs au pouvoir. Bien entendu quelle autre réponse pouvait avoir ce sinistre personnage, qu’on croyait d’un autre temps, cette lie de la société qui vit tapi dans un obscure bureau de police dont le nom fait trembler la mémoire : Cavaignac, le dictateur qui a fait couler des oueds de sang algérien et un lieu que beaucoup de jeunes des années de sang n’ont pas fini d’oublier.

    Il y a au moins un Walou dans chaque institution de la république. Une boursoufflure dans l’assurance de son bunker, qui doit marcher, armé, incognito parmi nous, qui doit prendre un café crème et un croissant le matin dans le café du coin. Serre-t-il ses enfants dans ses bras avant de vaquer a sa triste besogne? Salut-il son épouse, dit-il bonjour a son voisin, et comment doit-il regarder la mère qui l’a enfanté Walou ? Espère-t-il un avenir de Walou en chef à sa progéniture ? Ou seront-ils harragas malgré lui ? Sait-il que les Walous sont aussi des Walous pour les Walous en chef ? Le Walou ne réalise sa Walouitee qu’en face d’un Homme car c’est la en somme qu’il découvre qu’il n’est qu’une négation : négation de la liberté, négation du droit, négation de l’autre, négation de la vie. Il devient enragé quand on lui enlève ce pouvoir, mais il sait qu’il n’existe que parce qu’il y a des Hommes de la trempe de Sidhoum qui lui conteste ce pouvoir scélérat.

    Qu’Allah vous donne la patience et qu’il vous protège.
    Nous resterons vigilant et attentif a vos tribulations kafkaïennes
    Saha ftourek




    0
  • papousse
    5 septembre 2009 at 6 h 53 min - Reply

    Par cet épisode indigne et malheureux qu’a vécu notre cher Dr.Sidhoum, cela décode une chose certaine et archi-sûre : l’appel du 19 mars avait bel et bien atteri et lu par El-Mouradia et les « services », ainsi que l’audience grandissante de ce quotidien d’Algérie commence à déranger désormais plusieurs acteurs et responsables des deux rives de la méditérranée puisque cela démontre aussi qu’ils sont des lecteurs assidus de ce journal, sa disparition récente du web pendant quelques jours n’y était pas pour rien. La lutte vient de s’amorcer…allons nous rester les bras croisés ? je me pose la question…
    Pour finir, je soutiens Dr. Sidhoum du plus profond de mon coeur et je prie Allah Soubhanou en ce mois de ramadan pour nous éclairer dans la bonne voie et de nous montrer la lumière. Amin !

    P.S : Si vous permettez une suggestion chers signataires de l’appel du 19 Mars, faites signer encore cet appel historique par des historiques encore intègres, par des universitaires, par des avocats, par des medecins, par les tous les représentants dignes de la société civile et aussi ne l’oublions pas, par des militaires tenus par le droit de réserve qui veulent réellement un changement pacifique, il faut que la boule de neige grossisse, autrement cet appel ne serait qu’un grain de sable dans le désert. L’acte doit suivre la pensée révolutionnaire de l’appel PACIFIQUE, comme fut le cas justement le 01 Novembre 54 et sa plateforme de la Soummam gravée à jamais dans l’histoire.




    0
  • Belaid Ait Mohand
    5 septembre 2009 at 8 h 39 min - Reply

    .La famille Sidhoum a commencé à lutter contre l’injustice depuis les années vingt .
    Notre frère et imminent chirurgien , professeur ( plusieurs anciens élèves lui ont manifesté leur soutien et leur reconnaissance dans ce même site ) peut , demain s’il le voulait le poste de Ministre et sanctionner cet énergumène de  » flic  » pourri .
    Je rend un grand hommage à toutes et à tous ceux qui sont restés en Algérie et continuent la lute car moi de mon exil je ne crains rien et Dieu seul sait que quand j’étais en Algérie je ne me suis jamais tu .
    Ce n’est pas facile de militer dans un pays où l’être humain n’a aucune valeur , un pays où on massacre des villages entier , un pays où on liquide un Président en diret à la télévision , une mafia qui arrêtent des élections et les refaits quand cela lui plait , ….
    Mon Frère Da Salah que Dieu vous protège et ce n’est pas aujourd’hui que je reconnais des hommes et des femmes de votre valeur .
    Merci à Tahia Bladi de nous avoir mis à notre disposition cet espace de liberté et d’information .




    0
  • aziz
    5 septembre 2009 at 9 h 00 min - Reply

    cet événement s’est passé au commissariat de Cavaignac ! un nom de triste mémoire;
    qui s’assemblent se ressemblent.




    0
  • Khaled
    5 septembre 2009 at 10 h 28 min - Reply

    Courage et Dieu est avec vous Mr. Sidhoum. Et vous etes SIDHOUM au sens du terme.

    Amicalement
    Khaled




    0
  • Akli Boughzer
    5 septembre 2009 at 10 h 34 min - Reply

    C’est de la bassesse et de la lâcheté pure et simple que de priver un citoyen de ses droits et de son droit le plus élémentaire:celui de se déplacer.Quand de véritabls voyous disposent du passeport diplomatique dispensé de visa,des honnêtes citoyens tels le courageux Docteur Sidhoum sont privés du simple passeport et on ose dire que nous sommes dans un état de droit.A quand la fin du cauchemard et de la chappe de plomb imposés à l’Algérie par Fakhamatouhou et sa clique.




    0
  • SI MOHAMED Baghdadi
    5 septembre 2009 at 10 h 45 min - Reply

    J’exprime au Docteur SIDHOUM ma fraternelle solidarité. Une pétition de protestation devrait circuler pour faire entendre la voix du droit et celle des citoyens.




    0
  • elbordji
    5 septembre 2009 at 12 h 07 min - Reply

    Bonjour, mes chers compatriotes ! Après m’être volontairement éclipsé du site en décidant de garder le silence à la suite d’une attaque en règle dont je fus victime de la part d’un internaute enragé à qui je ne tiens plus rigueur ; – (Il faut savoir que je n’ai jamais réellement déserté le site « Lequotidienalgerie » que j’ai continué à fréquenter assidument et de manière quotidienne mais sans rien y écrire, voilà quelques deux ou trois mois, si ce n’est plus.)- aujourd’hui à causes de circonstances extraordinaires, j’ai décidé de déterrer la hache de guerre pour me tenir aux cotés de cet illustre démocrate, le Frère et noble Docteur Salah-Eddine SIDHOUM qui vient de faire l’objet d’une agression verbale de la part d’un minus, un policier en carton pâte, qui aurait osé lui manquer de respect. L’homme de principes qui vient d’être verbalement brutalisé par un minable doit être vengé comme il se doit et comme le seul moyen dont nous disposons pour le faire n’est rien d’autre que le verbe et le clavier, il vaut mieux en user et en abuser pour dénoncer le comportement inqualifiable de cette brute inculte qui mérite bien que je lui dédie cette algarade verbale.
    Je ne vous cache pas, mes chers compatriotes qu’à la lecture de cette mauvaise nouvelle, je n’ai pu me retenir d’intervenir pour dénoncer le comportement maffieux de la junte au pouvoir et de ses plus fidèles valets attitrés. Je crois que l’ignoble comportement irrespectueux de ce malandrin à l’égard de l’illustre démocrate qu’est Le Docteur Salah-Eddine SIDHOUM n’est que la juste réaction d’un pion du pouvoir à l’encontre de celui qui s’est tracé comme ligne de conduite principale de dénoncer et de faire guerre utile à tous les égarements de ce pouvoir pourri jusqu’à la moelle épinière, à cette oligarchie putschiste qui a décidé de nous maintenir sous ses bottines par la force. La lecture d’un pareil article m’a personnellement donné l’occasion de faire part de mon désaveu le plus cinglant et mon amertume à l’égard de cette junte qui brille plus par son comportement à la limite de l’agression que de son courage à regarder les choses en face et chercher l’issue qui pourra lui permettre de se soustraire de l’ire de tout un peuple qui l’exècre du plus profond de lui-même et qui la maudit du matin au soir. Il ne faut point s’étonner de voir un fidèle laquais se comporter de la sorte pour plaire à ses maitres du moment que l’impolitesse et la rudesse font partie de leur culture de voyous et de vauriens endurcis par la culture du régime qui, dès leur enrôlement, leur inculque la haine de l’Algérien lambda qui doit constituer la cible principale de leurs missions agressives et belliqueuses à souhait. Finalement, on voit bien que le gangstérisme fait partie de leurs mœurs et de leur culture et il ne faut donc pas s’étonner de les voir se comporter comme des voyous endurcis cherchant la moindre occasion pour déverser leur fiel et pour exprimer leur haine viscérale. (Juste par respect à ceux qui ne méritent pas et que les circonstances auraient poussé dans ce monde clos de la police ou celui de la gendarmerie, il ne faut surtout pas généraliser car, partout, on peut rencontrer des fils de bonne famille qui sont une minorité, mais ils existent et ils méritent qu’on le dise aussi.)
    Cher frère et compatriote, Salah-Eddine SIDHOUM, votre éternel combat épique contre les forces du mal et leurs serviteurs patentés fait de vous un chef spirituel qui mérite d’être soutenu et épaulé dans cette lutte sans merci que vous n’avez cessé de mener contre ce pouvoir illégitime qui s’est emparé du destin et de la destinée du pays à la faveur de circonstances plus dramatiques qu’extraordinaires. Sachez, cher compatriote, que pour moi, vous êtes cette icône sacré et ce démocrate inflexible sur les valeurs morales et la justice, ce valeureux combattant téméraire et endurci, cet incomparable militant authentique pétri dans les valeurs morales les plus strictes et les plus rigoureuses, vous incarnez, à mes yeux, l’homme des principes immuables qui mérite tout mon respect et c’est pourquoi je vous assure de mon immuable soutien moral le plus indéfectible. Votre frère qui vous salue respectueusement. Saha F’TOURKOUM !
    Adm: Ahlane wa sahlane ya khouya El Bordji. Vous nous avez manqué. Quel plaisir de vous retrouver! Je suis sincèrement ravi.
    DB




    0
  • radjef said
    5 septembre 2009 at 12 h 24 min - Reply

    Bonjour tout le monde. Hier comme aujourdhui, aujourdhui comme demain, le pouvoir, c’est a dire les 200000 policiers, les 150000 militaires, les 400000 DRS et les armées de delateurs, est là pour nous rappeler qu’il n’aime pas les gens qui posent des questions pertinentes, qui font reflechir les autres et qui incitent la societé a se remettre en cause.Le pouvoir n’aime pas la balbala.Il aime les gens qui font leur travail sans poser trop de questions, sans s’interroger de quoi sera fait l’avenir de nos enfants. Le pouvoir aime beaucoup les fans de l’EN.qui font la fête apres chaque victoire. Il les appelent les patriotes, la digne releve du peuple. Et toi cher Salah, tu viens comme ça remettre tout en cause et dire que les généraux algériens et leur larbin de Bouteflika ne sont rien d’autres que des usurpateurs atteints de schizo-paranoia, des virus contre lesquels même le Tamiflu n’est d’aucune utilité…Tu vois la police ce sont des gens bien; ils tuent les terroristes pour assurer notre securité,;ils surveillent nos maisons, nos rues, nos voisins, nos appels telephoniques…Ils surveillent tout sauf les bordels, les cabarets et les bars. Selon les dires de Ali Tounsi et du général de la gendarmerie, les proprietaires de bordels et de cabaret ne font de politique, ils ramassent de l’argent. En un mot, ils font prosperer l’economie algérienne en créeant de nouveaux emplois pour les prostituées et dealers. Allons, Docteur, tu veux être bien et riche, fais de la contre-bande et cesse de faire la politique…Tu auras autant de passeports que tu veux; tu peux même en revendre et devenir passeur de haragas pour le compte d’un général ou d’un espion de la DST ou de la CIA.




    0
  • abderazak
    5 septembre 2009 at 12 h 28 min - Reply

    cher ami et frère SALAH EDDINE;
    tu dois savoir que ceci n’est qu’une épreuve parme tant d’autres,tu en a connu auparavant,je présume ,ce sont les aléas de la vie ici bas ,et tu dois savoir que le chemin est parsemé d’embûches ;c’est la voie tracée par les prophètes, les savants et par tous les combattants et autres martyres de causes justes,tu ne déroge pas à la règle,tu dois t’estimer heureux car tu fait parti d’une élite éclairée et désintéressée qui ne craint personne quand il s’agit de faire valoir les valeurs de justice , d’honneur et d’honnêteté…
    ALLAH le tout puissant ,choisi parmi ses êtres des personnes capables de relever les défis et propager la bonne parole malgré tous ce qui peut leur arriver.(Dr Sidhoum et Ali Benhadj ont font parti ,entre autres….)




    0
  • still
    5 septembre 2009 at 13 h 18 min - Reply

    Salutations fraternelles au Docteur Sidhoum et tous ceux et celles qui le soutiennent dans sa lutte pour une Algérie libérée de tous les despotes.
    Le fait que frère Salah Eddine s’est vu renie le droit de renouveler son passeport est un honneur pour lui Cet acte illégal de la part d’un commis officiel d’un gouvernement illégal prouve pour ceux qui en douteraient encore que Doc Sidhoum est dans la bonne voie.En Algérie, on ne refuserait pas son passeport a un leche-botte ou a une danseuse de cabaret.
    Mon avis est que frère S.E.Sidhoum est persona non grata en territoire national plus qu’ailleurs.Je présume donc qu’il sera l’objet d’autres formes de harcèlements avant d’acquerir son passeport pour l’inciter a s’exiler.Mais nous savons qu’il est dur a cuire et qu’il n’est pas tombe avec la dernière pluie.

    Bon courage et que Dieu vous protege.




    0
  • Ammisaid
    5 septembre 2009 at 14 h 45 min - Reply

    C’est l’histoire de la mouche qui essayait de titiller les oreilles d’un lion. C’est à dire une histoire de wallou. Un Wallou qui croit plaire et devenir quelqu’un aux yeux de son chef en embêtant l’un des hommes les plus remarquables que l’Algérie a enfanté. C’est tout ces humiliations et ce mépris qu’ils affichent contre nous qui font mal. Ils ont le pouvoir, ils ont volé notre argent et ils jouent avec nous à des jeux de guerre, de me pris, de perversité, de domination…C’est ça qui fait mal. Humiliation et le mépris d’un frère par un autre frère.
    Tout mon soutien à notre très cher frère SIDHOUM wa saha ftourk




    0
  • Seddiki -Kaci
    5 septembre 2009 at 15 h 06 min - Reply

    Mr Sidhoum, je renouvelle mes encouragements et réitère mon souhait de vous faire accompagner – à la prochaine convocation de la DGSN – par Maitre Bouchachi ,dont la disponibilité est connue.ll faut éviter les désagréments de ces policiers aussi zélès que craintifs !.Bon courage et ,comme l’ a indiqué un interenaute, vous ête sid houm ! S.K.

    ,




    0
  • Brahim YOUNESSI
    5 septembre 2009 at 15 h 36 min - Reply

    Bonjour,

    Pratique des dictatures. Quand on ne menace pas, on intimide. Le retrait de passeport ou la non délivrance du passeport est caractéristique de ces régimes qui n’ont ni foi ni loi. Un petit chaouch impose son oukase. Et dire que les Etats formellement démocratiques leur apportent leur soutien pour des raisons bassement mercantiles.
    Mon amitié et ma solidarité à Salah Eddin qu’on cherche à faire taire.
    BY




    0
  • admin
    5 septembre 2009 at 18 h 30 min - Reply

    Cet officier de police a, de lui même, affirmé, et en le criant de toutes se forces, qu’il s’appelle « WALOU ».
    Nous prenons acte de sa déclaration, et nous nous inclinons devant son désir de se faire appeler ainsi.
    Et comme nous obeissons toujours à leurs injonctions, surtout celles émises depuis Cavaignac, nous allons nous faire un devoir de lui donner ce nom à chaque fois que nous l’évoquerons. Ce sera son nom, puisqu’il insiste. Que ceux d’entre ses collègues qui sont d’honorables policiers, car ils existent bel et bien, ne nous en veuillent pas de désigner ainsi un de leurs officiers! Ils n’ont qu’à s’en prendre à lui. A monsieur Walou.
    DB




    0
  • babelouedcity
    6 septembre 2009 at 2 h 01 min - Reply

    Primo:
    au Dr. Sidhoum, Bravo et merci pour votre combat juste qui est aussi de plus de 90% de la population algerie.
    Secundo:
    cet officier du commissariat de Cavaignac lui répondit » Je m’appelle WALOU, et tu peux aller te plaindre où tu veux! »
    Tercio:
    ce WALOU est un representant de Tounsi, ZerHaine, Toufik et BouHef
    CONCLUSION:
    finalement les dirigeants ILLEGITIMES de l’algerie sont TOUS DES WALOU!
    Bon revenons au serieux et laissons ces WALOU á coté, le DR. Sidohoum a droit á son passport dans son pays, …
    N’est-ce pas un des 30 articles de la charte des droits de l’homme de l’onu?
    postons-nous des emails á l’ONU c’est mieux qui doit prendre sa responsabilité car le pouvoir ILLEGITIME en algerie est WALOU!
    Sobhan allah, ce regime/pouvoir assassin/voleur et violeur de la constitution s’auto-devoile tous les jours au monde entier.
    C’est la baraka du mois sacré le Ramadan!
    Saha f’tourkoum!




    0
  • Algerien libre
    6 septembre 2009 at 3 h 53 min - Reply

    Cette bande de putschistes criminels au pouvoir depuis janvier 1992, n’a aucune ligitimité, a part celle de la peur, et le terrorisme d’état.
    Et dire qu’ils se presentent comme des nationalistes qui aiment l’algerie et les chouhadas, alors qu’ils sont tous des « DAF » a la solde de FAFA.
    Courage MONSIEUR SIDHOUM, ils t’auront pas, car tu es un homme libre et debout, et  » ils  » aiment pas les ahrars.
    Bon Ramadhan et que Allah le tout puissant veille sur toi et tous les Algeriens libres.




    0
  • Ali Mekhfi
    7 septembre 2009 at 12 h 55 min - Reply

    Cher Mr Sidhoum,
    Le refus des autorites de vous delivrer un passeport est en soi une reconnaissance de l’immense travail que vous effectuez et la peur maladive de ce que vous representez en tant que vrai defenseur des droits de l’homme. Je vous souhaite bien du courage et surtout continuez votre admirable lutte contre le mepris et la hogra dont sont victimes nos compatriotes.




    0
  • Hamma
    7 septembre 2009 at 14 h 07 min - Reply

    @El Bordji

    Je me joins à l’administrateur du site pour te souhaiter un bon retour parmis nous sur ce site, c’est ammi saïd qui va aussi être content.

    Saches mon frère que dans la vie comme le disait Plutarque: « Il faut avoir des amis et des ennemis; des amis pour nous apprendre notre devoir, et des ennemis pour nous obliger à le faire ». Je pense qu’à travers ce site nous apprenons beaucoup et que tout ce que nous apprenons nous prépare à mieux cerner nos obligations vis à vis de notre pays et des générations futures et notre unique devoir est de nous entraider dans cette lutte pour la démocratie dans notre pays que mène des hommes comme le Dr.Sidhoum, Benchenouf, Dehbi et tant d’autres.

    @ Dr.Sidhoum, comme je l’ai dit dans un autre poste, je suis sûr que vous recouvrerez votre droit à récupérer votre passeport et sachez que nous sommes de tout coeur avec vous.

    Fraternellement.

    Salam




    0
  • arezki
    7 septembre 2009 at 15 h 02 min - Reply

    Cavaignac ,poste colonoales.combien de combattants algeriens,54/62 y ont laises leurs vies??
    le palais du gouvernement,c est a partire de la que de gaulle a lance’son fameux ,je vousais compris,
    le parlement,c est de la que sortaient les lois antiindigenes.Que peut attendre le citoyens algeriens de ses harkis qui occupent les memes lieus que les colonisateurs??ne sont ils pas la continuite’de la colonisation??les masquessont tombes les harkis sont connus ,aquand la justice???




    0
  • Saint Augustin
    7 septembre 2009 at 17 h 35 min - Reply

    Monsieur SIDHOUM, vous devrais être content du comportement de ce petit FLICAILLON caporalisé (comme il l’a si bien dit « c’est un WALOU qui veut exister par la mesquinerie et par là, plaire à ses chefs. Ces chefs qui se cachent derrière le flic dit WALOU). Ce comportement montre que vos activités commencent sérieusement à gêner les commandeurs des officines noires et occultes qui ont un certain pouvoir de nuisance. « Ils veulent » refaire le coup de BENCHICOU, d’une autre façon, d’une manière à vous embêter, à faire pression sur vous, d’une manière propre à eux (acheter les consciences quand c’est possible, faire pression d’une manière ou d’une autre, exiler les récalcitrants ou les faire taire définitivement –assassiner- !) leurs méthodes fascisantes trouvent encore refuge dans l’Algérie officielle d’aujourd’hui car si le flic de bas étage avance cela, « va te plaindre où tu veux ! » c’est qu’il se voit impuni, l’état de droit n’existe pas pour lui, il se croit au-dessus des loi qui ne sont faites que pour les pauvres algériens que nous sommes. Mais où sont les escadrons de la mort chers à PINOCHET, balayés par l’histoire, où sont les TONTONS MACOUTES chers à BEBE DOC, balayés par l’histoire, il sera de même pour ces lascars algériens, ils finiront mal, malgré leur pouvoir de nuisance et le temps passé à torturer les citoyens qui ne demandent que leurs droits élémentaires à vivre libre dans un pays libre (sept ans de guerre pour cela ?!) ne pas avoir peur de déplaire aux chefs du moment, libre d’acheter dans des librairie d’Algérie des livres écrit par des écrivains algériens – de tous bords-, lire des livres qui ne nous sont imposés par le paternalisme de KHALIDA et de son chef du moment, qu’on ne nous ramène pas des CHOUYOUKHS du moyen orient pour insulter nos écrivains, un « KARDE A OUI » minable qui insulte un géants de la littérature algérienne avec notre argent en plus ! Un « laveur de cerveau » de la jeunesse algérienne qui devait être la richesse de l’Algérie de demain.




    0
  • Saint Augustin
    7 septembre 2009 at 17 h 36 min - Reply

    Monsieur SIDHOUM, vous devrais être content du comportement de ce petit FLICAILLON caporalisé (comme il l’a si bien dit « c’est un WALOU qui veut exister par la mesquinerie et par là, plaire à ses chefs. Ces chefs qui se cachent derrière le flic dit WALOU). Ce comportement montre que vos activités commencent sérieusement à gêner les commandeurs des officines noires et occultes qui ont un certain pouvoir de nuisance. « Ils veulent » refaire le coup de BENCHICOU, une autre façon, d’une manière à vous embêter, à faire pression sur vous, d’une manière propre à eux (acheter les consciences quand c’est possible, faire pression d’une manière ou d’une autre, exiler les récalcitrants ou les faire taire définitivement –assassiner- !) leurs méthodes fascisantes trouvent encore refuge dans l’Algérie officielle d’aujourd’hui car si le flic de bas étage avance cela, « va te plaindre où tu veux ! » c’est qu’il se voit impuni, l’état de droit n’existe pas pour lui, il se croit au-dessus des loi qui ne sont faites que pour les pauvres algériens que nous sommes. Mais où sont les escadrons de la mort chers à PINOCHET, balayés par l’histoire, où sont les TONTONS MACOUTES chers à BEBE DOC, balayés par l’histoire, il sera de même pour ces lascars algériens, ils finiront mal, malgré leur pouvoir de nuisance et le temps passé à torturer les citoyens qui ne demandent que leurs droits élémentaires à vivre libre dans un pays libre (sept ans de guerre pour cela ?!) ne pas avoir peur de déplaire aux chefs du moment, libre d’acheter dans des librairie d’Algérie des livres écrit par des écrivains algériens – de tous bords-, lire des livres qui ne nous sont imposés par le paternalisme de KHALIDA et de son chef du moment, qu’on ne nous ramène pas des CHOUYOUKHS du moyen orient pour insulter nos écrivains, un « KARDE A OUI » minable qui insulte un géants de la littérature algérienne avec notre argent en plus ! Un « laveur de cerveau » de la jeunesse algérienne qui devait être la richesse de l’Algérie de demain.




    0
  • elbordji
    7 septembre 2009 at 18 h 53 min - Reply

    @ Hamma et au frère Djameleddine BENCHENOUF. Vous me voyez très touché par ces marques de sympathie qui me vont droit au cœur. Je vous en remercie infiniment en retour. Sachez que malgré mon très long silence, je n’ai jamais déserté le site où je me suis toujours senti parmi me frères dont j’ai lu les commentaires avec beaucoup d’intérêt et autant de plaisir. Parce que je ne participais pas activement, je n’écrivais plus, j’avais beaucoup de temps libre et j’ai pu fréquenter moult sites et autres forums mais, sans prétention de vous induire en erreur ni de vous jeter des fleurs fanées, je vous avoue franchement que votre espace de liberté est meilleur à tous points de vues. C’est la pure vérité et c’est tout à votre honneur et celui des amis internautes qui en ont fait un espace de liberté et de discussions positives par lesquelles ils expriment leurs opinions personnelles et leur point de vue sur la situation de notre pays qui a tant besoin qu’on lui trouve enfin une issue salvatrice. Nous devrons œuvrer, tous ensemble, à rechercher le meilleur moyen de le tirer du mauvais sentier sur lequel il a été sciemment engagé par les forces du mal et tous les apprentis sorciers impénitents et agnostiques jusqu’aux bouts des ongles.
    @ Docteur Salah-Eddine SIDHOUM. À ce cher compatriote infatigable défenseur acharné des droits de l’homme et du citoyen, je souhaite une victoire mémorable contre les forces du mal qui ont Sali et dénaturé l’image de marque de notre pays jusqu’à en faire un Enfer invivable et un pays infréquentable. Par leurs comportements amoraux et malsains ils sont arrivés à faire haïr leur propre pays aux les algériens qui sautent le pas en le fuyant au péril de leur vie. C’est bien à cause d’eux que le pays a sombré d’une guerre civile qui nous a conduits au bord du précipice de l’anarchie. Ce sont aussi eux qui ont pillé les richesses du pays et qui ont confisqué son histoire et la gloire de nos valeureux Chouhadas qui se sont sacrifié pour la libération du pays qu’ils ont transformés en poudrière. Ceux, les « députés » en carton pâte qui ont participé au viol historique de la sainteté de la constitution pour permettre la plus honteuse des forfaitures sont aussi à blâmer.
    Cher frère, vous avez tous les algériens épris de justice qui sont à vos côtés prêts à vous épauler pour faire face à la machine bureaucratiques et à tous ceux participent à son fonctionnement et qui persistent à tout faire pour que la machine soit toujours défaillante et grippée pour qu’ils puissent assurer la pérennité de leur hégémonie ubuesque sur un pays et toute une population qui doit bien, un jour ou l’autre, se réveiller et décider de demander des comptes à tous ceux qui ont failli dans leurs missions de gestion. Et dites-vous bien que tant que vous n’êtes coupable d’aucun manquement ni d’aucune infraction, vous n’avez rien à craindre de cette racaille qui sait que ses jours sont comptés et qu’elle doit bien rendre des comptes un jour ou l’autre. Que Dieu vous vienne en aide et vous protège de la maudite bête immonde qui a décidé de vous importuner. Fraternellement. Votre frère Elbordji l’éternel révolté contre les forces du mal qui vous souhaite bon appétit ainsi qu’à tous les croyants qui jeûnent. SAHA F’TOURKOUM !




    0
  • Ammisaid
    7 septembre 2009 at 22 h 37 min - Reply

    El bordji quand il n’était pas là, il vibrait selon les soubresauts de son pays. Il regardait, il sondait, il s’irritait, il souriait, il pleurait, il espérait…il était comme le coeur de l’Algérie, il battait aux rythmes des coups qu’elle recevait et des rares douceurs que certains lui offraient. Bienvenu parmi nous, ton peuple, frère Elbourdji.
    Salutations respectueuses wa Saha ftourek




    0
  • elbordji
    8 septembre 2009 at 17 h 31 min - Reply

    @ Ammisaid. Merci pour ce message plein de gentillesse et de sages paroles qui m’a complètement bouleversé, moi qui suis un émotif très sensible qu’un rien peut ébranler. Cher compatriote. Vous devez savoir que j’ai toujours apprécié vos écrits que je prenais du plaisir à lire et à relire pour la simple raison qu’ils reflétaient mes pensées et qu’ils véhiculaient souvent mes revendications et mes colères aussi. Vous et moi sommes sur la même longueur d’ondes dès qu’il s’agit des intérêts de la Nation ou des problèmes vitaux du peuple algérien qui n’a pas fini de souffrir le martyre ; et ça risque de durer encore à moins d’une intervention divine. Je suis une personne qui abhorre l’injustice d’où qu’elle vienne et j’ai toujours dénoncé la dictature qui écrase le peuple algérien dont je fais partie intégrante.
    Vous savez cher frère, il n’ya pas besoin de crier sur les toits que je vous aime et que je vous respecte pour vous n’avoir connu qu’à travers vos écrits engagés et sincères et qui font un mal terrible aux ennemis du peuple. Chaque mot que vous écrivez est une flèche empoisonnée qui les blesse au plus profond d’eux-mêmes. J’allais écrire au plus profond de leur âme mais au dernier moment je me suis ressaisi pour la simple raison qu’ils n’en ont pas et c’est pourquoi ils éprouvent un plaisir sadique à nous martyriser pour savourer leur libidineux plaisir sadique.
    Vous n’avez pas tort d’écrire que mon cœur battait à l’unisson avec celui de mon pays que j’aime au dessus de tout parce qu’il reste ma raison d’être et il reste la patrie de mes ancêtres et celui de mes enfants et dont le sol est gorgé du sang de ses meilleurs fils, des hommes intrépides et téméraires qui se sont sacrifié pour que l’Algérie soit libre et indépendante. Hélas, ils se sont sacrifiés inutilement, car, par malheur, le pays est tombé entre de mauvaises mains qui en ont fait une propriété privé et un héritage inexpugnable qu’ils ont pris le méticuleux soin de préserver pour leurs descendances. Le comble dans cette ténébreuse histoire ubuesque c’est lorsque vous constatez que ceux qui se prétendent aujourd’hui les gardiens du temple, de la mémoire collective et de la révolution de Novembre, tous ou presque tous sont des arrivistes et des faussaires qui se sont emparés, de manière frauduleuse, des destinée du pays. Par l’intermédiaire d’une opération généralisée de FALSIFICATION et de faux témoignages, des centaines de milliers, peut être bien des millions, se sont fabriqué une histoire et des faits d’armes rocambolesques alors qu’ils sont totalement étrangers à la révolution qui a été l’œuvre de personnes modestes et très réservés dont la majorité avait pris la sage décision de se fondre dans la société de reprendre leur vie normale sans demander de contrepartie pour leur participation EFFECTIVE à la lutte de libération nationale. SEULS ces derniers méritent amplement d’être reconnus comme les courageux maquisards sans peur et sans reproche et que nous sommes tenus de respecter et de glorifier pour leurs faits d’armes.
    Je me demande souvent, comment le peuple algérien a accepté de se laisser rouler dans la farine sans rien dire ? Et un ami m’a soufflé la réponse en me disant, je le cite : « De nature placide et pondéré, le peuple algérien a accepté volontairement de se laisser gouverner par des incompétents tout juste capables de VOLER et de MENTIR comme ils respirent juste pour ne pas jeter l’huile sur le feu et pour ne pas donner l’occasion aux ennemis de se moquer de lui pour n’avoir pas su coexister pacifiquement. Le peuple n’est pas dupe et il attend son heure qui finira bien par sonner le glas des opportunistes qui regretteront le jour d’avoir osé lui voler sa victoire et de l’avoir sous estimé. Ce brave peuple débonnaire et pacifique saura leur faire payer leurs fanfaronnades, le moment venu. » J’espère que mon ami a raison et je reste dans l’attente de les voir se balancer au bout d’une corde ou de les voir affronter les pelotons d’exécution.
    L’histoire retiendra que c’est par manque de chance pour le peuple et pour le pays que les rênes du pouvoir ont été prises en mains par des indus occupants incapables et par des arrivistes véreux et malhonnêtes qui en ont fait une nation sous développée et pauvre. Alors que le peuple se meurt ou vit de la mendicité ou en fouillant les poubelles et les décharges publiques, des richesses incommensurables sont amassées à la va vite et misses en sécurité dans les paradis fiscaux ou en Suisse où dorment des Milliards de Dollars US. C’est ainsi que le pays est littéralement pillé par des boucaniers plus occupés à remplir leurs comptes en banque qu’à gérer les affaires de la Nation qui court inévitablement vers la faillite et la banqueroute incontournable. Je ne vous cache pas, cher frère Ammisaid, que j’aime mon pays au dessus de tout malgré l’injustice flagrante que je ressens partout et à tous les coins de rues et dans toutes les institutions étatiques qui se sont transformées en pièges à assujettir et à dompter les indigènes jusqu’à en faire des sujets dociles et totalement soumis, des sujets dociles et obéissants au doigt et à l’œil.
    Cher frère Ammisaid, je vous connais à travers vos écrits et pour votre engagement indéfectible aux côtés de nos compatriotes qui souffrent le martyre en subissant les affres d’une dictature stalinienne sans nom. Vous lisez dans mes pensées parce que je suis effectivement un « nationaliste » un peu extrémiste sur les bords. J’ai une haine viscérale envers les faux jetons qui n’ont aucune once d’humilité. Je ne vous cache pas que suis sensible à tout ce qui touche à la renommée de mon pays qui est, et Dieu en est le juste témoin, ma raison d’être comme la quasi-totalité des algériens de pure souche pour qui le pays est leur raison d’être. Seuls ceux qui vivent dans la bulle des hautes sphères du pouvoir illégitime qui a pris le pays en otage, seuls ces derniers n’ont aucun lien émotionnel ou fusionnel avec l’Algérie qui ne représente pour eux rien qu’une vache laitière qu’il faut traire jusqu’au sang avant de la lâcher. Voraces et insatiables ces tiques sanguinaires ne connaissent aucune limite à leur voracité bestiale. Dans ce pays de cocagne, seuls les « élus des Dieux », leurs valets attitrés et leurs fidèles suppôts qui gravitent autour d’eux, seuls ceux qui se sustentent des richesses du pays jusqu’à satiété ; ils n’entretiennent avec l’Algérie qu’une relation d’intérêts qui repose sur des considérations matérielles et rien d’autre. Ce qui compte pour cette vermine, ce sont les intérêts incommensurables et les dividendes qu’ils tirent de leurs petites affaires. Ils savent que leurs jours sont comptés et c’est pourquoi ils sont pressés de mettre les voiles avant de devoir répondre de leurs forfaitures devant des tribunaux populaires qui ne manqueront certainement pas de leurs demander des comptes pour tous les crimes abominables qu’ils ont commis et toutes les turpitudes qu’ils ont commises durant leur règne sans partage sur un pays complètement ruiné et laissé au bord de la faillite.
    Et avant de clore ma réponse fleuve à ce cher compatriote Ammisaid, je saisis l’occasion qui m’est offerte pour saluer respectueusement et fraternellement tous les authentiques patriotes qui partagent mes idées et mes convictions et qui œuvrent inlassablement et sans relâche pour hâter l’avènement d’une ère nouvelle pour le pays et la peuple qui a trop souffert de la tyrannie stalinienne des forces du mal et de leurs suppôts empressés. Seuls les authentiques enfants de l’Algérie séquestrée, eux seuls ressentent le besoin pressant de la libérer des serres de l’immonde créature des Janviéristes qui se sont cloitrés dans les hautes sphères du pouvoir qui leur assure toutes les commodités et tous les avantages hormis ceux de vivre librement parmi leurs semblables qui leur dénient toute appartenance à leur race. Le peuple ne leur reconnaît aucune parenté ni aucune légitimité pour la simple raison qu’ils ont toujours veillé à couper les ponts entre eux et NOUS pour ne pas avoir à nous fréquenter. Qu’ils aillent au Diable ! Et qu’ils soient maudits et damnés jusqu’au jour du Jugement dernier. Amen !
    À tous mes compatriotes épris de justice, je leur demande de persévérer dans la lutte contre la vermine qui a pris refuge au club des lapins et qui croit dur comme fer que rien ne peut les déloger. Ils vivent terrés comme des sangliers, la peur au ventre et l’esprit englué dans les méandres des crimes qu’ils ont commis pour se maintenir au pouvoir envers et contre tous. Ils sont détestés et honnis et ils le savent bien. Je vous parie qu’ils nous envient de vivre la conscience tranquille et l’esprit serein car ils savent qu’ils ont des comptes à rendre au peuple, à la justice des hommes et la justice divine qui saura bien les rattraper un jour prochain IN CHAA ALLAH.
    Cher frère Ammisaid : Je m’excuse d’avoir laissé libre cours à mes pensées et de vous avoir imposé cette longue diatribe. Je m’excuse aussi pour le caractère décousu et qui frise parfois l’incohérence de mon poste mais c’est plus fort que moi parce que c’est ce que je possède comme bagages. « HADA HOUA EL-HADHER ! » Je vous réitère ma profonde sympathie et vous prie de croire à l’expression de mes sincères salutations et ma plus haute gratitude et vous dis à très bientôt. Par la même occasion, je remercie tout ceux et celles qui auraient pris la peine de lire ce post et je leur souhaite un bon appétit pour cette dix-huitième journée de Ramadhan. SAHA F’TOURKOUM ! Votre frère Elbordji, l’éternel révolté contre les forces du mal et leurs valets et leurs larbins, votre frère et compatriote qui vous salue fraternellement.




    0
  • papousse
    9 septembre 2009 at 1 h 53 min - Reply

    @ Cher compatriote Elbordji
    Bon retour au forum. J’apprécie toujours votre plume et votre narration lesquelles nous ont manquées ces derniers temps.Votre participation intellectuelle et militante se passe de tout commentaires.Que dieu vous garde parmi les tiens et parmi nous. Ramadhan makboul inchallah et saha ftourek.




    0
  • Saîdi Mohand
    10 septembre 2009 at 14 h 01 min - Reply

    Je suis scandalisé par cette nouvelle mesure répressive contre notre frère Sidhoum, une figure de la résistance interne à la dictature résiduelle des frontières. Vous avez, cher docteur, tout mon soutien, avec mon profond respect. Vous êtes l’espoir de l’Algérie de demain et une des figures propres et sages de la nouvelle classe politique, celle qui construira le véritable Etat démocratique.
    Je suis encore plus scandalisé par le silence des pseudo-ligues des droits de l’homme, devant l’épreuve que subit notre docteur, Mr Sidhoum. Des ligues qui sont plus promptes à s’insulter mutuellement et à se disputer le koursi de la présidence qu’à défendre les militants des droits de l’homme. De toute façon, le 1/100e du travail que vous avez fait, Mr Sidhoum, durant la décennie 90 n’a pas été fait par toutes ces ligues réunies et tous ces militants de salon. Le site d’Algeria-Watch peut témoigner de votre gigantesque travail que même vos ennemis reconnaissent. Nous sommes avec vous et que Dieu vous garde pour notre chère Algérie.




    0
  • elbordji
    12 septembre 2009 at 13 h 50 min - Reply

    @ Ammisaid. À ce distingué poète engagé, mes salutations respectueuses. Je viens de lire sur notre site LQA avec beaucoup d’attention le beau poème que vous avez bien voulu me dédier et qui, je ne vous le cache pas, m’a fait un immense plaisir. Je vous avoue que j’ai du mal à coucher sur le papier ce que j’ai ressenti à la lecture de cette prose que vous m’aviez spécialement destinée. Je suis confus devant tant d’amitié et de considération. Sachez, cher frère et ami que je lis avec un grand intérêt toutes vos contributions mais le dernier poème que vous m’aviez dédié m’a tellement enthousiasmé que je ne résiste pas à l’envie de vous écrire pour vous remercier de ce noble geste généreux qui me va droit au cœur. J’ai bien conscience de mon enfantillage, les vieux déraillent souvent, mais je me suis dit qu’il est bon de vous le faire « entendre » en vous rédigeant ce billet. Malgré toute mon indolence et ma paresse, sachez bien que je n’ai pas le droit de prêtre une oreille distraite à votre message fraternel parce qu’il suffit de seulement de quelques mots ou de quelques phrases simples pour leur exprimer tout le respect que vous ressentez à leur égard. Je sais pertinemment qu’il n’est pas sage de laisser ses amis dans le silence. Il faut que je vous dise que l’amitié n’est pas seulement une bonne chose mais surtout une chose sérieuse et c’est la raison pour laquelle je lui ai toujours accordé une attention toute particulière. Je ne manquerai pas de vous remercier pour toutes les joies que vous n’aviez cessé de nous procurer grâce à votre talent et votre engagement indéfectible pour la bonne cause, celle de l’Algérie qui a tant besoin d’hommes de votre trempe qui éprouvent du plaisir pour se sacrifier pour peu que le pays sorte indemne de la grave tragédie que semble lui avoir réservée la junte des Janviéristes et tous les larbins attitrés qui leur permettent de rendre pérenne leur hégémonie sur notre pays. Je sais, cher frère, à quel point vous êtes préoccupé par la situation sociale qui prévaut dans notre pays qui, tel un navire sans capitaine et qui navigue à vue et en plein brouillard risquant à tout instant de se fracasser contre les rochers d’une falaise. Et je crois qu’il n’ya pas de solution miracle pour le pays à moins que ses fils authentiques ne prennent la décision courageuse de se soulever pour chasser les sangliers qui nous l’ont confisqué et qui refusent obstinément de nous le restituer de manière pacifique.
    Encore merci pour ce très beau cadeau inestimable que je viens d’imprimer et de remettre à chacun de mes six enfants qui l’ont énormément apprécié et qui me chargent de vous présenter leurs meilleures salutations distinguées et l’hommage de leur profonde gratitude pour m’avoir destiné un si généreux cadeau ; et c’est ce que je me fais le devoir de faire de bon cœur. Je remercie du plus profond de mon cœur le poète engagé et le militant intègre et vaillant qui se bat pour que l’Algérie se renaisse de ses cendres après avoir été martyrisée et sauvagement mutilée par les ennemis du peuple. Avec votre ressentiment et votre haine viscérale pour tout ce qui est injuste et amoral, je sais que vous ne serez jamais à court d’idées ni d’inspiration pour continuer de nous abreuver de belles proses envoutantes que les compatriotes dégustent avec plaisir. Loin de vous lire avec indifférence, j’ai toujours éprouvé un réel plaisir de déguster vos poèmes. Comptez-moi, cher frère parmi vos nombreux admirateurs et sachez que je suis impatient de lire votre prochaine contribution. Et pour terminer mon petit billet, soyez rassuré de ma profonde sympathie et de mon plus profond respect. Elbordji qui vous salue respectueusement et qui vous dit SAHA F’TOUREK. Saha Siamkoum, mes chers compatriotes !




    0
  • Zineb
    12 septembre 2009 at 18 h 00 min - Reply

    Il est clair que le docteur Salah-Eddine SIDHOUM est sanctionné par le pouvoir pour ses positions, ses actions et ses dénonciations et son indéfectible opposition, mais que signifie ce silence de la part des appareils qui semblent mener le même combat que notre ami (ligues, partis,..) ??

    Force est de constater que se battre seul hors des structures, même lorsque vous êtes aussi efficace que Salah-Eddine SIDHOUM ne fat pas de vous que l’adversaire du pouvoir.

    Salah-Eddine SIDHOUM , que même la clandestinité n’avait pas empêché de continuer à dénoncer les crimes du régime algérien, puisque c’est à cette période qu’il avait publié son fameux livre, un livre d’une minutie rare (nom prénom, lieu et nature des tortures et avec souvent les noms des tortionnaires), un livre que le régime ne lui pardonnera certainement pas, mais que, et j’en assume la responsabilisé, les professionnels et les carriéristes des droits d l’homme ne sont pas prêts non plus à lui passer.

    Cordialement,
    Zineb.




    0
  • elbordji
    13 septembre 2009 at 8 h 10 min - Reply

    Il m’a été donné l’occasion de lire sur le site « Hogra-Centerblog » un article révélateur de l’état d’esprit de certaines personnes qui se sentent les victimes expiatoires de la bureaucratie et de l’injustice de certains irresponsables dont le comportement rétrograde laisserait à désirer. J’ai lu qu’un algérien poussé dans ses derniers retranchements aurait pris la curieuse décision de demander la nationalité israélienne. On y lit dans cette article cette phrase sentencieuse qui dit, je cite : « Un cadre de la fonction publique de la Wilaya de M’sila demande la nationalité israélienne ! » On y lit, je cite : « Il semble, Monsieur le ministre, que mon existence en tant qu’Algérien n’est pas souhaitée par les autorités sécuritaires, judiciaires et administratives. » En décidant de commenter cet article, je n’ai ni l’intention de blâmer Monsieur LAYACHI, ni de l’encourager à se défaire de sa nationalité, si je le fais c’est pour dénoncer le comportement maffieux et plus que obscurantistes de certains cols blancs et de certains responsables qui, par leurs attitudes éhontées et leur haine envers les gens modestes, ils sont souvent à l’origine de drames que rien ne peut justifier et encore moins excuser. C’est donc pour épingler les ronds de cuir irrécupérables que j’ai cru bon de me pencher sur le cas de LAYACHI, un cadre des Impôts dans la Wilaya de M’sila, qui n’est ni le premier ni le dernier car des cas similaires sont légion dans nos contrées. Cet article édifiant aurait été publié par le Journal EL-WATAN en date 23/10/2007. Voici, à l’intention de mes amis internautes de LQA le lien concernant les deux articles de cette affaire pour ceux qui voudraient y jeter un coup d’œil : Le lien de ces deux articles qui m’ont interpellé est le suivant : http://hogra.centerblog.net/6581309-un-cadre-demande-la-nationalite-israelienne. Il s’agirait donc d’un cadre algérien, Monsieur Amroune LAYACHI qui est victime de chantage et de mépris de la part de « Bourreaucratie » qui n’a toujours pas fini de faire des ravages incommensurables et de causer des préjudices irréparables au sein d’une société en perdition qui a fini par perdre ses repères et ses principes moraux. À force d’être manipulée par des apprentis sorciers la société est devenue inhumaine, impitoyable et cruelle. Petit à petit, elle sombre dans un tourbillon cyclonique de haine et d’inimitée malveillante gratuite. (Il aurait été écroué par le magistrat instructeur le 28 du mois d’Octobre et il aurait même écopé d’une peine d’emprisonnement avec sursis.
    Il faut comprendre la réaction de Monsieur LAYACHI qui, au bord de la dépression et se voyant acculé dans ses derniers retranchements, aurait fini par donner un ultimatum de 30 jours au Ministre des Affaires étrangères qui était le destinataire de sa demande, faute de quoi il passerait à l’acte.
    Quels seraient les griefs de ce Monsieur contre sa tutelle ? Il est possible de voir les détails sur le second article que l’on peut atteindre à partir du lien Internet que j’ai donné plus haut. (Il s’agirait d’une affaire de falsification etc.)
    Harcelé et mis à l’index par une administration renégate, monsieur LAYACHI à certainement bien raison de péter les plombs pour menacer de changer carrément de nationalité.
    Croyez-vous, mes chers compatriotes et amis internautes, que si LAYACHI avait trouvé une ouïe attentive à ses doléances et qu’il n’aurait pas été poussé à bout et que s’il avait ressenti de la justice et de la magnanimité dans son propre pays, il aurait franchi le pas jusqu’à menacer de changer de nationalité ? Bien sûr que non ! En décidant d’écrire au ministère des affaires étrangères, LAYACHI voulait certainement l’alerter sur le comportement négatif et rétrograde de ceux qui le poussaient à la révolte.
    Moi personnellement, je ne condamne pas son geste et j’essaie de comprendre su JUSTE réaction qui peut paraître un peu excessive sur les bords mais qui reste dictée par des circonstances aussi exceptionnelles qu’extraordinaires. Voyez-vous, messieurs les responsables où peut conduire l’injustice ? Et dites-vous bien que les milliers de jeunes qui se suicident, ceux qui se jettent à la mer pour fuir le pays, ceux qui se sont transformés en terroristes, ceux qui sont devenus des alcolos ou des criminels, tous ses jeunes et les marginalisés volontairement sont les victimes innocentes de votre système de gouvernance obsolète et archaïque qui a, depuis longtemps montré ses limites mais malgré tout cela vous n’avez pas eu la clairvoyance de l’esprit et la lucidité de laisser place nette et de vous retirer pour laisser place à des gens compétents qui ont les capacités et la volonté de gérer les affaires de ce pays de manière responsable et digne. Il est inutile de vous faire un dessin, vous avez failli dans votre mission et le meilleur moyen de vous faire pardonner c’est de vous retirer avant d’être obligés de rejoindre les égouts de l’histoire comme l’a si bien dit notre cher frère et ami Djameleddine BENCHENOUF.
    Avec le souhait d’avoir apporté une modeste contribution à l’intention de mes amis internautes fidèles au site LQA, je vous souhaite une bonne journée Ramadhanesque et je vous dis SAHA F’TOURKOUM ! Votre frère Elbordji qui vous salue bien !
    P.S : Le même article a été posté le même jour sur le site « Hogra-Centerblog ».




    0
  • youcef
    14 septembre 2009 at 1 h 25 min - Reply

    Salut les democrates, pouvez vous me dire SVP ou est mon article date le 13/09/2009 ?
    vous jouez le role de democrates,mais voila la realite,vous etes pire que le pouvoir en algerie,jiai pense que sur votre pages je peux exprimer mes idees au moins 1 fois de ma vie ,mais j’etait exclu par le pouvoir assassin et par voous aussi, mais comme meme Merci pour votre Fausse democratie, ou es tu MR benchenouf??
    Adm: Parce que votre commentaire déroge à certaines regles.Croyez vous que le fait de traiter 80% d’une communauté, parmi nos compatriotes, de collaborateurs avec des services secrets etrangers puisse être publié ici? Si vous croyez que c’est ça la démocratie…




    0
  • youcef
    14 septembre 2009 at 13 h 07 min - Reply

    a ADM,
    merci pour votre retour, mais je veux incister sur 1 chose que j’ai pas citer des noms,en + a ton avi j’ai invente cette chose ou quoi, ? j’ai des preuves sur ce que j’ai dit,et il suffit de regarder on tour de vous vous allez trouvez ce que j’ai dit en realitee, moi je suis pas contre la communaute Kabyle ,ils sont aussi des algeriens comme moi et vous, mais la discrimination est faite contre l’autre communaute , et vous puvez verifier certains commentaires sur vos pages.




    0
  • tarik
    16 septembre 2009 at 2 h 35 min - Reply

    c’est qui ça ce monsieur : Cavaignac………mmmhhh 60 apres et monsieur  » Cavaignac  » a toujours ses admirateurs !
    ah nostalgie quand tu nous tiens …….. on continue toujours a nous lamenter langoureusement de leur absence ( Cavaignac, Michelet , Levelley , fort national, beau sejour , et qu’en sais je encore !!!!




    0
  • loyal14
    25 septembre 2009 at 22 h 38 min - Reply

    si cette revelation trouve objectivement son fondement, le silence devient =assimile= complicite latente, puisque ce commis de l etat s est montre arrogant, en s identifiant a walou, mr sidhoum a le plein droit de deposer plainte contre x = walou; et que la justice suivra le cours de l enquete pour identifier *ce vide*qui repondra sur son comportement qualifie de voyou. signature= un policier




    0
  • ismail
    25 septembre 2009 at 22 h 46 min - Reply

    si cette revelation trouve objectivement son fondement, le silence devient =assimile= complicite latente, puisque ce commis de l etat s est montre arrogant, en s identifiant a walou, mr sidhoum a le plein droit de deposer plainte contre x = walou; et que la justice suivra le cours de l enquete pour identifier *ce vide*qui repondra sur son comportement qualifie de voyou. signature= un policier/




    0
  • MOURAD
    27 septembre 2009 at 11 h 40 min - Reply

    je suis révolté par ce qu’a subit Monsieur, Sidhoum et je pense qu’il est aussi révolté que moi que le nom du sieur cavainac ait toujours cours,

    à plus que le droit, de




    0
  • MTM
    28 septembre 2009 at 22 h 57 min - Reply

    J’espere que le docteur Sidhoum, va bien. Cela fait un bon bout de temps qu’il nest pas apparu sur le site apres sa mesaventure avec monsieur Wallou.
    Quelqu’un peut-il nous rassurer.
    Merci

    Merci, mon cher frère pour votre message. Je suis toujours là et cette éphémère absence d’une vingtaine de jours est indépendante de ma volonté. Ce ne sont pas les minables mesures répressives des Walous d’Algérie qui nous feront plier, loin de là. Nous resterons toujours debout avec les millions d’Algériennes et d’Algériens dignes pour servir notre Algérie et notre peuple.
    Fraternellement.
    Salah-Eddine Sidhoum




    0
  • Congrès du Changement Démocratique