Édition du
22 July 2017

MISES AU POINT CONCERNANT DES ARTICLES DE PRESSE.

Le Quotidien d’Algérie
par S.E.Sidhoum

Deux quotidiens de la presse privée (El Khabar et Liberté) ont rapporté à ma connaissance l’information concernant le refus de délivrance de mon passeport mais malheureusement, en déformant certains faits, suite peut-être à une lecture rapide de mon communiqué – pourtant clair – publié par plusieurs sites du Web. Je voudrais apporter les mises au point nécessaires pour lever toute ambigüité et éviter toute interprétation tendancieuse et surtout informer objectivement notre opinion publique. J’apporte enfin ces mises au point sur le web avec un certain retard pour la simple raison que nous sommes privés de connexion depuis une semaine à Alger suite à un conflit entre les trabendistes-providers dont des dizaines de milliers d’abonnés font injustement les frais. L’occasion qui m’est offerte aujourd’hui par des amis de me connecter chez eux me permet donc d’apporter ces mises au point.
1.Le quotidien arabophone El Khabar a rapporté l’information dans son numéro du dimanche 06 septembre 2009 en dernière page sous le titre : « Le militant des droits de l’homme Salah-Eddine Sidhoum privé de son passeport ». Il est écrit dans cet article que « l’officier Hamache Saïd m’aurait dit d’aller me plaindre où je veux » (!!??). Ce qui est archi-faux. Je ne me suis jamais rendu à un autre commissariat autre que celui de Cavaignac et je n’ai jamais rencontré cet officier nommé Hamache Saïd. Mon communiqué était clair :
« Je me suis présenté ce jour à 9h 30 au commissariat de Cavaignac. Après présentation de ma convocation à la dame du bureau des passeports qui m’avait reçu très poliment, cette dernière retira mon dossier et le remis à un certain « Karim » qui après l’avoir feuilleté me signifia que j’avais eu une « affaire » (pour reprendre ses termes) en 1995 (!!!!). Je lui ai répondu poliment que « l’affaire » remontait à 1997 et non à 95, que j’avais été acquitté en octobre 2003 après un procès politique mémorable et que j’ai eu droit à un passeport en juillet 2004. Très étonné (il ignorait qu’on m’avait délivré mon passeport à cette date), il se retourna vers sa collègue pour lui dire : « il a déjà un passeport ? ». Confus de son erreur et ne sachant quoi dire, il me demanda de me déplacer au commissariat du 8e arrondissement, (près de l’hôpital Mustapha) pour régler mon problème auprès de l’officier Hamache Saïd !!! Le modeste citoyen que je suis et malgré mon âge et le Ramadhan, était devenu une véritable balle de ping-pong, envoyé d’un service à un autre et d’un commissariat à un autre ! Après lui avoir signifié que j’étais en règle, détenteur d’un passeport normal délivré en 2004 et que je désire renouveler par la voie normale, il jeta le dossier sous son clavier d’ordinateur et me demanda de sortir immédiatement en me disant d’aller me plaindre où je veux. Quand je lui ai réclamé son identité, il me répondit avec méchanceté et arrogance : « je suis Mr WALOU, vas te plaindre où tu veux ».
J’ai bien précisé qu’il s’agit de l’agent Karim alias « Walou » qui m’avait dit d’aller au commissariat du 8e arrondissement à la « recherche » de l’officier Hamache Saïd pour régler mon problème. Et cela a été précisé également dans les lettres adressées au Président de la République et au directeur général de la sûreté nationale (lettres recommandées avec accusés de réception n° 208087 et 208088 du 03 septembre 2009 envoyées de la poste d’El Mouradia).
Une mise au point avait été envoyée par mes soins au quotidien El Khabar le jour-même à 14h 37 mn par fax à la rédaction du journal et au n° 021 48 44 43 021 48 44 43 (reçu d’envoi à l’appui). La rédaction n’a pas jugé utile de publier cette mise au point.

2.Le quotidien francophone Liberté a également publié un article le lundi 07 septembre 2009 en page 5 (Radar) sous le titre : « Passeport refusé pour Salah-Eddine Sidhoum ». Il est 
3.écrit : « Le concerné est ensuite orienté vers le commissariat du 8e arrondissement, près de la place du 1er mai. Et c’est là qu’il a trouvé la réponse. Un niet catégorique et sans explication ».
Là encore, il semble que le journaliste a lu en diagonale mon communiqué. J’avais refusé d’être une balle de ping-pong, envoyé d’un commissariat à un autre. La convocation que j’avais reçu (n° 2210818 du 19/08/09) me notifiait bien de me présenter à Cavaignac au bureau des passeports et c’est ce que j’ai fait. Je n’avais pas à aller à un autre commissariat sur injonction d’un agent (Karim alias Mr Walou) « à la recherche » de l’officier Hamache Saïd et sans convocation (celle qui m’avait été adressée avait été saisie par ce même « Mr Walou »). Donc c’est à Cavaignac que l’on me signifia le refus de délivrance du passeport et pas ailleurs. Je tiens à répéter ce que j’ai déjà exprimé dans ma lettre au Président de la République : « C’est à Cavaignac que le 04 juillet 2004 à 9h 45 fut signée sur ordre des services de la Présidence de la République ma fiche de police par l’officier responsable et envoyée immédiatement par motard à la daïra de Sidi M’Hamed et j’étais présent dans le bureau de l’officier. Et c’est à 12h 30 du même jour qu’un véhicule de l’administration est venu à mon domicile pour me prendre afin de récupérer mon document de voyage ». Pourquoi cinq années plus tard, une décision de la plus haute autorité (théorique) du pays est remise en cause ? Et par qui ?

Nos amis journalistes devraient être un peu plus rigoureux et attentifs dans la lecture des communiqués, pour éviter de déformer l’information et de désinformer l’opinion.
Cordialement.

Salah-Eddine SIDHOUM
Alger.
Alger le 10 septembre 2009


Nombre de lectures : 1155
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • « V »
    12 septembre 2009 at 13 h 31 min - Reply

    Concernant internet, cela fait plus d’une semaine que nous sommes sans….

    Vous savez M. Sidhoum, Le monsieur/madame Walou n’est vraiment pas une exception a la police algériennes.

    Je me suis renseigne auprès de EEPAD au sujet de cette affaire d’absence de connexion et du conflit avec AT et la suite qu’ils comptent donner aux abonnement de leurs clients ….
    Reponse: Ya Kho ma3labalna walou !!

    A mon autre question que puis-je faire pour récupérer mon argent ? j’ai paye 6 mois a l’avance ?
    Reponse: Walou ….il faut attendre.

    Apres tous les walou c le tour de l’agent de sécurité qui vient me consoler « matetkelekch ya khou, hadou ma3labalhoum walou » !!!

    A WalouLand, le grand walou est roi ….




    0
  • Seddiki -Kaci
    13 septembre 2009 at 18 h 05 min - Reply

    Mr Sidhoum cite deux journeaux spécialisés dans la désinformation.Il faut y ajouter TSA, qui lui, met au conditionnel, en écrivant « refuseraient » pour dire normalement la chose : ce sont les services de police qui décident dans l’Algérie « républicaine et démocratique » qui doit avoir un passeport!
    Si cela doit consoler un peu le défenseur des droits de l’Homme, qu’il sache que ces derniers jours, même les ministres « msp » n’échappent pas au linchage (Mr Ghoul,notamment). Certains reconnaissent la signature d’un sinistre Megdem …




    0
  • jnsplu
    13 septembre 2009 at 19 h 02 min - Reply

    « Nos amis journalistes devraient être un peu plus rigoureux et attentifs dans la lecture des communiqués, pour éviter de déformer l’information et de désinformer l’opinion. »

    « A WalouLand, le grand walou est roi … »

    Rien ne va plus nulle part et dans n’importe quelle profession. Se cramponner aux valeurs morales et spirituelles c’est faire comme Don Quichotte et combattre de moulins à vent. Le mal est très profond et touche l’ensemble de la population. Un peuple trompé, qui n’a plus confiance en rien, vit sans repères est sans espoir, ne peut inciter les individus qui le composent à donner le meilleur d’eux memes, à etre des humains.

    Tout est faux, pour paraphraser Baaziz, rien n’apparait sous son vrai visage et une schizophrénie du comportement se généralise qui fait que les gens lorsqu’il y a interet matériel deviennent gentils voire obséquieux et lorsque ils il n y a pas interet matériel ou pire s’ils doivent débourser meme des creances exigibles deviennent distants et meme parfois méchants.

    Aucun ne fait correctement son travail et s’il peut ne pas le faire il ne le fera pas du tout. Mais au moment de réclamer salaire, il le reclame, pleurniche, devient agaçant, misérable ou agressif alors qu’il sait que le salaire ne lui est pas du.

    Et cette maladie, atteint aussi bien un manuel maçon, plombier qu’un pseudo intellectuel.




    0
  • suffyen
    21 septembre 2009 at 22 h 12 min - Reply

    Pourquoi? pourquoi ce laisser aller? pourquoi ce je-m’en-foutisme qui sévit partout? pourquoi cette TALGA où qu’on aille? je peux comprendre que EDDENIA MAA EL WAQAF, on peut y faire avec; mais ce qui se passe chez nous est ahurissant . je ne vous cache pas que j’ai le pressentiment qu’Allah risque de nous punir; car tous les ingrédients du mérite de la punition sont réunis. le cas de Mr SIDHOUM est très explicite (y en a même pire dans ce style sadique), je me dis peut être que ce Mr WALOU est tellement en colère de ce qu’il voit et entend chaque jour sans pouvoir faire quoique ce soit (on connait pas son fond) qu’il déclare haut et fort qu’il est WALOU. Et le fait de répliquer: « vas te plaindre où tu veux ». exprime quelque part l’état psychique effondré de cet Algérien, qui n’en a plus rien à foutre TAKHTI RASSOU BARK.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique