Édition du
21 July 2017

Au sujet de la désinformation.

desinf
Le Quotidien d’Algérie

par Mohsen

Invité sur la chaine TV France 2, en 1994 , à une émission politique de la Dame Adler, animatrice d’alors, François Burgat lança un pavé dans la mare en déclarant :  » les graves évènements que connaît l’Algérie, c’est Timisoara puissance dix !  » .

Inutile de préciser que cela jeta un froid parmi les autres intervenants( tous Algériens) qui, eux, « dans un bel ensemble », se livraient sans retenue, à un lynchage médiatique en règle contre » l’Islam politique », et la direction du F.I.S . Ce furent les seules paroles de F. Burgat qui se vit interdire de micro et ostracisé par l’ égérie favorite de Mitterrand.

Qui est François Burgat ? C’est un intellectuel honnête , un chercheur du C.N.R.S, islamologue parfaitement arabophone, un écrivain politique et homme de terrain. Il vécut et enquêta de longues années en Egypte et en Algérie et il sait de quoi il parle. Ses écrits, ses prises position sur le conflit algérien lui valurent d’être occulté des grands médias , une manière antidémocratique de le réduire au silence.

«ll y a deux histoires : l’histoire officielle, menteuse, puis l’histoire secrète, où sont les véritables causes des événements.»
[ Honoré de Balzac ]

Je reproduis bien volontiers ici, la citation remarquable de Honoré de Balzac et qui illustre bien les
ravages de la désinformation technocratique qui prévaut depuis des décennies dans la grosse presse internationale. Les exemples malheureux de la Palestine Martyr, de l’ Irak et de l’Afghnistan (et j’en laisse) sont là, pour nous rappeler qu’il faut absolument faire la part des choses, distinguer le journalisme de REVELATIONS , du journalisme d’ INVESTIGATIONS.

L’histoire nous a enseigné que, dans tous les conflits sanglants, la Vérité est la première victime.
Dans le conflit algérien des années de malheur, les seules sources disponibles ( Radio -TV- Presse papier- presse électronique) que reproduisaient les journalistes et animateurs d’émissions politiques, étaient et sont encore des informarions de REVELATIONS, c’est à dire des sources issues des autorités en place) et non pas de journalistes d’ INVESTIGATIONS, un journalisme d’enquête, un genre journalistique qui se caractérise par la durée de travail sur un même sujet et par des recherches approfondies. La définition du journalisme d’investigation, selon la déontologie du journalisme, implique également une indépendance vis-à-vis des pouvoirs politiques ou économiques, et une profondeur d’analyse qui résiste à la tentation de l’audimat ou à la course à l’exclusivité..

L’affaire terrible des Moines de Tibéhirine, pour ne citer que celle là, reste de nos jours encore, un dossier explosif non clos. Les massacres perpétrés à grand échelle contre la population civile, suscitent toujours, par certains de leurs aspects plus que troublants, des questions que le verrouillage politique à double tour en vigueur , interdit de relever du domaine public , de la justice indépendante et d’ enquêteurs libres.

Je cite toujours en exemple, le massacre de Katy? en Avril/Mai 1940, qui a vu le meurtre de plusieurs milliers de Polonais — essentiellement des personnalités, des officiers mais aussi des étudiants (officiers de réserve), des médecins et des membres des élites polonaises réputées hostiles à l’idéologie communiste — par la police politique de l’Union soviétique (le NKVD) dans une forêt russe près de Smolensk.
Seule, une minutieuse et longue enquête scientifique sur le terrain, établie par des experts internationaux de haut-rang, avait fini par conclure clairement, preuves à l’appui , de l’identité réelle des commanditaires et des exécutants. Alors que, Jusqu’en 1990, soit cinquante ans après, l’Union soviétique avait toujours nié sa responsabilité directe dans ce crime de guerre.

Compte tenu de l’extrème gravité de la situation algérienne, il est urgent et sage de faire preuve de retenue, de ne pas nous ériger en procureurs de la République, de ne pas nous livrer à l’anathème et à l’invective qui ne fait que creuser, encore un peu plus, cette fracture sociale qui risque de nous diviser et nous monter les uns contre les autres, au grand profit des ennemis de notre Algérie et de son peuple.

N’oublions pas que, ce qu’il y a de terrible avec la Vérité, c’est que quand on la cherche, on la trouve.

Mes respects à Mr Haddam, aux internautes de bonne volonté et respectueix du juste milieu .

Wa saha siyemkoum wa Ramadhan moubarak.

c’est à dire une information basée


Nombre de lectures : 955
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • benamina
    7 septembre 2009 at 17 h 07 min - Reply

    merci pour cette brillante analyse .dans le même registre on peut inscrire et percevoir le mystérieux événement du 11 septembre 2001 , le trouble qui entoure la nébuleuse d’El qaeeda et beaucoup de faits de l’actualité internationale.




    0
  • Mohsen
    8 septembre 2009 at 10 h 49 min - Reply

    @ benamina

    A propos du 9/11 à New-york.

    Comédie et humour.
    Jean-Marie Bigard, Ben-Laden , Bush et Silverstein en humour . Commençons aujourd’hui en rires; ça détend. Surtout que la glace a été rompu…

     » Quand je te dis, j’y vais, j’y vais !  » ( Bigard).

    http://www.dailymotion.com/video/x9r2vt_bigard-11-septembre-1-les-passeports_fun

    + toute la série de vidéos sur le même sujet.. Faut rigoler , faut rigoler avant que le ciel ne nous tombe sur la tête !

    Saha siyamek .




    0
  • Hamma
    8 septembre 2009 at 13 h 32 min - Reply

    Salam.

    Je crois sauf erreur de ma part que le seul pays doté d’une véritable presse d’investigation se trouve aux Etats Unis d’Amérique et nulle part ailleurs.

    Malheureusement, ce journalisme d’investigation coûte très cher en vie humaine car la vérité sur tel ou tel événement ( Scandales politique, militaires, sécuritaires, financiers, économiques etc…) ne doit pas aller au-delà de ce qui peut être permis de dévoiler à l’opinion publique. Ils sont nombreux les reporters et journalistes morts assassinés au nom de la vérité.

    Concernant le 11 Septembre 2001 pour reprendre le commentaire de@Benamina, les investigations sont en cours et chaque jour qu’Allah fait, nous découvrons grace à elles de nouveaux éléments, mais il faudra penser aussi que ces investigations qui ont fait des centaines de morts parmis les témoins, journalistes et acteurs directs ou indirects de l’événement qu’elles ne dépasseront pas le cadre assigné par les puissants lobbies.

    En Algérie nous disposons d’une sorte de presse (virtuelle) plus au fait des événements que la presse officielle et qui se nomme « la rumeur » ou « allo trottoire! » et croyez-moi elle est plus efficace que toute la presse locale réunie. Elle est dotée d’un service d’investigations qui fonctionne juste après que le service de révélations ait donné l’information. Malheureusement, cette presse ne dispose d’aucun fond, d’aucune aide ni d’aucune infrastructure pour pouvoir mener à bien son travail. Elle ne dispose que de l’internet et ce n’est pas rien!

    Certains diront que je divague à cause du mois sacré, mais je les rassure tout de suite Allahouma ini sayem et en possession de toutes mes facultés mentales.

    Fraternellement.

    Salam et saha ftourkoum




    0
  • Hamma
    8 septembre 2009 at 13 h 38 min - Reply

    J’oubliais de dire que même ce genre de presse (virtuelle) subit les tentatives du pouvoir pour être muselée et pour preuve, l’état sous le motif de la lutte contre la cybercriminalité tente par tous les moyens technologiques la canaliser puis la verrouiller.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique