Édition du
21 July 2017

ASSASSINATS DE ABANE RAMDANE ET DE KRIM BELKACEM. Les révélations de Mehri


abdelhamid-mehriL’Expression, 22 Novembre 2009

L’ancien secrétaire général du FLN ouvre une nouvelle brèche dans la réécriture de l’Histoire.

L’ancien membre du CCE (Comité de coordination et d’exécution), Abdelhamid Mehri a affirmé que l’assassinat de Abane Ramdane a été une décision prise collectivement au sein des institutions de la Révolution, qui monopolisaient toutes les prérogatives relevant de l’exécutif, du législatif et du judiciaire. C’est la première fois qu’un responsable politique algérien fait une pareille déclaration qui a une double signification. D’abord, elle brise un tabou entretenu au plan officiel et selon lequel Abane Ramdane est tombé au champ d’honneur. Ensuite, il y a la reconnaissance d’une erreur collective. Est-ce un réel pas vers une vraie écriture de notre Histoire? «Les liquidations physiques durant la Révolution s’expliquent par une vision ou conception individuelles engendrées par une erreur fondamentale et majeure: les institutions de la Révolution embrassaient à la fois tous les pouvoirs dont le judiciaire», a déclaré hier l’ex-secrétaire général du FLN lors d’une conférence sur les institutions de la Révolution organisée au forum d’El Moudjahid. Même si Boussouf et Ben Bella, souvent cités par certains historiens, comme étant les instigateurs de cet assassinat, ils ne l’avaient pas fait de leur propre chef, car la décision relève d’une sentence institutionnelle. Toutefois, la vraie leçon n’était pas tirée de cette expérience selon M.Mehri «On a repris les mêmes erreurs après l’Indépendance; tout en transposant les mêmes schémas truffés des aspects négatifs de la Révolution, on a ignoré sciemment les aspects positifs», soulignera Abdelhamid Mehri. Toujours dans le volet des liquidations physiques, le conférencier suppose que l’élimination de Krim Belkacem est directement liée au fait «d’une justice à la carte», mise sous la coupe de l‘Exécutif ayant concentré tous les pouvoirs entre ses mains. A ce niveau également, c’est la première fois qu’un responsable politique, qui a occupé de hautes fonctions de l’Etat après l’indépendance, fasse pareille révélation qui, le moins que l’on puisse dire, est tonitruante.
«Les mêmes erreurs sont reproduites actuellement, en ce sens que la justice n’est toujours pas indépendante», a encore ajouté l’ancien ministre des Affaires nord-africaines. La liquidation de Abane Ramdane, surnommé à juste titre le cerveau de la Révolution, fait couler encore beaucoup d’encre.
Le mystère de cet assassinat n’a jamais été élucidé. Abane Ramdane dérangeait beaucoup de monde, c’est pour cela qu’il a été assassiné par ses pairs en février 1958, selon quelques révélations. Les idées qu’il a véhiculées ont été très mal comprises du fait qu’il était en avance, sur le plan intellectuel, sur sa génération, soutient-on encore. Auparavant, l’ancien Premier ministre, Belaïd Abdesselam, a évoqué l’assassinat du stratège du Congrès de la Soummam à l’occasion de la Journée du Moudjahid en expliquant que «Abane, vu sa forte personnalité et sa persévérance, commençait à s’imposer comme le leader de la Révolution, ce qui n’a pas été du goût de certains», ajoutant que «si Krim Belkacem et Ouamrane n’avaient pas donné leur accord, Abane n’aurait jamais été assassiné». Selon certaines informations, les colonels Bentobbal, Boussouf, et autres, avaient décidé de l’emprisonner au Maroc.
De même que la liquidation du lion des djebels, Krim Belkacem, également présidant la délégation algérienne aux négociations d’Evian, relève d’un complot collectif selon les propos de plusieurs responsables politiques. En 1970, poursuivi par la haine de certains de ses frères de combat, il est assassiné, étranglé avec sa propre cravate dans une chambre d’hôtel à Francfort, en Allemagne.

Mohamed BOUFATAH


Nombre de lectures : 5370
10 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Zorgane
    22 novembre 2009 at 22 h 33 min - Reply

    enfin, un aveu ……… officiel !




    0
  • l.leila
    23 novembre 2009 at 8 h 01 min - Reply

    Nous espérons que ces révélations en appellent encore d’autres. Pour l’Histoire.Il est du devoir des Anciens de la Révolution d’avoir le courage de dire la vérité aussi amère soit-elle.




    0
  • saladin
    23 novembre 2009 at 11 h 15 min - Reply

    C’est une victoire pour l’histoire de l’Algerie car Mehri est un acteur important toutefois il a été évasif , pas précis , il rendrait service en donnant quelques détails qui pourraient enclencher un débat avec intervention des responsables de la révolution et des moudjahidines




    0
  • chrea 09
    23 novembre 2009 at 14 h 30 min - Reply

    aveu tres tardif mais bienvenu pour l histoire de notre pays.nous aurions volu avoir l information alors qu il etait en haut de la hierarchie de l etat(antihistoire).y a til une visee pour detournerles regards des debacles subis par les sponsors descendants de fethi eddib veritable conspirateur anti revolution et anti liberte ideologique et emmancipation de l algerien (ame et etat)




    0
  • thirga
    23 novembre 2009 at 15 h 53 min - Reply

    On ne peut que croire Monsieur Mehri quand il affirme « Abane vivant dérangeait.. ou pour reprendre Abdeslam « sa forte personnalité et sa perseverance l’imposaient comme leader de la révolution…En effet, tous les personnages à fort caractère de la révolution ont été éliminés à l’exemple des colonels El Houas, Amirouche, Chaabani…Seulement cessez de nous dire que si Krim, Ouamrane n’avaient pas été d’accord, Abane ne serait pas mort. Comme les héros ne meurent jamais, Abane continue ainsi que ces compagnons à survivre à leurs boureaux.
    Noté béné/ Abane n’est pas mort au champ d’honneur en 1958 mais bel et bien assassiné le 27 decembre 1957 quelques part en terres riffaines par ses compagnons d’armes rendus fous par la grandeur de ce Héros qui a échappé à la horde sauvage des Massu et cie lors de la bataille d’Alger. La sentence a été dite au CCE élargi du Caire




    0
  • Zineb Azouz
    23 novembre 2009 at 19 h 21 min - Reply

    Encore une confirmation ou une confession sur la nature exacte de ce pouvoir illégitime, un pouvoir qui fait et défait la loi et qui a toujours concentré toutes les prérogatives entre les « sales » mains d’une poignée de traîtres et de brigands.
    Mais pourquoi de telles révélations maintenant, monsieur Mehri ?
    Nous n’avons pas besoin de brèche pour écrire l’histoire de ce pays, encore moins de vérités distillées au compte gouttes, c’est de prises de positions tranchantes et sans équivoque vis à vis de l’armée des frontières qui a occupé et continue d’occuper ce pays via ses relais et ses héritiers que nous manquons cruellement !




    0
  • rachid 2
    24 novembre 2009 at 17 h 31 min - Reply

    Esperant que d’autres verités fasseent jour paticulierement ces criminels de generaux au pouvoir …




    0
  • zaim
    27 novembre 2009 at 10 h 06 min - Reply

    on parle de gens assassinés comme si qu’on parle d’utilisation de bien public, qq1 doit payer pour ces crimes non !!!




    0
  • djamal
    1 décembre 2009 at 12 h 20 min - Reply

    salam a tous …
    xxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxxx

    ______________________________________

    Ce n’est pas de gaïeté de coeur que nous vous censurons. Evitons de blesser les gens par des propos désobligeants. Il y a d’autres voies , plus correctes pour exprimer ses idées. Nous pensons l’avoir répété mille et une fois : pas d’insultes ni d’atteinte à la dignité de quiconque.
    Fraternellement.




    1
  • massinissa
    8 décembre 2009 at 18 h 47 min - Reply

    ABANE est assassiné par BOUSSOUF (stop )ils lui ont
    menti KRIM ET ses amis militaires en lui donnant un prétexte qu’il va régler un problème de frontières avec
    MOHAMED V juste pour le coincer la bas, il a été emmené
    par KRIM et LAMINE DEBAGHINE par avion d’ailleurs durant
    le voyage vu le silence de ses compatriotes il a senti que quelque chose ne va pas (voici ses mots : vous êtes silencieux mes frères je sens un sale coup
    mais sachez bien si je meurt vous allez mourir tous du même sort que moi (à la seconde DIEU a exhaussé son vœu )en arrivant a TETOUAN ils ont trouvé BOUSSOUF et son bourreau ( KRIM A DIT A BOUSSOUF : nous l’avons emmené pour le juger ) voici la réponse de BOUSSOUF:
    il passera et d’autres passeront, c’est là qu’ils l’ont étranglé d’ailleurs même celui qu’il l’a étranglé ne le connaissait, ont lui a dit que c’est
    un traitre qu’on va exécuter plusieurs jour quand il
    s’est rendu compte que c’est ABANE le héros qu’il a
    étranglé il s’est suicidé. et la conclusion MR
    MEHRI tous ceux qui ont participé a sont assassinat
    ont tous connu le même sort que lui en commençant par
    KRIM jusqu’a BOUSSOUF et le seul vivant qui peut
    vous la confirmer est MR BENTOBAL




    0
  • Congrès du Changement Démocratique