Édition du
26 March 2017

Projet pour sauver la nation algérienne

Benbitour 2
Ahmed Benbitour.

El Watan 29 octobre 2009

En ce 1er novembre 2009, nous commémorons le 55e anniversaire du déclenchement, par nos aînés, de la guerre de Libération nationale qui mit fin au cauchemar colonial vécu depuis 1830. Nous pensons aujourd’hui à la somme colossale d’engagements et de sacrifices individuels, d’actes de foi et de courage qu’il fallut à notre peuple pour reprendre en main sa destinée confisquée.

Née dans l’esprit d’une poignée de patriotes résolus à sortir notre Nation de l’impasse coloniale, la résurrection de l’Algérie en tant que nation souveraine est devenue ce jour-là l’objectif partagé qui parvint à mobiliser et à souder victorieusement notre peuple. Le devoir de mémoire et de fidélité nous invite également à évaluer aujourd’hui le degré d’accomplissement du projet de Novembre. Il faut relire la Proclamation du 1er Novembre pour réaliser que les rêves et ambitions de ses initiateurs ne se bornaient pas à notre retour dans le concert des nations. Au-delà du recouvrement de notre souveraineté, ce texte fondateur de l’Algérie moderne fixait clairement comme objectif la construction d’un Etat national dédié à la protection des citoyens algériens.

Or, plus d’un demi-siècle après le déclenchement de la guerre de Libération nationale, bien loin de la protection des citoyens algériens, nous avons enduré la perte de dizaines de milliers de victimes innocentes durant plus d’une décennie d’actes de violences, le départ de milliers de nos talents et compétences contraints à l’exil et une longue période de paupérisation et de régression économique, culturelle et morale. Ce n’est évidemment pas la situation à laquelle aspiraient ceux qui ont donné leur vie pour que nous soyons libres aujourd’hui, ni celle dans laquelle chacun de nous, jeunes ou vieux, femmes ou hommes, pauvres ou aisés, veut vivre. Ce n’est pas davantage une situation acceptable pour un pays qui vient d’engranger quelques centaines de milliards de dollars de recettes pétrolières et gazières au cours des dix dernières années et qui dispose d’une richesse encore plus considérable en ressources humaines sur notre territoire comme à l’étranger.

Nous sommes plus que jamais interpellés par les sujets de préoccupation, d’angoisse et de colère profondément partagés par les citoyens, à savoir, l’absence de gouvernance, la dégradation accélérée des conditions de vie des Algériens, l’arrogance et l’autisme du pouvoir à l’égard des revendications de la société. De même que la fermeture du champ politique en se berçant de l’illusion de contrôler l’ampleur du rejet du système par la société. En ce 1er novembre 2009, nous ne pouvons que dresser un constat similaire à celui des initiateurs de Novembre 1954 dans leur proclamation : « Aujourd’hui… nous, relégués à l’arrière, nous subissons le sort de ceux qui sont dépassés. … notre mouvement national, terrassé par des années d’immobilisme et de routine, mal orienté, privé du soutien indispensable de l’opinion publique, dépassé par les événements, se désagrège progressivement… L’heure est grave. » Aujourd’hui également, l’heure est grave, car la Nation algérienne se trouve à nouveau dans une impasse dangereuse pour son existence. Il est donc plus que jamais impératif d’opérer un changement profond en vue d’épargner au peuple algérien des souffrances inhérentes à l’inertie de ce régime perçu comme un agent prédateur et responsable de toute la misère qui touche la majorité de la population algérienne. Faute de quoi la perpétuation de la situation actuelle due à la mauvaise gouvernance ne fera qu’accélérer la marche inéluctable vers une double violence sociale et terroriste.

En septembre 2000, nous avons enregistré la première grande tentative de légiférer par Ordonnance dans la précipitation. J’avais alors réagi à cette dérive en démissionnant du Gouvernement parce que la haute idée que je me faisais des responsabilités que j’assumais alors me permettait d’entrevoir toutes les conséquences négatives pour l’Etat du recours inconsidéré à ce type de gouvernance. Quelque dix années après, chaque Algérien est en mesure de constater que cet instrument de gouvernance a été utilisé dans des circonstances aussi dérisoires que l’importation de la pomme de terre ou aussi graves que le changement de la Constitution. Avec le temps, la défaillance de l’Etat est devenue évidente et sa paralysie unanimement constatée. Je fais ce rappel pour affirmer ma conviction que le déclin n’est pas irrémédiable et qu’il existe des scénarii qui pourraient ramener l’espoir pour la refondation de l’Etat autour de valeurs et d’idéaux conformes aux aspirations légitimes du peuple algérien. C’est donc par la réalisation d’un projet qui rassemblerait la Nation dans son ensemble et réunirait toutes les compétences existantes que l’on pourrait opérer, en toute lucidité, le changement profond et pacifique qu’attend, depuis si longtemps, le peuple algérien. Le changement envisagé mettra évidemment un terme à la centralisation du pouvoir de décision, aujourd’hui, entre les mains d’un nombre réduit d’individus, au lieu et place des institutions pérennes qui serviraient la Nation.

Il éliminera le culte de l’Homme providentiel, il luttera contre la corruption, il réduira la présence d’une inertie, source d’ignorance et de régression, et stigmate ultime d’une Algérie définitivement reléguée en marge du progrès et de la démocratie. Ce qui s’impose en premier lieu est l’établissement d’un processus de réformes capables de favoriser le changement, à commencer par la refondation de l’Etat de droit et l’organisation d’élections ouvertes et libres, dans le strict respect des droits de l’Homme et d’une véritable participation des citoyens dans le choix de ceux qui seront chargés de diriger, en leur nom, les destinées de l’Algérie future. Ce scénario n’est pas si utopique qu’il paraît en ces circonstances très contraignantes. Il s’agit de trouver les nouveaux instruments permettant de favoriser les initiatives pour le changement, à savoir la libération de toutes les énergies existantes, y compris la jeunesse, les femmes et toutes les forces vives de la Nation. Qu’il soit cependant bien compris que le changement n’est nourri d’aucun a priori de vengeance contre personne. Il veut installer un nouveau système de transparence dans la gestion des affaires publiques. Le système sera mis en place graduellement avec le souci maximum de pédagogie pour permettre à tous de s’y adapter progressivement et à s’y conformer au-delà d’une période de grâce suffisante.

Ce n’est qu’après la période de grâce, clairement affichée, que des institutions performantes et non des individus, quel que soit leur niveau dans la hiérarchie de la nouvelle gouvernance, mettront un terme aux défaillances de ceux qui refusent de se conformer aux nouvelles règles de transparence dans la gestion des affaires. La garantie du traitement équitable sera assurée pour tous, dans le seul respect de la loi. Dans un contexte aussi complexe, les facteurs du changement peuvent se résumer en cinq instruments :
Une force motrice : il s’agit d’un discours politique mobilisateur qui explique clairement l’inéluctabilité du changement et qui définit le choix devant lequel se trouve la Nation Algérienne : se taire aujourd’hui et subir le changement dans le désordre avec tous les risques de dérapage ou se mobiliser dans le calme et la sérénité, identifier les problèmes et se préparer à les résoudre, concevoir le changement dans le long terme au bénéfice de tous.
Une vision qui expose la situation de l’Algérie d’aujourd’hui, avec tous ses risques et ses dérives, et qui donne les contours de sa mutation grâce au changement que nous proposons. De même qu’une feuille de route qui explicite clairement les missions et les étapes de mise en œuvre du changement. Tout ceci complété par les engagements des différentes parties prenantes au changement ainsi que le système de contrôle et de validation.

Un leadership capable de donner un sens au changement et réaliser le consensus ; capable de mener rapidement l’Algérie vers la prospérité. Il ne pourra être qu’une personnalité respectée, réfléchie, visionnaire et au-dessus des partis, des clans et des intérêts privés. Elle doit être capable de s’entourer de compétences nationales de très haut niveau.
Un certain nombre de personnalités d’appui ayant une présence de caution notoire dans la société et disposant d’une respectabilité pour soutenir le leader et la stratégie d’implantation du changement.
Les réalisateurs du changement seront des personnes qui assureront la préparation, la coordination et la mise en œuvre du changement dans tous les secteurs. Les missions sont ainsi clairement définies :
intérioriser la nécessité du changement dans le calme et la sérénité pour sauver la Nation Algérienne
travailler à l’élaboration de la force motrice et de la vision
travailler à l’établissement d’un consensus pour un leadership assumé
repérer les personnalités d’appui
repérer les réalisateurs du changement
définir une stratégie de communication qui doit comprendre deux premières étapes probatoires : la première consacrée à l’éducation citoyenne ; la deuxième à l’imputabilité (accountability ou moussaala), autrement dit, apprendre à assumer ses responsabilités et exiger ses droits
ouvrir des espaces virtuels de débat au niveau local en la forme de Cercle d’Initiative Citoyenne pour le Changement. Que tous ceux qui sont convaincus de la nécessité du changement commencent à travailler à la réalisation de ces missions avec les moyens qu’ils peuvent mobiliser autour d’eux. C’est avec les petites gouttes d’eau de pluie que se constituent les ruisseaux et les rivières puis les fleuves.

Ce projet propose les choix qui s’offrent à la société algérienne. Les choix réalisés aujourd’hui aboutiront à deux scénarii possibles d’ici la fin de la prochaine décennie. Quand le pétrole et le gaz se feront rares en 2020, il ne sera plus possible de réaliser les exportations d’hydrocarbures nécessaires au financement à la fois de la Balance des Paiements et du Budget de l’Etat. Le premier scénario est celui d’une Nation Algérienne respectée parce que, appuyée sur une société libre et une économie de développement et de protection qui a éliminé la malédiction de ne compter que sur les seules ressources naturelles dans sa politique intérieure ; doublée d’une économie bien intégrée à l’économie mondiale qui a su profiter du rattrapage technologique. Ce sera l’Algérie de nos rêves réalisés. Pour cela, il faut un changement du système de gouvernance tel que nous l’avons proposé, avec un démarrage d’ici 2010-2011. Le deuxième scénario sera celui du non-changement, à savoir une Nation Algérienne disloquée et un Etat déliquescent, avec une économie malade, sans ressources naturelles parce qu’épuisées ; doublée d’une économie marginalisée par la contagion au niveau de l’économie mondiale. Alors, il ne restera que les regrets devant une telle situation catastrophique.

Tous ceux qui ont la capacité de contribuer au changement, ne pourront dorénavant s’empêcher de se sentir coupables parce qu’ils auront appartenu à la génération qui aura achevé la destruction de la Nation Algérienne en ne prenant pas au sérieux les avertissements nombreux, dont celui-ci. Les tenants du pouvoir verront qu’ils auront appartenu à la dernière équipe qui aurait pu changer le cours des choses, mais qui en aura, en toute connaissance, décidé autrement. J’invite tous ceux qui auront lu cette contribution à la faire lire par d’autres, d’en débattre autour d’eux, par tous les moyens légaux, notamment par tous les instruments offerts par Internet. Analyser cette contribution, l’enrichir, la faire partager par le maximum de citoyens, affranchir l’état moral et psychologique de la société et libérer en elle toutes les potentialités d’initiatives sera le premier pas du projet pour sauver la Nation Algérienne. Il faut bien noter que la mutation ne nécessite pas le nombre. Les forces du changement commenceront en petit nombre qui grossit au fur et à mesure par les relations directes avec la base, le lancement des idées et en présentant une alternative crédible. Ensemble, rien ne nous sera impossible.

_________________________
Les instruments de changement préconisés
– Une force motrice : il s’agit d’un discours politique mobilisateur qui explique clairement l’inéluctabilité du changement
Une vision qui expose la situation de l’Algérie d’aujourd’hui, avec tous ses risques et ses dérives
Un leadership capable de donner un sens au changement et réaliser le consensus
Un certain nombre de personnalités d’appui ayant une présence de caution notoire dans la société
Intérioriser la nécessité du changement dans le calme et la sérénité pour sauver la Nation Algérienne
Ouvrir des espaces virtuels de débat au niveau local en la forme de Cercle d’Initiative Citoyenne pour le Changement
__________________________________
site web : www.cicc-dz.net

Par Ahmed Benbitour


Nombre de lectures : 3412
38 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • malika
    29 octobre 2009 at 13 h 56 min - Reply

    Enfin, une autre initiative qui signifie que l’Algérie se met en mouvement! Vivement le ralliement de tous les artisants du changement au nom de l’Algérie, de nos martyres et des générations futures.




    0
  • Amine
    29 octobre 2009 at 16 h 37 min - Reply

    La sortie de ben bitour me rends tres perplexe !!!
    C’est quoi la relation entre son discours et l’appel du 19 Mars ?
    Est ce que c’est une operation pour contrer cet appel ?

    Il y a des doutes sur Ben betour qu’il est le poulain de la DRS !




    0
  • malika
    29 octobre 2009 at 18 h 15 min - Reply

    Je ne suis pas dans les secrets de … mais, sa présence sur ce site m’inspire bien autre chose que de la méfiance.
    __________
    Je crois que vous êtes d’accord avec moi, ma chère soeur, pour dire qu’il faut encourager toute initiative sincère, individuelle ou de groupe qui va dans le sens du changement pacifique et radical du système politique. Dès que nous avons pris connaissance de cette contribution, nous l’avons publié. Nous ne sommes pas les rivaux de notre frère Benbitour, tout comme lui n’est pas notre rival. Bien au contraire, nous sommes là pour nous compléter et pour oeuvrer à la construction d’un Etat de Droit. Nous tenons aussi à préciser que nous n’avons ni le monopole de l’initiative du changement, ni celui de la démocratie. Nous encourageons notre frère Si Ahmed et le félicitons comme il nous a félicité le 20 mars dernier et appuyé notre initiative. Conjuguons nos efforts et unissons nos forces pour construire cette Algérie de toutes et de tous sans exclusion.
    Fraternellement.
    Salah-Eddine SIDHOUM
    Alger.




    0
  • Amine BELBRAIK
    29 octobre 2009 at 20 h 21 min - Reply

    http://www.cg.gov.dz/index.php?option=com_content&task=view&id=437&Itemid=

    Biographie:

    Nom: Benbitour Ahmed
    Date et lieu de naissance: 20juin 1946 à Metlili, Ghardaïa

    Formation et Diplômes :

    * 1970 : Licence en sciences mathématiques appliquées à l’Université d’Alger.
    * 1973 : Diplôme d’Etudes Approfondies en statistiques (DEA).
    * Maîtrise en administration des affaires (MBA).
    * 1984 : PHD en sciences économiques.

    Fonctions politiques, parlementaires et ministérielles :

    * 1975-1979 : Professeur à l’Institut national de la planification et des statistiques (INPS, Alger) puis professeur à l’Institut national de la productivité et du développement industriel (INPED, Boumerdes).
    * 1991-1992 : Chargé de mission à la Présidence de la République.
    * 1992-1993 : Ministre délégué au trésor.
    * 1993-1994 : Ministre de l’énergie.
    * 1994-1996 : Ministre des Finances.
    * 1998-1999 : Sénateur au Conseil de la Nation.
    * 23 décembre 1999 : Chef du Gouvernement.
    * 26 août 2000 : il démissionne.
    * Il est l’un des artisans des accords avec le Fonds Monétaire International (FMI), le Club de Paris et le Club de Londres.
    * Il a notamment publié « l’expérience algérienne de développement : 1962-1991 », «L’Algérie au 3ème millénaire» et « Défis et potentialités ».




    0
  • Amine BELBRAIK
    29 octobre 2009 at 21 h 56 min - Reply

    Salam Alaikoum;

    CV macha’ allah.
    Sauf qu’en l’examinant, nous voyons bien que Si Ahmed était très proche des créateurs de présidents….. Il a même participé à l’irrégularité et l’illégitimité.
    – était-il forcé d’être membre de pas moins de 5 gouvernements de la décadence algérienne?
    – L’appel du 19 mars 2009 a été faxé à l’ensemble de la presse Algérienne, aucun journal n’a diffusé sur ces colonnes cet appel, pourquoi EL WATAN a publié la contribution de Mr Benbitour?
    – Quand j’ai visité le portail http://www.cicc-dz.net première chose que j’ai remarquée, la photo de Mr Benbitour, est-il en quête de leadership? ça ressemble à un début de compagne électorale …
    – Est-ce un nouveau scénario qui a été mis en route? pour encore une fois permettre un changement dans la continuité?
    Remarque notable à Mr Benbitour:
    Le changement se fera avec du sang neuf, encadré par des gens intègres, sincères et qui n’ont aucune ambition de pouvoir personnel!
    Le changement se fera avec les jeunes, encadrés par des nationalistes, l’union fait la force, comme vous dites: Ensemble, rien ne nous sera impossible! Mais accepterez vous de rejoindre le FNC?
    Accepterez-vous de vous fondre dans la foule loin des projecteurs?
    Ou continuerez-vous de travailler dans votre coin, et peut être, à représenter tacitement une frange des clans qui mine notre patrie?
    ça, seul l’avenir nous le dira inchallah.
    Les jeunes Algériens ont besoin de sang neuf, personne des anciens responsables, ne réussira à rassembler!
    Salam alaikoum




    0
  • Abdelkader DEHBI
    29 octobre 2009 at 21 h 58 min - Reply

    Je me joins volontiers à tous ceux – et ils sont certainement très nombreux – qui se réjouissent de cette courageuse prise de position par Si Ahmed Benbitour, pour dénoncer l’immobilisme dévastateur d’un pouvoir politique illégitime et déliquescent, que se sont partagés – dans une complicité criminelle contre le Peuple Algérien – une junte militaro policière de nature mafieuse et un tyranneau sénile et destructeur. Je souhaite ardemment que les nombreuses autres voix qui comptent dans ce pays, prennent la même position, au nom des seuls intérêts de l’Algérie et du Peuple Algérien.




    0
  • Rbaoui
    29 octobre 2009 at 22 h 16 min - Reply

    Felicitons notre frere Benbitour pour son initiative meme si ……
    Ce n’est pas une raison de tomber dans la paranoïa ni l’angélisme..
    Mais Restons Vigilants et notre apprehension n’est que legitime.
    Il serait souhaitable d’avoir une position officielle de notre frere Benbitour par rapport a
    l’Appel du 19 Mars 2009 , comment travailler ensemble pour un changement pacifique.
    Nous sommes sommes tous prets a participer aux cercles d’initiative citoyenne pour le changement sont des espaces de dialogue, de réflexion et d’initiatives œuvrant pacifiquement à une transformation profonde et de long terme du système de gouvernance.
    domain: cicc-dz.net
    created: 04-Oct-2009
    last-changed: 04-Oct-2009

    En attendant des clarifications continuons a travailler au sein des groupes de l’Appel du 19 Mars 2009.




    0
  • malika
    29 octobre 2009 at 22 h 35 min - Reply

    @frère Sidhoum

    Bien d’accord avec vous. Je suis tout à fait pour la convergence des forces pour le changement démocratique en Algérie. Si des diplomates sincères, des ministres, des anciens du FLN, des députés, des militaires, ont dénoncé le système politique et renforcé les rangs de l’opposition, prenant fait et cause pour leur pays dévasté, je ne vois pas pourquoi on tournerait le dos à M. Benbitour.

    Comme lui, bien des Algériens et Algériennes ont cru pouvoir changer le système de l’intérieur, cela ne fait pas d’eux des ripoux ou traitres pour autant. La preuve en est qu’ils sont préoccupés comme nous tous par la situation désastreuse de notre pays et qu’ils s’investissent dans la réflexion pour trouver des solutions afin de sauver cette nation en dérive.

    Personnellement, je trouve l’initiative honorable de la part de cette personnalité politique qui a décidé de s’impliquer sur le terrain et d’offrir de rassembler les Algériens autour d’un projet porteur de ce changement tant souhaité et attendu. Peut-être que sur ses traces, les nombreux opposants (connus et respectés) hésiteront moins à entrer en action. C’est ce que je souhaite, car c’est une chance inespérée que tous les Algériens de bonne foi se mettent ensemble pour un seul et unique but : Édifier un État de droit dans leur pays.

    Merci au frère Belbraik pour les informations sur M. Benbitour. Mais de grâce évitons de retomber dans ces guéguerres qui ont toujours miné les rangs de l’opposition algérienne. Tournons le dos à ces histoires de querelles et de chasses gardées improductives et même fatales pour tout projet de changement en Algérie. Soyons honnêtes, il n’y a pas de prophète en politique, il suffit d’avoir un oeil sur notre monde pour le comprendre. Tout ce qui importe c’est que les Algériens qui sollicitent notre appui et/ou notre adhésion à leur projet soient intègres et aient à coeur la cause de leur pays et le sort de son peuple. Ils nous incombent de nous assurer par notre vigilance qu’ils respectent leurs engagements. Tout le reste, en particulier le dénigrement et l’exclusion, me semblent inappropriés dans les circonstances.




    0
  • Rachclou
    30 octobre 2009 at 6 h 49 min - Reply

    salam paix
    Benbitour vous soutiens, Vous soutenez Benbitour!!!!
    c’est la confusion. Vous oubliez que votre frère Si Ahmed a été la vitrine des militaro trabendistes durant plusieurs années!!! Chef de gouvernement dans ce régime ya Sahbi. Je ne pige plus rien sur vos objectifs ni sur votre strategie ya khoya




    0
  • A.By
    30 octobre 2009 at 8 h 16 min - Reply

    Étant un adhérent de l’appel courageux du 19 Mars 2009 pour le changement en Algérie, je me reconnais encore une fois dans les propos de l’ex-chef du gouvernement, Ahmed Benbitour, pour dire que j’adhère en général totalement à son initiative citoyenne. Il n’y a aucun doute, l’objectif est le même pour tous. Établir un changement radical, efficace, étudié et surtout pacifique.
    En plus, l’initiative individuelle de l’ex-haut cadre de l’État est synthétisée à l’essentiel et articulée avec des propositions tangibles en avant projet par rapport à la réalité du terrain et de sa connaissance intramuros du système algérien. L’entrée, indirectement par une autre plateforme, de Ahmed Benbitour dans le débat du changement et de l’appel qui nous occupe, m’encourage d’avantage pour affirmer, en mon âme et conscience, que le projet serait mis sur les rails d’ici peu avec la collaboration de tous et de toutes. D’ici peu, – si nous respections un échéancier, même Benbitour en fait part – l’année prochaine 2010 serait pleine de rebondissement en évènements majeurs sur le plan international, régional et même quelques fois locales. Peut-être que ça toucherait d’une façon ou d’une autre notre pays, quelque soit la destinée de la nation, il faut que nous soyons organisés et prêts à assumer le changement et la transition pacifique.
    Parmi les propositions citées dans l’initiative de Benbitour, je dirais qu’elles se ressemblent toutes dans l’essence par rapport aux vœux et propositions de tous les internautes que j’ai pu lire et par rapport à l’idéal commun de toute l’intelligentsia algérienne locale ou exilée.
    Ce qui signifie que l’objectif n’est nullement tronqué, que ce pouvoir de mercenaires est en phase finale et que beaucoup de choses ont changés malgré le frein constant du pouvoir, entres autres, la communication en temps réel, le nouveau militantisme virtuel et réel, une résistance agressive cybernétique de plus en plus difficile à éradiquer ou à censurer.




    0
  • aziz
    30 octobre 2009 at 8 h 47 min - Reply

    on devine qu’il y a un parcours politique semblable à celui de liamine zeroual
    wait and see




    0
  • tacili
    30 octobre 2009 at 12 h 38 min - Reply

    Salut tout le monde

    Question a M. Sidhoum :

    Si M.Benbitour a felicite les auteurs de l’appel du 19 Mars pourquoi n’a t-il pas signe ?

    Pourquoi cette multitude, a mon sens dangereuse, des initiatives ?

    L’idee de cellules de reflexions a la base est pronee curieusement par Benbitour et l’appel du 19 Mars. Comment vont elles co-habiter ?

    Maintenant Je passe a mon commentaire sur l’appel de Benbitour :

    Lorsque’il se prononcera clairement sur les crimes contre l’humanie commis par se ex-employeurs et s’expliquera sur sa participation dans des equipes gouvernementales qui ont directement veille a decimer l’opposition et promouvoir la tyranie. Ce jour la je prendrai position.

    J’ai l’impression que nous sommes a la veille de l’independance et que « certains » veulent a l’image des « officiers de l’armee francaise » se joindre a la partie.

    Je suis un peu douteux mais c’est mon droit. Pour benbitour je crois qu’il est un peu tard pour pretendre a se refaire une virginite.

    Merci




    0
  • admin
    30 octobre 2009 at 17 h 23 min - Reply

    De nombreux compatriotes ont réagi sur notre site à l’initiative de Mr Benbitour. Certains applaudissent. D’autres s’interrogent. J’essayerai de répondre à toutes les interrogations, le plus clairement possible.
    Un compatriote s’interroge pourquoi Mr Benbitour n’a pas signé l’Appel. Encore une fois il s’agissait d’un appel et non d’une pétition. Les quinze citoyens initiateurs n’appelaient pas leurs compatriotes à signer mais à adhérer aux principes et valeurs véhiculés par ce texte rassembleur. Cet appel ne nous appartient plus mais appartient aux centaines d’adhérents qui s’organisent en comités en Algérie et en exil. Mr Benbitour, comme beaucoup d’autres ont soutenu notre appel dès le début, en tant que citoyen inquiet de l’évolution du pays et qui souhaite lui aussi un changement pacifique du système politique.
    Pourquoi une multitude d’initiatives ? Lors de notre rencontre à Genève en novembre dernier, nous avons, dans notre communiqué final, « soutenu les initiatives qui revendiquent le changement et appelé à ce qu’elles se multiplient à tous les niveaux et dans tous les segments de la société ».
    Comme nous l’avons dit hier, nous n’avons ni le monopole de l’initiative du changement, ni celui de la démocratie. Toutes les initiatives citoyennes sincères appelant au changement sont les bienvenues. Et nous devons tout faire, dans une seconde étape pour les faire converger vers un véritable Front du changement. Ce n’est pas parce que notre initiative du 19 mars dernier était inauguratrice que nous allons revendiquer le monopole. Cette vue de l’esprit est anti-démocratique à mon humble avis.
    C’est tant mieux et c’est un bon signe que ces deux initiatives convergent vers un même objectif : le changement pacifique et qu’elles se basent toutes deux sur les comités populaires de réflexion et de mobilisation.
    Nous sommes ouverts à tous les compatriotes sincères qui œuvrent pour servir l’Algérie, en vue de faire le chemin ensemble, dans un climat fraternel, confiant et serein, en dehors de tout calcul politicien, dans le cadre de ce Front du changement, seule force capable de changer les choses radicalement et pacifiquement. Encore une fois et quitte à me répéter, aucun homme quelque soit son charisme et son envergure, ni aucun parti ni courant politique à eux seuls ne peuvent venir à bout de la grave crise politique que vit notre pays.
    L’analyse des deux initiatives montre qu’elles convergent en de nombreux points, sauf que l’Appel du 19 mars a présenté des propositions concrètes et palpables de sortie de crise, en posant la question du rôle de l’armée durant la phase de transition, de la question du gouvernement provisoire, de la durée de la transition et de l’élection de la Constituante.
    Pour ce qui est du passé de Mr Benbitour, je crois que nous avons été clairs dans notre appel en précisant « qu’il est ouvert à l’adhésion morale et active de tous nos compatriotes qui partagent le même attachement à la patrie et aux valeurs morales et culturelles de la société algérienne dans toute sa diversité, y compris ceux qui se trouvent, de par leurs fonctions ou leurs positions dans les institutions officielles actuelles ». Nous n’avons aucunement le droit d’exclure, dans cette œuvre de rassemblement des volontés sincères, quiconque, sauf ceux qui ont les mains tâchées du sang de leur peuple ou souillées par l’argent sale qu’ils ont volé à ce même peuple. Certes, Mr Benbitour a fait partie du pouvoir apparent mis en place par ce régime illégitime. Certes, il a été « ministre » durant la période qui a suivi le coup d’Etat et durant laquelle ont été commis des atteintes gravissimes aux droits de l’homme, mais en aucun cas, il n’a eu les mains tâchées de sang ou s’est rempli les poches avec l’argent du peuple. Beaucoup de personnes ont servi consciemment ou inconsciemment ce régime. Ils pensaient pouvoir changer les choses de l’intérieur. De la naïveté politique, me diriez-vous ? Mais encore une fois nous n’avons pas le droit d’exclure. Ce reflexe de suspicion et d’exclusion arrange grandement le régime qui maintient et entretient nos divisions. Et nous devons nous en débarrasser. Et je rejoins totalement notre sœur Malika qui disait hier : « Comme lui, bien des Algériens et Algériennes ont cru pouvoir changer le système de l’intérieur, cela ne fait pas d’eux des ripoux ou traitres pour autant. La preuve en est qu’ils sont préoccupés comme nous tous par la situation désastreuse de notre pays et qu’ils s’investissent dans la réflexion pour trouver des solutions afin de sauver cette nation en dérive ».
    Je crois, mes cher(e)s compatriotes que la situation est assez grave – sauf bien sûr pour les sourds-muets et aveugles du régime et les exilés du Club des lapins – et que nous n’avons pas le droit de fuir nos responsabilités et de nous enfermer dans des « chicayates » stériles de monopole, de « za’ama » (leadership) ou de suspicions. L’heure est à la mobilisation de toutes et de tous pour nous « organiser et nous tenir prêts à assumer le changement et la transition pacifique » pour reprendre Abdelwahab B.
    Dieu Fasse que le 1er novembre 2010 soit fêté dans une Algérie qui aura retrouvé la paix et la fraternité, et avec un peuple libéré et mobilisé pour construire un Etat de Droit.

    Salah-Eddine SIDHOUM
    Alger




    0
  • A-M-C
    31 octobre 2009 at 3 h 26 min - Reply

    Bonjour Mr Sidhoum,
    Même si , comme vous le dites si bien, nous n’avons pas le droit de fuir nos responsabilités et de nous enfermer dans des « chicayates » stériles de monopole, de « za’ama » (leadership) ou de suspicions. L’heure est à la mobilisation de toutes et de tous pour nous « organiser et nous tenir prêts à assumer le changement et la transition pacifique »,
    je pense qu’il est du droit et du devoir de tous les algeriens qui aspirent au vrai changement de se poser des questions sur certains acteurs politiques qui se découvrent une ame d’opposants lorsqu’ils sont éjectés du système. Mr Benbitour fut un soldat discipliné d’un régime de truands et il serait inutile de s’étaler sur ses états de service. Libre a lui de lancer l’initiative qu’il veut mais en tant qu’algerien adhèrant à l’appel du 19 Mars, je ne le félicite pas et ne partagerai jamais le même combat que lui et tous ceux qui ont occupé des fonctions officielles depuis l’indépendance! Je pense que le mouvement pour le changement doit être pacifique et seulement pacifique Mais radical et sans compromis.
    Merci et bonne continuation.

    ________________________
    Bonjour mon cher frère,
    Je crois avoir répondu à cette question, tout comme notre soeur Malika. Nous devons exclure ….l’exclusion. Nous devons nous ouvrir à tous ceux qui veulent sincèrement oeuvrer au changement, quelque soient leurs erreurs du passé. Seul Dieu Est Infaillible. Ceux dont les mains sont tâchées du sang de leur Peuple s’excluent d’eux mêmes, de ce processus. C’est cela la véritable réconciliation. Etassamuh, thuma Etassamuh.
    Fraternellement.
    Salah-eddine




    0
  • Abdelouhab Boukezouha
    31 octobre 2009 at 12 h 51 min - Reply

    salam
    Tout le monde veut maintenant le changement. Mais lequel ? Ahmed Benbitour a navigué dans le système jusqu’à son éviction par Bouteflika dont il a été le Premier ministre jusqu’en 2000. De chargé de mission en 1991, en passant par le ministère de l’énergie qui draine des milliards de dollars que la corruption capte, et le Sénat, Benbitour a gravi tous les échelons. Ses promotions lui ont été accordées pour bons et loyaux services que le DRS a su apprécier. Tous les postes de ce niveau sont soumis à l’imprimatur des services de l’armée qui tient le pouvoir. Que Ahmed Benbitour veuille le changement MARHABA, mais qu’il cherche à le conduire et en devenir le leader certainement pas. Il n’est pas l’homme qu’il faut pour le changement qu’il faut.




    0
  • Mohamed Balidar.
    31 octobre 2009 at 13 h 29 min - Reply

    Je suis d’accord à la fois avec M. Sidhoum (pour n’exclure personne, y compris ceux qui ont, à un certain moment servi le pouvoir ) et avec M. Boukezouha pour que le mouvement du changement soit mené par des femmes et des hommes intégres qui n’ont jamais participé de près ou de loin avec ce régime à la gestion chaotique du pays. Oui, il nous faut des visages nouveaux pour la gestion de l’Algérie nouvelle.
    Bon courage à tous les enfants de cette Algérie souffrante et qui oeuvrent à la soulager de ses maux.




    0
  • Salah Bouzid
    31 octobre 2009 at 13 h 58 min - Reply

    Abdelhamid Brahimi, Kasdi Merbah, Mouloud Hamrouche, Sid Ahmed Ghozali, Belaid Abdessalem, Réda Malek, Mokdad Sifi, Ahmed Benbitour, Ali Benflis ont tous critiqué le Pouvoir après avoir servi en tant que Premier Ministre. Ils sont quand même arrivés à la même conclusion: l’armée detient le vrai pouvoir et ne font que fabriquer des clans autour de la Présidence et des partis politiques pour faire un peu d’ambiance.

    Donc, la vrai question est comment va-t-on discuter avec Gaid Salah, Mediène, Guenaizia, Senhadji et leur staff?

    Le frère Brahim a envoyé une correspondance aux décideurs des Tagarins, il y a quelques jours. Il avait raison. C’est la bonne addresse. Mais il va faloir un peu plus qu’un message électronique pour faire bouger l’état-major. Pour le moment, c’est le repos du guerrier.




    0
  • malika
    31 octobre 2009 at 14 h 05 min - Reply

    @ M. Boukezouha

    « Il n’est pas l’homme qu’il faut pour le changement qu’il faut » À ce stade-ci du mouvement, Nul ne peut se déclarer cet homme qu’il faut. M. Benbitour ne s’imposera pas comme leader si ce n’est la volonté des citoyens à la base de ce mouvement. Cela fait 9 ans que cet homme est en dehors du système et personne ne peut lui dénier le droit de retourner son arme contre le système. Allons-nous dire dénigrer les militaires qui ont déserté? les politiciens qui rejettent le système après l’avoir soutenu. De même nous serions obligés de rejeter les cadres du FIS pour avoir été des acteurs de la tragédie du peuple algérien quand bien même ils ont été instrumentalisés par les services de renseignements. Il n’est jamais trop tard pour bien faire. Et tant mieux si les esprits se réveillent alertés par le désastre collectifs. Cher compatriote, j’ai moi-même été favorable à la concorde civile convaincue qu’elle mettrait un terme aux massacres des populations que la cohorte d’opposants ne pouvait secourir. J’en étais convaincue et je l’assume. Tout comme j’ai assumé d’avoir défendu publiquement là ou je suis le contrat national, le dialogue avec le fis, me mettant à dos un grand nombre de compatriotes hostiles à toute négociation avec « les terroristes », terme chéri en Occident et qui ouvre bien des portes.

    Cela dit, personne ne prétend détenir la vérité politique Tout ce que nous voulons c’est apporter une petite pierre au renouveau de l’Algérie. L’approche des gens n’est pas la même pour tout le monde. Idem pour leur sensibilité. Un message provenant de n’importe quel groupe ne peut pas faire l’unanimité. À plus forte raison quand la manipulation n’a pas de limite. Il peut sensibiliser une partie de la population, certes, mais pas l’Algérie. Le pays est vaste et les opinions sont diverses. C’est pourquoi, l’intérêt pour l’initiative de M. Benbitour et peut-être d’autres Algériens qui désirent se racheter auprès des leurs. Son message peut toucher une partie de la population qui pour une raison ou une autre n’a pas été sensibilisée par l’Appel du 19 mars. À charge pour les différents projets de se compléter pour atteindre l’objectif commun. La convergence pourrait se matérialiser aux étapes suivantes dans la mise en place de comités ou groupes conjoints. Enfin, espérons-le.

    Quant à la paternité du changement, il n’est pas question qu’elle se décide au sommet! Ce sera l’affaire des citoyens.




    0
  • tacili
    31 octobre 2009 at 14 h 18 min - Reply

    Salam.

    Je pense que la premiere chose a faire pour quelqu’un comme Benbitour est de demander pardon au peuple algerien pour avoir ete au service de la tyranie et ensuite offrir ses services en tant que simple citoyen a l’opposition reelle dans le domaine qu’il maitrise le plus sans etre un genie, l’economie. Nous avons des centaines de Benbitour et qui n’ont jamais accepte un pact faustien avec le pouvoir.

    S’il veut vraiment sauver la nation apres l’avoir appauvri , il doit faire preuve de plus d’humilite et s’effacer du premier plan car son site est revelateur de ses ambitions qui ne sont pas les mienne. Je ne veux pas de lui a une annee lumiere d’un future gouvernement de l’Algerie inedpendente de ses ex-employeurs.

    Sa querelle avec le pouvoir est superficielle, presque personnelle. il n’a pas accepte que Bouteflika ait deux concubines, lui et Ouyahia. Les raisons politicennes qu’il donne ensuite a son divorce ne sont que nourriture pour les medias et les simples d’esprits.

    Passons a l’argument qu’il voulait changer le regime de l’interieur. Sommes nous serieux chers compatriotes? Ok supposons que cela soit vrai. Combien de masacres contre le peuple algerien ont ete commis pendant qu’il etait le supremo de finances signant de lourdes enveloppes pour l’armee ? Il etait la main qui plannifie en arriere plan les depenses des criminels.

    Ensuite il se targue dans son CV qu’il etait l’un des artisants des accords avec le FMI et la BM. A sa place je ferai preuve de plus de retenue si l’on sait les consequenses dramatiques de ces accords sur l’economie nationale. Se rejouir de cette performance est risible.

    Je suis les declarations de Benbitour a la presse nationale depuis qu’il s’est converti a l’opposition et sa critique n’a jamais depasse les limites d’un academisme economique et de longues theorisations conceptuelles et n’a jamais perturbe le pouvoir sachant les verites de premiere main qu’il detient.

    Je m’excuse chers compatriotes mais je n’achete pas les arguments de ce « reborn » opposant. il manque de modestie et de repentance.

    Merci




    0
  • malika
    31 octobre 2009 at 14 h 20 min - Reply

    @ M. Boukezouha

    Juste une petite précision. Je reprends votre liste :
    « Abdelhamid Brahimi, Kasdi Merbah, Mouloud Hamrouche, Sid Ahmed Ghozali, Belaid Abdessalem, Réda Malek, Mokdad Sifi, Ahmed Benbitour, Ali Benflis »

    Ils ont critiqué le pouvoir, certes, mais ils ne se sont pas confondus avec leur peuple pour l’amener à recouvrer ses droits.

    Le terrain de l’opposition a toujours été vide et le pouvoir a géré le pays de son seul point de vue. Toute la problématique de la crise est là.
    _____________________
    Juste un rectificatif : la liste a été citée par M. Salah Bouzid et non pas par M. Boukezouha.




    0
  • général
    31 octobre 2009 at 14 h 36 min - Reply

    Monsieur Benbitour , je ne vois rien de nouveau dans cet ecrit sinon que c est un appel à la mobilisation , vous constatez que l’heure est grave et qu’il est urgent de se mobiliser car la nation algerienne est en danger. Depuis l’indépendance que l’heure etait grave et que des personalités politiques essayaient en vain de mobiliser les forces vives de la nation . Essayez donc de les liberer ces forces à chlef , constantine ou annaba . Que le gouvernement distribue quelques logements minables à la population diar echems et ces memes populations seront les premiers soutiens de bouteflika . Je ne crois pas que vous puissiez jamais mobiliser la moindre population , que le MCA gagne la coupe et la grande majorité de la population algeroise oubliera tous ses problemes au point où je souhaite la defaite de l’equipe d’algerie face à l’égypte.La nation algerienne n existe tout simplement pas , il n y a pas de forces vives dans ce pays . vous dites
    C’est avec les petites gouttes d’eau de pluie que se constituent les ruisseaux et les rivières puis les fleuves.
    C est la gravité qui est la force permettant à ces gouttes de constituer des fleuves , qu est ce qui va jouer le role de la gravité dans le cas algerie ? ceux qui constituent uns force en algerie (les islamistes ) ne m inspirent tout simplement pas confiance et je redoute qu ils n en profitent pour assoir une dictature encore une pour une autre longue periode . Croyez moi , la population algerienne est islamiste dans sa grande majorité , ces algeriens souhaitent tous vivre dans les democraties laiques occidentales mais qui ne feront aucun effort pour construire une democratie laique dans leur pays. Pouvez vous Monsieur Benbitour m expliquer ce paradoxe ? Mes respects.




    0
  • AS
    31 octobre 2009 at 18 h 28 min - Reply

    la laicite est un concept utilise par les services psychologiques de l’occupant, elle mene a la division et la guerre civile et est inapplicable sur le terrain que ce soit en occident ou dans les pays musulmans, car celui qui est au pouvoir en fait ce qu’il veut, y a qu’a regarder ce qu’est la laicite en France, un concept purement raciste, ethniciste… le general devrait retourner a l’ecole, qu’il regarde ce que les ‘islamistes’ ont fait de la Turquie en moins de 8 ans… l’Algerie a un potentiel bien plus eleve que celui des Turcs, sans vouloir les diminuer en quoi que ce soit ! general t’as peur qu’on donne de l’eau, de l’electicite, du travail et des droits aux algeriens ? C’est ce que les turcs ont fait…. ils se permettent meme de cracher sur ceux qui se prennent pour les maitres de la planete ! Ils ont demonte allegrement l’armee turque par petit morceau, en demantelant les reseaux Ergenekon, de types Gladio qui operent en Algerie egalement… sous d’autres noms, general tu as peur de ca ?

    Alors la bonne question a se poser est pourquoi Benbitour n’a pas pris le soin de faire quoi que ce soit lorsqu’il etait au pouvoir… il y aura un changement de regime et les analphabetes de generaux n’ont plus aucun allie ni dedans ni dehors, c’est acquis a 100% wa Allah ‘alam… le fait de n’exclure personne ne t’interdit pas de rester vigilant… mais recruter a l’interieur du systeme, risque de poser pas mal de problemes dans un futur proche, tu dois savoir anticiper cela et la situation a deja ete vecue, au risque que les gens ne te taxent d’aventurier… un risque inutile ces jours-ci tant les gens sont acquis au changement




    0
  • aljazairi
    31 octobre 2009 at 23 h 04 min - Reply

    Assalam;

    Benbitour, un vieux cheval de retour, après avoir servi les généraux, au moment où aucun intellectuel ou technocrate n’acceptait de se compromettre avec les assassins du peuple, de ce même peuple qu’aujourd’hui, il prétend servir !
    Bouteflika, un vieux routier du pouvoir, contrairement aux généraux, a dû le juger sur ses aptitudes à se débarrasser de ses « mentors du DRS », pour mener une politique nouvelle, qui réduirait le rôle des « faiseurs de présidents », il est vrai, ces mêmes « faiseurs de présidents », qui ont cru un moment instrumentaliser le roublard, Bouteflika. Sauf que cet homme d’expérience qui a été associé à tous les coups « tordus » qu’a vécus l’Algérie, était encore plus fûté pour un novice comme Benbitour, battu aux points par un Ahmed Ouyahya, certainement de la même étoffe qu’un Bouteflika, et donc plus intelligent que Benbitour, et ainsi plus efficace, à accomplir un changement dans « la continuité » et à passer aux travers des mailles tissées par le DRS, et les généraux en compagnie du lobby « noir », qui a toujours et continue toujours de diriger l’Algérie, dans la seule perspective d’assouvir leurs seuls intérêts, comme ceux des janissaires et des deys élus en leur sein.

    Que Benbitour, nous dise donc, quel serait son apport, demain, à part celui d’être un homme qui a l’expérience de la maffia ?
    A-t-il déjà oublié qu’il fut incapable, alors qu’il était ministre des finances, de contrôler ou de se faire reconnaître comme tel, par Chaïb Draa, le super puissant et hors la loi, directeur des douanes ?

    Comment donc, et sur quelle base, a-t-il pu être nommé comme premier ministre, sinon par les mêmes qui l’ont instrumentalisé, non pour ses compétences, mais exclusivement pour sa faiblesse à s’opposer aux « hommes forts » du sytème au service de la maffia, miltaro-politique.

    Je pensais sérieusement que Benbitour, fort de l’expérience de ses débacles, put offrir des solutions pratiques, et opérables, mais malheureusement, je n’en vois transparaître aucune dans ce qu’il convient d’appeler sa tentative de profiter de nouveau d’un vide, pour se placer et se rappeler au bon souvenir de ses anciens « officiers traitants », certainement échaudés par l’expérience de l’instrumentalisation d’hommes « durs à cuire », comme Bouteflika.




    0
  • malika
    1 novembre 2009 at 14 h 22 min - Reply

    @aljazairi
    Vous êtes dans le feu de l’action ces jours-ci et je comprends vos arguments concernant des hommes tels que M. Benbitour qui ont servi le système. Je pense que personne n’ignore les combats répugnants qui animent depuis des decennies l’arène politico-militaire en Algérie. Cela fait partie de notre histoire, malheureusement. Mais nous voulons nous en sortir! Et la seule façon c’est d’unir le plus d’Algériens autour de ce projet de changement. Personnellement, je suis pour la liberté des gens de pouvoir s’organiser et militer pour leurs opinions.
    Comme je le disais plus haut, j’ai du mal à accepter qu’on dénigre ce droit à quiconque. De quelle légitimité disposons-nous pour agir ainsi. L’Histoire et le peuple décideront en temps opportun. Parce que nous travaillerons pour lui rendre la souveraineté de la décision. Et le rapprochement entre les divers courants favorable au changement ne peut être que bénéfique pour la viabilité de notre projet. Autrement, nous continuerons à nous tirer dans les pattes pour le grand bien du régime en place, privant le peuple d’un meilleur sort.
    C’est mon dernier message sur cette question.




    0
  • kimahouma
    1 novembre 2009 at 18 h 39 min - Reply

    M Benbitour aurait pu nous faire profiter de toute son expérience des hautes fonctions et les responsabilité qui vont avec au lieu de ça, il accouche d’un discours pauvre que peut tenir n’importe quel quidam. Comme on dit on pardonne moins à ceux qui peuvent le plus….




    0
  • Karim
    2 novembre 2009 at 11 h 17 min - Reply

    @Rachclou

    resalam,

    « c’est la confusion. « Vous oubliez que votre frère Si Ahmed a été la vitrine des militaro trabendistes durant plusieurs années »

    Vous aussi vous avez appartenu à un parti résolument antidémocratique fasciste et personne ne vous a demandé de ne pas vous exprimer aujourd’hui.

    Alors ou nous laisson tout le monde s’exprimer, ou bien nous continuons la guegerre, mais avant de donner des lecons aux autres. faites d’abord votre autocritique.




    0
  • général
    2 novembre 2009 at 14 h 14 min - Reply

    @ AS
    Ainsi je devrais retourner à l’école D al azhar peut etre ou alors de la zitouna

    Pour ton information les USA , le Japon, l allemagne , le Canada, l Italie, les suedois et toutes les grandes puissances de ce monde sont laiques. Où vois tu que j etais contre la justice sociale, c est ta mauvaise foi qui en parle. comment ose tu dire cela alors que fondalement ( je ne l ai pas dit mais je te le dis maintenant ) je suis pour la justice sociale et je souhaiterais pour mon pays un regime comme celui de la suede. En quoi la laicité est elle contre la justice sociale ? tu dis vraiment n importe quoi et puis en ce qui concerne le turquie c est vous disiez aussi sur l afganistan et le soudan deux des pays les plus arrieres du monde . Alors cessez d essayer de partir en europe ou en amerique faites donc de la turquie votre premiere destination ou alors en algerie que est une republique islamisante. ensuite qu est ce qui te fait dire que l algerie possede un potentiel plus important que la turquie , sur quoi fonde tu cette observation ? l algerie est classee derniere dans le dernier classement des olympiades internationales des mathematiques . Ce sont des paroles en l air comme celui de dire on fera du sahara la californie d algerie . J ai l impression de rever , la mitidja vous en avez un desert et vous voulez transformer le desert en californie ‘ avec quoi ? (dixit abassi el madani ) c est vraiment incroyable de dire des choses sans en mesurer la portée. mes respects




    0
  • Malik
    3 novembre 2009 at 0 h 05 min - Reply

    Le général dit vrai, on ne mesure pas toujours la longue portée de nos propos, ni même la légère profondeur qu’ils peuvent avoir. Parler, sans fondement et sans préciser l’objectif, c’est parler pour ne rien faire. Mais c’est exactement ce que fait Mr Benbitour. Il est clair comme son eau de roche qui coule des ruisseaux qu’il vise la présidence, et il compte bien sur notre frustration de vouloir changer l’Algérie en Nation à l’image des grandes Nations, pour nous inciter à adhérer à ces cercles.
    Et pourquoi pas? Il a les mains qui ont snifées le sang, le tord d’avoir jouer le jeux du groupe des puissants, d’avoir fermer les yeux, et de s’être fait éjecter pour avoir voulu plus d’autonomie! Moi, je lui dit Bravo! Combien d’entres nous sommes encore en vie? tous ceux qui me lisent forcément! Tous comme on est, avons fait comme Mr Benbitour, nous avons participé de près ou de loin, de gré ou de force à légitimer tous les régimes qui se sont succédés. Et ce n’est pas en les niant qu’on pourra changer quoi que ce soit mais plutot en essayant de comprendre tous les tenants et aboutissants. Nous avons tous jouer un rôle, nous avons tous fermer les yeux, souvent quand cela est possiblle, comme pour ma part, en s’exilant dans un pays occidental pour vivre les bienfaits de la pyramide de Maslow.
    J’adhère au projet proposé par Mr Benbitour, à la seule condition que Mr Benbitour garantie la mise en place de gardes-fou, qui s’inspireraient de l’histoire d’Algérie dégager de ces mensonges, pour ne pas répéter l’histoire.
    Pour le reste, lui ou un autre, c’est du pareil au même. Lui plutôt qu’un autre, car comme il le dit en filigranne dans son texte, il faut effectivement, une personnalité, un homme du système, qui a son réseau d’hommes de l’ombre, et qui sait parler à l’armée, car quelque soit notre volonté, c’est eux qu’il faudra convaincre en leur présentant le Business Plan, et la vrai question sera:  » Combien ca coute, combien ca rapporte, en combien de temps? »
    Personnellement, je ne suis pas pour la démocratie (surtout celle occidentale), je suis pour une autre forme de gouvenance qui reste à définir, mais qui sera propre à l’Algérie.




    0
  • Koulou
    3 novembre 2009 at 4 h 32 min - Reply

    Salam tt le monde,
    J’ai parcouru presque tous les commentaires ici et j’ai trouvé pas mal de remarques positifs émanant de chacun. Mais faut-il encore canaliser toutes ses sources (remarques) positifs et les mettre dans un seul courant afin de dégager une plateforme sur laquelle on pourait s’assoir et entamer des discussions qui feront avancer les débats au lieu de se lancer des fléches empoisonnés ou de s’insulter mutuellement. L’Algérie d’aujourd’hui a besoin de toutes les potentialités et ressources afin de pouvoir contrer ses ennemis et dieu sait combien il y en a en Algérie et à l’extérieur. Malheureusement j’ai trouvé certains commentaires sur l’Islam un peu déplacé dans le sens que certains intervenents se hasardent à critiquer et donner une fausse image de la religion. Certains commentateurs et j’en suis convaincu, ne connaissant l’Islam que superficiellement, se permettent d’emettre des jugements que je qualifierais d’erronés et un peu farfelus. La foi est une conviction personnelle et ne concerne que l’individu et sa conscience mais l’slam en tant que doctrine sociale est l’affaire de tout le monde et que chacun doit respect à l’autre dans l’espace sain de la religion. L’individu ne peut pas vivre en hermite et c’est pour cette raison que l’Islam régit la vie sociale de tout individu qui forme la société. En un mot l’Islam se résume à La JUSTICE SOCIALE. Et nul n’est au dessus de la loi. Quand tout le monde et chacun comprendra qu’il est redevable envers lui même et la société là on pourait dire qu’on est une nation qui se respecte. Quelqu’un avait dit un jour:  »La Grandeur d’une nation passe par le respect de ses Animaux… » Alors imaginez la suite.




    0
  • salaheddine
    3 novembre 2009 at 12 h 51 min - Reply

    MR,BENBITOUR, is not saying his the man who is going to lead the change , i agree with dr salaheddine ,i prefer to have mr benbitour with us, without these people of such a calibre, who knows the system in and out, and i beleive that the regime has used mr BENBITOUR,not only becuse of his abbillity ,as a economist, also because of the legetimacy that he represent his one of the must respected personality’s in the world economy ,




    0
  • rachid quebec
    4 novembre 2009 at 23 h 32 min - Reply

    ils y a des gens qui mettent en cause toujours l islam et l islam n a rien avoir dans un etat de droit et de justice parce que la nation est regie par les lois et la loi est au dessus de tout le monde comme ici au canada il y a plusieurs nationalites et plusieurs religions et chaque citoyens respecte la loi parce que la loi c est un couteau.en ce qui concerne le changement il faut construire des bases tres solidesavant de poser la premiere pierre.el hamdoullilah nous avons des gens integres honnetes intellectuels a lexterieurs et a linterieurs qui aiment leurs pays juste il faut chercher a les rassembler pour prendre des decisions.un petit exp: moi j aimerais bien savoir tout surquelqu un qui va gouverner : une enquete judiciaire et mediadique pour que le peuple sache par qui il sera gouverne avant qu il occupe ses fonctions.ya rabi ehfad bledi ounas li houbouha amen




    0
  • mourad
    5 novembre 2009 at 5 h 53 min - Reply

    La solution c’est le systeme federal YA KHOU, KUL WAHED IRUH YEBNI BLADOU.
    Toutes les solutions sont là.
    Il y’a d’autres Hommes, tels que Mokdad Sifi, Hamrouche, pour l’est du pays.
    Ouyehya, le prof Issad pour le centre, Rehal, Ghomari, Harbi pour l’ouest, Benbitour et d’autres et d’autres hommes qui se taisent de peur de se tremper, de se mouiller.
    Ya Khaoua, On peut construire des autonomies regionales autour de ces Hommes, nous n’avons pas à avoir peur. Ces Hommes creeront un senatoriat (les notables connus dans la region) dans chaque regions et nous leur donneront le temps necessaire pour construire ces models de régions.
    Toutes ces regions vont graviter au tour d’un état central fort, uni et representatif de ces regions.
    Chaque region sera dotée d’une television terreste et de radios, AM FM.
    Quelque pouvoir seront delegués à ces régions.
    On peut reprendre le dessin de la revolution algerienne avec ces six wilayas.




    0
  • djazayri basséte
    5 novembre 2009 at 18 h 36 min - Reply

    Algériens , Algérienne …c’est vrai qu’il y plus ou moins des mésententes entre algérien , chose normal , qui existe partout dans le monde , mais , mais quand il y a urgence , c’est l’unité qui l’emporte .========
    SES DERNIÈRES SEMAINES IL YA RECRUDESCENCE DE VIOLENCE EN ALGÉRIEN , L’INSÉCURITÉ EST AU MAXIMUM , ATTAQUE DE SIMPLE CITOYEN MÉME À L’INTÉRIEUR DE LEUR MAISONS . chose qui n’arrive même pas en Somalie ((avec respect au somaliens)) , ni ailleurs dans le monde ==== la solution qui reste , pour éliminer ses vermines , c’est de suivre l’exemple des hommes fort dans la localité de Sidi Aïssa wilaya blida , où, selon les dires des habitants, quatre personnes âgées entre 20 et 35 ans, bien connues pour leur comportement mafieux ont été attaquées de nuit par une vingtaine de personnes armées de pelles, de haches…Il s’agit, selon les dires de la population, d’une descente nocturne punitive des gens qui se sont sentis débordés par les agissements de ces personnes……….

    ===================
    simplement pour se défendre et vivre malgré tous avec le peu de dignités possible , c’est de s’ auto-défendre , car si chaque quartier s’organise de la sorte , on n’entendra plus parler de ses malheureux événement ramener des siècles passée et dirigés par des plus pires ennemies des algériens, ET QUI MENACE LA RACE HUMAINE TOUTE ENTIÈRE .
    c’est un devoir de chacun de se défendre et défendre ses biens et ses proches.
    ou on est des hommes ou on ne l’est pas …..le MAL NE L’A JAMAIS EMPORTÉ SUR LE BIEN .




    0
  • djazayri basséte
    5 novembre 2009 at 18 h 36 min - Reply

    Algériens , Algérienne …c’est vrai qu’il y plus ou moins des mésententes entre algérien , chose normal , qui existe partout dans le monde , mais , mais quand il y a urgence , c’est l’unité qui l’emporte .========
    SES DERNIÈRES SEMAINES IL YA RECRUDESCENCE DE VIOLENCE EN ALGÉRIEN , L’INSÉCURITÉ EST AU MAXIMUM , ATTAQUE DE SIMPLE CITOYEN MÉME À L’INTÉRIEUR DE LEUR MAISONS . chose qui n’arrive même pas en Somalie ((avec respect au somaliens)) , ni ailleurs dans le monde ==== la solution qui reste , pour éliminer ses vermines , c’est de suivre l’exemple des hommes fort dans la localité de Sidi Aïssa wilaya blida , où, selon les dires des habitants, quatre personnes âgées entre 20 et 35 ans, bien connues pour leur comportement mafieux ont été attaquées de nuit par une vingtaine de personnes armées de pelles, de haches…Il s’agit, selon les dires de la population, d’une descente nocturne punitive des gens qui se sont sentis débordés par les agissements de ces personnes……….

    ===================
    simplement pour se défendre et vivre malgré tous avec le peu de dignités possible , c’est de s’ auto-défendre , car si chaque quartier s’organise de la sorte , on n’entendra plus parler de ses malheureux événement ramener des siècles passée et dirigés par des plus pires ennemies des algériens, ET QUI MENACE LA RACE HUMAINE TOUTE ENTIÈRE .
    c’est un devoir de chacun de se défendre et défendre ses biens et ses proches.
    ou on est des hommes ou on ne l’est pas …..le MAL NE L’A JAMAIS EMPORTÉ SUR LE BIEN .




    0
  • djazayri basséte
    5 novembre 2009 at 18 h 36 min - Reply

    Algériens , Algérienne …c’est vrai qu’il y plus ou moins des mésententes entre algérien , chose normal , qui existe partout dans le monde , mais , mais quand il y a urgence , c’est l’unité qui l’emporte .========
    SES DERNIÈRES SEMAINES IL YA RECRUDESCENCE DE VIOLENCE EN ALGÉRIEN , L’INSÉCURITÉ EST AU MAXIMUM , ATTAQUE DE SIMPLE CITOYEN MÉME À L’INTÉRIEUR DE LEUR MAISONS . chose qui n’arrive même pas en Somalie ((avec respect au somaliens)) , ni ailleurs dans le monde ==== la solution qui reste , pour éliminer ses vermines , c’est de suivre l’exemple des hommes fort dans la localité de Sidi Aïssa wilaya blida , où, selon les dires des habitants, quatre personnes âgées entre 20 et 35 ans, bien connues pour leur comportement mafieux ont été attaquées de nuit par une vingtaine de personnes armées de pelles, de haches…Il s’agit, selon les dires de la population, d’une descente nocturne punitive des gens qui se sont sentis débordés par les agissements de ces personnes……….

    ===================
    simplement pour se défendre et vivre malgré tous avec le peu de dignités possible , c’est de s’ auto-défendre , car si chaque quartier s’organise de la sorte , on n’entendra plus parler de ses malheureux événement ramener des siècles passée et dirigés par des plus pires ennemies des algériens, ET QUI MENACE LA RACE HUMAINE TOUTE ENTIÈRE .
    c’est un devoir de chacun de se défendre et défendre ses biens et ses proches.
    ou on est des hommes ou on ne l’est pas …..le MAL NE L’A JAMAIS EMPORTÉ SUR LE BIEN .




    0
  • djazayri basséte
    5 novembre 2009 at 18 h 36 min - Reply

    Algériens , Algérienne …c’est vrai qu’il y plus ou moins des mésententes entre algérien , chose normal , qui existe partout dans le monde , mais , mais quand il y a urgence , c’est l’unité qui l’emporte .========
    SES DERNIÈRES SEMAINES IL YA RECRUDESCENCE DE VIOLENCE EN ALGÉRIEN , L’INSÉCURITÉ EST AU MAXIMUM , ATTAQUE DE SIMPLE CITOYEN MÉME À L’INTÉRIEUR DE LEUR MAISONS . chose qui n’arrive même pas en Somalie ((avec respect au somaliens)) , ni ailleurs dans le monde ==== la solution qui reste , pour éliminer ses vermines , c’est de suivre l’exemple des hommes fort dans la localité de Sidi Aïssa wilaya blida , où, selon les dires des habitants, quatre personnes âgées entre 20 et 35 ans, bien connues pour leur comportement mafieux ont été attaquées de nuit par une vingtaine de personnes armées de pelles, de haches…Il s’agit, selon les dires de la population, d’une descente nocturne punitive des gens qui se sont sentis débordés par les agissements de ces personnes……….

    ===================
    simplement pour se défendre et vivre malgré tous avec le peu de dignités possible , c’est de s’ auto-défendre , car si chaque quartier s’organise de la sorte , on n’entendra plus parler de ses malheureux événement ramener des siècles passée et dirigés par des plus pires ennemies des algériens, ET QUI MENACE LA RACE HUMAINE TOUTE ENTIÈRE .
    c’est un devoir de chacun de se défendre et défendre ses biens et ses proches.
    ou on est des hommes ou on ne l’est pas …..le MAL NE L’A JAMAIS EMPORTÉ SUR LE BIEN .




    0
  • djazayri basséte
    5 novembre 2009 at 18 h 36 min - Reply

    Algériens , Algérienne …c’est vrai qu’il y plus ou moins des mésententes entre algérien , chose normal , qui existe partout dans le monde , mais , mais quand il y a urgence , c’est l’unité qui l’emporte .========
    SES DERNIÈRES SEMAINES IL YA RECRUDESCENCE DE VIOLENCE EN ALGÉRIEN , L’INSÉCURITÉ EST AU MAXIMUM , ATTAQUE DE SIMPLE CITOYEN MÉME À L’INTÉRIEUR DE LEUR MAISONS . chose qui n’arrive même pas en Somalie ((avec respect au somaliens)) , ni ailleurs dans le monde ==== la solution qui reste , pour éliminer ses vermines , c’est de suivre l’exemple des hommes fort dans la localité de Sidi Aïssa wilaya blida , où, selon les dires des habitants, quatre personnes âgées entre 20 et 35 ans, bien connues pour leur comportement mafieux ont été attaquées de nuit par une vingtaine de personnes armées de pelles, de haches…Il s’agit, selon les dires de la population, d’une descente nocturne punitive des gens qui se sont sentis débordés par les agissements de ces personnes……….

    ===================
    simplement pour se défendre et vivre malgré tous avec le peu de dignités possible , c’est de s’ auto-défendre , car si chaque quartier s’organise de la sorte , on n’entendra plus parler de ses malheureux événement ramener des siècles passée et dirigés par des plus pires ennemies des algériens, ET QUI MENACE LA RACE HUMAINE TOUTE ENTIÈRE .
    c’est un devoir de chacun de se défendre et défendre ses biens et ses proches.
    ou on est des hommes ou on ne l’est pas …..le MAL NE L’A JAMAIS EMPORTÉ SUR LE BIEN .




    0
  • djazayri basséte
    5 novembre 2009 at 18 h 36 min - Reply

    Algériens , Algérienne …c’est vrai qu’il y plus ou moins des mésententes entre algérien , chose normal , qui existe partout dans le monde , mais , mais quand il y a urgence , c’est l’unité qui l’emporte .========
    SES DERNIÈRES SEMAINES IL YA RECRUDESCENCE DE VIOLENCE EN ALGÉRIEN , L’INSÉCURITÉ EST AU MAXIMUM , ATTAQUE DE SIMPLE CITOYEN MÉME À L’INTÉRIEUR DE LEUR MAISONS . chose qui n’arrive même pas en Somalie ((avec respect au somaliens)) , ni ailleurs dans le monde ==== la solution qui reste , pour éliminer ses vermines , c’est de suivre l’exemple des hommes fort dans la localité de Sidi Aïssa wilaya blida , où, selon les dires des habitants, quatre personnes âgées entre 20 et 35 ans, bien connues pour leur comportement mafieux ont été attaquées de nuit par une vingtaine de personnes armées de pelles, de haches…Il s’agit, selon les dires de la population, d’une descente nocturne punitive des gens qui se sont sentis débordés par les agissements de ces personnes……….

    ===================
    simplement pour se défendre et vivre malgré tous avec le peu de dignités possible , c’est de s’ auto-défendre , car si chaque quartier s’organise de la sorte , on n’entendra plus parler de ses malheureux événement ramener des siècles passée et dirigés par des plus pires ennemies des algériens, ET QUI MENACE LA RACE HUMAINE TOUTE ENTIÈRE .
    c’est un devoir de chacun de se défendre et défendre ses biens et ses proches.
    ou on est des hommes ou on ne l’est pas …..le MAL NE L’A JAMAIS EMPORTÉ SUR LE BIEN .




    0
  • Congrès du Changement Démocratique