Édition du
23 July 2017

APPEL URGENT : GHARDAÏA, CAPITALE DE L’INJUSTICE

B6

Dr Kameleddine FEKHAR

La série des procès préfabriqués se poursuit et sans discontinuer à Ghardaïa – de manière insensée et inimaginable – contre tout militant politique, des droits de l’homme ou syndicaliste honnête et contre toute plume libre. La dernière affaire préfabriquée et sur la base d’accusations fallacieuses concerne deux cadres du FFS de Ghardaïa et qui sont Messieurs Boudhiba Kacem et Fekhar Abderrahmane.
Ces deux derniers sont accusés d’avoir incendié le 25 décembre 2004 un véhicule appartenant au croissant rouge Algérien. L’affaire est étrange en plusieurs points :
-L’accusation n’a été portée qu’une année après l’incendie du véhicule.
-L’accusation est apparue au même moment que l’affaire Mohamed Baba Nadjar, accusé injustement de l’assassinat de Brahim Bazine le 27 novembre 2005 et dans le même dossier judiciaire.
-Il est à noter que ni Mr Brahim Bazine qui était en possession de ce véhicule incendié, ni le responsable départemental du Croissant Rouge, M. Zergoun Smaïl, n’avaient déposé de plainte au moment des faits ou après !?
-La police judiciaire n’a mené aucune enquête ni s’est déplacée sur les lieux des faits !?
-Aucune institution officielle (police, gendarmerie, protection civile….) n’a vu ou constaté l’incendie du véhicule.
-Le responsable départemental du Croissant Rouge, Zergoun Smaïl, n’a pas permis aux services de la protection civile de constater les faits en vue d’une expertise du véhicule incendié, malgré les multiples déplacements des agents de la protection au siège du Croissant Rouge et ce, selon le rapport officiel des services de la protection civile ?!
-L’expertise par la protection civile a été réalisée deux années, je dis bien deux années après les faits !! Et sur la base d’une photo d’origine inconnue !!
-La seule preuve réside en les dires du fils de Bazine Brahim, mineur, seul témoin dans l’affaire !! (et c’est aussi le seul témoin à charge, mineur dans l’affaire de Mohamed Baba Nadjar !!)

Malgré tout cela, le procureur de Ghardaïa puis le juge d’instruction de la même juridiction, puis le président du tribunal, tout comme les deux conseillers de la chambre d’accusation, et à deux reprises, ont accusé d’incendie volontaire les militants Boudhiba Kacem et Fekhar Abderrahmane !? Et ces derniers sont depuis près de quatre années sous contrôle judiciaire. Leur affaire est programmée pour le lundi 09 novembre 2009. Ils sont passibles de peines pouvant aller jusqu’à 20 ans de prison ferme !!

Pour toutes ces raisons, nous lançons un appel pressant à toutes les forces vives au sein de la société, à toutes les personnalités nationales et internationales, à tous les journalistes et aux organisations non gouvernementales afin de dénoncer et avec force cette INJUSTICE, ce mépris des lois, de toutes les pratiques et valeurs, voire de la raison et de la logique. Nous lançons cet appel pour demander à toutes et à tous d’œuvrer à sauver deux citoyens innocents des griffes de cet appareil judiciaire, devenu un danger pour tous les Algériens.

Kameleddine FEKHAR Ghardaïa le 08 novembre 2009
Ecrivain. Militant de la démocratie
et des Droits de l’Homme


Nombre de lectures : 1892
9 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • BRAHIM
    8 novembre 2009 at 17 h 25 min - Reply

    C’est quand on voit des injustices de ce genre, ce comportement de nos tribunaux , cette abscence de justice et d’Etat de droit qu’on perçoit l’urgence de la mobilisation pour le changement. Tant que les citoyens ne comprendront pas qu’un jour ils seront eux aussi touché par cette injustice, le reveil sera lent. Tenez bon Monsieur Kameleddine FEKHAR. Je ne vous connait pas mas je suis sûr que quand un algérien est harcelé par les tribunaux et la police c’est qu’il gène le pouvoir. C’est pour cela que nous sommes d’office et de tout coeur avec vous.




    0
  • admin
    8 novembre 2009 at 20 h 19 min - Reply

    Nos compatriotes du Mzab, ô combien pacifiques, qui répugnent à la violence, et qui prefèrent prendre sur eux plutôt que d’allumer le feu de la discorde, n’ont plus le choix aujourd’hui. Il y va de leur dignité, et de la sauvegarde de leurs valeurs les plus sacrées. Le Docteur Fekkhar est de ceux qui ont brandi l’étendard de la résistance. Aidez-le, rangez-vous à ses côtés, unissez vous contre l’oppression et l’injustice. Nul besoin de recourir à la violence pour cela. Il suffit juste que vous fassiez front à l’injustice,et que vous la dénonciez. Votre réputation, toute d’honnêteté, de communauté civilisée et industrieuse, de gens attachés à leurs valeurs ancestrales, plaidera pour vous. Car ceux que dénoncerez sont l’exacte antithèse de votre communauté. Parce qu’ils sont des despotes qui se sont imposés à notre peuple par la force et l’artifice, parce qu’ils pratiquent la corruption et le mensonge, parce qu’ils ont allumé le feu de la discorde entre fils d’un même peuple, pour pouvoir mieux le dominer, parce qu’ils ont perpétré des carnages contre des populations civiles, parce qu’ils ont pillé leurs biens, et parce qu’ils nous mèneront à l’inéluctable désastre, si rien n’est fait pour les arrêter.
    Et c’est vous frères Mozabites, dont la pondération et l’extrême indulgence sont proverbiales, qui porterez le coup le plus décisif à ces malfaiteurs qui tentent de détruire tous les équilibres de votre douce vallée. Dressez-vous contre l’oppression, au nom de ce qui est le plus sacré pour vous, votre religion et votre quiétude. Montrez à tout notre pays, et au monde entier, que le Docteur Fekkhar n’est pas seul, et que la patience a des limites.
    Ghardaïa ne peut devenir la capitale de l’injustice, elle qui a suscité l’admiration du monde entier. Ce patrimoine de l’humanité dont l’architecture, le mode de vie et l’organisation sociale sont le visage d’une brillante civilisation, celle de gens raffinés, spirituels, portés vers le divin, et qui méritent mieux que d’être les otages de grossiers barbares.
    DB




    0
  • Mohand Tahar MOHAMMEDI
    8 novembre 2009 at 20 h 53 min - Reply

    Agir pour la solidarité et lutter contre l’injustice doivent aller ensemble, Il est clair que le régime exploite tous les moyens pour aboutir à ses fins afin d’exténuer toute voie libre et démocratique au NIVEAU NATIONAL , à mon sens Le seul moyen pour lutter contre cette véritable INJUSTICE est d’identifier puis situer précisément les responsabilités INDIVIDUELLE ( de l’exécutant jusqu’au commanditaire) et que chacun assumera ses responsabilités pour que soit constituer un dossier contre tous ceux ou celles qui représentent cette injustice, et doivent répondre devant une JUSTICE INTERNATIONAL, c’est cela le sens du combat social et politique des temps moderne et contre l’ordre injuste.




    0
  • admin
    9 novembre 2009 at 13 h 19 min - Reply

    Dernière minute.
    De notre correspondant local à Ghardaïa : lundi 09 novembre 2009. 12h 30
    L’affaire a été reportée à la demande de la défense à une date ultérieure après délibération, en raison de l’absence des deux témoins.
    Affaire à suivre.




    0
  • MTM
    9 novembre 2009 at 14 h 20 min - Reply

    « Malgré tout cela, le procureur de Ghardaïa puis le juge d’instruction de la même juridiction, puis le président du tribunal, tout comme les deux conseillers de la chambre d’accusation, et à deux reprises, ont accusé « , on voit bien qu’ici encore les noms de ces « rpresentant de la Loi » sont omis. C’est de genre d’information qui assure le parfait anonymat des boureaux. C’est les victimes qui participent a l’impunite des magistrats inique et a la tyranie du systeme.

    Ce genre de rapport ressemble aux gemissemment d’un enfant battu par des voyous. Quand ses parents lui demandent qui t’ont frappes. il refuse de dire leur noms.

    L’Algerien est capables de citer plusieurs cas d’injustice mais il es incapable de citer un juge ou un procureur de la republique qui a participe volontairement et de facon flagrante a des injustices. Cela facilite la tache des potentats pour enroller les boureaux puisque ceux-ci sont assurer d’impunite pour eux-meme y compris par les victimes.




    0
  • Lalmani
    9 novembre 2009 at 17 h 48 min - Reply

    Name them and shame them… Nommez-les et faites-les rougir de honte… Ce qui manque cruellement, comme le faisait remarquer plus Mohamed Tahar Mohammedi (MTM) ce sont les noms de ceux qui abusent de leur autorité. Donnez-nous leurs noms, nous trouverons bien des photos à y accoler et mettons les sur le NET avec la mention : Ces hommes sont des escrocs. Ce sont eux et leur congeneres qui sont responsables de l’etat de corruption intense qui sevit dans notre pays, car sans tchippeur pas de tchippa.




    0
  • thirga
    9 novembre 2009 at 19 h 11 min - Reply

    A lire de tels horreurs, on peut mesurer le désaroi du Dr Messaoud Djennas, un ancien supplicié de Massu et cie, qui cite Ferhat Abbas : « J’ai toujours été un homme épris de liberté, de démocratie et de légalisme, dans un Etat de droit. Durant mon long combat contre le régime colonial, j’ai fait appel, des décenies durant, au cœur et à la raison des gouvernements français, pour les amener à admettre qu’il était dans l’intérêt de la France et des Français d’Algérie eux-mêmes de reconnaître aux musulmans les mêmes droits qu’eux. En vain ». et dans le meme esprit qu’un demi siècle après que le Dr Djennas s’adresse à notre pouboir autoritaire:  » je me tourne aujourd’hui vers les responsables de l’Etat algérien. Je les adjure de mettre enfin un terme aux indicibles souffrances de leurs compatriotes, faits de la même chair qu’eux et adorant le même Dieu. Les 1er et 8 Mai 1945, les Algériens ont crié : « Basta ! » face au colonialisme oppresseur. Le 5 octobre 1988, la jeunesse algérienne a également lancé un déchirant et pathétique : « Basta » à la « hogra », dont les seuls responsables étaient, cette fois, leurs frères au pouvoir depuis 1962. En vain ! Je m’adresse de nouveau aux maîtres de ce pays, avec toute la force de mes convictions humanistes et toute la charge émotionnelle de la foi religieuse d’un musulman s’adressant à ses coreligionnaires, pour leur dire : « De grâce, un peu de commisération et de compassion pour vos frères de sang et de religion ! » Est-il difficile, en terre d’Islam, de pratiquer une politique humaniste, où la justice, la dignité, les libertés démocratiques, la tolérance, ne seraient pas de vains mots, des vœux pieux ? Nos dirigants politiques, à tous les niveaux, peuvent-ils trouver le sommeil, la conscience tranquille, alors que leur peuple vit une situation dramatique… ?
    Publié dans Elwatan du 8/11/2009.




    0
  • admin
    10 novembre 2009 at 13 h 42 min - Reply

    Ghardaïa
    Le procès des deux militants du FFS reporté
    Par :L. KACHEMAD, Liberté, 10 novembre 2009

    Le procès des deux militants du FFS, accusés de l’incendie en 2004 d’un véhicule appartenant au Croissant-Rouge algérien de la commune de Ghardaïa, s’est déroulé. Très tôt hier, des dizaines de militants et sympathisants du FFS ont convergé vers le lieu du procès et ont battu le pavé en face de l’enceinte en solidarité avec les prévenus, tenus à distance par un cordon de sécurité, renforcé pour la circonstance. Les seules personnes autorisées à prendre place dans la salle d’audience, hormis les cadres du FFS, arrivés de la fédération de Béjaïa et à leur tête Ali Laskri, ex-premier secrétaire du FFS ainsi que le docteur Naït Abdallah Rabah, ophtalmologue à Alger et militant du FFS et les représentants de la presse locale, étaient les jurés et les personnes directement concernées par le procès. Les deux prévenus, en l’occurrence Abderrahmane Fekhar et Kacem Bouhdiba, qui s’étaient tel que l’exige la loi, livrés la veille de leur procès, étaient défendus par une pléiade d’avocats, au nombre de cinq du barreau de Tizi Ouzou et d’Alger, tous militants et membres de la Ligue algérienne de défense des droits de l’Homme (LADDH), emmenés par maître Noureddine Ahmime, du barreau de Laghouat. C’est dans un silence de cathédrale que le président de la cour a ouvert la séance par l’appel des prévenus et la constitution des jurés tirés au sort. Il s’ensuivit ensuite l’appel des témoins qui étaient tous les deux aux abonnés absents. Et c’est justement cette absence qui a contraint la défense à demander et obtenir le report du procès, et exiger la présence de ces témoins, notamment le jeune Bazzine Kacem, mineur au moment des faits et sur le témoignage duquel repose toute l’accusation. Ouvrons une parenthèse pour signaler que ce témoin est le fils de feu Bazzine Brahim, ex-responsable du Croissant-Rouge algérien de la commune de Ghardaïa, utilisateur de la voiture supposée incendiée, assassiné une année plus tard par immolation et dont le présumé assassin, en l’occurrence Baba Nedjar Mohamed, lui-même militant du FFS, vient d’être condamné l’année dernière par la cour de Médéa à la réclusion criminelle à perpétuité. La défense a aussi demandé la mise en liberté provisoire des prévenus. La cour ayant accédé à cette demande a reporté l’affaire à la prochaine session criminelle exigeant que les témoins soient ramenés, quitte à recourir pour cela à la force publique. Ce qui a priori, compte tenu des applaudissements dans la salle d’audience des membres et militants du FFS, ainsi que du cortège de ceux qui étaient hors de l’enceinte qui se sont ébranlés vers la vieille ville dans une parfaite discipline en scandant des slogans victorieux, a satisfait la défense.




    0
  • farouk
    30 janvier 2011 at 21 h 25 min - Reply
  • Congrès du Changement Démocratique