Édition du
23 March 2017

Mouloud Mammeri

Mouloud Mammeri 2

« Quand trop de sécheresse brûle les coeurs,
Quand la faim tord trop d’entrailles,
Quand on rentre trop de larmes,
Quand on baillonne trop de rêves,
C’est comme quand on ajoute bois sur bois sur le bûcher,
A la fin, il suffit du bout de bois d’un esclave,
pour faire,
dans le ciel de Dieu
et dans le coeur des hommes
le plus énorme incendie. »


Nombre de lectures : 2814
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Kara Fawzi
    2 novembre 2009 at 13 h 28 min - Reply
  • général
    2 novembre 2009 at 13 h 51 min - Reply

    Cette citation de Mouloud Mammeri était une prémonition à la guerre 54-62 , pourtant oh combien elle est d actualité. Contrairement aux années du colonianisme la haine est presente entre algeriens aussi j ai bien peur que ce feu de dieu ne consume cette fois le peuple lui meme au lieu des miserables responsables de la tragedie algerienne.




    0
  • thirga
    5 novembre 2009 at 23 h 28 min - Reply

    Ils ont assassiné l’homme, non son oeuvre. Elle a fleuri depuis meme à travers le printemps noir. Da L’Mouloudh dort de son sommeil du Juste.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique