Édition du
27 July 2017

Du Caire à Alger, le foot déchaîne les passions

FigaroArezki Aït Larbi à Alger (avec T. S. au Caire)
17/11/2009

La rivalité sportive entre l’Égypte et l’Algérie provoque des violences.

Rien ne va plus entre l’Égypte et l’Algérie à quelques heures du match de football décisif pour la qualification à la Coupe du monde 2010. La rencontre d’appui qui doit se dérouler sur terrain «neutre» au Soudan déchaîne les passions nationalistes. L’émotion collective suscitée par l’événement laisse croire que l’enjeu dépasse désormais la simple suprématie sportive. Vu des bords du Nil ou de la baie d’Alger, le leadership du monde arabe se joue mercredi soir à Khartoum dans une ville quadrillée par 15 000 policiers.

Peu habituées à gérer un rendez-vous aussi sensible, les forces de sécurité craignent d’être dépassées. Plus de 20 000 supporteurs des deux camps acheminés par des avions et des bus spéciaux déferlent depuis mardi dans la capitale soudanaise, où ils risquent de s’affronter violemment. En marge de la rencontre précédente, jouée samedi au Caire, le bus des joueurs algériens avait été caillassé et des supporteurs algériens blessés après la victoire par 2 à 0 des Pharaons sur les Fennecs.
«Chasse» aux Égyptiens

Après ces agressions, la confrontation s’est déplacée vers le terrain politique. Les récits des blessés, largement relayés par la presse, ont excité la colère de leurs compatriotes. Une rumeur annonçant la mort de six supporteurs, mais démentie par les autorités, a fait le reste pour pousser des milliers de jeunes à s’attaquer aux intérêts et parfois aux ressortissants égyptiens. Lundi, les locaux d’Egypt Air dans le centre d’Alger et ceux de l’opérateur de téléphonie mobile Orascom ont été saccagés. Des cadres de cette entreprise ont été molestés dans un restaurant. En province, des abonnés ont résilié leur contrat, suivant un mot d’ordre de boycottage lancé sur Internet.

Dans la ferveur nationaliste qui entoure le Onze national, le mythe de la «fraternité arabe» a volé en éclats, et la religion, si pesante dans la société, semble reculer. À Alger comme en province, des centaines de jeunes filles portant haut l’emblème national ont investi l’espace public pour prendre part aux défilés. Samedi, la télévision algérienne n’a pas osé interrompre la retransmission du match pour diffuser l’incontournable appel à la prière du soir. Dans d’autres circonstances, cette «hérésie» aurait soulevé le courroux des islamistes.

Surpris par l’ampleur de la mobilisation, qui risque à tout moment de virer à la contestation du régime, le gouvernement avance sur la pointe des pieds. Après avoir toléré les cortèges dans les rues d’Alger, où les manifestations sont pourtant interdites depuis huit ans, il décide de mettre en place un véritable pont aérien vers Khartoum et de financer les billets d’avion. Plusieurs officiels, dont, semble-t-il, Saïd Bouteflika, le frère du président, sont déjà dans la capitale soudanaise. Seul bémol, les 9 000 billets d’accès au stade concédés par la Fifa s’avèrent insuffisants pour satisfaire les centaines de milliers de demandes. Pour éviter les débordements, un important cordon policier filtre, depuis lundi, l’accès à l’aéroport, empêchant les supporteurs non munis de billets d’y accéder.

Dans une ambiance électrique, propice à la surenchère et à de nouveaux dérapages à l’issue du match, les voix de la raison commencent toutefois à se faire entendre. Comme celle des éditeurs de la presse écrite qui ont appelé, mardi, au respect des Égyptiens résidant en Algérie et à la protection de leurs biens.

Mais, au Caire, la presse indépendante reste vindicative contre son homologue algérienne qu’elle accuse d’avoir jeté de l’huile sur le feu en relayant les rumeurs sur la mort et le viol de supporteurs(trices) algérien(nes). Selon un responsable d’Orascom cité par les médias, 2 000 Égyptiens sont cloîtrés chez eux à Alger. Plusieurs journaux d’opposition parlent d’une crise diplomatique qui pourrait se prolonger quel que soit le vainqueur.


Nombre de lectures : 1020
4 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • still
    18 novembre 2009 at 20 h 57 min - Reply

    Ouf! Le match s’est termine au score 1-0 au profit de l’Algerie: Les jeunes se defoulent dans la joie,la haute tension se decharge pacifiquement dans les rues et ruelles de l’Algerie, le regime respire enfin.Il vient de beneficier d’un autre sursis.




    0
  • Semeur de vérité
    18 novembre 2009 at 21 h 04 min - Reply

    Avec cette victoire, les jeunes algériens vont oublier les Diar Chams et même les Bentalha, du moins pour quelques mois. Ensuite, retour aux attentats pédagogiques. Attentats ?! C’est très curieux qu’aucun attentat n’a été perpétré durant cette période d’avant et d’après le match Algérie-Égypte très encadré par le régime!! Les terroristes ont-ils été eux aussi occupés à voir le match et à défiler dans les rues ?! Cela ne prouve-t-il pas que le terrorisme est bel et bien l’œuvre du régime qui agit quand et où il a intérêt à semer la terreur ? Pensons-y.




    0
  • FFS-1963
    18 novembre 2009 at 23 h 15 min - Reply

    Mohamed Guendira
    Certains Occidentaux qui voient l’agression contre les footballeurs algériens disent: regardez les Musulmans ! Ils ne font pas la différence entre le coupable et la victime. Pour eux les deux sont des sauvages ! Deux dictateurs ont amené leurs populations à faire des choses graves qui ne sont pas fair play, qui sont contraires au sport. Les deux présidents endossent la responsabilité de ce qui s’est passé et qui risque de se passer encore. Pour un mauvais match de foot, on n’est capable de faire ce délire ?!! Pour seulement être retenu pour la coupe du monde on fait tout ce délire, tout ce cirque, tout ce tapage, tout ce gaspillage d’essence et d’énergie !!!
    Les pays qui ont gagné la coupe du monde n’ont pas fait ce que font les Algériens aujourd’hui. C’est une honte. Les Américains lorsqu’ils sont montés sur la lune la première fois n’ont pas fait le délire des Algériens après la victoire contre le… Rwanda!!! Ils battent un pauvre pays qui n’a rien et ils font la fête !!! Pauvre Algérie!!! Si ce nationalisme de façade était vrai et profond, le pays serait PROPRE et développé!!! Il n’aurait pas autant de harraga! On n’a pas sorti les drapeaux pour l’anniversaire du premier Novembre et on les sort pour un match !!!
    Si la situation du sport en Algérie était bien, on n’aurait pas importé des joueurs de France et d’Italie comme on importe nos slips et nos chemises, nos voitures et nos montres et même notre ail. Alors que le sport est moribond en Algérie, les Algériens rêvent de la coupe du monde !!! Dans le drapeau que nous exhibons rien n’est fabriqué en Algérie : ni la tissu, ni le fil, ni les teintures qui composent ce vert, ce blanc et ce rouge… On est fiers alors qu’on devrait pleurer !!!

    Source: http://ffs1963.unblog.fr/2009/11/14/dans-le-drapeau-que-nous-exhibons-rien-nest-fabrique-en-algerie/#comments




    0
  • saladin
    19 novembre 2009 at 12 h 56 min - Reply

    Un des opiums du peuple , le foot dont les régimes utilisent pour faire oublier a leurs peuples leurs miséres , les mauvaises gestion , les scandales financiers . Le pouvoir Algerien respire car grace a la victoire de l’équipe nationale , sa cote a augmenté et les jeunes vont penser dés maintenant au voyage en Sud Afrique pour ne plus revenir . Car Le visa est acquis par le fait de la participation de l’équipe nationale Algerienne , le pouvoir respire les gens vons manifester , danser , tout est prévu mais la dure réalité de la vie va réapparaitre dans 2 a 3 jours




    0
  • Congrès du Changement Démocratique