Édition du
25 March 2017

Mokrane Aït Larbi. Avocat : « On ne peut pas parler de liberté dans un pays en état d’urgence »

Aït Larbi MokraneEl Watan, 12 octobre 2009

En l’espace d’une semaine, ce ne sont pas moins de trois rassemblements qui ont été empêchés par les forces de l’ordre dans la ville d’Alger. L’état d’urgence fait peser sur les libertés individuelles une véritable chape de plomb, muselant toute velléité d’opposition. Maître Mokrane Aït Larbi estime que la levée de l’état d’urgence devient impérative.

Vendredi, un rassemblement populaire, pourtant pacifique, a encore été empêché par les forces de l’ordre dans les rues d’Alger. De même, la Ligue algérienne pour la défense des droits de l’homme (LADDH) n’a pas été autorisée à organiser une rencontre nationale sur la peine de mort. En tant qu’homme de droit, comment considérez-vous ces interdictions ? Trouvent-elles une justification ?

Dans un Etat de droit, tout ce qui n’est pas interdit par la loi est permis. Dans un Etat totalitaire, tout ce qui n’est pas autorisé par le pouvoir est interdit. Dans une démocratie, les manifestations publiques de la rue sont soumises à une simple déclaration et dans les salles on est libre de se réunir. Quant aux rassemblements empêchés par la police, je pense que les forces de l’ordre sont là pour obéir aux instructions du gouvernement. C’est ce dernier qui est responsable de toutes les atteintes aux droits de l’homme et aux libertés publiques individuelles et collectives. L’action des militants des droits de l’homme doit se diriger contre la politique du gouvernement en matière des libertés et non contre la police. Il faut rappeler que cette institution exécute un décret du chef du gouvernement, M. Ali Benflis.

Les Algériens se voient, depuis 2001, confisqués du droit de manifestation, de rassemblement ou d’attroupement, à Alger et dans les grandes villes du pays. Cette interdiction, qui va parfois jusqu’à la répression, n’est-elle pas contraire aux droits de l’homme ?

La question ne se pose même pas. Les manifestations publiques pacifiques sont garanties par les instruments internationaux relatifs aux droits de l’homme ratifiés par l’Algérie, et toute restriction est une atteinte à ces droits. La liberté de réunion, de manifestation et de marches pacifiques est confisquée dans toutes les villes d’Algérie depuis l’indépendance. Je ne vois donc pas pourquoi mettre l’accent sur un décret de 2001. Il faut rappeler que les manifestations pacifiques ont été réprimées dans le sang avant 2001. Et il faut peut-être rappeler également les morts d’octobre 1988, notamment à Alger et du Printemps noir 2001 en Kabylie.

L’instauration de l’état d’urgence, dans une situation sécuritaire que les officiels assurent être pacifiée, trouve-t-elle encore une justification ? Quelles sont, selon vous, les motivations de son maintien qui étouffent les libertés ?

Pour connaître les motivations du maintien de l’état d’urgence, il faut poser la question au ministre de l’Intérieur. Pour ma part, rien ne peut justifier l’état d’urgence pendant 17 ans. Le recours à l’état d’urgence est prévu par la Constitution pour faire face à des situations très graves. Ce procédé permet la restriction des libertés publiques pour une période limitée dans le temps et dans l’espace. Nous constatons que l’exception est devenue une forme de gouvernance. Pour rappel, je vous renvoie à une déclaration du chef d’état-major, Mohamed Lamari, que je cite de mémoire : la levée de l’état d’urgence pourrait entraver l’action de l’ANP contre le terrorisme.On ne peut pas parler des libertés individuelles au sens juridique et des espaces d’expression citoyenne au sens politique dans un pays qui vit dans l’état d’urgence depuis 17 ans. Je pense qu’il faut aller droit au but, c’est-à-dire militer pour la levée de l’état d’urgence, le respect de la Constitution, des droits de l’homme et des libertés individuelles et collectives, mais cela doit passer impérativement par le démantèlement pacifique du système mis en place depuis 1962.

Par G. L.


Nombre de lectures : 4245
19 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • papousse
    13 octobre 2009 at 9 h 04 min - Reply

    Cher ami militant Maitre Amokrane Ait Larbi,

    Je ne sais pas si vous lisez LQA, mais je prends une chance pour vous saluer chaleureusement par le biais du journal, vu que je n’ai plus vos coordonnées, ni ceux de votre frère journaliste engagé, Arezki Ait Larbi.
    Cela remonte à plus de 18 ans que je ne vous ai pas vu, exactement depuis les dernières élections législatives libres du pays en 1991. Je me rappelle comme aujourd’hui la liesse qui nous animait pendant la campagne électorale avant le premier tour du scrutin. Un scrutin qu’on croyait tous aveuglement loyal et honnête. Vous étiez à l’époque le candidat du RCD pour Alger-centre et je me rappelle aussi qu’Aziz Derouaz, ancien entraineur de l’équipe nationale de hand-ball, était candidat du FFS dans la même circonscription. Quel bonheur ! On avait vécu la joie en sillonnant toutes les wilayas de l’Algérie pour prêcher la bonne parole de la nouvelle démocratie à nos compatriotes avec brio et probité, malgré que je ne fusse pas un militant du RCD, mais simplement un sympathisant de votre propre personne, le véritable militant des droits de l’homme.
    Je me rappelle aussi les anecdotes politiques et militantes que vous ayez eu dans différentes prisons du pays avec les militants du FIS. Une solidarité hors du commun entre de véritables algériens, lorsque les autorités pénitencières vous mettaient aux cachots pour x raisons, les militants du FIS faisaient la grève de la faim, et lorsque que c’était eux qui étaient dans une situation similaire, vous leurs rendiez la monnaie en faisant aussi une grève de la faim. Quelle solidarité ! Tous le monde était pour le même combat. Personne dans le commun des citoyens lambdas du pays ne pouvait savoir que Ali Belhadj était un ami intime de cachot avec Arezki ton frère, le laïque. Ils se partageaient tout, même une datte à l’époque. Qui aurait dit que les choses allaient tourner comme on l’avait vécu. Cette machination du pouvoir à dresser les uns contre les autres. D’ailleurs, j’ai toujours soupçonné Saïd Saâdi et Khalida Messaoudi de connivence avec le pouvoir. Ton dernier « lika essahaffa » avec Mourad Chebine était la goutte qui avait fait débordé le vase parce que tu n’avais pas ménagé le pouvoir dans cette émission télévisée au souhait du président du RCD, et ce qui avait motivé réellement ton départ définitif de ce parti, et en plus je me rappelle, cette émission passait tout de suite après le discours de Chadli pour l’ouverture de l’année judiciaire. Pour te donner un indice qui je suis, parce que je veux garder l’anonymat pour des raisons que tu connais, c’est moi qui avait enregistré sur cassette vidéo cette émission et d’ailleurs on l’avait regardé ensemble pour commenter ta performance, toute de suite après le direct, chez notre ami en commun, un autre avocat opulent sur les hauteurs d’Alger. Je me rappelle aussi que je t’avais averti que mon employeur de l’époque, alors que j’étais personnellement présent à la réunion, avait reçu la visite incognito du chef du gouvernement de l’époque et deux de ses ministres, en l’occurrence, Sid Ahmed Ghozali, Abou Bakr Belkaid (allah yerahmou) et Ali Bounouar, pour nous annoncer en catimini, une semaine avant le premier tour du scrutin qu’il n’y aurait pas de second tour. Une préméditation bizarre et louche que tu voulais difficilement y croire. Mais moi j’ai cru et je savais que les dès étaient pipés d’avance. C’est pour cela que tu ne m’as plus revu, ni ton frère d’ailleurs, puisque j’avais pris l’avion 24 heures avant le scrutin pour l’étranger et depuis ce temps je n’avais plus remis les pieds au pays.
    Je m’informe du mieux que je peux sur la situation du pays grâce à LQA et par d’autres moyens, et je te félicite ainsi que ton frère pour l’abnégation que vous maintenez dans votre combat démocratique. Je voudrais juste te dire que si tu étais le président du RCD, Da l’Hocine du FFS aurait fait la paix et fusionner pour créer un grand parti social-démocrate en Algérie.
    À mon avis, il est grand temps de dénoncer le psychiatre honorable correspondant, parce qu’il fait beaucoup plus de mal que de bien à la nation.
    Un de ces jours si je viendrai inchallah au bled, je te rendrai visite à ton cabinet à Tizi-Ouzou.

    Bonne chance mon ami et maintiens toujours ta garde républicaine.
    À bientôt inchallah.




    0
  • BRAHIM
    16 octobre 2009 at 15 h 28 min - Reply

    Monsieur Mokrane Aït Larbi, quel plaisir de vous lire ou de vous entendre même par intermitence !




    0
  • thirga
    16 octobre 2009 at 18 h 23 min - Reply

    @Papousse/
    Que de reconnaissance et d’amitiés à la famille Ait Larbi! J’avoue que Mokrane s’assume comme vous le relatez si bien en prison avec la dictature du parti unique et dans l’Algerie du 21 eme siècle avec la démocratie du président unique.
    Je dis bien Mokrane est là, face à l’adversité. Il n’a pas pris d’avion 24 heures avant le début de l’enfer. Quand je le vois, c’est un plaisir. Je ne le connais pas. Son prestige est à la hauteur de son honneteté, de sa sincérité. Il s’est séparé du RCD et de son ami Said Sadi discretement, sans tapage. Entre Irgazen. Le RCD continue son combat avec Sadi d’hier et d’aujourd’hui, réajustant sa lutte en fonction de l’interet de l’Algerie. Si vous quittez l’espace internet, vous verrez qu’en Algerie, seuls le RCD et Said Sadi entretiennent l’espoir d’un lendemain meilleur, d’un prochain lever du jour, d’une alternance à la nuit plombée décrétée un certain 12 novembre par 5OO zombies et entérinée le 9 avril 2009.
    Vive l’Algerie démocratique et sociale.




    0
  • papousse
    17 octobre 2009 at 10 h 36 min - Reply

    @ thirga
    Pour moi le véritable RCD à l’image des Ait-Larbi, c’est en définitif l’essence du véritable FFS à l’étranger…les Ait-Larbi et adeptes le savaient au fond d’eux même et ils le savent toujours, originellement parlant, que cette essence pourrait donner le souffle un jour prochain à une éclosion grandissante d’un grand parti politique social démocrate algérien qui fera la décantation naturelle entre les véritables adeptes, militants et sympathisants de cette essence politique crédible au yeux de la majorité des algériens et algériennes, en face des autres adeptes muti-tendances d’une fausse droite politique conservative, tronquée, manipulée, infiltrée, retrogade, médiocre et prosélytée au détriment d’un immense sacrifice du peuple algérien frisant la limite fatale d’un génocide mutidimentionnelle. En plus d’un carnage de sang au sens gratuit du terme, certains dégats seront irrémédiables et moralement incommensurables. La thérapie de choc, si un jour le déclic se réaliserait dans cette dynamique algérienne, latente, impuissante et en ébullition, cette dernière serait un défi capital national et d’une constance certainement de longue durée. Il se trouve que quelques véritables adeptes sympathisant et non altérés dans cette essence sociale démocrate, l’ont compris, et que les derniers adeptent de cette mouvance sociale démocrate ont quittés l’Algérie, comme moi, 24 heures avant le premier tour du scrutin de Déc 91, après que des millions d’algériens les suivent pendant les dix ans passés et que ce mouvement dure jusqu’à une tragédie nationale qui a pour nom, le mouvement Harraga. Le plus pire affront de ces 500 zombies oligarques , c’est malgré leurs âges très avancés et leurs problèmes de prostate, ils continuent à narguer au meurtre et à la déliquescence toute une jeunesse algérienne de plus en plus non concernée par certains pans douteux, sombres et tumultueux de l’histoire non encore écrite de leurs propres pays.




    0
  • Lounes
    17 octobre 2009 at 11 h 16 min - Reply

    @papousse

    Je rejoins votre témoignage .

    Quand Mokrane Ait Larbi commençait à faire de l’ombre à Sadi ,surtout dans les mieux arabophones , ce dernier a tout fait afin de l’écarter et ceci beaucoup plus par jalousie personnelle que pour autre chose.
    Sinon ,que pouvait on vraiment reprocher à cet avocat dans la probité n’est plus à démontrer.




    0
  • kams de montreal
    17 octobre 2009 at 16 h 06 min - Reply

    Mokrane ait larbi était toujours pour moi un grand symbole de la lutte pour la démocratie et il restera toujours dans ma mémoire ainsi.
    à l’époque de la petite ouverture démocratique, malgré mon appartenance au FFS, mais ait larbi je suivais ses interventions avec beaucoup d’attention et d’admiration, le meilleur souvenir qui est resté gravé dans mémoire et celui de la marche de 2 janvier 1992 du FFS à Alger, alors qu’on est arrivé aux alentours de son appartement ou son bureau je ne sais pas trop il était sur le balcon et j’étais l’un des premier à lui faire signe de la main de descendre nous rejoindre , chose qu’il a fait. Dès son arrivé parmi nous, nous l’avions apporté comme un vainqueur sur nos épaules et il a continué à marcher avec nous, et j’avais compris que ses idées dépasse les divergences qu’ils y’avaient eu entre les deux formations.
    Je souhaite un jour le revoir intervenir dans toutes les questions qui concerne la démocratie et les droits de l’homme.




    0
  • Abdelouhab Boukezouha
    17 octobre 2009 at 21 h 51 min - Reply

    Bonjour je crois que MOKRANE AIT LARBI aurait mieux fair de rester sur son balcon spectateur au lieu de se melanger a cette foule qui a servie de pretexte a l’interruption des elections gagnées par le FIS je ne connais pas MOKRANE AIT LARBI MAIS JE SAIS QU’IL ETAIS AU rcd pourquoi vous ne dites pas qu’il a éte nommé SENATEUR par le genérale liamine zerouale .




    0
  • Lounes126
    17 octobre 2009 at 23 h 22 min - Reply

    @Abdelouhab Boukezouha

    La marche du FFS en janvier 1992 est avant tout un appel pour l’ensemble des Algériens afin de créer une alternative au régime militaire et à l’intégrisme islamiste.
    Pour les  » interruption des élections gagnées par le FIS » ceci est un autre débat , la position du FFS était claire la dessus .
    Avec le recul on se rend compte que Ait Ahmed avait effectivement raison car depuis quand 03 millions d’électeurs pouvaient être majoritaires sur un taux de participation de 59% ????.(Le système à la proportionnelle aurait été plus juste)
    En réalité , le pouvoir Algérien ne voulait d’aucune alternative et le FIS a été son bouc émissaire ,ce dernier en jouant le jeu du pouvoir sur le terrain de la violence a aussi une responsabilité historique.
    Mokrane Ait Larbi a été effectivement sénateur du tiers présidentiel de Zeroual mais cela n’enlève en rien à son honnêteté.
    http://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89lections_l%C3%A9gislatives_alg%C3%A9riennes,_1991

    http://www.dailymotion.com/relevance/search/ait+ahmed+fis/video/x1nrn4_jt-130192-coup-detat-des-generaux_news




    0
  • papousse
    17 octobre 2009 at 23 h 35 min - Reply

    @ Abdelouhab Boukezouha

    Oui il a été nommé sénateur, mais c’était le seul sénateur de l’histoire algérienne à avoir déclarer ses biens officiellement. Chose que personne d’autre n’avait le courage de faire ni dans le sénat ou ailleurs.




    0
  • baroudi
    18 octobre 2009 at 11 h 54 min - Reply

    @papousse:Naturellement Qui s’ assemble se ressemble.si c etait une erreur, il faut avoir le courage de l’ avouer pour gagner en credibilité , c est la moindre des choses ,surtout si on a cautionné dans un passé recent ,ce pouvoir assassin(en acceptant de sieger dans une institution fantoche).




    0
  • 6lounes
    18 octobre 2009 at 14 h 03 min - Reply

    @Abdelouhab Boukezouha

    Vous dites « dans tous les pays du monde démocratique la majorité est toujours relative »je suis d’accord avec vous .
    Seulement le projet du FIS n’avait rien avoir avec une démocratie relative et ne respectait aucune minorité relative .(les déclarations de MOGHNI SUR LA VIDÉO FAISANT FOIE).
    Il voulait jouer à la démocratie une seule fois , et puis plus rien….
    Les dessins du FIS était clair .Même Hitler était arrivé au pouvoir en Allemagne par la démocratie.
    Pour « la violence de 1963 » je vous propose cette vidéo et vous verrez que le combat du FFS n’a rien avoir avec la violence du FIS
    http://www.dailymotion.com/relevance/search/ait+ahmed+1963/video/x7ymaj_le-colonel-mouhand-oulhadj-chef-de_webcam
    Si la révolte du FFS avait réussie , on serait jamais là .




    0
  • MTM
    18 octobre 2009 at 14 h 08 min - Reply

    On ne peut, non plus, parler de gens « démocrates  » s’ils sont entretenus financièrement par une oligarchie qui vient d’être responsable d’une guerre fratricide et de massacres à grande échelle. Ils font rire ses sénateurs du tiers présidentiel, « sages et mignons comme tout », à la morale « encore vierge ».

    Je ne connais pas monsieur Aït Mokran, mais s’il a accepté d’être dans le système et a fortiori, au temps de Zeroual où la dictature militaire brillait de tout son éclat et le sang coulait à flot. Le type n’a rien de démocrate; un piège dans lequel sont tombés de célèbres moudjahiddines.

    S’il y a des pères spirituels aux terroristes, les gens qui se sont acoquinés avec la dictature algérienne et qui semblent un tant soit peu « de haute conscience politique » sont les pères spirituels des décideurs sanguinaires et à leurs parrains.

    Et puis comment peut-on parler de démocrate de quelqu’un qui a fait partie du quota du président (tiers présidentiel) qui fut créé essentiellement pour contrecarrer et faire barrage à toute volonté populaire.

    Dispenser de belles paroles et militer pour de grands principes sont deux choses différentes. Se soumettre au plus fort et faire le contraire de ses propres principes est de l’hypocrisie.

    Je dis tout cela sous réserve que le monsieur ait fait son mea culpa. Sinon il ne diffère guère des autres sénateurs. Mangez et taisez-vous ô élus du président; ceux qui meurent dans la misère et dans el-hogra vous saluent.

    Je m’excuse pour ses admirateurs, mais s’il y a une autre logique qui tient la route, je suis à l’écoute.




    0
  • Abdelouhab Boukezouha
    18 octobre 2009 at 14 h 30 min - Reply

    LOUNES 126 ,vous avez une façon curieuse d’etre democrate ,dans tous les pays du monde démocratique, la majorité esr toujours relative, on compte les suffrages exprimées ,et le vote n,est pas obligatoire ,celui qui veut voter vote et celui qui ne veut pas ne vote pas .c est ça la démocratie ,on ne compte pas les abstentions et les bulletins nuls ,vous avez peut-etre raison sur la proportionnelle alors, le ffs aurait du faire une manifestation avant les elections de decembre1991 pour demander la proportionnelle ou boycoter les élections comme il l’a toujours fait. la manifestation du2 janvier est un coup de force du ffs ,le pouvoir a compris qu’il voulait le coup d’etat ,qui a eu lieu le 11 janvier. la violence est une autre histoire elle a été manipulé par tous le monde ,jamais vous ne parler de la violence du ffs en 1963 . . . l’honnéteté n’a rien a avoir dans cette histoire petain et laval ont été honnéte dans la collaboration, des harkis ont été honnéte c’est une question de credibilité démocratiquepas d’honnéteté qui est une valeur personnelle pas politique , nous sommes sur un terrain politique . . . papousse c’est héroique pour vous d’avoir déclaré ses biens surtout quand on a pas grand chose .ait larbi a accepté d’etre le senateur d’un général (tiers présidentiel) dans un pays sous etat d’urgence et en pleine guerre du pouvoir contre le peuple algerien ,ce qui me choque c’est qu’un democrate accepted’etre nommé a une fonction representative au lieu de passer par l’election populaire . . . et pour finir ,un GRAND BRAVO pour le résultatquede la marche du 2 janvier plus de 250000 MORTS DES MILLIERS DE DISPARUS ET D’EXILES .




    0
  • Abdelouhab Boukezouha
    18 octobre 2009 at 23 h 39 min - Reply

    SALAM REPONSE A LOUNES. Qu’est ce qui vous géne les59% de participation les 3millions d’électeurs (presque 50% DES VOIX 188 siéges a l’assemblée au premier tour ) ou le projet du FIS LE PEUPLE L’A CHOISIE et c’est ça la democratie .vous avez bien appris les leçons de bernard henri levy et andré gluksman vous etes un bon éléve ,hitler etait socialiste, il n’est pas islamiste ;hitler il a son histoire sa culture sa civilisation sa mémoire ce n’est pas le notre ;NOUS nous SOMMES MUSULMANS l ‘islam n’a pas produit le nazisme; il est le fils du socialisme ; j’entends aussi le mot fascisme vert que votre amie khalida messaoudi qui est au gouvernement repéte tout le temps ,elle a été aussi conditionné par bernard henri levy et gluksman ,vous répétez toujours la meme chose vous dites que vous etes démocrates et vous acceptez des postes de ministres ,senateurs sous une dictature militaire ,vous ne voulez pas changer le régime vous voulez profiter de ses avantages NOUS nous voulons changer le systeme , c’est pour cela que le peuple a voté pour le projet du FIS ;meme aujourd’hui apres la violence il votera pour le FIS vous n’acceptez jamais la vérité. mokrane ait larbi a accepté d’etre sénateur de zeroual au moment ou la torture les déportations les executions extrajudiciaire les massacres etaient quotidiens ,votre ami a dit lui meme (qu’on ne peut etre libre dans un pays sous etat d’urgence ) mais quand il etait en poste il ne disait pas ça l’état d’urgence existait pourtant mais il a accepté d’etre senateur quand meme on l’a peut etre obligé . . . j’ai vu il y a longtemps la vidéo de hocine ait ahmed et mohand ou l’hadj en tenue militaire mohand ou l’hadj a rejoint le pouvoir avec l’agression du maroc ,hocine ait ahmed etait député FLN il avait accepté le parti unique ;l’histoire il faut la dire entierement pas que des séquences . . .




    0
  • nightingale
    30 octobre 2009 at 23 h 28 min - Reply

    Abdelouhab Boukezouha

    tu perd ton temps avec eux mon frere. ils sont rempli de leur subjectivite, malhonnete et d’arrogance. dieu nous a decrit cette psychologie en une seule phrase -dans el-quran:
    (..) in fi sudoorihum illa kibrun mahum bibalighih.
    traduction: dans leur poitrine rien d’autre que l’arrogance, qu’il ne sera jamais atteinte [ou asouvie]
    surat ghaafer ayat 57




    0
  • aljazairi
    1 novembre 2009 at 18 h 45 min - Reply

    La démocratie ne se vend pas à la carte, aux Galeries Lafayette, elle ne peut être que le résultat de l’évolution d’une société, quelle qu’elle soit, qui prend conscience de la nécessité pour ses membres de choisir par un mode électoral, c’est selon Winston Churchill, et l’histoire nous le confirme, le système « le moins mauvais », pour mettre en situation de diriger un pays, des hommes et des femmes dignes de « servir leur pays », et non de « se servir ».

    L’expérience des autres, est excellente pour l’exemple, mais comme pour les conseils que l’on donne à ses enfants, rien ne remplace sa propre expérience, et les situations que chacun a décrites ici même le prouvent amplement, car les hommes étant par essence plus proches de leurs propres intérêts que de ceux des autres, fussent-ils de leur famille biologique, spirituelle ou politique.

    N’échappent à ces appartenances de temps à autres que les grands noms qui ont la chance de marquer l’histoire, et que je nommerai Mouhamad, aswaws, et les grands Envoyés avant lui, sinon en dehors de quelques Compagnons fidèles, en cherchant dans le monde contemporain, on nommerait un Gandhi, Jamal eddine Al Afghani, De Gaulle justement, malgré ce qu’il a commis en Algérie, Nasser, Khomeyni, malgré la haine que le monde « wahabisé » et l’Occident lui vouent tout naturellement, JFK, et que chacun continue sa liste dans laquelle je n’arrive pas tellement à situer ceux qui nous ont ou nous gouvernent, et donc, je dirai que même ceux qui sortiraient d el’urne, risqueraient de n’avoir point notre amour fussent-ils élus démocratiquement et moins bien que Super Ben Ali, le champion tunisien de la « démocratie » électorale !




    0
  • nazef mohand
    15 février 2011 at 18 h 44 min - Reply

    Azul felawen,bonjour a tous, Salam aleykoum,
    Je suis triste de voir ce paradis dan l’impasse,
    rien ne vas tout sans vas même l’avenir en perd sa trace.

    Réflexion
    Quand la souffrance atteint l’âme,
    Le sang dans le cœur devient tel des lames.

    Que l’espoir soit un bonheur rempli d’amour que le futur épouse,
    Voici un récit que le présent m’impose.

    L’Afrique et le fric !
    Réflexion L’ignorance cultive-t-elle la Raison ?
    L’ignorance ombra la voix du seigneur ne voit que le noir de sa lumière,
    Derrière un silence qui hurle, se proclame Omphale d’un genre d’émissaire,
    Elle Andes le temps comme une raison et ose prier sur le chemin de la misère,
    L’épée du roi, que dieu a choisi, est rouillée et ses valeurs sont le sang noir du désert.
    L’Afrique jolie princesse violée dans jeunesse, à qui on a volé l’espoir d’une promesse,
    Aujourd’hui, on la marie de force pour garder la main sur le carrosse de ses richesses ;
    Elle qui est le berceau de l’humanité, les valeurs de l’identité et le plus beau jardin des déesses.
    Mokrane Ait Lounes




    0
  • Nazef Mohand Amokrane
    20 avril 2011 at 19 h 37 min - Reply

    Azul felawen, bonjour a tous, Salam aleykoum

    Veuillez excuser d’avoir tout mélangé mais, il y a rien d’hasard je suis comme ce monde je sui perturbé,

    Avoir tout se qui se passe à croire que ce nom humain est absent

    Voici un petit poème je souhaite qu’il portera la paix dan le monde,

    Poème « Si le bonheur pouvait être un poème »

    Si le bonheur pouvait être un poème à tout le monde je le réciterais,
    Je parcourrais le monde entier de ville en ville jusqu’à la fin de ma vie,
    Je prierais Dieu de m’accorder que dans tous les cœurs il puisse siéger,
    Il bourgeonnera d’amour et de joie comme une source d’eau fraiche de l’été,
    Il purifiera les âmes et chassera cette haine qui a fait des frères des ennemis
    Il ravivera les valeurs qui sont absentes de cette société nommée Humanité.

    La vie de ceux qui luttent est tellement précieuse,
    Mais ceux qui baissent les bras ne le sauront jamais.

    Mokrane Ait Lounes




    0
  • mokrane ait lounes
    31 décembre 2012 at 19 h 08 min - Reply

    Azul Felawen, voici un petit poème en vous souhaitent une bonne Année de Santé Bonheur et paix
    BONNE ANNEE 2013
    Mokrane Ait Lounes

    Aimer et être aimé est le plus beau cadeau que la vie nous a donné.

    Aimer est un mot, dont j’aimerais sentir ne serait-ce, qu’un instant le parfum de son odeur,
    Avec les larmes de joie je le serrerais contre moi, il jaillira telle une source dans mon cœur,

    Depuis que l’amour m’a quitté, l’âme a déserté mon corps, elle ne fait que subir l’horreur de sa torture.
    Dieu qu’ai-je fait, moi qui lui ai donné mon cœur comme un Agneau au sacrifice,

    J’ai fait d’elle mon jardin, je l’ai choyé, pour qu’elle vive bien à sa guise,
    Je ne pensais point, que j’étais à ses yeux que le profit d’une matière grise.

    Mon cœur lui pardonne, car l’amour est un jardin cultivé par la divinité,
    Quelque soit la souffrance, on doit continuer à vivre avec respect et dignité,
    Porter le message qu’aimer et être aimé est la plus grande valeur que la vie nous a donné.

    Ait Lounes Mokrane




    0
  • Congrès du Changement Démocratique