Édition du
25 March 2017

Le clan d’Oujda a perdu la bataille du Sahara Occidental

Sahara occidental

Par Saâd Lounès

Le dernier refoulement d’un avocat et de journalistes marocains à l’aéroport d’Alger est une grave erreur diplomatique. Il ne reste plus à Bouteflika et au clan d’Oujda que des bavures policières pour exprimer leur vision autoritariste sur la question du Sahara Occidental.

Ce conflit inutile engagé à la hussarde par Boumediene, après le coup d’Etat manqué et la mort de son ami le général Mohamed Oufkir en août 1972, n’a en fait été qu’un prétexte de déstabilisation de la monarchie alaouite. (1)

Face à l’adversité du pouvoir socialiste algérien et ses alliés de l’opposition marocaine, Hassan II avait réussi à consolider son trône. Après 10 ans de règne, Mohamed VI a fait du Maroc un «modèle à suivre pour l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient» selon les termes de la secrétaire d’Etat Hillary Clinton au Forum de l’Avenir à Marrakech devant un parterre de diplomates du monde entier.

Le Maroc n’en finit plus d’engranger les bénéfices d’une nouvelle stratégie pragmatique et conquérante initiée depuis le lancement des négociations directes avec le Front Polisario sous l’égide de l’ONU en juin 2007.

Paradoxalement, c’est en utilisant les méthodes algériennes que le Maroc a pu avancer de manière spectaculaire dans la résolution du conflit à son avantage par une gestion efficace du renseignement et l’intégration des clientèles sahraouies dans le jeu politique national.

La bataille du renseignement

En nommant son camarade de classe et ami d’enfance Mohamed Yassine Mansouri à la tête de la DGED, le roi a changé la donne qui présidait jusqu’alors au sein des services secrets marocains. Civil et technocrate, Mansouri suit une feuille de route stratégique d’action en avançant une à une ses pièces sur l’échiquier sahraoui pour mettre en échec la partie algérienne, la seule qui s’oppose à un règlement définitif du conflit.

Mansouri agit sur plusieurs cibles pour désosser le Polisario et retourner contre l’Algérie ses principaux atouts qu’étaient le Front et les camps de Tindouf. En participant à toutes les phases de négociation de Manhasset, Mansouri effectue un travail de sape pour retourner les dirigeants sahraouis.

Il a également réussi un coup de maître surprenant en envoyant pour la première fois dans les camps de Tindouf une mission d’information et de renseignement sous couverture de presse. Un journaliste et un photographe d’un hebdomadaire marocain ont pénétré dans les camps de Tindouf et publié un reportage en été 2008. (2)

Ils y ont aussi recueilli une somme de renseignements et de photos très utiles pour dénoncer auprès des instances onusiennes les conditions de «séquestration» des sahraouis par les autorités algériennes.

Conforté par le soutien de tous les pays arabes, parachevé dernièrement par la reconnaissance libyenne de la marocanité du Sahara, Mansouri utilise à fond la carte maîtresse mauritanienne. Outré par le mépris que lui a manifesté Bouteflika, le nouveau président mauritanien Mohamed Ould Abdelaziz se dévoue pour la cause marocaine et œuvre à la reddition des chefs du Polisario en recevant très souvent le patron de la DGED.

Sur le plan intérieur, de plus en plus de sahraouis sont intégrés sur la scène politique nationale. Les stratèges marocains ont dernièrement réussi un coup de maître en portant à la présidence de la Chambre des Conseillers, un médecin sahraoui Mohamed Cheikh Biadillah, dont le propre frère est Brahim Ahmed Mahmoud Biadillah, dit «Gregou», responsable de la 2ème région militaire et ancien chef de la sécurité militaire du Polisario, qui figure en bonne place sur une liste de tortionnaires du Polisario. (3)

C’est un signal très fort auquel ne sont pas insensibles les notables sahraouis qui y voient un appel à une course à toutes les investitures dans le train du dynamisme politico-économique marocain. Entre la prospérité du destin national de Mohamed Cheikh, et l’éternelle attente l’arme au pied du «Désert des Tartares» de Gregou, le choix est vite fait.

D’autant que le projet royal d’Autonomie prévoit une amnistie pour les combattants sahraouis. Une autre façon d’imiter les algériens en laissant indéfiniment ouvertes les portes de la réconciliation.

Le désastre diplomatique de Bouteflika

Face à cette cascade de succès marocains, on ne peut que s’interroger sur l’anesthésie qui frappe le pouvoir algérien. L’explication est double.

Tout d’abord ce conflit n’a jamais reçu d’adhésion populaire, les algériens se contrefichent de cette histoire de Sahara. Hormis un FLN moribond qui ne s’exprime sur ce lourd héritage que du bout des lèvres, les partis politiques ont ouvertement déclaré leur désaccord sur la position algérienne et n’ont aucun contact avec le Polisario. C’est ce qui a encouragé la témérité de l’Association du Sahara Marocain à venir en Algérie même faire du lobbying pour la résolution du conflit.

Ensuite, la gestion du Polisario a toujours été une chasse gardée du clan d’Oujda dirigé par le couple Boumediene-Bouteflika et les chefs de la Sécurité Militaire. Après la mort de Boumediene et la mise à l’écart de Bouteflika et Kasdi Merbah, patron de la SM, c’est le général Larbi Belkheir qui s’est accaparé de ce dossier stratégique et lucratif où s’entremêlent diplomatie parallèle, fonds secrets et commerce d’armes.

Depuis la disparition mystérieuse de Belkheir, très malade selon sa famille ou décédé selon d’autres sources, on ne sait plus qui est vraiment en charge de ce dossier. Le très efficace chef du contre-espionnage, le général Smaïn Lamari qui gérait le Polisario sous les ordres de Belkheir, est décédé en été 2007 sans qu’on sache vraiment qui l’a remplacé.

De plus en plus isolés à l’intérieur comme à l’extérieur du pays, Bouteflika et son clan d’Oujda ont définitivement perdu la bataille du Sahara Occidental. La dernière gifle retentissante qu’a reçu Bouteflika vient de son ami Khaled qui, après avoir exprimé publiquement ses griefs contre l’anti-marocanisme du gouvernement algérien, a entériné la marocanité du Sahara en allant chanter au dernier festival du dromadaire à Laâyoune.

Placé en situation d’échec et mat par la maîtrise d’œuvre marocaine et la péremption politique de Bouteflika, il ne reste au pouvoir algérien qu’une porte de sortie dans ce conflit. Abandonner son intransigeance, laisser le Polisario négocier librement, seul et sans aucune contrainte, fermer les camps de Tindouf et ouvrir les frontières avec le Maroc.

Saâd Lounès

(1) http://saadlounes.unblog.fr/la-vengeance-des-amis-doufkir/

(2) http://reflexionsetautresidees.blogs.courrierinternational.com/archive/2008/06/30/telquel-a-tindouf.html

(3) http://www.saharamarocain.net/modules/smartsection/item.php?itemid=43


Nombre de lectures : 2411
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • admin
    12 novembre 2009 at 11 h 23 min - Reply

    Sauvegardes au 12 11 2009

    35 Commentaires
    Vous pouvez suivre les messages de ce sujet a travers le flux RSS RSS 2.0 .
    Vous pouvez commenter cet article, ou faire un trackback depuis votre site.
    Vous pouvez aussi répondre à un commentaire en cliquant sur la flêche près du nom de l’auteur du commentaire.

    El Houari
    nov 4, 2009 21:42

    La lecture de cet article rappelle les propagandes colonialistes françaises qui voulaient faire passer leur échec en Algérie pour une victoire. Nous sommes en 2009, et la liberté de chacun est la seule chose qui lui est le plus chère dans ce monde.

    N’interdisant pas au peuple Sahraoui ce que nous revendiquons haut et fort.

    Il est criminel de minimiser cette soif de liberté et d’indépendance de cette manière.

    Si ce monsieur a des commentaires à faire sur la gestion de ce dossier il doit se positionner en tant que tel.

    Et s’il veut faire des commentaires sur celle des gouvernants Algériens c’est une autre paire de manche.

    Maintenant s’il veut louer sa majesté marocaine il faudra qu’il prenne la peine de demander l’avis de cette dernière, car la liste est longue au Maroc et je pense qu’il doit attendre longtemps.

    Et pour finir le Maroc doit se préoccuper plus de Sebta ET Melilla occupées de nos jours par l’Espagne sur son propre territoire sans qu’il ne puisse même pas avoir l’espoir de rêver y mettre les pieds.

    Quant aux peuple Maghrébins, qu’ils soient Algériens, Marocain, Tunisiens….. Il restera le peuple.

    edit

    still
    nov 4, 2009 22:35

    Laisser le Polisario negocier librement est une affaire.Ouvrir les frontieres avec le Maroc en est une autre.Il ne faut malanger les genres.
    Et puis, marocain ou pas marocain, »le Sahara Occidental » est une affaire hautement geo-strategique pour l’Algerie.Mais comme celle-ci est malade de son systeme moribond,de sa credibilite fortement ebrechee,tous ses engagements en souffrent y compris le dossier du Sahara.
    A mon avis, le Maroc doit calmer le jeu en attendant l’avenement a court terme d’une nouvelle equipe au pouvoir.Une equipe qui s’occupera de construire un Etat de droit et des institutions solides et saines au lieu de proceder a un lifting permanant,onereux et inutile de son « image exterieure ».Cette equipe ne manquera pas de jauger, de juger et d’expedier les dossiers qui entraveraient le developement et la stabilite de l’Algerie.

    edit

    Hamid
    nov 4, 2009 23:03

    Bonsoir ,

    Cet article est surprenant et je dois avouer que la vérité concernant l’ingérence de l’Algérie au problème du Sahara Occidental me fait honte!

    J’ai décortiqué l’article ainsi que ceux associés aux liens 1,2,3 qui sont de véritables révélations sur le rôle du clan d’Oujda.

    Aprés analyse il me semble ,selon moi , que nos gouvernants comptaient se partager le territoire sahraoui tout comme ils se sont partagé l’Algérie!

    Après lecture des commentaires précédents j’ai l’impression que leurs auteurs ont mal compris les motivations du clan d’Oujda à s’ingérer dans un (conflit Maroco-Sahraoui).
    Merci.

    edit

    arezki
    nov 5, 2009 1:37

    Je ne dis pas qu’il faut abandonner les sahraouis de l’ouest,mais quand meme depuis le temps que ça pourri les relations entre les deux pays,il faut y mettre un terme à cette mascarade inhumaine à des fins purement économiques que ça soit d’un bord ou de l’autre,c’est pas bien ce qu’on leur fait subir,c’est du
    n’importe quoi,que ces oujdistes aillent jusqu’à refouler des journalistes marocains ça devient une maladie là;
    Attention le pouvoir marocain n’est pas blanc comme neige,mais pas du tout,il jette en prison des journalistes comme nos baathistes le font si bien,c’est au peuple de dire ce qu’il veut,nous algeriens,et
    bien nous voulons que les généraux nous fouttent la paix ,et aux oujdistes de décamper d’aller voir ailleurs
    quelque chose à détourner car leur fin approche à grand pas,si ce n’est pas le cas nous irons droit dans le mur et c’est la fin de l’algerie,ils gèrent l’algerie comme si c’était leur propriété,quand ils sont arrivés en 1999 sale année de l’algerie,laisser revenir ces khoubathas et nous commander en primes c’est l’appothéose ,ils sont arrivés sans faire le moindre bruit comme disait « MATOUB LOUNES » ellah-
    irahmou KECHMEN LEHKOUM ESTHEFDHENTS? ils ont pénétré le pouvoir sur les doigts du pied pour pas faire de bruit,et maintenant ils font des lois par ordonnance pour nous narguer et nous emmerder ,ils font et ils défont des gens comme bon leur semble il faut leur plaire à ces moins que rien qui sont pourri jusqu’à l’os.
    Regardez !ils ne sont meme pas fréquentables quel chef d’état de renommé s »amène en algerie aucun,si les vautours qui viennent prendre leur part du gateau ah pardon du trésor des algeriens…
    J’en ai marre de ces gens la sans fois ni loi,ni dignité,aucune pensée pour leur pays et leur patrie par définition je leur hotte la nationalité algerienne qu’il gardent la française qu’ils ont de toute façon depuis belle lurette et qu’ils dégagent de chez nous
    c’est chez nous bon dieu,pendant la guerre ou étaient ils tous ces guignoles,cachés ou sous les rangs de l’armée française biensur,aujourd’hui ils nous parlent du premier novembre en quelle qualité,? de:
    khoubathas,de faux patriotes au service de la france et de sur croit d’israel allons arrettons les sautises MOI je dis
    VIVE L’ALGERIE

    edit

    Pensee libre
    nov 5, 2009 2:28

    Actuellement detenu au Maroc Brahim Dahane President de l’organisation saharawi des droits de l’homme (ASVDH ) s’est vu decerne le Swedish Human Rights Award
    pour avoir combattu avec endurance, pacifiquement, courage et en risquant sa propre vie afin de defendre les droits de l’homme dans le Sahara occidental.
    Avant de fermer les camps, ouvrir les frontieres il est preferable de liberer immediatement et sans conditions les prisonniers politiques et d’opinion.

    edit

    Mhamed
    nov 5, 2009 9:55

    Autant Oriana Fallaci m’a fait retourné vers ma culture arabo-musulmane , autant ce Saâd Lounès va me faire aimer le Clan d’Oujda moi qui a une sainte horreur du clanisme et de la 3rouchia !
    Le Sahara occidental est inscrit à la IVème commission des Nations Unies qui s’occupe des territoires à décoloniser , je ne comprendrai jamais qu’un descendant d’indigènes de la France coloniale puisse etre du coté des colonisateurs et si ce soutien est dicté par des considérations partisanes , c’est encore plus grave car on passe au niveau du « chalabisme » qui consiste à s’allier avec l’ennemi pour soi-disant libérer son pays de la dictature comme ce fut le cas de l’irakien Ahmed Chalabi avec les Américains !
    Personnellement , je soutiens la droit à l’autodétermination du peuple sahrawi non pas par anti-marocanisme comme le suggère cet article mais par une conviction profonde chevillée au corps que l’Algérie ne peut pas et ne doit pas laisser tomber une petit peuple qui a fui son pays occupé pour se refugier chez nous ; on n’a pas le droit de faire de la politique partisane au détriment d’un peuple en danger !

    edit

    Si Tchad
    nov 5, 2009 10:05

    L’affaire du Sahara est un gigantesque drame dont les victimes sont, par ordre de souffrance : les sahraouis (ceux des camps, pas ceux du Saint Georges), les algériens, et les marocains (les zawaliyya, pas les généraux). Si vous demandez aux généraux algérien et marocain qui « gèrent » les régions frontalières, ils vous diront en chœur : « pourvu que ca dure » (Programme de l’UMA: essence contre kif).

    Mais nos despotes le savent et jouent le jeu. Des fois, quant ils sont souls, il leur arrive de reconnaitre la mascarade, comme Nezzar qui, il y a qlq années affirmait que c’était scandaleux de laisser griller des appelés algériens à Tindouf, alors que nous sommes supposés être des peuples frères. Sauf que lui a commandé cette région pendant de longues années. Il s’était fait lynché par les journaux DRS, et depuis, il ne l’a plus ouvert sur ce sujet…

    Si Tchad

    edit

    adam
    nov 5, 2009 10:50

    Cet article est ouvertement pro marocain et occulte beaucoup de réalités. sans être un spécialiste en politique, il est aisé de reconnaitre d’abord que c’est un problème sahraoui-marocain et que l’algérie ne fait qu’appuyer la position sahraoui qui est la lutte pour l’indépendance. les sahraouis ont-ils raison ou tord de vouloir leur indépendance ? à la limite c’est leur problème; et l’algérie ne leur a pas mis un pistolet sur la tempe pour les pousser à s’opposer à la politique marocaine. il est aussi vrai que l’indépendance sahraoui arrange les affaires de l’algérie, face à une monarchie expansionniste qui a même des visées sur une partie de l’ouest algérien, sans oublier les avantages économiques que représenteraient un couloir sur l’atlantique. Delà à accuser l’algérie de tous les maux et fermer les yeux sur les dérives de la dictature chérifienne, c’est un pas qu’une écrasante majorité d’algériens ne voudra pas franchir.
    Il faut aussi dire que cette politique expansionniste du maroc est encouragée et applaudie par israêl qui trouve là un moyen inespéré de banaliser, voire légitimer sa politique criminelle contre le peuple palestinien.

    edit

    rachid 2
    nov 5, 2009 17:04

    Le clan d’oujda et particulierement fakhamoutouhou ont tres vite compris la leçon des lignes rouges tracées par les generaux et lesquelles feu Boudiaf l’avait payé de sa vie surtout quand il avait voulu savoir un peu sur leurs comptes a paris et quand il voulait trouver une solution avec le maroc pour les sahraouis … Ces generaux considerent le maroc comme leur pire ennemi ou leur mauvais cauchemar.
    Rappelons nous que nos anciens prof d’histoire nous avait toujours dit sur le sahara qu’il etait marocain pendant l’occupation espagnole …
    Comparer l’occupation française de l’algerie par la france à celui du maroc du sahara occidental releve de la pure ignorance …voyons !!!
    je crois que nos generaux sont tres mal placés pour defendre le droit des peuples a l »autodetermination quand on connait leur passé dans la persecution et l’execution des chouhadas…
    Cette affaire a decribilisé l’algerie et tous les algeriens aux yeux de tous le monde arabo-musulmans et occidental en dehors de quelques independistes basques en mal de reconnaissance chez eux et dautres qui se rendent de temps en temps a tindouf avec une prise en charge totale avec l’argent du pauvre peuple …
    Que les responsables algeriens et marocains aient l’audace de s’assoir autour d’une table comme des adultes et regler leurs differents frontaliers … au lieu de faire diversion avec l’affaire du sahara et manipuler les pauvres sahraouis naifs sachant que leurs responsables font des affaires sur leurs dos…demander la repantence aux français alors la majorité des ministres sont binationaux ( bien que legitime mais pas demandé par des harkis …

    edit

    MTM
    nov 5, 2009 19:25

    Vous avez aimé le Maroc avant la phagocytose imminente du Sahara occidental, vous allez l’adorer après.

    La question du Sahara est une question d’autodétermination que le Maroc rechigne à faire. C’est une résolution des Nations unis qu’il faut appliquer à la lettre si l’on ne veut pas ignorer le droit irréfragable d’un peuple décolonisé de choisir librement son destin. On ne connaît pas très bien les dessous des uns et des autres dans cette histoire du Sahara, trop mensonges et de manipulations, des deux côtés de la frontière, rendent la tâche d’une analyse neutre et objective très ardue, mais un referendum libre et chapeauté par l’ONU, sur l’autodétermination soulage la conscience de ceux qui veulent uniquement la vérité et veulent vraiment éviter de fouler au pied le droits des peuples de disposer de lui-même. Si les Sahraouis se prononceront pour une allégeance au roi du Maroc, la victoire de celui-ci « sur l’Algérie », sera immense. Les Algériens mesureront l’étendue de l’imposture du clan d’Oujda. Mais le roi M6 refuse d’adopter cette solution et l’on imagine un peu pourquoi…

    Cela étant dit, le vrai problème entre l’Algérie avec le Maroc, est ailleurs. La Maroc risque de nous poser de gros problèmes (et pas seulement au clan d’Oujda) une fois, son unité territoriale affirmée et consolidé et que son économie se rétablit. À mon avis, il ne faut jamais ouvrir les frontières avec ce pays ni d’établir des relations de quelque sorte que ce soit avant que leur parlement ne ratifie le tracé des frontières avec l’Algérie. Une requête refusée même au président Chadli Benjedid qui pourtant avait de bonnes dispositions envers ce grand voisin. Tous les autres pays ont accepté de ratifier le tracé des frontières avec l’Algérie sauf le Maroc. Le royaume chérifien voit grand et reste nostalgique à une prétendue ancienne puissance régionale. C’est un grand danger, latent, qui risque d’embraser la région dans un avenir proche. Il suffit qu’une puissance étrangère souffle sur les braises pour agenouiller encore plus l’Algérie.

    edit

    ca21dz
    nov 6, 2009 9:10

    « Ce conflit inutile engagé à la hussarde par Boumediene, après le coup d’Etat manqué et la mort de son ami le général Mohamed Oufkir en août 1972, n’a en fait été qu’un prétexte de déstabilisation de la monarchie alaouite. (1) »

    Monsieur El ounes : si boumedienne avait reussi ce que vous pretendes ca sera une bonne chose de se debarasser d’une monarchie au Maghreb et aujourd’hui pas seulement le Sahara qui sera libre ca serais tous le maghreb
    Voyez-vous finalement ce confilit peut etre utile, ne se voilant pas la face les alouite est une malediction pour tout le maghreb Monsieur El Ounasse.

    edit

    tacili
    nov 6, 2009 13:49

    Salut tout le monde

    Meme si l’article apparait, curieusement dans une premiere lecture comme pro-marrocain, je ne pense pas qu’il le soit apres mure reflexion. A moins que certains veulent voire dans M.Lounes un agent de sa majeste Mohamed 6.

    C’est plutot un pamphlet realiste, terre a terre qui met a nu les fallites de politiques suicidaires du clan de Oujda dont l’eexistence est bien reelle.

    Quand aux fantasmes que certains continuent a caresser en evoquant un soit disant droit du peuple Sahraoui a l’autodetermination, je me demande quels sont leurs arguments car ce Polisario et ce peuple ont ete mis place d’abord ans les laboratoires de la defunte SM avant de devenir une realite sociale.

    Meme si Le Maroc n’est pas ce modele si triomphant ( il recoit les compliments pour son role dans la torture des detenus islamistes ensuite transferes a Guantanamo et non pour ses exploits economiques: le taux de pauvrete est alarmant dans ce pays) , il est neanmoins utile de reconnaitre une certaine practicalite a la solution proposee par le roi et sa dimension moderne contrairement au Taghenent du Clan de Oujda.

    Les algeriens seront surpris lorsqu’un jour ils decouvriront les sommes effarantes depensees sur la lutte fictive du peupel saharaoui au lieu d’etre injectees dans l’economie nationale.

    Il est a noter egalement que le desinteret du peuple algerien par rapport a cette question, comme le souleve l’auteur est le meme de l’autre cote de la frontiere. Les deux peuples s’en fichent copieusement. C’est une affaire d’egos heritee par le fils naturelle du Roi hassan 2 et le fils spirituel de Boumediene , Bouteflika 3.

    Merci

    edit

    Ahmed
    nov 6, 2009 16:40

    Rien n’interdit au Sahraoui de voter leur intégration au Maroc…Connaissez-vous un peuple assez fou pour voter une chose pareil. ? N’étant pas plus fou que les autres les sahraouis ne se sentent pas en plus du tout marocain. La misérable partie de domino qui se joue et qui tien lieu de haute politique consiste à ce que le régime alaouite a toujours cherché à favoriser le séparatisme kabyle pour monnayer la position algérienne sur la question du Sahara. Sahara contre Kabylie. Double six ou double blanc…Vielle chimère marocaine. Ce qui est nouveau par contre c’est que les Partis berberistes MAK, FFS, RCD ??? qui n’ont jamais porté dans leur cœur cette Republique qui se defini comme Arabe jouent plus ou moins ouvertement le jeu du régime alaouite…De l’enfantillage politique ni plus ni moins.
    Et puis, il faut le dire, sans l’Algérie qui les bride beaucoup, ça fait longtemps que le Sahraouis seraient indépendants et que le problème aurait déjà été réglé. Ils savent se battre ces braves Sahraouis. Ils passent pas leur vie à gigoter sur internet.

    edit

    MTM
    nov 6, 2009 17:37

    Le Polisario est peut-être une création de Boumediene, mais les notables sahraouis promarocains sont aussi une création du Makhzen. Qui dit vrai, qui ment, un referendum sur l’autodétermination seul tranchera.

    L’autonomie est un leurre qui ne trompe que ceux qui laissent leur haine de la mafia militarofinancière l’emporter sur la lucidité. L’autonomie qui ne veut absolument rien dire dans un régime totalitaire, est une concession tactique et temporaire inventée par le makhzen pour annexer définitivement le Sahara occidental sans coup férir. Après quelques années ou quelques décennies, les Sahraouis retrouveront… leur patriotisme marocain et les délices du royaume chérifien « en toute souveraineté » et s’y uniront avec unanimité lors d’une autre grande marche verte… Ce happy-end est déjà prévu dans un décor sublime où le méchoui sera dévoré à la santé de l’Algérie en attendant que le thé soit bu toujours à leur santé à Tindouf, Figuig et Tlemcen. C’est fou que le destin d’une population se décide toujours sans son consentement.

    edit

    Karima
    nov 6, 2009 19:48

    Libre a ce journaliste d’exprimer ses pensees et son opinion concernant Le conflit Sahara occidentale et Maroc que je trouve d’ailleurs douces????? et legeres, a le croire, le Maroc est une belle reussite, tant mieux pour le Maroc et tant mieux encore si leur envie d’etre mieux que nous les pousse a faire mieux.Hilary Clinton dira toujours ce qui est necessaire pour proteger les interets des Etats Unis d’Amerique, cher journaliste et elle nous le fera jamais par amour pour vous ou pour le Maroc.Quant au conflit , a mon humble avis , c’est au Saharaouis de le regler avec le Maroc.Je dirai aussi aux Marocains pourquoi n’essayez-vous pas de recuperer SEBTA ET MELLILA, sans aucun doute ils vous appartiennent et je suis sure que l’Algerie vous epaulera.

    edit

    thirga
    nov 6, 2009 21:32

    On ne qu’etre outré de voir la haine contre un régime, un clan au pouvoir au service d’un autre régime, d’une famille qui descendrait des cieux pour disposer d’un peuple. La misère imposée au peuple frere du Maroc est trop lourde, les bons points de Mme Clynton n’y feront rien. En m’attardant sur la chaines medisat marocaines, des scènes de familles marocaines en transhumance menant une vie primitive cederent la place à la luxure de riches villas mauresques avec jardins pour attirer des touristes …Pour ce qui est du Rio de Oro, on aurait aimé voir ces aventuriers du Roi liberer ce territoire nord africain des griffes de Fronco. Hélas ces aventuriers du Roi, un descendant du Prophéte, parait-il (?), a laché sa horde pour dépouiller ces nobles descendants des Mourabitounes.

    edit

    djamal
    nov 6, 2009 23:00

    Mais enfin ou est le probleme si les Marocains recuperent ou aquierent le sahara….
    Pour ceux qui parlent de misere du peuple Marocain, il est a signaler que ce pays ne dispose pas d’une rente de milliards de dollars, comme c;est le cas de l’Algerie…DIAR ECHEMS c’est hier et c’est a moins de 1000 metres du palais presidentiel et du ministere des AE…Incroyable des qu’il s’agit de ce que le pouvoir boukharoubiste appel la ((QUESTION SAHRAOUI)), c’est le deversement de la haine et de l’insulte..A tous ceux qui parlent de monarchie et de je ne sais quoi comme terminologie marxiste -leniniste, ont-ils oublie que Boukharouba avait DROIT DE VIE ET DE MORT SUR DES MILLIONS D’ALGERIENS AVEC EN PRIME LES DAF…I
    HASSAN II n’en deplaise aux boukharoubistes et aux socialo-communistes a la carte, n’a tout de meme pas fait massacrer plus d’un quart de millions de ses habitants a cause d’une election libre…la decennie rouge c’est la consequense du pouvoir boukharoubiste qui continue d’exister et nous a reduit a cette misere intellectuelle . economique, sociale,etc…
    J’ai moi-meme ete jusqu’au camp de TINDOUF, il y a de cela plus de 20 ans…et j’ai vue la misere des gens et des soldats Algeriens dont la plupart si ce n’est les 95% d’entre eux etaient des appeles du contingent …A llez faire une enquete sur les appeles de tindouf et vous verrez ce qu’ils vous diront, un de mes cousins a passe 18 mois a tindouf, ce qu’il; m’a raconte etait tout simplement inimaginable et cela se passait il y a de cela pres de 25 ans…
    L’affaire du sahara occidentale n’est pas une affaire d’autudtermination, mais un plan machiavelique qui a consiste a mettre fin a ce que l’on appelait a l’epoque les regimes reactionnaires, comme si etre allie a l’union sovietique etait un critere de fierte, alors que ce meme empire du mal a massacre des millions de musulmans et leurs a meme interdit d’exercer leu rreligion musulmane en toute liberte,,,
    Alors SVP laissons les Sahraouis se demerder avec nos freres Marocains et arretons de jouer a la vierge effarouchee au moment ou cette interminable feuilleton MADE IN OUJDA a permis a la caste des generaux d’engranger des milliards sur le dos du peuple Algerien…..
    Je crois qu’il est plus que temps de commencer a nous occuper de nos vrais problemes au lieu de rechercher une autre conference TAMTAM pour decreter le droit a l’autodetermination du peuple sahraoui alors que nous algeriens nous ne le sommes meme pas…
    salam a tous

    edit

    rachid 2
    nov 7, 2009 12:29

    On note une grande divergence sur les avis sur le probleme du sahara … par hasard j ‘étais invité hier par un ami marocain et on a regardé un documentaire marocain que vous invite à regarder car je n’imagimais jamais ce dont sont capables de faire ces sahraouis aux marocains ( enfants ) kidnapés au maroc et transferés a tindouf avec la collaboration de notre armée … et dire qu’on croyait que ces sahraouis etaient des malheureux anges opprimés par les marocains !!!!!
    Decidement sommes nous obligés d’épouser des memes idées d’un pouvoir illegitime qui a massacré des miliers d’algeriers si oui continuons alors à le supporter et rentrons au bled et demandons lui pardon … sinon faisons tout ce qui est possible pour le faire deguerpire le plus rapidement possible …
    Le veritable ennemi des algeriens c est bien leur regime mafieux et predateur et le defendre ces idées machiaveriques c’est soit on en profite soit …

    edit

    el – hak
    nov 7, 2009 13:27

    sahara occidental _ aujourdhui entv lapelle sahara el aarabia je me demande hier le sahara etait une colonie espagnole alor ni le roi illigitime du maroc ni le president illigitime boutef na fait la guerre au espagnoles pour liberer le sahara aujourdhui espagne nest plus la les 2 clans etranger a lafrique du nord se bouffe pour remplacer les espagnole cest la honte pour ces gents qui se concidere comme musulmans

    edit

    MTM
    nov 7, 2009 15:30

    Il est marrant d’entendre des gens, surgis de nulle part, distribuer des étiquettes surannées comme soutien à leurs arguments trop légers pour être dignes de considération. Ils vous disent : vous, si vous parlez du droit des Sahraouis, vous êtes Boukharoubiste, communiste, etc. Et avec le même anonymat et le même prétendu sérieux, ils livrent des témoignages personnels qu’ils tiennent pour vérité absolue pour laquelle ils sont prêts à mettre leur main dans le feu…

    Dans les forums, les témoignages de ce type sont nuls et non avenus, sauf bien sûr s’ils émanent de ceux qui s’affichent avec leurs noms propres, qui sont connus sur la place publique et qu’ils jouissent d’une certaine respectabilité. La question touche à la rationalité et à l’esprit discursif uniquement. Arguments contre argument. Même l’histoire est parfois inutile puisque sa lecture diffère d’un côté à l’autre.

    Le problème ne peut être traité avec des gens qui aiment nager dans l’eau trouble, et poussent les polémiques vers les affrontements et les invectives en usant d’étiquettes stigmatisantes et des libelles dont seuls les fanatiques de tout bord sont capables de produire.

    L’Affaire du Sahara occidental n’est ni une question de pauvreté, ni une question de régime autoritaire algérien ou marocain; pas plus qu’elle n’est liée avec la rudesse supposée sahraouie. Elle ne saurait être débattue avec des sujets dérivatifs qui font perdre au sujet principal son importance et son contexte réel. Il s’agit d’un territoire vaste qui fut occupé par l’Espagne. Nous n’avons jamais entendu le Maroc le revendiquer avant le départ des Espagnoles, ni les Sahraouis, sous occupation, revendiquer la marocanité. Après l’indépendance, l’Espagne n’a pas « livré » le Sahara au roi et la marche verte n’a pas été faite dans le sens des Sahraouis vers les Marocains, mais bien dans le sens d’une puissance vers un territoire considéré comme un eldorado. Les Sahraouis n’ont pas chanté « Talaa el badrou alaïna » lors de cette fameuse annexion. Une bonne partie de la population a fui ce roi et a décidé de le combattre. Les Sahraouis, ne sont pas un troupeau de mouton qui a été mis dans des enclos à Tindouf ou obligé d’applaudir et de baiser la main du roi leur bienfaiteur.

    Il est, tout de même, très curieux de voir certains se passionner pour la marocanité du Sahara et feignent d’oublier le danger que représente le Maroc pour l’Algérie. Le MAROC REFUSE DE RATIFIER LE TRACÉ DES FRONTIERES AVEC L’ALGERIE. IL MET EN SOURDINE SES REVENDICATIONS DES LARGES TERRITOIRES ALGERIENS. SI VOUS REGARDEZ LEURS CARTES GÉOGRAPHIQUES OFFICIELLES, LES FRONTIÈRES SONT INDIQUÉES EN POINTILLÉS POUR SYMBOLISER LEUR QUALITÉ PROVISOIRE…

    edit

    Mohand ibn chahid
    nov 8, 2009 11:39

    A tous les commentairs ici!
    Ce probleme n´aurait jamais exister avec un magreb uni et democratique ou sevira l´etat de droit a la scandinave. Tout nos derigeants au maroc, algerie tunisie, libye, mauritanie sahara sont des despotes, des tueurs, des mafieux, des maudits une salerace a part ???????
    Il faut se battre pour la justice, la democratie le magreb des peuples on a tout pour reussir, richesse humaines et materials. Ne vous trompezpas d´ennemis soyez sage

    edit

    mohamed
    nov 8, 2009 17:20

    Pour répondre à Karima qui vient d’avancer plus naïvement: Pourquoi les marocains ne récupèrent pas Ceuta et Mellila , et les algériens les épauleront?
    quand on réglerait le Conflit du Sahara à ce moment on va se tourner à Ce problème aussi! Il suffit de nous laisser tranquille et ne prenez pas la parti de l’Espagne comme vous aviez fait lors de l’ilot de Leila!!!

    edit

    still
    nov 8, 2009 18:19

    Merci MTM pour la mise au point claire net et precise.
    Je pense de ma part que si le monarque alaouite avait les moyens de son ambition, il ne s’arrêterait qu’au « frontières de l’Etat- ami Israël »avec lequel il partage beaucoup… de points de vue.
    En attendant le jour ou les peuples algérien et marocain se libèrent de leurs despotes respectifs et décident eux-mêmes, librement, de leur destins au sein de républiques réellement démocratiques,en attendant ce jour-la, il faut se méfier des chants de sirenes..

    edit

    Rbaoui
    nov 8, 2009 20:46

    Les grande majorite des habitants de Ceuta et Melilla ont fait leur choix : plusieurs millers de personnes ont acclame le couple royal de Don Juan Carlos y Doña Sofía.

    http://www.elpais.com/fotogaleria/Reyes/visitan/Ceuta/Mellia/4594-4/

    http://www.elpais.com/fotogaleria/Reyes/visitan/Ceuta/Mellia/4594-2/

    edit

    Rbaoui
    nov 8, 2009 21:33

    Le begaiement de l’histoire:

    Par Larbi le dimanche, novembre 4 2007, 22:38

    Deux villes marocaines , Ceuta et Melilla , sont occupées depuis des siècles par le voisin espagnol. C’est une visite malvenue et inopportune du roi Juan Carlos dans les deux enclaves qui nous l’envoie désagréablement dans la figure.

    La réaction de la diplomatie marocaine a été pour une fois forte et rapide : Le Maroc a rappelé son ambassadeur pour consultation. Le roi Juan Carlos maintiendra « bien sûr » sa visite dans les deux villes. Pour l’Espagne l’argument tient en une seule phrase : Ceuta et Melilla sont espagnoles depuis bien avant que la Maroc n’accède à l’indépendance ! Ridicule et insensé ! Comment peut faire fi à ce point de la géographie ? et pourquoi l’histoire commencerait-elle à partir de 1496 et non de la période 709-1415 ou Ceuta était sous domination musulmane par exemple ?

    La diplomatie marocaine quant à elle a toujours resté passive se contentant de quelques communiqués occasionnels. La conflit n’a jamais été porté devant l’ONU et les instances internationales. Ceuta et Melilla ne font pas partie des territoires soumis à la commission de décolonisation de l’Assemblée générale des nations unies (à l’inverse de Gibraltar par exemple). A ma connaissance aucune démarche marocaine n’a été effectuée dans ce sens. En d’autres termes les deux villes ne sont pas considérées dans le droit international sous occupation ni même un territoire disputé par le Maroc. Elles sont même considérées comme des villes appartenant à l’Union Européenne. Il n’existe par ailleurs aucun mouvement militant pour le retour des deux villes au Maroc.

    En vérité la position marocaine est intenable et difficile. La diplomatie marocaine est complètement absorbée par un autre conflit, encore plus crucial, celui du Sahara marocain. Plus est , le Maroc a constamment cherché à ménager l’Espagne et l’UE par peur de perdre leur soutien dans ce conflit épuisant. Dans ce contexte l’heure n’est pas à ouvrir un deuxième front fût-il diplomatique au nord.

    edit

    hassene
    nov 8, 2009 22:10

    Tout le monde se souvient que l’annexion du Sahara occidentale n’a pas été faite qu’avec les forces armées royales (FAR), mais conjointement avec l’armée mauritanienne de Mokhtar ouled DADA .
    L’engagement de la Mauritanie auprès du Maroc dans ce conflit , qui en principe ne l’a concerne ni de près ni de loin, n’est pas fortuit si ce n’est le partage de ce territoire.

    edit

    rachid 2
    nov 9, 2009 11:51

    les pays dits arabes sont des chompions dans les denigrement c est la l’un des criteres de sous developpement … pendant que les eurpeens dits civilisés font tomber les murs entre eux nous on les construit surtout dans nos pauvres tetes de parano !!!..
    allah yehdikoum …
    j etais sidéré d’apprendre que le regime algerien avait soutenu l’espagne dans l’affaire des iles marocaines …
    quand aux polisarios qui sement la zizanie entre 2 peuples freres avec le soutien d’un regime irresponsable et immature politiquement il faut etre sur que vous etes le derniers soucis des algeriens car vous etes le premier facteur de destabisation du maghreb et kadhafi l’a tres bien compris . wa annas fakettt .. il y a que les notres qui ont gardé une mentalité obsolete et moyenageuse …
    mr still j’appreciais bien tes ecrits mais la mon vieux tu joue le meme jeux d’une dictature et tu me rappelles nos journalistes qui ne s’appuie que sur des suppositions infondées …
    j ai un ami journaliste au bled qui me dit qu’on sait que le sahara est marocain et de l’autre coté on a une famille à faire vivre mais nous on est libre ..
    Fraternellement

    edit

    mohammed mifdal
    nov 9, 2009 14:45

    BRAVO POUR L’ARTICLE
    UN VRAIE BOULOT DE JOURLANISTE MAGHREBIN INTEGRE.

    MOHAMMED MIFDAL
    (LONG LIVE THE KING ,LES PROVINCES DU SUD SONT MAROCAINES…….POINT)
    LES AUTRES PAYS S ‘UNIFIENT POUR CONSOLIDER LEUR POUVOIR ECONOMIC, L’ALGERIE(OUJDA MAFIA) FAIT TOUT POUR DETRUIR LA NATION ARABE DU MAGHREB. HRH.M6 ECOUTE
    PARDONNE, PUIS ENOUGH IS ENOUGH( SON DERNIER DISCOUR M’A DONNE 20000 VOLTS DANS LE COEUR, I LOVE IT )

    edit

    Cadet
    nov 9, 2009 21:42

    Le sahara occidental est sacre pour le Maroc,c,est comme une femme qu’on epouse.Sauf que le Maroc la partager avec La Mauritanie .son epouse c’est sacre on la partage pas.Si la cour internationale avait declarer que le Maroc n’a aucun lien historique avec Le maroc alors le clan de OUjda est devenu magistrat a la cour international et BravOOOOOOOO.

    edit

    jnsplu
    nov 10, 2009 17:40

    Décidément on nous prend pour des incapables.

    Depuis quelques mois, les querelles de sérail rejaillissent sur notre quotidien sous une forme ou une autre par l’un ou l’autre des hérauts des clans qui nous dirigent. L’affirmation de Khaled, puis Salima Tlemçani qui fait un article parlant de guerre entre tribus et de « traité » ebntre elles, puis la mort de Boumaaza qui est l’occasion de faire « des révélations » puis « Soltani » qui est objet de plainte en suisse mais qui y échappe, puis maintenant cette histoire du Sahara Occidental.

    Beaucoup de gens ne sont pas d’accord avec la politique de Boutef, mais cette gestion du pouvoir par la déstabilisation et la malhonneteté est non seulement non crédible mais criarde de lacheté.

    Tous les clans sont d’accord sur une chose. Le peuple ne doit pas connaitre les vérités vraies sur le véritable fonctionnement de l’Etat Algérien. En dehors de ça ils peuvent y aller avec leurs « infos » déstabilisatrices des uns et des autres au moment ou ils l’entendent.

    Finalement, le peuple n’est utilisé que comme caisse de résonnance des conflits entre clans du sérai dont la « presse » se fait l’écho souvent dévoué. Ne tombons pas dans le piège.

    edit

    Elmaaroufi
    nov 10, 2009 23:01

    Jusqu’à Bouteflika et les généraux qui l’ont rappelé de sa retraite seigneuriale en Suisse vont-ils poursuivre leur guerre de cent ans contre le peuple marocain. Après avoir fa

    edit

    Amine
    nov 11, 2009 1:38

    @ M. El haouari: le sahara est 100% marocaine, l’article reflète la vérité du terrain, la vérité qui vous fait mal, qui vous met mal à l’aise, arrêtez avec votre fiéreté à deux sous!! arrêtez votre antimarocanisme!! c’est ennuyeux..

    edit

    mnouar
    nov 11, 2009 11:07

    Les journalistes algériens nous ont habitué, au mépris, à la désinformations , à la haine. Ils ont endoctriné les algériens contre les marocains au grand bonheur du cynique boutef et ses généraux qui rêvent d’une belle guerre contre le Maroc. Mais Saâd Lounès une denrée rare dans le paysage pseudo-journaliste algérien. Un article d’une grande qualité et d’une analyse sérieuse de la situation. Dommage que l’on ne peut pas cloné Saâd Lounès. J’ai envie de lui dire Merci.

    son blog http://saadlounes.unblog.fr/

    edit

    jnsplu
    nov 12, 2009 9:55

    Voici un peu de lecture sur le sahara occidental. Il s’agit d’un livre publié sur le net que tout le monde peut lire. La culture ne fait pas de mal surtout lorsu’on débat d’un sujet qu’on ne connait pas.

    http://books.google.fr/books?hl=fr&lr=&id=Gyx8UA0oRfoC&oi=fnd&pg=PA7&dq=%22Barbier%22+%22Le+conflit+du+Sahara+occidental%22+&ots=U7BNY-IPMq&sig=-643BwgOKSjHFpbQaNhMWQ1OigE#v=onepage&q=&f=false

    edit

    jnsplu
    nov 12, 2009 10:13

    VOICI ENCORE DE LA LECTURE POUR LES SCEPTIQUES.
    —————–
    Résolutions adoptées par les Nations-Unies concernant le Sahara occidental
    Samedi 03 Juin 2006 à 04:30

    – Résolution 2229 (XXI) du 20/12/1966
    – Résolution 2354 (XXII) du 19/12/1967
    – Résolution 2428 (XXIII) du 18/12/1968
    – Résolution 2591 (XXIV) du 16/12/1969
    – Résolution 2711 (XXV) du 14/12/1970
    – Résolution 2983 (XXVII) du 14/12/1972
    – Résolution 3162 (XXVIII) du 24/12/1973

    Résolution 2229 (XXI) adoptée le 20/12/1966 par l’Assemblée Générale (sur le rapport de la quatrième commission A-6623)
    Question d’Ifni et du Sahara espagnol

    L’Assemblée Générale,

    Ayant examiné le chapitre du rapport du Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif aux territoires d’Ifni et du Sahara espagnol,
    Ayant pris acte des déclarations orales et écrites des pétitionnaires du Sahara espagnol,
    Rappelant sa résolution 1514 (XV) du Décembre 1960 contenant la Déclaration sur l »octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux,
    Rappelant également la résolution adoptée le 16 octobre 1964 par le Comité spécial,
    Réaffirmant sa résolution 2072 (XX) du 16 décembre 1965,
    Notant que le Gouvernement espagnol, puissance administrante, n’a pas encore appliqué les dispositions de la Déclaration,

    Prenant en considération la décision prise par la Conférence des Chefs D’Etat et de Gouvernement de l’Organisation de l’Unité Africaine lors de sa troisième session ordinaire, tenue à Addis-Abeba du 5 au 9 novembre 1966, au sujet des territoires sous administration espagnole,
    Prenant acte de la décision de la puissance administrante d’appliquer pleinement les dispositions de la résolution 2072 (XX) de l’Assemblée Générale,
    Prenant acte de la décision de la déclaration faite par la puissance administrante de 7 décembre 1966 au sujet du Sahara espagnol, notamment en ce qui concerne l’envoi d’une mission spéciale des Nations Unies dans le territoire, le retour des exilés et le libre exercice par la population autochtone de son droit à l’autodétermination,

    1 Réaffirme le droit inaliénable des peuples d’Ifni et du Sahara espagnol à l’autodétermination, conformément à la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;

    2 Approuve le chapitre du rapport du Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif aux territoires d’Ifni et du Sahara espagnol, et fait sienne la résolution adoptée le 16 novembre 1966 par le Comité spécial;

    3 Demande à la puissance administrante de prendre immédiatement les mesures nécessaires pour accélérer la décolonisation d’Ifni et d’arrêter avec le Gouvernement marocain, compte tenu des aspirations de la population autochtone les modalités de transfert des pouvoirs conformément aux dispositions de la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;

    4 Invite la puissance administrante à arrêter le plus tôt possible, en conformité avec les aspirations de la population autochtone du Sahara espagnole et en consultation avec les Gouvernements marocain et mauritanien et toute autre partie intéressée, les modalités de l’organisation d’un référendum qui sera tenu sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies afin de permettre à la population autochtone du territoire d’exercer librement son droit à l’autodétermination et, à cette fin:

    a) de créer un climat politique favorable pour que le référendum se déroule sur des bases entièrement libres, démocratiques et impartiales en permettant, entre autres, le retour des exilés dans le territoire;

    b) de prendre toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que seuls les populations autochtones du territoire participent au référendum;

    c) de s’abstenir de toute action de nature à retarder le processus de décolonisation du Sahara espagnol;

    d) de fournir toutes les facilités nécessaires à une mission des Nations Unies pour qu’elle puisse participer activement à l’organisation et au déroulement du référendum;

    5 Prie le Secrétaire Général, agissant en consultation avec la puissance administrante et le Comité spécial, de nommer immédiatement une mission spéciale qui sera envoyée au Sahara espagnol en vue de recommander des mesures pratiques touchant l’application intégrale des résolutions pertinentes de l’Assemblée Générale et notamment de décider dans quelle mesure l’Organisation des Nations Unies participera à la préparation et à la surveillance du référendum, et de présenter le plus rapidement possible un rapport au Secrétaire Général qui le transmettra au Comité spécial;

    6 Prie le Comité spécial de poursuivre l’examen de la situation dans les territoires d’Ifni et du Sahara espagnol et de faire rapport à ce sujet à l’Assemblée Générale lors de sa 20ème session.

    Résolution 2354 (XXII) adoptée le 19/12/1967 par l’Assemblée Générale (sur le rapport de la quatrième commission A-7013)
    Question d’Ifni et du Sahara espagnol

    L’Assemblée Générale,

    Ayant examiné le chapitre du rapport du Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif aux territoires d’Ifni et du Sahara espagnol,
    Rappelant sa résolution 1514 (XV) du 14 décembre 1960 contenant la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux,

    Appelant également la résolution adoptée le 16 octobre 1964 par le Comité spécial,
    Réaffirmant ses résolutions 2032 (XX) du 16 décembre 1965 et 2229 (XXI) du 20 décembre 1966,
    Notant que le Gouvernement espagnol, puissance administrante, n’a pas encore appliqué les dispositions de la résolution 1514 (XV),
    Rappelant la décision prise au sujet des territoires sous administration espagnole par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Organisation de l’Unité Africaine lors de sa troisième session ordinaire, tenue à Addis-Abeba du 5 au 9 novembre 1966,
    Prenant acte de la déclaration de la puissance administrante selon laquelle un dialogue a déjà été engagé, à un niveau élevé entre les Gouvernements espagnol et marocain concernant Ifni,
    Prenant acte en outre de la déclaration faite par la puissance administrante le 7 décembre 1966 au sujet du Sahara espagnol, notamment en ce qui concerne l’envoi d’une mission spéciale des Nations Unies dans le territoire, le retour des exilés et le libre exercice par la population autochtone de son droit à l’autodétermination,
    Considérant le consensus adopté par le Comité spécial le 14 septembre 1967;

    1 Réaffirme le droit inaliénable du peuple d’Ifni à l’autodétermination, conformément à la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;

    2 Approuve le chapitre du rapport du Comité spécial d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif au territoire d’Ifni, et fait sien le consensus adopté le 14 septembre 1967 par le Comité spécial;

    3 Demande à la puissance administrante de prendre immédiatement les mesures nécessaires pour accélérer la décolonisation d’Ifni et d’arrêter avec le Gouvernement marocain, compte tenu les aspirations de la population autochtone, les modalités de transfert des pouvoirs, conformément aux dispositions de la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;

    4 Invite la puissance administrante à poursuivre le dialogue engagé avec le Gouvernement marocain en vue de mettre en œuvre les dispositions du paragraphe 3 ci-dessus;

    5 Prie le Comité spécial de poursuivre l’examen de la situation dans le territoire d’Ifni et de faire rapport à ce sujet à l’Assemblée Générale lors de sa vingt-troisième session;

    1. Réaffirme le droit inaliénable du peuple du Sahara espagnol à l’autodétermination, conformément à la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;

    2 Approuve le chapitre du rapport du Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif au territoire du Sahara espagnol et fait sien le consensus adopté le 14 septembre 1967 par le Comité spécial;

    3 Invite la puissance administrante à arrêter le plus tôt possible, en conformité avec les aspirations de la population autochtone du Sahara espagnol et en consultation avec le Gouvernement marocain et mauritanien et tout autre partie intéressée, les modalités de l’organisation d’un référendum qui sera tenu sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies afin de permettre à la population autochtone du territoire d’exercer librement son droit à l’autodétermination et, à cette fin:

    a) de créer un climat politique favorable pour que le référendum se déroule sur des bases entièrement libres, démocratiques et impartiales en permettant, entre autres, le retour des exilés dans le territoire;

    b) de prendre toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que seuls les habitants autochtones du territoire participent au référendum;

    c) de s’abstenir de toute action de nature à retarder le processus de décolonisation du Sahara espagnol;

    d) de fournir toutes les facilités nécessaires à une mission des Nations Unies pour qu’elle puisse participer activement à l’organisation et au déroulement du référendum;

    4. Prie le Secrétaire Général, agissant en consultation avec la puissance administrante et le Comité spécial, de nommer immédiatement la mission spéciale prévue au paragraphe 5 de la résolution 2229 (XXI) de l’Assemblée Générale et de hâter son envoi au Sahara espagnol en vue de recommander des mesures pratiques touchant l’application intégrale des résolutions pertinentes de l’Assemblée Générale et notamment de décider dans quelle mesure l’Organisation des Nations Unies participera à la préparation et à la surveillance du référendum, et de présenter le plus rapidement possible un rapport au Secrétaire Général qui le transmettra au Comité spécial;

    5 Prie le Comité spécial de poursuivre l’examen de la situation dans le territoire du Sahara espagnol et de faire rapport à ce sujet à l’Assemblée Générale lors de sa vingt-troisième session.

    Résolution 2428 (XXIII) adoptée le 18/12/1968
    par l’Assemblée Générale
    (sur le rapport de la quatrième commission A-7 19)
    Question d’Ifni et du Sahara espagnol

    L’Assemblée Générale,

    Ayant examiné le chapitre du rapport du Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif aux territoires d’Ifni et du Sahara espagnol,
    Rappelant sa résolution 1514 (XV) du 14 décembre 1960 contenant la déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux,
    Rappelant également la résolution adoptée le 16 octobre 1964 par le Comité spécial,
    Réaffirmant ses résolutions 2072 (XX) du 16 décembre 1965 et 2229 (XXI) du 20 décembre 1966,
    Notant que le Gouvernement espagnol, puissance administrante, n’a pas encore appliqué les dispositions de la résolution 1514 (XV),
    Rappelant la décision prise au sujet des territoires sous administration espagnole par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Organisation de l’Unité Africaine lors de sa troisième session ordinaire, tenue à Addis-Abeba du 5 au 9 novembre 1966,
    Réaffirmant sa résolution 2354 (XXI) du 19 décembre 1967,
    Prenant acte de la déclaration faite par la puissance administrante le 7 décembre 1966 au sujet du Sahara espagnol, notamment en ce qui concerne l’envoi d’une mission spéciale des Nations Unies dans le territoire, le retour des exilés et le libre exercice par la population autochtone de son droit à l’autodétermination,
    Prenant acte en outre de la déclaration faite par le représentant permanent de la puissance administrante le 29 novembre 1968, selon laquelle une délégation espagnole officielle partirait pour Rabat dans un proche avenir afin de signer un traité avec le Gouvernement marocain sur le transfert immédiat du territoire d’Ifni au Maroc,
    Notant la différence de nature des statuts juridiques de ces deux territoires, ainsi que les processus de décolonisation prévus par la résolution 2354 (XXII) de l’Assemblée Générale pour ces territoires,
    I-Territoire d’Ifni:

    1 Réaffirme le droit inaliénable du peuple d’Ifni à l’autodétermination, conformément à la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;
    2 Approuve le chapitre du rapport du Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif au territoire d’Ifni;

    3 Demande à la puissance administrante de prendre immédiatement les mesures nécessaires pour accélérer la décolonisation d’Ifni et d’arrêter avec le Gouvernement marocain, compte tenu des aspirations de la population autochtone, les modalités de transfert des pouvoirs, conformément aux dispositions de la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;

    4. Invite la puissance administrante à poursuivre le dialogue engagé avec le Gouvernement marocain en vue de mettre en œuvre les dispositions du paragraphe 3 ci-dessus;

    5 Prie le Comité spécial de poursuivre l’examen de la situation dans le territoire d’Ifni et de faire rapport à ce sujet à l’Assemblée Générale lors de sa vingt-quatrième session.

    II – Sahara espagnol:

    1. Réaffirme le droit inaliénable du peuple du Sahara espagnol à l’autodétermination, conformément à la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;
    2. Approuve le chapitre du rapport du Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif au territoire du Sahara espagnol;

    3. Invite la puissance administrante à arrêter le plus tôt possible, en conformité avec les aspirations de la population autochtone du Sahara espagnol et en consultation avec les Gouvernements marocain et mauritanien et toute autre partie intéressée, les modalités de l’organisation d’un référendum tenu sous les auspices de l’Organisation des Nations-Unies afin de permettre à la population autochtone du territoire d’exercer librement son droit à l’autodétermination et, à cette fin:

    a) de créer un climat politique favorable pour que le référendum se déroule sur des bases entièrement libres, démocratiques et impartiales en permettant, entre autres, le retour des exilés dans le territoire,

    b) de prendre toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que seuls les habitants autochtones du territoire participent au référendum,

    c) de s’abstenir de toute action de nature à retarder le processus de décolonisation du Sahara espagnol,

    d) de fournir toutes les facilités nécessaires à une mission des Nations-Unies pour qu’elle puisse participer activement à l’organisation et au déroulement du référendum;

    4. Prie le Secrétaire Général, agissant en consultation avec la puissance administrante et le Comité spécial, de nommer immédiatement la mission spéciale prévue au paragraphe 5 de la résolution 2229 (XXI) de l’Assemblée Générale et de hâter son envoi au Sahara espagnol en vue de recommander des mesures pratiques touchant l’application intégrale des résolutions pertinentes de l’Assemblée Générale, et notamment de décider dans quelle mesure l’Organisation des Nations Unies participera à la préparation et à la surveillance du référendum, et de présenter un rapport du Secrétaire Général qui le transmettra à l’Assemblée Générale lors de sa vingt-quatrième session;

    5. Prie le Comité spécial de poursuivre l’examen de la situation dans le territoire du Sahara espagnol et de faire rapport à ce sujet à l’Assemblée Générale lors de sa vingt-quatrième session.

    Résolution 2591(XXIV) adoptée par
    l’Assemblée Générale des Nations-Unies
    (le 16.12.1969)

    Question du Sahara espagnol:
    L’Assemblée Générale,
    Ayant examiné le chapitre du rapport du Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif au territoire du Sahara dit espagnol,
    Rappelant sa résolution 1514 (XV), du 14 décembre 1960 contenant la déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux,
    Rappelant également la décision prise au sujet des territoires sous administration espagnole par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Organisation de l’Unité Africaine lors de sa troisième session ordinaire, tenue à Addis-Abeba du 5 au 9 novembre 1966,
    Réaffirmant ses résolutions 2072 (XX) du 16 décembre 1965, 2229 (XXI) du 20 décembre 1966, 2354 (XXII) du 19 décembre 1967 et 2428 (XXIII) du 18 décembre 1968;
    1. Réaffirme le droit inaliénable du peuple du Sahara dit espagnol à l’autodétermination, conformément à la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;

    2. Approuve le chapitre du rapport du Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif au territoire du Sahara dit espagnol;

    3. Regrette que les consultations auxquelles la puissance administrante devait procéder au sujet de l’organisation d’un référendum au Sahara dit espagnol n’aient pu encore avoir lieu;

    4. Invite à nouveau la puissance administrante à arrêter le plus tôt possible, en conformité avec les aspirations de la population autochtone du Sahara dit espagnol et en consultation avec les Gouvernements marocain et mauritanien et toute autre partie intéressée, les modalités de l’organisation d’un référendum tenu sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies afin de permettre à la population autochtone du territoire d’exercer librement son droit à l’autodétermination et, à cette fin, l’invite à:

    a) créer un climat politique favorable pour que le référendum se déroule sur des bases entièrement libres, démocratiques et impartiales en permettant, notamment le retour des exilés dans le territoire;

    b) prendre toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que seuls les habitants autochtones du territoire participent au référendum;
    c) respecter les résolutions de l’Assemblée Générale sur les activités des intérêts étrangers, économiques et autres, opérant dans les pays et territoires coloniaux et s’abstenir de toute action de nature à retarder le processus de décolonisation du Sahara dit espagnol;
    d) fournir toutes les facilités nécessaires à une mission de l’Organisation des Nations Unies pour qu’elle puisse participer activement à l’organisation et au déroulement du référendum;

    5. Prie le Secrétaire Général, agissant en consultation avec la puissance administrante et le Comité spécial, de nommer immédiatement la mission spéciale prévue au paragraphe 5 de la résolution 2229 (XXI) de l’Assemblée Générale et de hâter son envoi au Sahara dit espagnol en vue de recommander des mesures pratiques touchant l’application intégrale des résolutions pertinentes de l’Assemblée Générale, notamment de décider dans quelle mesure l’Organisation des Nations Unies participera à la préparation et à la surveillance du Référendum, et de présenter un rapport au Secrétaire Général qui le transmettra à l’Assemblée Générale lors de sa vingt-cinquième session;

    6. Prie le Comité spécial de poursuivre l’examen de la situation dans le territoire du Sahara dit espagnol et de faire rapport à ce sujet à l’Assemblée Générale lors de sa vingt-cinquième session.

    Vingt-cinquième session
    point 23 de l’ordre du jour

    Résolution 2711 (XXV) adoptée le 14/10/1970
    par l’AsseRésolutions adoptées par les Nations-Unies concernant le Sahara Marocain
    Samedi 03 Juin 2006 à 04:30

    Publié par kaddari dans Du sahara occidental

    Samedi 03 Juin 2006 à 04:30

    Publié par kaddari dans Du sahara occidental

    – Résolution 2229 (XXI) du 20/12/1966
    – Résolution 2354 (XXII) du 19/12/1967
    – Résolution 2428 (XXIII) du 18/12/1968
    – Résolution 2591 (XXIV) du 16/12/1969
    – Résolution 2711 (XXV) du 14/12/1970
    – Résolution 2983 (XXVII) du 14/12/1972
    – Résolution 3162 (XXVIII) du 24/12/1973

    Résolution 2229 (XXI) adoptée le 20/12/1966 par l’Assemblée Générale (sur le rapport de la quatrième commission A-6623)
    Question d’Ifni et du Sahara espagnol

    L’Assemblée Générale,

    Ayant examiné le chapitre du rapport du Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif aux territoires d’Ifni et du Sahara espagnol,
    Ayant pris acte des déclarations orales et écrites des pétitionnaires du Sahara espagnol,
    Rappelant sa résolution 1514 (XV) du Décembre 1960 contenant la Déclaration sur l »octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux,
    Rappelant également la résolution adoptée le 16 octobre 1964 par le Comité spécial,
    Réaffirmant sa résolution 2072 (XX) du 16 décembre 1965,
    Notant que le Gouvernement espagnol, puissance administrante, n’a pas encore appliqué les dispositions de la Déclaration,

    Prenant en considération la décision prise par la Conférence des Chefs D’Etat et de Gouvernement de l’Organisation de l’Unité Africaine lors de sa troisième session ordinaire, tenue à Addis-Abeba du 5 au 9 novembre 1966, au sujet des territoires sous administration espagnole,
    Prenant acte de la décision de la puissance administrante d’appliquer pleinement les dispositions de la résolution 2072 (XX) de l’Assemblée Générale,
    Prenant acte de la décision de la déclaration faite par la puissance administrante de 7 décembre 1966 au sujet du Sahara espagnol, notamment en ce qui concerne l’envoi d’une mission spéciale des Nations Unies dans le territoire, le retour des exilés et le libre exercice par la population autochtone de son droit à l’autodétermination,

    1 Réaffirme le droit inaliénable des peuples d’Ifni et du Sahara espagnol à l’autodétermination, conformément à la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;

    2 Approuve le chapitre du rapport du Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif aux territoires d’Ifni et du Sahara espagnol, et fait sienne la résolution adoptée le 16 novembre 1966 par le Comité spécial;

    3 Demande à la puissance administrante de prendre immédiatement les mesures nécessaires pour accélérer la décolonisation d’Ifni et d’arrêter avec le Gouvernement marocain, compte tenu des aspirations de la population autochtone les modalités de transfert des pouvoirs conformément aux dispositions de la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;

    4 Invite la puissance administrante à arrêter le plus tôt possible, en conformité avec les aspirations de la population autochtone du Sahara espagnole et en consultation avec les Gouvernements marocain et mauritanien et toute autre partie intéressée, les modalités de l’organisation d’un référendum qui sera tenu sous les auspices de l’Organisation des Nations Unies afin de permettre à la population autochtone du territoire d’exercer librement son droit à l’autodétermination et, à cette fin:

    a) de créer un climat politique favorable pour que le référendum se déroule sur des bases entièrement libres, démocratiques et impartiales en permettant, entre autres, le retour des exilés dans le territoire;

    b) de prendre toutes les mesures nécessaires pour faire en sorte que seuls les populations autochtones du territoire participent au référendum;

    c) de s’abstenir de toute action de nature à retarder le processus de décolonisation du Sahara espagnol;

    d) de fournir toutes les facilités nécessaires à une mission des Nations Unies pour qu’elle puisse participer activement à l’organisation et au déroulement du référendum;

    5 Prie le Secrétaire Général, agissant en consultation avec la puissance administrante et le Comité spécial, de nommer immédiatement une mission spéciale qui sera envoyée au Sahara espagnol en vue de recommander des mesures pratiques touchant l’application intégrale des résolutions pertinentes de l’Assemblée Générale et notamment de décider dans quelle mesure l’Organisation des Nations Unies participera à la préparation et à la surveillance du référendum, et de présenter le plus rapidement possible un rapport au Secrétaire Général qui le transmettra au Comité spécial;

    6 Prie le Comité spécial de poursuivre l’examen de la situation dans les territoires d’Ifni et du Sahara espagnol et de faire rapport à ce sujet à l’Assemblée Générale lors de sa 20ème session.

    Résolution 2354 (XXII) adoptée le 19/12/1967 par l’Assemblée Générale (sur le rapport de la quatrième commission A-7013)
    Question d’Ifni et du Sahara espagnol

    L’Assemblée Générale,

    Ayant examiné le chapitre du rapport du Comité spécial chargé d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif aux territoires d’Ifni et du Sahara espagnol,
    Rappelant sa résolution 1514 (XV) du 14 décembre 1960 contenant la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux,

    Appelant également la résolution adoptée le 16 octobre 1964 par le Comité spécial,
    Réaffirmant ses résolutions 2032 (XX) du 16 décembre 1965 et 2229 (XXI) du 20 décembre 1966,
    Notant que le Gouvernement espagnol, puissance administrante, n’a pas encore appliqué les dispositions de la résolution 1514 (XV),
    Rappelant la décision prise au sujet des territoires sous administration espagnole par la Conférence des Chefs d’Etat et de Gouvernement de l’Organisation de l’Unité Africaine lors de sa troisième session ordinaire, tenue à Addis-Abeba du 5 au 9 novembre 1966,
    Prenant acte de la déclaration de la puissance administrante selon laquelle un dialogue a déjà été engagé, à un niveau élevé entre les Gouvernements espagnol et marocain concernant Ifni,
    Prenant acte en outre de la déclaration faite par la puissance administrante le 7 décembre 1966 au sujet du Sahara espagnol, notamment en ce qui concerne l’envoi d’une mission spéciale des Nations Unies dans le territoire, le retour des exilés et le libre exercice par la population autochtone de son droit à l’autodétermination,
    Considérant le consensus adopté par le Comité spécial le 14 septembre 1967;

    1 Réaffirme le droit inaliénable du peuple d’Ifni à l’autodétermination, conformément à la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;

    2 Approuve le chapitre du rapport du Comité spécial d’étudier la situation en ce qui concerne l’application de la Déclaration sur l’octroi de l’indépendance aux pays et aux peuples coloniaux relatif au territoire d’Ifni, et fait sien le consensus adopté le 14 septembre 1967 par le Comité spécial;

    3 Demande à la puissance administrante de prendre immédiatement les mesures nécessaires pour accélérer la décolonisation d’Ifni et d’arrêter avec le Gouvernement marocain, compte tenu les aspirations de la population autochtone, les modalités de transfert des pouvoirs, conformément aux dispositions de la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;

    4 Invite la puissance administrante à poursuivre le dialogue engagé avec le Gouvernement marocain en vue de mettre en œuvre les dispositions du paragraphe 3 ci-dessus;

    5 Prie le Comité spécial de poursuivre l’examen de la situation dans le territoire d’Ifni et de faire rapport à ce sujet à l’Assemblée Générale lors de sa vingt-troisième session;

    1. Réaffirme le droit inaliénable du peuple du Sahara espagnol à l’autodétermination, conformément à la résolution 1514 (XV) de l’Assemblée Générale;

    2 Approuve le chap




    0
  • jnsplu
    13 novembre 2009 at 16 h 57 min - Reply

    @ Tacili.

    Tu as tu me faire un grigri ou me jeter un sort. Car j’ai écrit tout un truc et le courant s’est coupé et je me suis retrouvé à réécrire de nouveau. J’avais l’inspiration alors maintenant tu parles, je suis en boule et je risque de te froisser. Ne m’en veux pas trop si c’est le cas.

    Je ne pense pas, que tu as lu ce que j’ai écris précédemment car je parle de rapports de forces et de leur gestion. Et bien sur cela est valable dans toute démarche sociale, qu’elle soit socio-politique, socio-juridique, socio-économique….la force fait le droit. Relis et tu verra. C’est pour ça que l’ONU est nécessaire et se maintient malgré l’injustice qui en émane.

    Quant aux Kabyles, Chaouis, Mozabites etc…parle pour toi, tu ne possèdes que ta voix. Je ne dirai pas plus sur ce sujet sur lequel une entropie semble vouloir être créée dans une entreprise se voulant subtile mais qui est criarde et très gauche et peu entrainer des désatres certains, car à chaque action correspond une réaction. Il faut placer l’intêrêt du pays avant les intêrêts de groupes, c’est ce a quoi nous nous nous opposons. Sinon à quoi bon ? Que chacun regagne sa région et tante fafa et l’oncle sam sont prèts à nous vendre des armes pour nous entre tuer durant des siècles comme par le passé avant la colonisation. Je pense que tu as vu le sketch de fellag.

    Ecris moi va! Je sais que sur le forum il y a des choses que tu ne voudrais pas dire, comme m’insulter, voici mon adresse du mois « novembre@mycourriel.tk «

    @ Idriss.
    A notre ami, marocain dont le pseudo, Idriss, renvoie au premier monarque dans l’Histoire contemporaine du Maroc, qui fait suite à la chute de l’andalousie, lequel Idriss 1er est cousin germain de mon aieul, Sidi Nail. Si, si google le confirmera. Tous deux donc, se disent remonter jusqu’au prophète Mohammed. Tu parles…après 11 siècle, avoir la certitude d’une généalogie en pleine terre berbère, il faut le faire…D’ailleurs certains marocains traitent leur roi de b…… Il semblerait que dans sa généalogie un bug à eu lieu, mais va savoir. Donc en cas de vacance, je peux prétendre au trone comme un type de mostaganem a été roi de Lybie. L’Algérie à toujours fourni des rois, meme du temps de rome ou un Algérien était césar, lorsque le Maroc était dans les limbes.

    Donc si je respecte votre fierté patriotique légitime, donnez lui quand même un petit cachet de modestie et relisez vous aussi mon post, je sais qu’il est un peu long et peut être difficile à lire mais je crois qu’avec un peu d’exercice c’est possible à comprendre.

    Salutations cordiales à tous.




    0
  • tacili
    13 novembre 2009 at 17 h 06 min - Reply

    @ Jnspl

    J’ai un Taleb serieux et efficace alors tu vas surement avoir des coupures de courant frequentes

    —————————————–

    Je ne sais pas si la phrase suivante m’est destinee :

    « Ecris moi va! Je sais que sur le forum il y a des choses que tu ne voudrais pas dire, comme m’insulter, voici mon adresse du mois « novembre@mycourriel.tk « »

    Si c’est le cas je n’ai aucune intention de t’insulter mon frere. Pourquoi l’aurai-je ? C’est un debat qui se deroule dans un respect total et ce n’est pas dans mes habitudes d’insulter.

    ——————————————

    Quant aux minorites dans notre pays, Je n’invente rien. Le sentiment de separation existe pour celui qui sait ecouter, mais comme reaction a la dictature du pouvoir central et non comme un choix strategique. Les gens ne veulent pas vivre eternellement sous ce pouvoir alors ou bien ca change ou ca va naturellement s’orienter vers l’eclatement. Une neo-balkanisation.
    Je ne souhaite pas cette solution mais elle va resurgir dans dix ans au maximum et s’imposer si nous ne faisons rien.

    Merci




    0
  • jnsplu
    13 novembre 2009 at 17 h 22 min - Reply

    Ah ! Ou es tu Brahim tu nous manques, mon frère.

    @ Tacili.

    Ah ça y est j’ai fait une roukia et ça va mieux.

    Quoique l’adresse et l’invitation sont valables, je voulais savoir si tu aimes le poulet roti, je voulais en disant si tu veux m’insulter détendre l’atmosphère. Mais apparemment tu es toujours sérieux. Tu dois avoir contracté des rides à ce jeu. Tant pis. En tout cas celui qui veux insulter n’attends pas d’etre invité et grace aux admins, ils sont de plus en plus rares. Bien qu’il y ait des tétus sur le forum, mais ça c’est notre tempérament d’Algérien à tous, kabyles, chaouis, arabes, mozabites (je ne pense pas ?), touaregs, est, ouest, nordistes et sudistes.

    Tu as dit le mot: il s’agit de minorités très limitées, mais qui utilisent les stratégies de diffusion pour apparaitre nombreux et jouer leur jeu est risqué pour le pays. La sincérité l’emportera, car c’est une stratégie sure qui capitalise le substrat social en semant la confiance, meme entre détenteurs de thèses antagonistes qui compromettront mais ne se compromettrons pas parcequ’ils se respectent en tant qu’adversaires sur le plan des idées et frères par l’appartenance à un meme pays.




    0
  • louafi
    13 novembre 2009 at 18 h 31 min - Reply

    je ne pense pas que boumedienne avait besoin des sahraoui pour gêner hassane 2 et que c juste pour dire NON au roi du maroc de réediter son coup de vouloir annexer tindouf juste à l’indépendance.
    c vrai les algériens n’adhèrent pas tous à la question sahraoui mais c pas une raison de laisser le roi faire ce qu’il veut et qui sait peut être un jour il revendiquera tindouf ou tébessa lol
    je déblore que cet article pseudo algérien se place plus proche de la thèse marocaine rien que pour montrer une opposition au régime du bled.

    je ne pense pas que boumedienne avait besoin des sahraoui pour gêner hassane 2 et que c juste pour dire NON au roi du maroc de réediter son coup de vouloir annexer tindouf juste à l’indépendance.
    c vrai les algériens n’adhèrent pas tous à la question sahraoui mais c pas une raison de laisser le roi faire ce qu’il veut et qui sait peut être un jour il revendiquera tindouf ou tébessa lol
    je déblore que cet article pseudo algérien se place plus proche de la thèse marocaine rien que pour montrer une opposition au régime du bled.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique