Édition du
29 March 2017

Les démocraties éduquent, les dictatures endoctrinent.

endoctrinement
Par Still
13 novembre 2009

Ce mouvement de contestation initie par le corps enseignant sera le révélateur de la maturité de l’ensemble du peuple.Si celui-ci est mur et est prêt a prendre son destin en main, il soutiendra cet élan de dignité .Dignité de l’enseignant= dignité de l’enseigne, l’enseignant et l’enseigne n’étant que les deux faces de la même monnaie.On ne peut dévaluer ni valoriser une face sans affecter l’autre face dans le même sens.
Que les parents d’élèves ne succombent pas aux allégations des officiels qui prétendent que les enseignants hypothèquent l’avenir de leurs enfants en entrant en reconduisant une grève.C’est faux puisque les enseignants sont eux-mêmes parents d’élèves- élèves du peuple, loin d’être susceptibles de suivre une formation a l’étranger a l’instar des enfants de la nomenklatura. C’est faux puisque les enseignants s’engagent dans cette aventure a leur corps défendant :ils sont autant victimes que leurs eleves.C’est faux puisque , même en l’absence de grève le rendement qualitatif du système d’éducation en vigueur laisse a désirer. Enfin, c’est faux puisque l’anomalie la plus grossière siège au sommet du secteur le plus stratégique de l’Etat depuis plus de ans : « mandat » après « mandat » Benbouzid est reconduit a ce qui est devenu SON post sous la bénédiction des « décideurs » qui apposent en marge de ses rapports catastrophiques annuels la mention typiquement scolaire : « Très bien.Continuez le massacre ».
Les despotes sont conscients de l’importance de ce secteur stratégique et savent comment en sauver les apparences.Ainsi ,Ils veillent a construire des écoles et a scolariser les enfants , mieux ou pire , c’est selon,ils les catapultent de palier en palier parfois malgré eux, et a chaque fin d’année, ils transforment ces infrastructures et cette « masse scolaire » en chiffres savants ou alambiques et finissent par noyer le poisson dans l’eau.En se faisant, ils feignent d’oublier que la qualité n’est jamais mesurée a l’once de la quantité .Un gramme de fer ne vaudra jamais un gramme d’or.Mais ils arrivent quand meme-c’est leur but ultime- a entretenir l’illusion que tout va bien et que, bientôt tout ira mieux.
Une autre verite dont les despotes sont conscients est le fait qu’un arbre mal entretenu ne peut donner que des fruits de mauvaise qualité , idée qu’ils exploitent a fond pour corrompre cette mission noble qu’est l’éducation en traînant l’enseignant dans la misère et l’humiliation ,en falsifiant l’histoire ,en déstabilisant le système éducatif par des perturbations quasi permanentes ,en corrompant la jeunesse en la deviant des principes des bonnes moeurs , en vidant ses manuels scolaires de références aux héros de la nation de l’Antiquité a nos jours…
Pourquoi font-ils tout ça ?
Tout simplement parce que L’éducation est l’ennemie par excellence des despotes.Alors ils veillent a la corrompre .Ils savent aussi que l’enseignant est l’image, le model, le « pattern » sur lequel l’élève ou l’étudiant -citoyen en gestation- construit son ideal.Alors ils veillent a ce que ce model soit toujours meprisable, rabaisse, avili pour modeler un peuple a son image : soumis, conciliant, et « naturellement » esclave, rêve de tous les dictateurs .
L’éducation est valorisée partout dans le monde civilise, libre et émancipe, tandis que les dictatures y voient un danger mortel .Ils favorisent une culture a la lisière de l’ignorance , juste le nécessaire pour faire avaler leur désinformation diluée dans les medias a teneur hautement propagandiste.
Tel fermier, tel arbre.Tel arbre, tels fruits.


Nombre de lectures : 2639
28 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • jnsplu
    13 novembre 2009 at 20 h 51 min - Reply

    La France coloniale en s’installant en Algérie, a trouvé un peuple instruit et fier à l’inverse de ce qu’elle a propagé par la suite. L’enseignement, public sur fonds de wakf, était de qualité et permettait a ceux qui émergeaient des zaouias et qui constituaient l’élite d’alors de se perfectionner en d’autres lieux dont certains prestigieux comme la Zitouna ou El Azhar ou même en Irak et en Syrie. Cela ne cadrait pas avec les visées de la France et elle combatit avec férocité cette école afin de maintenir les Algériens dans l’ignorance.

    Ce que l’Armée et les missionnaires christianistes (pourquoi dire islamiste et pas christianiste) ont fait de concert a mis à genoux cet enseignement qui a été remplacé par des pratiques d’un autre age, le lettré musulman a disparu au profit d’un autre genre d’individu qui sème l’ignorance et l’obscurantisme.

    Les temps ont changé, la France coloniale est partie en greffant ses rejetons sur le pouvoir de l’Etat embryonnaire Algérien ,comme l’oeuf parasite, qui éclot et tue son hote. L’Algérie indépendante a disparu sous les coups de boutoir de ces néo-colons dont la mère patrie n’est pas l’Algérie, mais au contraire l’ancienne métropole.

    Les mêmes méthodes discriminatoires dans tous les domaines sont utilisées, que ce soit:

    1- dans l’enseignement ou l’enseignant est privé du simple libre arbitre dans le choix de ses cours et doit obeir à des directives établies loin du terrain d’exécution et qui n’ont rien à voir avec la réalité mais reflètent des visées politiques, dans la sécurité, dans l’économie ou ailleurs,

    2- En matière de sécurité l’algérien est traité avec mépris, voire tabassé et parfois disparait provisoirement, durablement ou à jamais, s’il ne jouit d’appuis dans la maffia ou s’il ne veut les utiliser.

    3- La justice s’appuie sur des règles conformes à la loi de l’indigénat et bientôt conformément à cette loi lorsqu’un de ces maffieux se pose sur le trottoir, il nous faudra en descendre pour le laisser passer en nous inclinant et en nous découvrant à son passage sous peine d’être enfermés. La preuve dès qu’un c…. passe, les routes sont fermées et un embouteillage monstre est causé juste pour lui plaire. Le pays est a eux mes frères.

    4- En matière d’emploi ce sont leurs enfants qui trouvent les meilleurs postes et qui gravissent rapidement les échelons, après avoir fait leurs études à l’étranger moyennant des bourses normalement acordées aux pauvres. Alors que ces derniers ne rêvent même pas de faire des études ici.

    5- En matière d’information, la désinformation subie et le matraquage des populations, les divisions artificielles ont continué jusqu’a faire du peuple Algérien une multitude de peuples, de tribus et d’ethnies qui n’arrivent pratiquement plus à ressentir leur unité.

    bref je pourrais continuer jusqu’a cent sans discontinuer tant l’énumération des aberrations rappelle celle de l’occupant.

    Question: sommes nous toujours colonisés ? comme à dit une vieille femme du côté de Béchar à Boumedienne qui souriait: » dites merci à De Gaulle, ikathar khirou. »




    0
  • Talbi
    14 novembre 2009 at 22 h 45 min - Reply

    Messieurs, Il y à la France coloniale et,heureusement,l’autre France dite des lumières,c’est-à-dire humaniste,civiliséé,cultivée et anti-colonialiste.Seulement,dire que le colon avait trouvé un peuple instruit!!! c’est probable;mais les Zaouias,à cette époque,dispensaient un « savoir » charlatanesque et maraboutique qui préparaient l’Algerien à un avenir radieux ou règnent les sciences de la sorcellerie et de la voyance qui ont été,malheureusement,tès bien entretenus par le colonialisme.De l’autre coté les Medersas nous ont donné des Ferhat Abbes,Bennabi,Ben Sai,Dr Bendjelloul…qui ont été parmi cette élite (Emir Khaled,Messali etc)qui à constuit le Mouvement National qui à conduit à son tour à l’inévitable 1° Novembre.Les Zaouias ont fait,je pense,beaucoup plus de mal à l’Algerie que de bien;d’ailleurs,n’étaient-elles pas,quelque part,un élèment responsable dans le réveil de l’islamisme dans notre pays.Quant à l’école,je souhaite que notre Quotidien ouvrira un débat afin de situer les responsabilités de chacun dans ce qu’est devenue cette « école » Algerienne.




    0
  • still
    17 novembre 2009 at 22 h 07 min - Reply

    Bonjour a toutes et a tous.
    @jnsplu
    Vous ne pourrez pas énumérer toutes les tares du système pour la simple raison que vous finiriez par glisser dans celles innombrables …du colonialisme.
    Pour votre question : « Sommes-nous toujours colonises? »
    Je crois que la réponse est : Oui, avec en sus un handicap majeur pour les mouvements de libération. Taxes de traîtres et traites comme tels par le pouvoir en place, ils sont inhibes par l’idée apparente que les héritiers du colonialisme entretiennent par tous les moyens- qu’ils s’opposent a leur propre nation.
    @ Talbi
    Ce n’est pas la France humaniste qui nous a colonises et ce n’est pas celle-ci que nous avons combattue.
    Maintenant, que le colon ait trouve un peuple instruit ou que les zaouïas aient dispense un savoir charlatanesque ou qu’elles aient été a l’origine de l’islamisme chez nous ,ces questions sont très importantes et méritent d’être examinées de plus près. Si vous pouvez étayer cette thèse par des faits historiques éclairez-nous, nous en serons reconnaissants.
    Cordialement.
    still




    0
  • La Renaissance
    18 novembre 2009 at 11 h 38 min - Reply

    à: Talbi
    « Messieurs, Il y à la France coloniale et,heureusement,l’autre France dite des lumières,c’est-à-dire humaniste,civiliséé,cultivée et anti-colonialiste. »

    à: Still
    « Ce n’est pas la France humaniste qui nous a colonises et ce n’est pas celle-ci que nous avons combattue ».
    ————————–
    Messieurs,je vous réponds ceci:c’est bien la France « humaniste » qui nous a colonisé et combattu. Lisez ou relisez les déclarations des célèbres fils des « Lumières » qu’étaient le Jules Ferry raciste et colonisateur,et le « poète » et islamophobe Alphonse de Lamartine. Nous lisons: extraits.

    A/ De « Jules Ferry famine »:
    Races supérieures,races inférieures. Ferry est un des grands penseurs de l’impérialisme français.
     » Messieurs, il faut parler plus haut et plus vrai ! Il faut dire ouvertement que les races supérieures ont un droit sur les races inférieures.
    Je répète qu’il y a pour les races supérieures un droit, parce qu’il y a un devoir pour elles. Elles ont le devoir de civiliser les races inférieures.(…)
    (Débats parlementaires, 28 juillet 1885. Cité dans : Le nationalisme français, Raoul Girardet, Ed. Seuil, 1983)
    ———————————————
    B / De Lamartine.
    Il faut remarquer le mélange entre les intérêts de la France et ceux de l’humanité, mais surtout l’argumentation du croisé contre l’Islam:
    « Dans le cas où, sous le rapport agricole et commercial, Alger ne présenterait pas tous les avantages désirables à la France, comme colonie militaire, comme avant-garde de la civilisation sur la barbarie, comme vedette sur la mer qui nous appartient, sur la Méditerranée, conserverons-nous Alger? »
    2 / « Remettre les rivages et les villes de l’Afrique à des princes arabes, ce serait confier la civilisation à la barbarie, la mer à la garde de ses pirates, nos colons à la protection et à l’humanité de leurs bourreaux. »
     » Abdiquerons-nous volontairement enfin cependant ce que la conquête d’Alger nous a donné sur le mahométisme ».
    Alphonse de LAMARTINE – Discours du 2 mai 1834 à la Chambre des député

    Note: Il y a une considérable littérature sur les agissements occultes des fils des « Lumières » à l’époque coloniale et même de nos jours,qu’il suffit d’un peu de recherches et d’esprit curieux et,la lumière de la VÉRITÉ HISTORIQUE jaillira et bousculera tous ces mensonges grossiers et ces ignorances crasses que des gens de mauvaise foi ou tout simplement amnésiques continuent de colporter!

    Source:http://www.contreculture.org/




    0
  • stll
    18 novembre 2009 at 21 h 50 min - Reply

    @ La Renaissance
    Merci pour le rappel judicieux que vous faites la.Merci aussi pour le lien que vous avez cite.




    0
  • jnsplu
    19 novembre 2009 at 15 h 21 min - Reply

    J’avais perdu le fil de cet article à la suite du changement de site.

    Ceux qui disent que les zaouias dispensaient un savoir charlatanesque ce sont justement les colonisateurs qui se sont servis de cet argument pour démanteler tout établisement d’instruction en Algérie et spécialement les zaouias qui détenaient un pouvoir spirituel et moral sur les masses et ont donné du fil à retordre à la progression de la colonisation. Bel étalage des « lumières » et belle démonstration de magie manipulatoire ! Et nous nous trouvons normal de croire en leurs balivernes car notre « culture » francophone nous condamne à ce faire.

    Je persiste à dire que les zaouias étaient des foyers de rayonnement de l’instruction en Algérie et que la colonisation à privé les algériens de pain et de savoir.

    La population Algérienne a atteint les limites de la disparition par la faim vers les années 1871 lorsque El Mokrani un type des zaouias, devenu bachagha, entre en conflit avec les autorités coloniales, distribue ses propres stocks à la population et déclenche l’insurrection lorsque la France refuse de l’aider, pour ne parler que de la région Kabyle. Et on nous montre dans les manuels d' »Histoire » que la France des « lumières », ayant eu conscience du problème est arrivée au secours des Algériens…après quoi ?

    Le nombre d’algériens sachant lire et écrire à l’arrivée de la colonisation était important et je le maintiens, il est vrai qu’il y avait des charlatans mais meme à l’heure actuelle il y en a. La chaine El Hakika satellitaire voue en donnera une idée. Ce n’est pas une question de moyens c’est une question de fins.




    0
  • lucide
    23 novembre 2009 at 22 h 58 min - Reply

    A propos de la France, de la colonisation et des Lumières

    1- Je crois qu’une lecture objective de notre histoire ne peut que constater un déclin continu dont certains situent l’origine à la chute de l’empire almohade (1121-1269). La plupart des écrits que nous avons sur l’Algérie à la veille de la colonisation sont d’auteurs européens. Il y en a beaucoup sur les premières années de la colonisation dont les auteurs sont des militaires français. Tous ceux que j’ai lus donnent une image négative de ce pays qui deviendra l’Algérie et qui était à l’époque sous la domination d’une armée turque faisant allégeance au Sultan ottoman d’Istanbul, mais relativement indépendante de lui. La réalité était-elle aussi noire que décrite dans ces ouvrages ? Une chose est certaine, la Régence d’Alger, après une période de relative supériorité navale en méditerranée occidentale, était, à la fin du 18ème siècle, en profond déclin. Il n’est pas dans notre intention de dénigrer systématiquement notre passé pré-colonial mais il ne me semble pas juste de faire croire que l’Algérie était un pays «normal» avant l’occupation française et que cette dernière est venue mettre fin à un état de prospérité des populations indigènes. La colonisation a certainement été une terrible violence dans tous les domaines mais elle n’a été que l’aboutissement d’une longue période de décadence. Il suffit, pour s’en convaincre, de dresser un tableau comparatif de la situation politique, économique, sociale, culturelle, etc. entre la France et la Régence d’Alger au 18ème siècle. Je dirais même, qu’en un sens, le mal de la colonisation était nécessaire et a permis à la nation algérienne de se réveiller d’un long sommeil de plusieurs siècles pour prendre sa destinée en main.

    2- Est-ce que c’est la France des Lumières qui nous a colonisés ? Oui et non. D’abord, le pouvoir qui a conçu et exécuté l’expédition de juin 1830, qui s’est soldée par l’occupation d’Alger, était celui du roi Charles X, un pouvoir particulièrement «réactionnaire», désireux de restaurer la monarchie absolue. Dans la France de cette époque, il y avait des forces qui étaient contre cette expédition. Donc, ce n’est pas noir ou blanc. Les choses sont beaucoup plus complexes.

    3- Qu’est-ce que les Lumières ? Tel est le titre d’un opuscule écrit par le célèbre philosophe allemand du 18ème siècle, admirateur de Napoléon Bonaparte, Kant. Le début de ce texte est «Les lumières sont ce qui fait sortir l’homme de la minorité qu’il doit s’imputer à lui-même. La minorité consiste dans l’incapacité où il est de se servir de son intelligence sans être dirigé par autrui. Il doit s’imputer à lui-même cette minorité, quand elle n’a pas pour cause le manque d’intelligence, mais l’absence de la résolution et du courage nécessaires pour user de son esprit sans être guidé par un autre. Sapere aude, aie le courage de te servir de ta propre intelligence ! voilà donc la devise des lumières. » Pour ceux que le sujet intéresse :

    http://fr.wikisource.org/wiki/Qu%E2%80%99est-ce_que_les_Lumi%C3%A8res_%3F

    Le mouvement des Lumières, qui a pris naissance en France, pour se propager ensuite à travers l’Europe, ne peut être séparé de l’émergence de la bourgeoisie, principal artisan de la Révolution Industrielle, deuxième événement qui a radicalement changé la condition humaine, après celui de la Révolution Néolithique, qui a vu les hommes passer de l’état de cueilleurs-chasseurs a celui d’agriculteurs-éleveurs, et la naissance des premières villes et des premiers États.

    Avant de s’imposer, la bourgeoisie a dû lutter contre l’absolutisme, représenté par les rois de droit divin, qui pouvaient faire de leurs sujets ce qu’ils voulaient. Le mouvement des Lumières c’est l’affirmation de la liberté de l’individu – qui est d’abord la liberté d’entreprendre dont a besoin la bourgeoisie – face au pouvoir absolu du monarque.

    4- Parce que le mouvement des Lumières est lié à l’expansion capitaliste, nous le percevons aujourd’hui de façon ambiguë : libérateur de l’individu mais aussi colonisateur. Le capitalisme, qui avait besoin de toujours plus de matières premières et de marchés, obéissant à la logique d’expansion qui le menait, déboucha sur la colonisation. Ce mouvement d’expansion entamé au 15ème siècle, prit parfois l’aspect d’une confrontation entre chrétienté et islam. Bien que cet aspect fût important, l’élément déterminant fut l’économie. Nous observons le même phénomène aujourd’hui dans la politique des USA et la prétendue lutte contre le terrorisme. Derrière la guerre du Golfe, il y a la mainmise sur les réserves de pétrole et de gaz.

    5- Une certaine vision mythique de l’histoire du monde musulman nous fait oublier que cette logique a été à l’œuvre dans la formation de tous les empires, y compris les différents empires musulmans. La foi a certainement joué un rôle important, surtout au début, mais ce n’était pas le seul élément. Une hypothèse qui ne me semble pas absurde attribue la cause de l’assassinat du Khalife Omar ibn al Khattab à sa volonté de mettre un frein à l’appétit de la nouvelle classe de possédants qui, dans l’Etat musulman naissant, avait tiré grand profit des terres conquises en Irak et ailleurs.

    6- En conclusion, je dirai que la frontière entre les «bons» et les «méchants» est mouvante. Elle passe à l’intérieur des Etats et des civilisations. Il y a des partisans et des adversaires des Lumières dans tous les pays et à toutes les époques. La philosophie des Lumières qui a œuvré à la libération de l’homme européen du joug de l’absolutisme a aussi, à un certain moment, cautionné la colonisation des pays d’Afrique, d’Asie et d’Amérique. Cela ne signifie pas cependant qu’elle soit totalement inutile. Les peuples des pays arabes, dont l’écrasante majorité attend toujours qu’on la libère de la tyrannie des présidents à vie, gagneraient beaucoup à s’en inspirer afin de donner naissance à un nouvel individu libre et confiant en lui-même.

    7- Certains me rétorqueront que la philosophie des Lumières n’est pas compatible avec l’Islam. Le débat est ouvert…




    0
  • jnsplu
    24 novembre 2009 at 11 h 55 min - Reply

    En conséquence, le déclin de l’Algérie, survenu après cette catastrophe maritime n’a pas eu le temps de s’installer avant la colonisation, ce n’est à l’évidence pas en trois ans que le déclin d’un pays s’amorce.

    D’autre part l’Algérie ne faisait pas allégeance à l’empire Otoman, elle était partie prenante de l’empire Ottoman et faisait partie de lui, quoique avec beaucoup de relative indépendance.
    Les Algériens acceptaient la gouvernance Turque comme normale car se faisant au nom du califat et donc de l’Islam.




    0
  • jnsplu
    24 novembre 2009 at 11 h 57 min - Reply

    oups ! fausse manip.

    On est presqu’enclin à la lecture de ton commentaire d’applaudir à la colonisation. Ne serait ce que par chauvinisme, je ne me le permettrais pas.

    Le déclin de l’Algérie, survenu après la catastrophe maritime de Navarine n’a pas eu le temps de s’installer avant la colonisation, ce n’est à l’évidence pas en trois ans que le déclin d’un pays s’amorce.

    D’autre part l’Algérie ne faisait pas allégeance à l’empire Otoman, elle était partie prenante de l’empire Ottoman et faisait partie de lui, quoique avec beaucoup de relative indépendance.
    Les Algériens acceptaient la gouvernance Turque comme normale car se faisant au nom du califat et donc de l’Islam.

    En fait la suprématie de l’Algérie sur la méditerranée ne cessa qu’après 1827 qui vit la flotte Algériennne détruite à Navarine près des cotes grecques dans une tempete d’une rare violence alors qu’elle était en route afin de porter secours à l’empire Othoman, menacé par les Européens dans le cadre de leurs croisades incessantes contre les musulmans qui durent encore aujourd’hui.
    Bien entendu les forces occidentales s’attribuèrent le mérite de cette destruction et affirment avoir livré battaille. L’Histoire est fait par les hommes pour les hommes.

    Cette puissance maritime faisait que l’Algérie se permettait d’exiger un droit de passage sur les navires européens qui le prenaient très mal mais qu’ils payaient car n’ayant pas d’autre choix, mais leurs gouvernants se réunissaient régulièrement pour chercher une solution à cette Algérie si puissante.

    La question fut notamment posée lors du congrès d’Aix la Chapelle en 1818.

    D’autre part après la bataille de Waterloo en 1814 et la dette sans intêrêt contractée par la France à l’égard de l’Algérie 8 millions de dinars or, devenait exigible, Charles X remit en chantier le projet élaboré par Napoléon III dès 1802 et visant à coloniser l’Algérie. C’est comme ça que les lumières rendent les bienfaits qu’on leur accorde. En effet Napoléon III était allé jusqu’a envoyer un certain Boutin comme espion en Algérie afin de préparer l’invasion par suite de ce qu’il appelait des actes de piraterie à savoir le paiement des taxes à la régence d’Alger.

    A-Les buts de ce projet étaient sur le plan politique:

    1- d’imposer le leadership de la France en Méditerranée face à l’Angleterre,

    2- assurer la sécurité des navires Français comme ils disaient mais en réalité de faire cesser la menace navale qui restait quand meme présente après Navarine.

    3-et se débarraser des taxes de l’Algérie.

    4-se débarasser de la dette à l’égard de l’Algérie.

    B-Sur le plan religieux il est indéniable que les visées évangélisantes n’étaient pas absentes qui font dire notamment au commandant de l’expédition française De Bourmont lors de la fête donnée sur la place de la Casbah à l’occasion de la victoire :  » Sire , par cette action (la conquête), une porte s »est ouverte pour le christianisme sur les côtes d »Afrique et notre espoir est que cela constitue le début de la prospérité pour la civilisation qui avait disparu de cette contrée.  »

    Pour eux, civilisation = christianisme. C’est ça les lumières aveuglantes !

    Le tiers du peuple Algérien fut décimé entre 1830 et 1841 ce qui au regard des lois internationales actuelles est un génocide. Comme ces lois sont imprescriptibles et rétroactives, nous devrions pouvoir faire condamner les auteurs, qui sont les états ayant participé à ce génocide. Mais là n’est pas le propos, n’est ce pas ? De toute façon comme leur domination est assise sur notre doset pour longtemps, on ne pourrait leur faire rendre des comptes.

    Le lien entre l’économie et le pouvoir est un lien étroit, j’en conviens, mais c’est aussi en pays musulman un lien en perpétuelle opposoition avec la foi de par la foi elle meme et on ne peut comparer un état de la nature de celui que pose l’islam a ses débuts avec celui de Napoléon. Le premier implique une soumission totale à Dieu, le second à l’empereur.

    L’Histoire de l’empire musulman établit sans équivoique que déjà du temps de Omar notamment, les libertés publiques étaient à leur apogée l’islam faisant de la critique de la gestion de la chose publique une obligation religieuse en vertu du principe « Celui d’entre vous qui voit le mal, qu’il le dénonce (qu’il le change)…. » posé par le prophète alors que du coté des lumières, il faisait encore trop noir du temps meme de Napoléon et de charles X. Et ce n’est pas un Omar qui va remettre ce principe en cause.

    Lire notre Histoire, à travers leur prisme, ne peut que nuire à notre vérité, car, soyons logiques, il n’y a de vérité absolue nulle part en ce monde.

    « Préparez leur ce que vous pouvez en force et montures » et « Les chrétiens et les juifs ne seront satisfaits de toi que lorsque tu sera de leur obédience » ne sont pas des versets vains, pour les musulmans et non pas pour les islamistes, il s’agit pour eux de paroles divines. Sans force et sans montures nous ne valons rien et nous nous voyons peu à peu succomber aux poussées des valeurs des « lumières » sombres qui s’abattent sur nous peu à peu pour nous diviser, nous ramener à l’ère des ethnies, de la diversification et cette umma unique décrétée par le Coran et dont le noyau fut mis en place par son prophète se prépare à se renier car ses membres disent qu’elle est révolue et qu’elle ne peut plus etre de ce monde alors que partout dans le monde les états s’unissent pour constituer des blocs puissants.

    Ce qu’une poignée d’hommes ont réalisé, une multitude qui se dit musulmane ne peut le faire. Les raisons, elles ne sont pas dans l’islam, ou plutot si, le prophète disait à ses compagnons, « je crains pour vous de la vie terrestre, je crains pour vous de la vie terrestre » et eux de dire c »omment ça, prophète ?», il leur répondit « qu’elle vous accapare et vous éloigne de la foi ». Nous y sommes.




    0
  • jnsplu
    24 novembre 2009 at 14 h 03 min - Reply

    Tiens je tiens un discours « islamiste ». Je ne m’en suis meme pas rendu compte. Quelle calamité. Etre musulman à l’heure actuelle suppose de reviser le Coran, rejeter tous les versets qui ne nous agréent pas, tous les hadiths qui ne s’accordent pas avec la pensée dominante, toute interprétation religieuse proche du texte et de l’esprit du Coran et de la Sunna, sous peine de passer pour…UN ISLAMISTE. Un Islamiste, dans le langage péjoratif actuel ce n’est pas uniquement ceux qui poussent le bouchon très loin et sur lesquel le prophète de l’islam s’est déjà prononcé il y a quinze siècles en disant : »Pas de surenchère en religion », mais encore ceux qui pronent une religion conforme à l’Islam véritable, tel que l’a rapporté le prophète et qu’il lui a été enseigné par l’archange gabriel. Meme si le texte est clair et qu’il n’y a aucune interprétation à faire, il faut lui tordre le cou et lui faire épouser les thèses de l’heure. Je risque de finir par croire que nous n’avons que le pouvoir que nous méritons.




    0
  • lemurdeberlin
    24 novembre 2009 at 16 h 34 min - Reply

    Les démocrates éduquent,c’est vrai.Les dictateurs endoctrinent,ça va de leur avenir.Les dogmatiques endorment et nous dévient du chemin tracé.Le débat devait porter sur la place de l’enseignant et sur les système éducatif,ne voilà-t-il pas qu’on se retrouve à parler de turcs ,de corsaires ,d’islam et de la conquête coloniale avec un zest de zaouia trés prononcé.Je demande à Lucide d’être encore plus lucide sinon il ne sortira jamais de ces méandres où on veut l’engouffrer.En tout cas la flotte des corsaires n’y est jamais revenue,et pour un débat byzantin,c’en est un.




    0
  • jnsplu
    24 novembre 2009 at 17 h 26 min - Reply

    En voila une autre etiquette pour les musulmans: dogmatique.

    Il y a les musulmans dogmatiques et les musulmans …non dogmatiques.

    Les musulmans non dogmatiques ce sont ceux qui ne dévient pas du chemin qui leur est tracé par l’occident triomphant.

    La religion est l’opium du peuple disait Karl Marx. Ses enfants « spirituels » (ceux de Karl marx pas de la religion et O combien spirituels !) y croient toujours, malgré la chute du mur de berlin il y a belle lurette.

    Meme la flotte Algérienne est appelée par des…Algériens…flotte des …corsaires…nom qui lui a été retenu par…l’occident qui…nous aime…

    Quand il n’y a pas d’arguments, il y a toujours les étiquettes, c’est ça le débat byzantin…Je prèfère pour ma part les arguments, qui me forcent à réfléchir aux étiquettes dogmatiques partisanes qui reposent sur du vent…

    L’age des lumières…




    0
  • La Renaissance
    24 novembre 2009 at 18 h 18 min - Reply

    L’Europe civilisatrice. Déclaration d’un chef aztèque contemporain.
    L’Europe civilisatrice

    http://comaguermarseille.free.fr/cac119.htm

    Le hasard des lectures nous a fait découvrir une déclaration d’un chef aztèque contemporain qui fait écho à notre précédent bulletin sur la défense européenne et constitue un prélude à notre prochaine émission sur le Mexique. Le voici

    La véritable dette extérieure*
    Par Guaipuro Cuauhtémoc
    Eh bien me voici, moi, Guaipuro Cuauhtémoc, descendant des peuples qui, il y a quarante mille ans, peuplaient l’Amérique. Je suis venu à la rencontre de ceux qui l’ont rencontrée il y a cinq cents ans. Voici donc que nous nous rencontrons tous : nous savons qui nous sommes et il ne nous en faut pas plus. Nous n’aurons jamais rien d’autre.
    Mon frère douanier européen me réclame un papier écrit avec un visa pour pouvoir découvrir ceux qui m’ont découvert, ceux qui m’ont découvert avant. Mon frère usurier européen me réclame le paiement d’une dette contractée par Judas, quelqu’un, en vérité, que je n’ai jamais mandaté. Mon frère usurier européen m’explique que toute dette se paie avec des intérêts, quand bien même il faudrait pour cela vendre des êtres humains et des pays entiers, sans leurs demander leur consentement. Et voilà, moi je les découvre.
    Moi aussi je peux réclamer mon dû, moi aussi je peux réclamer des intérêts. Les Archives des Indes font état, avec force papiers, force reçus et force signatures, de ce que, entre les seules années 1503 et 1660, sont arrivés à San Lùcar de Barrameda (Espagne), 185 mille kilos d’or et 16 millions de kilos d’argent, en provenance d’Amérique. Pillage? Ça ne me viendrait pas à l’idée ! Ce serait penser que nos frères chrétiens ne respectent pas leur septième commandement. Spoliation ? Dieu me garde d’aller imaginer que les Européens, à l’image de Caïn, tuent puis dissimulent le sang de leur frère. Génocide? Ce serait là accorder du crédit à des calomniateurs comme Bartolomé de Las Casas, et tous ceux qui ont qualifié la rencontre de « destruction des Indes », ou à des extrémistes comme le docteur Arturo Pietri, qui affirme que l’essor du capitalisme et de la civilisation européenne actuelle est le fruit de l’inondation en métaux précieux que vous, mes frères européens, avez arrachés des mains de ceux qui, en Amérique, sont aussi mes frères!
    Non! Ces 185 mille kilos d’or et ces 16 millions de kilos d’argent doivent être considérés comme le premier d’entre les divers prêts à l’amiable consentis par l’Amérique en faveur du développement de l’Europe. Penser le contraire reviendrait à établir l’existence de crimes de guerre, ce qui ouvrirait un droit à exiger non seulement le remboursement immédiat, mais aussi une indemnisation pour dommages et préjudices. Moi, Guaipuro Cuauhtémoc, je préfère croire en l’hypothèse la moins offensante à l’égard de mes frères européens. Des exportations de capitaux aussi fabuleuses n’ont été rien d’autre que la mise en place d’un plan Marshall-tezuma pour garantir la reconstruction de la barbare Europe ruinée par ses guerres déplorables contre les musulmans cultivés, défenseurs de l’algèbre, de l’architecture, du bain quotidien et autres apports supérieurs de la civilisation.
    Voila pourquoi, passé ce cinquième centenaire du « Prêt », nous sommes en droit de nous poser des questions nos frères européens ont-ils fait une utilisation rationnelle, responsable, ou tout au moins productive, des ressources si généreusement avancées par le Fonds indo-américain international ?
    Nous sommes au regret de répondre : non. Du point de vue stratégique, ils les ont dilapidées en batailles de Lépante, Invincibles Armadas, troisièmes Reichs et autres formes d’extermination mutuelle, pour être au bout du compte, sous l’occupation des troupes gringos de l’OTAN, comme le Panama (mais sans le canal). Du point de vue financier, au bout d’un moratoire de 500 ans, ils se sont montrés tout aussi incapables de régler capital et intérêts que de se passer des rentes monétaires, des matières premières et de l’énergie bon marché en provenance du Tiers Monde.
    L’affirmation de Milton Friedman, selon laquelle une économie assistée ne pourra jamais fonctionner, vient corroborer ce tableau déplorable et nous oblige à leur réclamer – pour leur propre bien – le paiement du capital et des intérêts, paiement que nous avons si généreusement repoussé de siècle en siècle.
    Ceci dit, il est bien clair que nous ne nous abaisserons pas à réclamer à nos frères européens les taux flottants – odieux et cruels – de 20% et jusqu’à 30% que nos frères européens font payer aux peuples du Tiers Monde. Nous nous limiterons à exiger la restitution des métaux précieux avancés, plus un modique intérêt fixe de 10% par an, intérêt composé sur les 300 dernières années. Sur cette base, et en application de la formule européenne de l’intérêt composé, nous informons nos découvreurs qu’ils ne nous doivent, au titre d’un premier paiement de leur dette, qu’une quantité de 185 mille kilos d’or et 16 millions de kilos d’argent, chacune d’elle élevée à la puissance 300. C’est-à-dire un nombre qui, s’il fallait l’exprimer, ferait appel à plus de trois cents chiffres et dont le poids dépasserait largement celui de la terre.
    Comme elles pèsent ces masses d’or et d’argent! Que pèseraient- elles si on calculait leur équivalent en sang ? Alléguer que l’Europe en un demi-millénaire n’est pas parvenue à générer des richesses suffisantes pour régler ce modique intérêt reviendrait à admettre son échec financier absolu et/ou l’irrationalité démentielle des présupposés du capitalisme.
    Il est vrai que nous ne nous soucions pas, nous Indo-Américains, de telles questions métaphysiques. Mais, ça oui, nous exigeons la signature immédiate d’une lettre d’intention qui impose une discipline aux peuples endettés du vieux continent et les oblige à et que cela les empêche de remplir leurs engagements financiers ou moraux. Si tel était le cas, nous nous contenterions de recevoir en paiement la balle avec laquelle ils ont tué le poète. Mais ce ne sera pas possible : cette balle est le coeur de l’Europe.

    *Lettre d’un chef indien aztèque aux gouvernements européens.
    Article paru dans Dial, N° 2126, 1-15 octobre 2000 et dans  » Carta a las Iglesias « , 1-31 mai 2000, El Salvador .Reproduit dans la revue ALTERNATIVES SUD Vol IX 2002.




    0
  • La Renaissance
    24 novembre 2009 at 18 h 41 min - Reply

    LA RÉVOLUTION FRANÇAISE / RUPTURE CULTURELLE.
    Par le philosophe François Matteî- / Le 21.01.2008.-Marseille. Extraits:

    La MATRICE DE LA RÉVOLUTION FRANÇAISE C’EST L’IDÉOLOGIE DES « LUMIÈRES ».

    A RETENIR – TRÈS IMPORTANT.
    « Ce qui fait la spécificité de la Révolution française c’est deux choses : d’une part elle a inventé la terreur, et elle a même apporté au monde, non pas simplement le ‘terrorisme’ mais le mot ‘terrorisme’. Le terme même de ‘terrorisme’ est rentré dans les langues modernes à partir de 1793, à partir de la terreur française. Et donc, lorsqu’ on critique ‘Al-queîda’ et le terrorisme d’Al-queîda’, rappelons nous simplement si je puis dire que, linguistiquement ou sémantiquement que le terrorisme a
    une origine en France, en 1793 ».

    « Ce que 93, c’est-à-dire la Révolution française va apporter essentiellement c’est, la rupture non seulement dans le tissu politique, dans le tissu social, on l’a rappelé tout à l’heure, le tissu familial de la famille royal, mais cela a apporté une rupture dans le tissu ONTOLOGIQUE, essentiellement dans l’être même de l’homme qui s’est senti pour la première fois brisé totalement.
    Le Christianisme avait apporté essentiellement la crucifixion du Fils. La Révolution française va apporter, la décapitation du Père. C’est-à-dire c’est une inversion totale du système chrétien. « On tue le Père », la psychanalyse a suffisamment glosée là-dessus, et pas seulement Freud, il y a des textes de Lacan là-dessus, la psychanalyse montre à quel point la Révolution a tué le Père, bien au-delà du parricide de Thyphe, bien au-delà des parricides que l’on avait connu car là, il vise, à travers le Père, le Père Céleste, comme disaient les poètes allemands à l’époque de Hölderlin, c’est-à-dire , celui qui donne une unité, une tension, une signification à l’existence ».

    Source: http://www.dailymotion.com/video/x45rfd_la-revolution-rupture-culturelle_politics
    A voir absolument.




    0
  • lucide
    24 novembre 2009 at 19 h 26 min - Reply

    @lemurdeberlin

    Désolé d’avoir fait dévier le débat du sujet initial. Il me semble toutefois que nous n’en sommes pas si loin que ça et même peut-être que nous sommes en plein dedans. Avant d’enseigner, il faut d’abord s’entendre sur le contenu de l’enseignement. Et il me semble que l’école algérienne enseigne beaucoup de mythes.

    @jnsplu

    Je préfère parler de la Régence d’Alger et non d’un Etat algérien, car il faut vraiment tordre le cou à la réalité pour admettre que les autochtones (qui n’étaient pas encore des Algériens à l’époque) étaient maitres de leur destin. Le dey était porté au pouvoir par les janissaires turcs (souvent après avoir assassiné son prédécesseur). L’oppression c’est l’oppression, même si elle s’exerce au nom d’un prétendu khalifat islamique (les premiers khalifes ont été élus, à Médine, je te le rappelle).

    Je te rappelle aussi que les frères Barberousse ont été appelés à la rescousse par deux villes, Alger et Bougie, qui étaient incapables de se défendre par elles-mêmes contre les Espagnols. N’est-ce pas là un signe de décadence ? La combativité des corsaires turcs et leur maitrise des arts de la guerre a retardé l’échéance de trois siècles, mais l’issue fatale était clairement inscrite dans l’évolution des uns et des autres – avancée fulgurante dans tous les domaines du côté européen, stagnation du côté maghrébin.

    Quant au reste, pourquoi ne cites-tu que les faits de guerre? Ne sommes-nous bons qu’à faire la guerre? Les Lumières c’était justement un vaste mouvement scientifique, philosophique, artistique, etc. Cela se passait en Europe. Et c’est parce qu’il n’y avait pas d’équivalent dans le monde musulman à cette époque là (pour des raisons historiques qui n’ont rien à voir avec la religion) qu’Alger a été occupée et que le «khalifat» ottoman a disparu. Les mêmes causes donnant les mêmes effets, ce qui se passe aujourd’hui en Palestine, en Afghanistan et en Irak n’est que la répétition du même scénario.

    Soyons réalistes, cher ami. Ce n’est pas avec des discours ronflants que nous redonnerons sa gloire à l’islam. Dire que nous sommes les meilleurs parce que nous avons l’islam, n’est pas suffisant. Il faut encore le prouver. Comment? En faisant de l’Algérie un pays où règne le droit et la justice, un pays où tout un chacun se sent libre et peut s’épanouir. En maîtrisant les sciences et les techniques, pour ne plus dépendre des autres, ceux que tu appelles les juifs et les chrétiens. Le simple bon sens te fera découvrir que nous sommes condamnés à apprendre auprès d’eux, pour le moment, car ils nous dépassent dans tous les domaines. Je te rappelle un petit fait : ce merveilleux outil qui nous permet de communiquer instantanément et d’échanger nos idées, en sommes nous les inventeurs? Le contrôlons-nous?

    lemurdeberlin, ne somme-nous pas au cœur du problème ? Quel enseignement ? Pour aboutir à quoi ? Perpétuer les mythes ou s’en libérer définitivement ? Ce n’est pas de quelques réformes dont nous avons besoin, mais d’un vaste mouvement semblable à celui qui a pris naissance en Europe au 15ème siècle, pour relever les défis du 21ème siècle. Ce n’est même pas un choix, c’est une obligation : c’est cela ou accepter l’humiliation jusqu’à la fin des temps.

    Sans rancune.




    0
  • lucide
    24 novembre 2009 at 19 h 35 min - Reply

    @La Renaissance

    Je pense que tu devrais changer de pseudo pour t’appeler Le Monarchiste…

    Je plaisante.




    0
  • jnsplu
    24 novembre 2009 at 20 h 42 min - Reply

    A chacun son dada, tu prèfères parler de régence d’Alger, je ne peux t’obliger à dire l’Etat Algérien, c’est ton avis, je le respecte, bien que sur le plan du droit un Etat se caractérise par un pouvoir sur un peuple dans une contrée donnée, mais bah ! Le droit ….

    Je partage avec toi le sentiment d’injustice qui caractérisait cette époque, je ne peux le nier, ni le fait que les deux lascars venus aider le roitelet de Bougie l’ont dégommé, puis ont dégommé celui de Tlemcen et unifié les deux royaumes. Leur rattachement lui meme au Califat, qu’ils ont sollicité, avait pour but de consolider leur pouvoir, tant à l’échelle interne qu’externe. Alger si mes souvenirs sont exacts dépendait alors du royaume de Bougie, mais je n’en suis pas certain de toute façon ce n’est pas important pour notre propos.

    Sur le plan interne les Algériens se sont vu gouverner sous le drapeau de l’empire musulman, sur le plan externe, s’attaquer à l’Algérie, revenait à s’attaquer à tout l’empire musulman. On ne peut pas dire qu’ils n’ont pas remis de l’ordre en Algérie, ne serait ce que du point de vue de son unification. La mise en place de la flotte qui domina la méditerranée dénote de la force industrielle qu’ils ont mise en place et donc de l’économie intégrée qui en découle.

    De meme qu’on ne peut pas dire qu’ils ne savaient pas gouverner ou qu’ils étaient manchots en politique.

    L’avancée fulgurante de l’Europe se fit sur le dos des amérindiens qui y laissèrent des plumes, de meme que des esclaves africains, je te rappelle que les USA ne datent que de 1787 mais avant, c’était l’Europe qui exploitait les nègres et les amérindiens, donc coté accumulation de capital, elle a eu le temps d’en profiter avant lque les lumières ne commencent à luire.

    Je n’ai jamais dit que je ne dois pas apprendre des juifs et des Chrétiens, je n’ai fait que citer des versets du Coran. Au contraire l’un des versets que j’ai cités nous commande en tant que musulmans d’agir pour détenir la force, laquelle ne peut exister sans le savoir, fondement de notre religion.

    Quand les musulmans étaient proches de leur foi, ils produisaient des gens de la trempe de Al Khawarizmy, auteur de la théorie des algorithmes qui porte son nom latinisé et qui nous permettent maintenant de dialoguer sur le net. Oui Monsieur, les musulmans ont participé à la civilisation actuelle et nous devons en etre fiers si nous sommes musulmans. L’islam est une religion qui prone le savoir, c’est notre façon d’appréhender l’islam qui doit changer et au lieu de le considérer comme la religion de l’obscurantime il faut le considerer comme un booster de notre action et pour cela il faut réellement avoir la foi. Or la question qui se pose justement est celle la: Avons nous réellement la foi musulmane ou non. Si nous ne l’avons plus, autant nous rabattre sur des données reelles et tangibles au lieu de nous leurrer indéfiniment. Car dire qu’on est musulman sans l’étre, c’est de la pure hypocrisie et Dieu n’aime pas les Hypocrites. Il prèfère des athées qui le confessent et il à promis dans le Coran qu’il donnera à celui qui aime les biens terrestres et se désinteresse de l’au dela mais qu’il gratifiera celui qui prèfère l’au dela à cette vie, mais qui fait son devoir ici bas dans tous les domaines.

    Effectivement je suis d’accord avec toi, pour dire que nous sommes au coeur du problème. Doit on nous ressourcer en commençant par nous recentrer sur notre patrimoine propre, musulman, arabe et berbère en puisant dans le patrimoine mondial pour l’enrichir, comme ont fait ceux qui ont créé les civilisations antérieures, ou devons nous nous aliéner et nous renier pour redémarrer tout à zéro.

    Telle est la question. Les premiers siècles de la civilisation musulmane se sont caractérisés par la constitution de bibliothèques gigantesques dans lesquelles les traducteurs étaient attelés à traduire toutes les oeuvres digne d’être traduites pour etre ingurgitées par les musulmans dans une fièvre d’apprentissage sans égale. Dans le second temps les universités arabes rayonnaient sur le monde et avaient leurs propres oeuvres scientigfiques, l’un des penseurs premiers de l’islam, je ne me rappelle plus son nom, disait dèja au 8 eme ou 9 ème siècle que les étoiles sont nées de poussières, en extrapolant sur la base d’un verset coranique, ce que la science actuelle des lumières confirme.

    Mais depuis, qu’avons nous fait ? Nous avons abandonné notre religion et Dieu nous abandonne.

    Effectivement, ce n’est pas de quelques réformes que nous avons besoin, c’est d’un cataclysme intellectuel, comme celui de la révélation Mohammadienne.

    Et comme tu semble le suggérer, seule l’école est en mesure de commencer à en créer l’amorce.

    Mais bien sur que c’est sans rancune ! Je te remercie de ta sincérité au contraire. Et le véritable débat, c’est celui qui nous fait changer notre vision ou nous permet de la conforter.




    0
  • La Renaissance
    24 novembre 2009 at 22 h 58 min - Reply

    @Lucide
    Et toi donc,dois-je t’appeler « frère lucide »,ou bien préfères-tu « frère trois points »? Si tu persistes à t’adonner à ce prosélytisme béat des « valeurs « maçonniques alors,à toi ta « religion »,à moi celle de mes ancêtres dont j’assume avec fierté l’héritage spirituel!
    Je ne suis ni « monarchiste »,ni franc-maçon,ni « philosophe humaniste »,ni « associateur ».Rien de tout cela et,grâce à Dieu,je suis avant tout Musulman,Algérien d’origine et ma religion,bien comprise, m’anime dans mes actions en faveur d’un renouveau(Renaissance)de la communauté islamique qui reste la clé pour la survie des Musulmans.
    Dans ce monde sans pitié et sans sourire,un monde « globalisé » « uniformisé » comme ils disent,nous devons coute que coute,comprendre ou disparaitre.Comprendre ce monde où seules les lois du Marché omniprésent,dictent les rapports de force du fort au faible.Ne le comprends tu donc pas?! Nos frères Palestiniens ghettoîsés,nos frères somaliens,irakiens,afghans sont opprimés,déshérités, phosphorisés,irradiés à l’uranium appauvri(l’uranium enrichi,c’est pour les riches!)par ces « démocraties » totalitaires qui prônent l’anéantissement de tous ceux qui n’admettent pas leurs « valeurs » civilisationnelles! Le merveilleux Iran,nous donne tous les jours,une leçon magistrale de résistance, de courage et une raison d’espérer de pouvoir vivre selon nos propres valeurs et principes islamiques!
    Vois-tu,cher « Lucide »,je ne plaisante pas et ne me défausse pas par des pirouettes verbales.
    Cordialement.




    0
  • lucide
    25 novembre 2009 at 2 h 54 min - Reply

    @La Renaissance et jnsplu

    1- Je crois que nous ne pouvons pas nous cantonner dans une position de rejet de tout ce qui vient d’Occident (tout en profitant de sa technologie) et espérer nous en sortir. Quand je dis qu’ils sont en avance sur nous dans tous les domaines (pas seulement les domaines scientifique et technique), je ne fais que constater une réalité que nous subissons. Il n’y a là aucun jugement de valeur. C’est le résultat d’une évolution historique. Elle est ce qu’elle est. Mais constater le retard n’est pas suffisant. Devons-nous rester les bras croisés et attendre ? Devons-nous armer tous les musulmans et déclarer la guerre à l’Euro-Amérique ? Sommes-nous en mesure de les anéantir ?

    2- Je sais bien que l’Europe a construit sa puissance en pillant les pays et en exploitant les peuples qu’elle a colonisés. J’ai essayé d’expliquer dans un précédent post la nature ambiguë du legs civilisationnel européen. Je n’ai jamais dit que l’Europe avait pour mission de nous civiliser. C’est à nous de faire l’effort de comprendre pourquoi ils ont progressé et pourquoi nous avons stagné. Maintenant, on peut toujours nier ce progrès et continuer sur la même voie. Il faudra alors qu’on se passe de tout ce que l’Occident a développé depuis cinq siècles et, pour commencer, arrêter d’utiliser Internet. Il faut être conséquent avec soi-même et aller jusqu’au bout de son raisonnement.

    3- Je suis sincèrement convaincu que les pays musulmans peuvent (doivent) surmonter leur retard tout en conservant leur identité. Mais ce défi ne peut être gagné que s’il se produit dans ces pays un mouvement semblable à celui qui a eu lieu en Europe. Les changements que le monde a connus depuis le début du 19ème siècle sont sans précédent. Je n’ai pas besoin de vous les décrire. Un effort de réflexion énorme, également sans précédent, nous est demandé pour penser tous ces changements dans notre langage propre, celui de l’islam. Mais c’est se tromper lourdement que de croire que nous pouvons nous en dispenser et nous contenter de répéter l’enseignement des Anciens. Ils ont pensé leur époque ; nous devons penser la nôtre.

    4- Dire que l’Occident est le mal absolu, c’est reproduire la pensée qui dit que l’islam est le mal absolu. Je crois qu’il est plus sage de souhaiter l’émergence d’un monde débarrassé de l’injustice, de la haine et des guerres. Il y a des hommes et des femmes de bonne volonté qui y travaillent, même en Occident. Nous n’avons pas le monopole de la vertu.




    0
  • jnsplu
    25 novembre 2009 at 7 h 07 min - Reply

    1- De toute façon, tout pays arabe ou musulman qui manifeste la velleité de sortir du sous développement sera combattu avec acharnement et devra rester dans son état de dépndance ou être anéanti. Je ne pense pas qu’ils laisseront leurs lumières filtrer pour arriver jusqu’à nous sauf à travers le miroir aux alouettes.

    2- Nous avons un retard de cinq siècles. Soit. Deux possibilités s’offrent à nous: On reprend nos billes propres, ce qui faisait de notre civilisation une civilisation rayonnante que l’occident à contribué à casser pour monter sur son dos et la voir de haut, on la reconstruit conformément à notre conception civilisationnelle des choses ou deux, on oublie notre héritage et on grimpe sur le dos de la civilisation occidentale en optant pour ses valeurs, us et coutumes.

    Tu reviens sur internet comme s’il n’est le produit que de la civilisaion occidentale et tu oublies l’apport civilisationnel musulman sans lequel l’internet ne serait pas. Je t’ai expliqué dans mon post précédent que sans le rôle de Al Khawarizmi, les algorithmes ne seraient pas, les méthotes merise et autres ne seraient pas, l’informatique ne serait pas je n’ai pas cité Djaber qui a inventé l’algèbre et d’autres et d’autres. Nous n’aons pas a rougir, nous avons apporté notre lot à la civilisation actuelle et si nous sommes dans cet état c’est en grande partie grace à eux.

    3- Ou s’il se produit un mouvement de pensée comme celui que j’ai décrit et qui a eu lieu dans les pays musulmans au début de l’expansion de l’Islam.

    5- Le monde sans religion est bati sur l’Injustice. C’est pour ça qu’il faut se cramponner à l’Islam. Si les occidentaux ont abandonné leur religion pour adorer le Dieu argent, nous n’avons pas à faire comme eux. La civilisation ce n’est pas la technique, il ne faut pas confondre entre les deux. La civilisation produit la technique, la technique ne produit pas toujours la civilisation. je ne dis pas que l’occident est le mal absolu, je dis seulement qu’il ne partage pas nos valeurs et que nous ne devons pas partager les siennes, car nous en avons de meilleures que nous avons délaissées.




    0
  • La Renaissance
    25 novembre 2009 at 11 h 51 min - Reply

    @Lucide :
    « Sommes-nous en mesure de les anéantir? » ?!?!
    —————————————
    Qui vous parle « d’anéantir » qui-que ce soit?! Ne me faites pas dire ce que je n’ai jamais dit! En revanche,il est clair que depuis la chute de l’empire ottoman,les puissances occidentales occupantes,se sont liguées contre les pays islamiques sous leur domination,pour leur barrer la route à toute tentative d’émancipation de leur tutelle. Contenir ces pays à ce qu’ils restent HÉTERONOMES SUR TOUS LES PLANS:politiques, économiques,culturels et sociaux.

    L’Iran islamique nous offre un exemple frappant de la volonté implacable des Occidentaux d’empêcher ce pays d’accéder à l’AUTONOMIE scientifique: battages médiatiques-menaces quotidiennes de frappes nucléaires-sanctions politiques et économiques-diabolisation à outrance…etc! Et pourtant,la petite Suisse possède cinq(5)centrales nucléaires…! Il est vrai que ce pays du chocolat et du lavage de l’argent sale n’est pas islamique et donc…fréquentable!

    Chez nous,le(s) pouvoir(s) mafieux au sommet,n’ont cure du développement du pays.Il n’y a aucune volonté politique dans aucun des pays islamiques(hormis l’Iran)de sortir du sous-développement. Ce que la petite Corée du Sud a fait en rappelant ses scientifiques exilés aux USA! Ce qu’a fait Cuba(malgré un blocus féroce)qui a l’un des meilleurs systèmes d’enseignement au monde!
    Nos barons pillards Duvaliéristes,ont transformé nos pays en vastes casinos dont ils ne sont que de vulgaires croupiers et où leurs maîtres occidentaux viennent y jouer et…gagner! Que le personnel s’amuse avec les pourboires!




    0
  • still
    27 novembre 2009 at 7 h 28 min - Reply

    عيدكم مبارك و كل عام و أنتم بخير




    0
  • lucide
    27 novembre 2009 at 17 h 54 min - Reply

    @jnsplu

    « Tu reviens sur internet comme s’il n’est le produit que de la civilisation occidentale et tu oublies l’apport civilisationnel musulman sans lequel l’internet ne serait pas. »

    Ce n’est pas à cela que je pensais.

    Mon argument est le suivant:

    Si on estime que la « civilisation » occidentale n’en est pas une et qu’elle a constitué un recul par rapport à la situation qui existait avant le 15ème siècle, alors on doit adopter l’attitude qui est celle de la communauté Amish aux USA, par exemple. Ils continuent à vivre, à ce jour, à la campagne, sans électricité, ni téléphone, ni automobiles…




    0
  • lucide
    27 novembre 2009 at 18 h 28 min - Reply

    @jnsplu

    Pour compléter mon précédent post.

    Il y a un proverbe de chez nous qui résume bien la situation : Yakoul el ghella wi seb el mella




    0
  • jnsplu
    27 novembre 2009 at 18 h 30 min - Reply

    Bonsoir et Encore unefois Aid Moubarak à tous.

    @Lucide.
    Je crois avoir répondu à ta question en disant que nous avons deux possibilités.Je ne suis pas de ceux qui pronent l’inertie ou le retour à l’age des des cavernes ou decelui des premiers temps del’islam en matière de technique et de technologie. Mais dans l’absolu les valeurs morales ne changent pas et demeurent valables en tous temps et en tous lieux,cependant que dans la pratique elles peuvent changer en fonction des hommes et de leurs perceptions et donc de l’espace qu’ils occupent,du temps qu’ils occupent.

    La perception des hommes quant à elle est tributaire debeaucoup de facteurs




    0
  • Rbaoui
    27 novembre 2009 at 18 h 45 min - Reply

    Leonardo Pisano alias Fibonacci
    un Grand mathematicien italien a fait ses etudes au debut du 13 eme siecle a Bejaia, Algerie
    un site a consulter http://ow.ly/EYmE




    0
  • jnsplu
    27 novembre 2009 at 19 h 20 min - Reply

    Bonsoir et Aid Moubarak à tous.

    @Lucide.

    Je crois avoir répondu à ta question en disant que nous avons deux possibilités.

    Je ne suis pas de ceux qui pronent l’inertie ou le retour à l’age des cavernes ou à celui des premiers temps de l’islam en matière de technique et de technologie.

    Mais dans l’absolu les valeurs morales ne changent pas et demeurent valables en tous temps et en tous lieux, cependant que dans la pratique elles peuvent changer en fonction des hommes et de leurs perceptions et donc de l’espace qu’ils occupent, du temps qu’ils occupent.

    La perception des hommes quant à elle est tributaire de facteurs innombrables.

    A titre d’exemple, la pression culturelle, laquelle ne dépend pas que de l’Histoire mais aussi du présent et des impératifs d’adaptation aux nouvelles données du milieu.

    Il est évident qu’a l’ère de la communication planétaire la pression qui s’exerce actuellement sur l’individu n’est pas seulement celle de son quartier ou de son village mais celle de la planète entière. Et donc la culture ne peut plusetre ce qu’elle était jadis.

    C’est justement pour cela qu’il faut faire attention pour ne pas perdre nos spécifités et ne pas succomber à ce qui nous vient de chez les voisins, l’espace n’étant plus ce qu’il était , il s’est réduit et sa conception mentale même s’est réduite dans l’esprit des hommes.

    Jadis on disait que telle ville est à tant de jours de marche mais on ne visualisait que cette longue marche, aujourd’hui Marseille est juste à côté et on visualise son image sur une carte de géographie dont presque tout le monde est imprégné plus ou moins.

    D’autre part, la technologie, par définition, est intrinsèquement liée à une culture, car on ne produit socialement que ce que la culture conduit à produire, il ne viendrait pas à l’esprit d’un occidental de produire un tapis qui prend automatiquement la direction de la Mecque dès qu’il est posé par terre, sauf s’il est musulman.

    Comme la technologie est liée à la culture, son exportation englobe les données culturelles qu’elle véhicule.

    C’est à nous de faire le filtrage de ce que nous voulons et de ce que nous rejetons. Cela ne peut se faire que lorsque la conscience que c’est nécessaire soit établie et qu’elle conduise à un effort volontaire et général de la société tendant vers cette fin.

    C’est aussi parceque notre culture est appauvrie,que nous ne produisons plus de quoi nourrir la nécessité d’adapter notre milieu et que nous nous contentons de ce que produisent les autres en restant nous,à la traine.

    Salutations fraternelles.




    0
  • jnsplu
    27 novembre 2009 at 19 h 26 min - Reply

    @Lucide.
    Je viens de lire ton second post.

    Le proverbe suppose qu’on nous fasse cadeau, or personne ne nous fait de cadeaux et ce pour diverses raisons.
    Leur civilisation s’est construite sur notre dos à tous pointde vue et elle continue de le faire,iln’ y a que les formes qui changent.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique