Édition du
23 March 2017

TOUT VA BIEN, MADAME LA MARQUISE !

ONT

Tourmagazine.fr

Lundi 9 Novembre 2009 – 08:27

Algérie : « La promesse d’une destination d’avenir »

Pendant plusieurs années, les événements tragiques du début des années 1990 ont découragé bon nombre de touristes de séjourner en Algérie. Cependant, aujourd’hui la tendance s’inverse. Les visiteurs, principalement des Français, se pressent pour venir découvrir ce pays aux multiples atouts. Mohamed Benelhadj, Directeur Général de l’Office National du Tourisme d’Algérie, est l’invité cette semaine de notre rubrique Parole d’Expert.

TourMagazine.fr – Comment se porte le tourisme en Algérie ?

Mohamed Benelhadj – « Le nombre de nos visiteurs est en augmentation constante. Nous apparaissons comme une destination nouvelle.
Notre tourisme, celui qui est immédiatement consommable, profite des nouvelles tendances qui s’affirment dans le monde : celles d’un tourisme d’aventure, de découverte, écologique, loin des rumeurs et des fureurs du monde.
Notre sahara, considéré comme le « plus beau désert du monde », nous permet de booster tout l’arc touristique.
En terme de nationalités, ce sont les Français bien évidemment, et de très loin, qui viennent le plus. Suivis par les Allemands, les Italiens, les Espagnols.

De plus en plus de touristes des pays nordiques reprennent également le chemin de l’Algérie. C’est remarquable. »

TM.fr – Les Français ont une histoire particulière avec l’Algérie. Pour autant font-ils le voyage ?

M. B – « Nous parlons d’un tourisme affinitaire pour ce qui est des Français. Si nous tenons compte de l’ensemble des citoyens français qui ont l’Algérie au cœur, il existe un fonds de plus de dix millions de personnes.
Songez aux pieds noirs et à leur descendance, curieuse et désireuse de visiter le pays de naissance de leurs parents et grands parents.
Songez aussi à ces juifs d’Algérie, qu’il ne faut pas confondre avec les pieds noirs, mais qui sont partis au moment de l’indépendance.
Savez-vous que la plupart des grands intellectuels Français – je pense notamment à Camus, Derrida ou encore Jules Roy – qui étaient d’origine algérienne… ? Comme le sont également Jean Daniel, Bernard Henri Levy, Jacques Attali, qui, tous, font des allers-retours incessants dans leur pays d’origine.
Ne parlons pas de vos chansonniers, de vos comiques – l’immense Guy Bedos – de vos journalistes et animateurs télé et radio, de vos industriels, de vos politiques, de vos sportifs… la majorité d’entre eux ont un lien filial avec notre pays.
Et nous en sommes heureux car ceux-là viennent ou reviennent au pays, contribuant ainsi à casser les préjugés et l’image injustement brouillée de l’Algérie et de ses habitants.
Sans oublier, bien sûr, les binationaux et les algériens résidant en France. Ce sont tous nos ambassadeurs, à l’exemple de Zidane qui vient de réaliser, gracieusement, un magnifique clip en faveur de la destination. »

TM.fr – Quelles sont les atouts du pays et quelles sont les différentes activités proposées ?

M. B – « Notre pays recèle une multitude de ressources touristiques.
Certaines, qui nous sont spécifiques (le saharien, le thermal, le culturel) et que nous nous proposons de privilégier et d’autres pour lesquelles nous pouvons légitimement prétendre à une place de choix tel le tourisme balnéaire, d’affaires et de congrès, ainsi que le tourisme sportif et de loisirs.
Un tourisme authentique et un écotourisme respectueux de l’environnement constituent une belle carte à jouer. A cette diversité de ressources, on peut ajouter l’authenticité des sites, le tourisme d’aventure, la découverte et l’évasion.
Un autre atout réside dans la proximité des marchés européens et dans la densité des échanges culturels. Par ailleurs le climat modéré et les facilités linguistiques sont des avantages à ne pas négliger. »

TM.fr – Au niveau des infrastructures hôtelières, où en est le pays ?

M. B – « Aujourd’hui, nous sommes dans une phase de construction. Nos structures d’accueil un peu vieillottes, il faut bien le dire, sont remplacées par des structures répondant aux standards internationaux.
Pour ce faire, des mesures d’accompagnement sont édictées par le gouvernement et nous avons un schéma national d’aménagement touristique s’étalant sur une quinzaine d’années, baptisé Horizon 2025. Il s’agit d’une révolution douce qui se déroule dans la sérénité.
Concrètement, les programmes d’actions prioritaires ont amorcé dès 2008, la mise en tourisme de l’Algérie dans un cadre partenarial de développement associant l’Etat, les collectivités locales, les investissements directs étrangers (IDE), les professionnels du secteur public et du secteur privé, le système d’éducation, les associations et l’ensemble des autres secteurs économiques.
Si nous parlons d’objectifs physiques, et en respectant les mêmes ratios que nos voisins, il nous faudrait 75 000 lits de très bonne qualité. Pour les pôles prioritaires nous avons inscrit la moitié environ de la nouvelle capacité d’accueil prévue, soit 40 000 lits, au standard international dont 30 000 lits haut de gamme à très court terme et 10 000 lits supplémentaires à moyen terme.
Imaginez la chance d’avoir à la tête de ces programmes un ministre du Tourisme, Chérif Rahmani, qui a, en plus, la charge de l’Aménagement du Territoire et de l’Environnement.
Cela permet également une plus grande prise en compte des questions liées à la protection du milieu naturel, en optant ainsi pour des opérations touristiques plus respectueuses de l’écosystème, du cadre de vie et pour des normes et des matériaux plus écologiques.
On devine la promesse d’une destination d’avenir qui pourrait bouleverser la donne sur la zone méditerranéenne. »

TM.fr – Qu’en est-il de la desserte aérienne ?

M. B – « La desserte aérienne est très dense et répond de manière satisfaisante à la demande actuelle malgré quelques couacs en période de rush estival.
Le retour de toutes les compagnies internationales, le renforcement et le renouvellement d’Air Algérie qui dessert toutes les grandes villes françaises, la plupart des capitales européennes et maintenant la Chine et le Canada, en attendant l’Amérique.
Enfin, il faut noter l’ouverture du ciel à d’autres compagnies comme Air Med, sans oublier Aigle Azur. Tout cela contribue assurément à répondre à nos besoins. »

TM.fr – Enfin, une question un peu plus personnelle, quels sont les endroits que vous affectionnez le plus en Algérie ?

M. B – « Je vous répondrai sans hésiter les Hauts plateaux, plus particulièrement ceux de l’Ouest. Ce sont des régions au climat sec, très froid l’hiver, chaud l’été. Ces vastes étendues agricoles, qui séparent le nord du sud saharien, évoquent le terroir.
L’hospitalité de leurs habitants est citée en exemple. Ces terres de transhumance ont la mémoire des temps anciens, et pour moi le goût de l’enfance.
Aucun paradis sur terre ne peut les disqualifier à mes yeux. Du reste, le schéma d’aménagement touristique les intègre dans nos processus de développement des filières.
Ce sont des régions à très forte valeur ajoutée en termes de tourisme mémoriel et d’aventure. »


Nombre de lectures : 1098
5 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ankarba
    9 novembre 2009 at 19 h 07 min - Reply

    A la lecture des nom cités par M. le directeur tel Bernard Henri Levy (celui qui justifie le meurtre des enfants palestiniens entre autre) et consort, on peut aisément imaginer l’idée que se fait le régime et ses satellites du tourisme en Algérie. On parle souvent de totale débandade mais on découvre qu’on a pas encore toucher le fond. Par ces temps qui court el-inbitah est devenue une vertu.




    0
  • still
    9 novembre 2009 at 19 h 32 min - Reply

    La beauté de l’Algérie n’est pas exportable, Dieu en soit loue.Autrement, Rahmani & Co l’auraient bradée contre de menus privilèges outre mer, la ou ils comptent finir leurs jours.




    0
  • Malik Djoudi
    10 novembre 2009 at 6 h 33 min - Reply

    Ivan Petrovitch Pavlov aurait assurément épargné beaucoup de temps à lui même et bien des souffrances à ses chiens Druzhok, Sultan, Zhuchko et Tsygan. Hypothétiquement, avec une machine à remonter le temps, un simple entretien avec Mr Mohamed Benelhadj lui aurait suffit à faire sa découverte. Et à fin d’exergue il lui aurait juste suffit d’épeller un quelconque nom à consonnance vaguement pied-noire, ou même de sussurer des initiales, de préférence à consonnance juive algérienne – stimulus royal canin infaillible – pour voir de ses propres yeux le serf Nord Africain saliver de plaisir à l’idée de faire carpette devant ses phénix futurs hôtes de ses noix… vides comme sa calebasse qui lui tient de cerveau.
    En lisant cet article j’espérais naïvement trouver un mot, une citation ou une simple allusion de M. Mohamed Benelhadj à propos de ses concitoyens. Ces algériens travailleurs, bosseurs et infatiguables fourmis industrieuses du mérite. Oui il en existe ! Tous ces pères et mères de familles qui se lèvent chaque jour que Dieu fait, souvent dès 5 heures du matin pour aller affronter un quotidien fait de sang de sueur, de vexations et de privations de toutes sortes, et qui las en prennent sur eux mêmes juste pour tirer le diable par la queue. Mais les algériens ne sont pas les chiens de Pavlov et encore moins les serfs nord africains de quiconque. Et à vouloir les brimer sans cesse et sans pudeur, ces « responsables » s’apercevrons – mais un peu trop tard – qu’ils ont juste oublié qu’aucun vaccin ne peut les prémunir d’une déferlante rageuse non pas canine mais populaire cette fois.

    Malik Djoudi




    0
  • nomade
    10 novembre 2009 at 14 h 04 min - Reply

    j’espere que l’algerie ne sera pas une destination pour pedophiles a l’image de la thaillande ,du maroc, et de la tunisie .
    apres avoir fait de nous des miserables ,ils veulent faire de nous leurs p….
    ce peuple se reveillera un jour et fera boule de neige.
    the slow train is coming……




    0
  • ammaghboune
    1 mai 2010 at 17 h 01 min - Reply

    mon grand pére me disait un jour vous personne en pourra vivre en Algérie car ceux qui la gouvernent vont la rendre invivable que Dieu a son ame : ceux qui dirigent l’Algérie ont mis envoyé leurs enfants et leurs familles à l’étranger por vivre comme le cas de ce RAHMANI, l’algérien ne peut vivre chez lui ni à l’etranger car il est personna non grata
    Il faut etre vraiment fort pour crére une telle prison pour tout un peuple .




    0
  • Congrès du Changement Démocratique