Édition du
30 March 2017

Ces révélations de la presse sont l'expression d'une lutte des clans

Le Quotidien d’Algérieombres

Rififi ou guerre ouverte au sommet de l’Etat ?
par MTM
Cette histoire de « ministre 20 % » et des « responsables 5 % » rapportée par El Khabar Hebdo qui n’est pas une feuille de chou, dévoile une série de scandales tout aussi horribles les uns que les autres puisqu’il s’agit de malversations astronomiques et de dilapidation de deniers publics dont les responsables se trouvent au sommet de l’Etat. La saignée économique induite par cette affaire serait si importante qu’elle devient une question de sécurité de l’Etat et de souveraineté nationale. Cette hémorragie risque de dégonfler très vite le matelas financier sur lequel est allongé confortablement le président Bouteflika. D’autant plus qu’on peut craindre qu’elle ne représente que la partie visible de l’iceberg.

Il est très curieux que personne ne remarque ce « scoop du siècle » dans le milieu journalistique ni dans la classe politique. Pas la moindre vague en dehors d’El Khabar, qui a « révélé » le scandale. Pourtant, ces révélations sont si terribles qu’ils auraient dû faire trembler tout le régime et faire les choux gras de l’opposition et la presse dite indépendante. Du côté de la société civile, il n’y également aucune réaction. Elle laisse peut-être passer l’orage…Il faut se rendre à l’évidence que les chocs tel que celui voulu par El Khabar Hebdo, n’ont plus d’effet sur les Algériens. Meurtris et démolis par tant de souffrances, de douleurs et de déceptions le peuple caresse d’autres rêves qui se trouvent au-delà des mers. Les affaires de corruption et les convulsions sociales qui pullulent dans les médias sont reléguées dans la rubrique des chiens écrasés. Cette apathie générale est préoccupante et constitue mal profond mis en évidence de cette affaire de l’autoroute Est-Ouest.

Pour la partie encore indemne de cette gangrène de la fatalité programmée, les accusations sont trop violentes pour ne pas être suspectes. Une fois le choc des chiffres et des noms passé, on reprend les vieux réflexes de prudence pour essayer de voir clair et de décrypter ce condensé inhabituel de révélations sur des crimes économiques et surtout de son traitement par le chef de l’Etat. Car en dernier ressort cette affaire porte de graves accusations contre le président qui accepterait comme une fatalité une situation de corruption vertigineuse qui sape les fondements de la république et le moral du peuple. Ce n’est pas Ghoul qui serait visé en premier lieu par ce scandale du siècle, mais bel et bien le clan de Bouteflika. Et on ne sait pas si la source, qui voulait visiblement dédouaner le président de ces dilapidations à grande échelle, a été manipulée ou elle-même serait la manipulatrice. De même, on ne sait pas si le journaliste a agi délibérément en toute connaissance de cause ou il ne serait pas conscient de son acte et du risque qu’il encoure. Les chapelles de l’un et de l’autre étant inconnue il serait hasardeux de se prononcer avec assurance.

On ne sait donc pas, a priori, à qui profitent ces informations soufflées dans le creux de l’oreille du journaliste par ce « masdar » (source) anonyme dont la bienveillance ou l’honnêteté restent à prouver.

Par contre si on restitue cette affaire dans un contexte plus général et si on analyse, de près, la succession des nouvelles qui parviennent des coulisses du Pouvoir, ces dernières semaines, on peut dire que quelque chose est en train de se produire au sommet de l’Etat. Une agitation sourde qui ne présage rien de bon pour la démocratie ni pour la stabilité du pays. Cinq mois seulement se sont passés depuis le scrutin présidentiel et pourtant beaucoup d’eau est passée sous les ponts. S’agit-il d’un cataclysme politique ou bien s’agit-il d’un d’une politique ordinaire ? Depuis la nouvelle sur les prétentions présidentielles de Saïd Bouteflika et son parti en gestation, en passant par l’affaire de Tibhirine où Bouteflika est resté muet, le conflit plus ou moins ouvert entre Tounsi prié de démissionné et Zerhouni (qui a perdu la face), la vaine tentative du président de secouer le cocotier de l’Armée pour récupérer les « 25 % de président » qu’il lui manque… en passant par l’affaire de Sersou du général Belkheir, des révélations sur des hommes de Bouteflika comme Barakat, Ould Abbas et dernièrement le tonneau des Danaïdes, Amar Ghoul et les ministères budgétivores. Arrivé à un âge où le président ne risque rien, il joue peut-être son va-tout au profit de son frère. Il y a peut-être un mécanisme de bouleversement qui s’enclenche lentement dans la sphère du Pouvoir et risque de s’accélérer dans les semaines ou les mois prochains.


Nombre de lectures : 1354
12 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • anagriki
    10 septembre 2009 at 19 h 48 min - Reply

    Devinette des corrompus des annees 70/80. Quel est le nom du meilleur vin Algerien?
    Le « cuvee du president? non!
    Le « Medea »? non!
    Le « Coteau de Tlemcen »? non!
    Alors c’est lequel???
    C’est le vin pour cent.ha ha ha ha ha ha!!!…




    0
  • capitaine Hocine
    10 septembre 2009 at 21 h 57 min - Reply

    @ MTM

    J’ajouterai aussi ceci : la coupure d’internet du provider eepad n’est pas pour rien. Le patron de cette société, un ex-colonel est associé avec le chef d’état major de l’anp, Gaid Salah, ce dernier est le militaire le plus vieux en exercice dans le monde, Bouteflika lui avait fait la remarque gentiment bien avant le 05 Juillet 2009 pour le remplacer, toute en faisant une boutade que si Gaid persistait, il rentrerait dans le livre Guinness des records. Malheureusement, le chef de l’EMG de l’ANP a refusé catégoriquement. Pour dire que Bouteflika ce n’est pas juste les 25% de l’anp qui lui manque, mais bien plus. Avec ce nouveau cas de figure, les données ont changés dans la tactique de Saïd Bouteflika, lui qui veut préparer son terrain bien avant la fin de l’année se retrouve avec un sérieux os, il faut qu’il dégage les anciens apparatchiks de l’anp incluant Toufik. C’est bien pour cela que Sarkozy vient à la rescousse fin juin en instruisant ses services de faire une fuite du parquet de Paris concernant le témoignage du général buchwalter, une opération française à double effet : donner un coup de main à Saïd et d’un autre côté étouffer le scandale des pots de vin pendant la vente des sous-marins français au Pakistan, pendant que Sarkozy était ministre du budget, l’affaire des moines avait servi plusieurs clans à la fois, mais pas celui des socialistes qui soutiennent une partie des apparatchiks et janvieristes de l’anp. C’est pour cela que Saïd avait soufflé à l’oreille de son frère président l’idée d’actionner les leviers d’Algérie Telecom et de mettre en faillite eepad qui est en fait la propriété de Gaid Salah. D’autres révélations suivront…
    Saha Ftourkoum
    Capitaine Hocine.(drs)
    P.S.: excusez mon niveau de français, je suis un arabisant.




    0
  • furar
    11 septembre 2009 at 1 h 22 min - Reply

    salut mon capitaine!! pour une première s’en est une .un honorable correspondant de notre mythique drs qui passe a table!! saha ftourek. et on attend la suite avec impatience. comme ca on aura une bonne longueur d’avance sur les lecteurs d’el khabar hebdo.ton niveau de français est impeccable mon garçon.




    0
  • Ammisaid
    11 septembre 2009 at 2 h 54 min - Reply

    Au frère Hocine,
    Le problème ce n’est pas qu’ils ont des problèmes entre eux. Ce n’est pas notre problème. Le problèmes est qu’ils n’arrêtent pas de régler, violemment, leurs problèmes, en nous utilisant comme de la chair à canon, de la chair à la torture, de la chair à la prostitution, de la chair à la misère…et, j’en passe !
    Saha Ftourek




    0
  • MH99
    11 septembre 2009 at 10 h 13 min - Reply

    @MTM

    Je vis en extreme orient depuis des dizaines et dizaines d’annees et je pense bien connaitre les facons de faire des Japonais et Chinois (leurs capacites d’adaptatation face aux situations, exemple: cas d’un pays du tiers monde avec gestion/management en question {et avec retard technologique} et avec un bon matelas de devises) et ce que vous avez ecrit [ci-dessous fait partie du tres possible]:

    ?……Il faut bien que les chinois et les japonais, – (les deux sociétés Cojaal (Japon) et Citic-Crcc (Chine))-, qui ne sont certainement pas des enfants de cœur ………ratent l’occasion rêvée de traire, à leur tour, jusqu’au sang la vache à lait avant qu’elle ne tarisse……?.

    Toutefois je ne sais si c’est en connivance [ce qui est probable pour le cas chinois qui/les chinois/ detectent bien le timing optimum/quand et ou graisser la patte/et savent bien repondre aux signaux de demande de graissage de pattes en offrant des fois argent, invitations/voyages et cadeaux] , les Japonais quant a eux ayant une reglementation severe controlant les cas de corruption en argent (et aussi avec une mentalite differente des chinois, les japonais tres pointilleux et fins calculateurs et tres patients devant la “proie” , les japonais quant a eux peuvent offrir des invitations et cadeaux a la cible/cibles etrangere “interessante/rentable! pour eux”) et donc toutefois/finalement je ne sais si cette rallonge calculee! de facture est faite en connivance? [comme je le cite ci-dessus] avec des Algeriens cadres du secteur ou que ces chinois/japonais rallongent la facture unilateralement [unilateralisme qui est lui aussi probable pour les japonais et chinois des groupes concernes], ces chinois/japonais ayant jauges/compris le terrain algerie après 3 ou 4annees et jouant [en douceur!/gentillesse, mixee au materialisme et a une mentalite/esprit acharne! de domination en douceur d’autrui “surtout pour le cas japonais” et tres malicieusement de facon presque indetectable “surtout pour les cas japonais, la filouterie du businessman chinois etant un peu mieux detectable” globalement donc de facon presque indetectable donc sauf pour des pros/veterans du métier et des pros connaissant les mentalites du chinois/japonais bien sur differentes de l’occidental] jouant donc sur les deficiences technique/gestion et les failles concernant la rigueur/professionalisme/ precision du cote algerien et jouant sur autres parametres du terrain/algerie…

    Mes Salutations a vous,
    MH99




    0
  • MTM
    11 septembre 2009 at 10 h 44 min - Reply

    @ Capitaine Hocine

    Bienvenue au site, capitaine. Comme a dit « furar », c’est une première même si par ici on n’aime pas trop le DRS que personne ne peut nier l’existence en son sein d`éléments patriotiques. Vous n’avez pas à rougir de votre français. Je sens chez vous la même amertume que ressentent les patriotes libres qui pleurent le sort peu enviable de leur pays. Est-elle partagée par vos confrères au DRS?

    Merci d’avoir complété ma contribution avec l’histoire de Eepad dont je connaissais vaguement ses liens avec Gaïd Salah.

    Peut-être en effet que toutes ses scandales et ses nouvelles trop orchestrés pou être sincères, sont tous liés à la guerre de succession. A présent le climat au sein du gouvernement ne doit pas être amical. Beaucoup de ministres et de hauts responsables vont se regarder en chiens de faïence.
    Il est curieux tout de même que deux généraux et non des moindres (Belkheir et Gaïd) soient propriétaires de sociétés lourdement déficitaires et que le système (politico – juridique) qu’ils ont créé et qu’ils contrôleraient encore, et eu égard à leur état de service, leur refuse un règlement à l’amiable discret. Le système, éternel prodigue, n’est pas à une affaire près où il passe l’éponge et efface l’ardoise de séides endettés. Avec ces deux affaires, d’aucuns peuvent penser que l’Algérie s’est affranchie de la tutelle militaire forcée et que nos pauvres généraux sont des justiciables ordinaires devant la loi. Ces deux affaires laissent penser qu’avec Bouteflika « le politique a enfin trouvé la primauté sur le militaire ». Malheureusement dans la réalité, il n’en est rien. Le silence des deux généraux face à la mise en demeure, volontairement médiatique, de leurs partenaires financiers, n’est qu’un silence tactique. Ils s’y adapteront d’une façon une d’une autre et ils auront le dernier mot comme toujours. Le seul facteur qui handicape ces acteurs qui ont tous ruiné le pays, c’est leur âge. Celui qui meurt le premier perdra la partie devant l’autre. Pour cela, Bouteflika, avec « sa baraka « , il a peut-être une longueur d’avance sur les deux généraux et leur protecteur Tewfik qui veille au grain des amis.

    Une autre interrogation, Belkheir passe pour être celui qui a coopté et imposé Bouteflika aux autres décideurs. C’est son bienfaiteur dont Saïd Bouteflika devrait plutôt remercier. Y’a-t-il eu ingratitude du raïs et son frère?

    Saha ftourek




    0
  • MTM
    11 septembre 2009 at 20 h 13 min - Reply

    @ MH99

    Les extraits que vous avez rapportés dans votre commentaire ne sont pas les miens. Ils appartiennent à un internaute qui a fait une belle contribution sur un autre site dont j’ai donné l’hyperlien.

    La Chine et le Japon ne sont pas immunisés contre la corruption. Ils sont régulièrement ébranlés par des scandales financiers et des affaires de corruptions. Il n’est pas étonnant que les deux sociétés en question, malgré leur réputation de leaders mondiaux dans le secteur, aient cédée, si tant qu’elles étaient intègres, à la tentation, si loin de leur pays. Je ne crois pas que les deux sociétés aient pu agir de la sorte dans des pays démocratiques. L’Algérie est devenu un filon d’or qui charrie toute la pègre internationale.

    Le projet gigantesque initialement prévu pour 11 milliards de dollars, s’élève maintenant à 20 milliards de dollars. Pratiquement le double; et ce n’est pas fini encore. Neuf milliards de dollars partent en fumée. Pour un pays qui se respecte, c’est un crime économique, doublé de haute trahison. Pas besoin de sortir de Saint-Cyr, pour suspecter une dilapidation sans précédent et des malversations directes ou indirectes, en nature ou en espèce.
    Pour comparée, dans l’affaire de Khalifa, l’Algérie a perdu 3 milliards de dollars. Grâce à cet « islamiste », Moumen Khalifa sera vite oublié. L’Algérie s’est fait rouler dans la farine, ses finances mises en danger et son développement socioéconomique compromis.

    Saha ftourek




    0
  • tamezgha
    11 septembre 2009 at 20 h 46 min - Reply

    le clan belkheir,le clan boutef,le toufik,le clan nezar sont-ils entrain de nous preparer inconsciement a une autre colonisation aprés celle des romains, grec,phiniciens,vandal,turk,français……………..à qui le tour??

    il n’ya pas de clan ALGERIE???????Sommes-nous démis de tout sentiments patriotique et national??????
    ont parle d’algerie comme d’une propriété privé, ignorant completement ces occupants.
    A force de mentir a nous meme le courant d’air rentre par toutes les fenétres dans cette bonne vieille maison d’algerie.




    0
  • Bentrop
    11 septembre 2009 at 20 h 55 min - Reply

    Pauvre Algérie, pauvres chouhadas ( Allah Yerhamhoum). Je me demande l’utilité de l’indépendance de notre pays du moment qu’elle n’a profité et profite toujours pour une poignet de rapaces sans foi ni loi.Encore une fois ( et ce n’est jamais assez ) pauvre Algerie.




    0
  • Cpt.Hocine
    13 septembre 2009 at 5 h 01 min - Reply

    @ MTM

    Excusez le retard pour répondre.
    Certes, je comprends que mon employeur n’est pas estimé dans la conscience ni même dans la subconscience algérienne, je n’y suis pour rien personnellement et j’en suis désolé.
    Le DRS est à l’image du pays. Il y a des honnêtes gens comme des malhonnêtes, comme on en voit dans tous les secteurs du pays. Oui l’amertume taraude au plus haut point la majorité du corps de l’ANP et du DRS. Nous sommes des militaires, et je peux vous assurer que nous sommes la seule structure compétente actuelle du pays, bien que des lacunes béates salissent la réputation de ce corps à cause de ses dirigeants et de son omerta viscérale.
    Vous savez, dans ce genre de services on ne comptabilise jamais les bonnes œuvres ou actions faites pour le pays, mais seulement les mauvaises et les plus iniques, comme cela se fait partout dans le monde. Et j’ajouterai que ce n’est pas à nous d’ouvrir « la brèche » de la légalité, mais ce sont aux civils et politiciens qui doivent donner l’exemple à la majorité du peuple. Hélas, ils sont toujours absents ou corrompus dans les deux sens. C’est triste à dire.
    Le mastodonte est certainement efficace et redoutable, mais sans légitimité, il est condamnée à avoir des pieds d’argile, cela semble n’a pas été perçu par l’élite algérienne pour renverser la vapeur.
    Pour répondre à votre question directe, concernant Saïd Bouteflika et son frère le Président, est ce qu’ils sont redevables ou y a t il une quelconque ingratitude envers le général Belkhir ?
    La réponse est simple : On a toujours reproché à Belkhir sa gestion des affaires du pays pendant qu’il était l’adjoint direct de Chadli pendant 13 ans au pouvoir. Après le fiasco et l’assassinat de Boudiaf (Allah yerahmou) et l’échec de la présidence de Zeroual, Belkhir a repris les choses en main tout en étant malade pour remettre le statuquo qui existait déjà à la mort de Boumediene. Donc il a reculé ou remonter le temps en arrière jusqu’à 1978 et persuader Bouteflika de devenir président, comme lui le penser l’être à cette époque fin 70. Le reste est du bla bla et lutte de coulisses entre clans qui n’osent pas s’affronter de face. Saïd pense régler le différend révolutionnaire, mais les apparatchiks de l’armée et du DRS l’obstruent avec l’aide d’une certaine caste française, que ce soit de la gauche ou de la droite. Sur ce, je ne pourrais vous en dire plus, à vous de décortiquer et d’analyser l’information en cours. Une chose est certaine, il y a des centaines d’officiers de tous les corps qui sont avec le peuple, parce qu’on est issu du peuple, on ne vient pas d’ailleurs. Tenez le vous en pour dit, c’est déjà ça, et je risque ma tête en vous communiquant ce qui a été dit depuis le début.
    Merci et peut-être à la prochaine.




    0
  • furar
    13 septembre 2009 at 15 h 37 min - Reply

    comment un larbi belkheir,à l’article de la mort peut dire reprendre les choses en main et assurer les arbitrages pour la pérennité du régime si les centres de décision n’étaient pas ailleurs….IL EST QUOI CE LARBI BELKHEIR NOM DE NOM!!!! voyons mon capitaine encore un effort pour nous eclairer et je suis tenté de vous écrire que vous n’avez que votre tête à risquer……el hak aalih nour mon capitaine.
    Notre résponsabilité ,la responsabilité de chaque algérien envers Dieu et l’histoire dans la tragédie que nous avons vécu et vivons encore est incommensurable.
    c’est l’histoire d’un algérien qui arrive chez azrail .au secrétariat il observe accroché au mur des pendules qui indiquent l ‘heure de tout les pays du monde. il a beau regarder il trouve pas celle de l’algerie.il remarque bien que les aiguilles de pendules comme celles d’Israël ou celle des usa tournent vite et même très vite mais de pendule algerienne nada!!! intrigué ,il pose la question a la secrétaire qui lui répond que la pendule en question se trouve dans le bureau de azrail qui l’utilise comme ventilateur……vous avez tout mon respect capitaine.




    0
  • omar;;oukaci
    15 septembre 2009 at 17 h 08 min - Reply

    C est vraiment etrange que tous ces scandales ne sont l oeuvre que d un seul journal.motus et bouche cousu de la part des autres organes de presse.Les partis politiques ou ce qu il en reste sont totalement out.Ce genre de fuites doit repondre ades imperatifs bien etudies .Car depuis l independance les scandales ne manquent pas .belkheir hamrouche ghozali et tous les autres des services tant de linterieur des finances des affaires etrangeres et de la securite chacun detient des informations relatives au pillage du pays.Ce n est un secret pour personne .les signes exterieurs de richesses indues sont exposes de maniere ostentatoire a travers les capitales etrngeres.les cotes algeriennes sont par ailleurs une evidence meme..mais les voies de ces seigneurs demeurent impenetrables tant que les raisons d etat l emportent sur les droits ala justice au developpement a la sante alaculture au bien etre de tous les algeriens




    0
  • Congrès du Changement Démocratique