Édition du
29 July 2017

فـرّق تـسد

Langue arabeبيان من الجمعية الجزائرية للدفاع عن اللغة العربية

كان يمكن أن نتساءل لماذا صحافة جزائرية معينة  تستمر، وبشراسة، في الحفاظ على التوتر بين مصر والجزائر، وتعمل لعدم تهدئة الأوضاع، بل وتضغط على الحكومة الجزائرية  لكي تتخذ موقفا في اتجاه تعميق الأزمة؛ لكن كل الأمور تبرز بوضوح الآن : كنا نتوقع أن صحفا معينة  تعمل على استغلال هذه الأزمة لتصفية حساباتها القديمة مع الهُوية العربية والعروبة واللغة العربية. فجريدة (الليبيرتي) ليوم 25 نوفمبر 2009 تعنون هكذا: « هل ينبغي للجزائر أن تنسحب من الجامعة العربية؟« ، وفي نفس العدد تجعل الأمازيغية في تناقض مع العربية، بينما كانتا دائما متكاملتين.

وفي نفس السياق تخصص جريدة (الوطن) طبعتها في 9 ديسمبر لحملة مضادة للانتماء العربي. تعنون (ص 5) بالعبارة التالية: « القومية العربية ماتت ». وفي خدمة هذه الأطروحة تستجوب الجريدة متخصصا في العلوم السياسية فرنكو-لبناني هو أنطوان بسبوس، المعروف بروابطه مع فرنسا الرسمية. وتتهم الجريدة بعض الأحزاب والمنظمات الجزائرية بأنها لم تتخذ مواقف صارمة لأنها متأثرة (بالعروبة البعثية) وهي أسطوانة مشروخة. وهكذا تستخرج هاتان الجريدتان كليشيات مبتذلة « عن المصريين الذين فرضوا علينا التعريب » في الستينيات، الخ.

كل هذا انطلاقا من … مباراة كرة قدم.

إنها في الحقيقة ليست حملة ضد نظام حسني مبارك « الذي خان الفلسطينيين وغزة » كما أرادت هذه الصحف أن تبدأ بها حملتها، إنما هي حملة ضد تطلعات شعبنا للوحدة العربية: فرق تسد. إننا نعرف من له مصلحة في تأليب العرب بعضهم على بعض. وعلى كلّ فإن هذه الصحافة

غير مؤهلة إطلاقا لانتقاد نظام حسني مبارك لأنها تشبهه كما تشبه قطرة الماء أختها. إن شعبنا له ذاكرة جيدة، ولم ينس أن الصحيفتين، الوطن وليبيرتي، من بين أخرى، هي التي قامت بحملة قبل سنوات من أجل التطبيع مع إسرائيل، بالضبط كما فعلت مصر حسني مبارك. وهما الجريدتان اللتان أرسلتا بطريقة شبه سرية، صحفيين إلى تل أبيب لمصافحة وزراء اليمين الأسرائيلي، الذي كان آنذاك، يقتّل الفلسطينيين. ونفس الصحافة هي التي تدافع اليوم عن نفس الأطروحات التي انحدرت من السادات وتواصلت في عهد مبارك، وتستعمل خصوصية مصر (مصر الفرعونية) ضد عروبتها مثلما تستعمل خصوصية الجزائر، والمغرب بصفة عامة، ضد عروبتهما. والاستعمار كان يستعمل نفس المبررات لعزل الجزائر عن العالم العربي، وتقزيمها في مواجهة فرنسا. إننا نهيب بمواطنينا أن يكونوا حذرين من الألاعيب الراهنة التي تهدف إلى نفس الغاية.

ونحن على يقين بأن شعبنا سيُفشل هذه المناورات مثلما هزم الاستعمار.

الجزائر في 12/12/09.

عن الجمعية رئيسها: د. عثمان سعدي

=============================================================

DIVISER POUR REGNER

(Communiqué de l’Association algérienne de défense de la langue Arabe)

On pouvait se demander pourquoi une certaine presse algérienne s’acharnait à entretenir la tension entre l’Egypte et l’Algérie, à empêcher que les chose s’apaisent et à faire pression sur le gouvernement Algérien pour qu’ils prennent position dans le sens de l’aggravation de la crise.

Mais tout devient clair maintenant. On pouvait d’ailleurs s’y attendre: certains journaux veulent mettre à profit cette crise pour régler leurs vieux comptes avec l’arabité, l’arabisme et la langue arabe. C’est ainsi que le journal « Liberté » du 25 Novembre 2009 titre « l’Algérie doit- elle quitter la Ligue arabe ? » et oppose Arabité et Amazighité alors qu’elles ont toujours été complémentaires dans notre Histoire.

De la même façon, le journal « El Watan » consacre son édition du 9 Décembre à une campagne anti-arabe.  Il titre  (p 5) » le Panarabisme est mort » et va interviewer au service de cette thèse un politologue Franco-libanais Antoine BASBOUS, connu pour ses liens avec la France officielle. Et le journal accuse certaines organisations et partis de ne pas prendre fermement position car elles sont influencées par  » l’ arabo-baathisme », vieux refrain.

Les deux journaux ressortent les clichés éculés sur les Egyptiens qui « nous auraient imposer l’arabisation » dans les années 60 etc.. etc..

Et tout cela à partir d’un ….match de football.

Il ne s’agit donc pas d’une campagne contre le gouvernement Moubarak parce qu’ « il aurait trahi les Palestiniens, Gaza », comme cette presse a voulu le faire croire au départ, mais contre les aspirations de nos peuples à l’unité Arabe. Diviser pour régner, on sait qui a intérêt à opposer les peuples arabes entre eux.

D’ailleurs cette presse est bien mal placée pour critiquer le gouvernement Moubarak car elle lui ressemble comme deux gouttes d’eau. Notre peuple n’a pas la mémoire courte. Ce sont les journaux « El Watan » et Liberté », entre autres, qui, ont fait campagne, il y a quelques années pour la « Normalisation » des relations avec Israël, exactement comme l’Egypte de Moubarak. Ce sont eux qui ont envoyé quasi clandestinement des journalistes à Tel Aviv pour serrer la main de ministres de la droite israélienne pendant qu’ils massacraient les Palestiniens. Et ce sont encore eux qui défendent les mêmes thèses qui étaient celles de Sadate puis de Moubarak qui opposaient la spécificité de l’Egypte, l’Egypte pharaonique, à son Arabité, comme eux, en Algérie, opposent spécificités de l’Algérie et du Maghreb à son Arabité.

Le colonialisme utilisait les mêmes arguments pour isoler l’Algérie du Monde arabe et la réduire à un face à face avec la France. Nous appelons nos concitoyens à être attentifs aux manipulations actuelles qui visent des buts semblables. Nous sommes sûrs qu’il les mettra en échec comme il a vaincu le colonialisme.

Alger le 12 Décembre 2009

Pour l’Association, le Président

Dr Othman SAADI


Nombre de lectures : 2337
13 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • ابن أمينة
    13 décembre 2009 at 16 h 00 min - Reply

    يا دكتور عثمان سعدى ياابن العربى التبسى شعب الجزائرى مسلم والى العروبة ينتسب .العروبة والاسلام عندنا ليستا قميص نلبسوه ونخلعوه حسب الطقس والمزاج.خلى هاد لكلاب اهارفوا وحديهم كى يعياو يسكتو.




    0
  • bona
    13 décembre 2009 at 16 h 51 min - Reply

    Personnellement, je ne vois pas l’utilité d’une association algérienne de défense de la langue Arabe,si l’Algerie est rééllement un pays arabe comme on voulait nous le faire croire. C’est unique dans le monde arabe comme d’ailleurs la loi sur l’arabisation.




    0
  • ابن امينة
    13 décembre 2009 at 20 h 40 min - Reply

    نعم مثلما نحن لسنا بحاجة للامسيبى والاشسيا والماكاك




    0
  • خالد
    17 décembre 2009 at 2 h 38 min - Reply

    بأي لسان أو خط أو لغة كان سيواجه هؤلاء حملة الإعلام المصري على الجزائر؟
    بالفرنسية.. و كم و مَن من الجزائريين و المصريين كان سيقرأ لهم؟
    كان الأجدر بهم أن يخجلوا أمام عجز عقولهم و أيمانهم عن إستيعاب و كتابة لغة تعلم و تدرس و رسمية في بلادهم.

    2 مليون نسخة في اليوم تسحبها صحيفة خطها عربي في الجزائر متجاوزة أعداد سحب أي صحيفة في العالم العربي برمته
    فهلا قرأ هؤلاء شيئا في هذا الرقم و أرقام سحبهم هم ؟
    إطمئن يا سيد يا شريف يا عثمان إنها شهقات محتضر .. ولك بالغ الشكر و العرفان.




    0
  • adel133
    17 décembre 2009 at 5 h 49 min - Reply

    encore une organisation fantoche.sachez que nous n’avons rien contre l’arabe(au contraire),ni contre l’anglais,le chinois ou le braille.vous défoncez des portes ouvertes et menez un combat d’arrière garde.les Algériens jaloux de leur pays et de leurs symboles les plus sacrés(le drapeau,la révolution,les chouhadas,le pays dans son intégrité etc..)sont entrain de vomir la pseudo fraternité égyptienne et demandent tout simplement de tourner la page après la lache agression dont nous avions été l’objet. à moins que vous considérez cette égypte comme la mère de l’arabité à qui il échoit de délivrer le certificat de citoyenneté arabe.si telle est votre position,je vous dis que l’immense majorité des Algériens que nous sommes a fait le trop plein de cette arabité au rabais et que nous sommes entrain de la vomir comme on vomit du poison.




    0
  • KIF KIF
    17 décembre 2009 at 17 h 38 min - Reply

    Article 3 de la constitution de la RADP:
    L’Arabe est la langue nationale et officielle.
    Article 178 de la RADP:
    Toute revision constitutionnelle ne peut porter atteinte :a l’arabe, comme langue nationale et officielle ;
    En plus de ca, l’Etat cree une association financee par les contribuables pour DEFENDRE la dite langue et non pour sa promotion (Association algerienne de DEFENSE de la langue Arabe) une association qui joue juste le role de la vierge effarouchee.
    C’est comme crier en plein Souk que le burnous sur votre epaule est le votre.
    Ou vous etes atteint de schizophrenie
    Ou le burnous vous a ete juste prete.
    En Algerie, On ne defend pas la langue arabe, on combat les autres langues. C’est different. La posture defensive est presque une posture de defense de privileges y afferents qu’autre chose.
    Et dire que c’est une langue que j’aime beaucoup.




    0
  • karima
    17 décembre 2009 at 20 h 54 min - Reply

    Dans toute cette histoire, il n y a pas un probleme de langue mais de langage.Le langage des Egyptiens et d’une minorite algerienne est plutot bas et nul.Cela n’est pas due a la pauvrete de la langue arabe mais plutot a leur mentalite pauvre et subalterne,rude et complexee, dure et retrograde, limitee et sans couleur.




    0
  • depassage
    17 décembre 2009 at 21 h 24 min - Reply

    ya si ATHMANE SAADI, il y’a quelque jours vous avez ecrit un papier dans el khabar hebdo ou vous vous elevez avec une rare violence contre l’edification d’une statue à la gloire de la KAHINA dans la ville khenchla . Vous disiez que cette a femme a combattu l’islam . En fait connaissant votre haine visczrale de tout ce qui rappelle ,l’Amazighité de ce pays vous rend aveugle. Vos mentors sont fiers de leur histoire.
    Les egytiens se reclament des pharons , SSADAM HUSSEIN DE NABUCCHODONOSOR et vous vous etes contre la celebration de la plus grande reine de toute l’afrique du NORD .
    Il est trop tard pour vous et vous semblales. L’histoire de la REINE KAHINA sera enseignée danstous les pays du Maghreb et sa statue fleurira dans toute les villes de la berberie.
    Quand à vous et à votre association ,que personne ne connait au demeurant hormis quelques hurluberlus de votre espece ya’akoul 3alakoum adahra wayachroub!




    0
  • Amar
    21 décembre 2009 at 16 h 25 min - Reply

    Othmane Saadi a parfaitement raison de s’élever contre l’édification d’une statue de la Kahina mais pour de mauvaises raisons…En tant que personnage historique la Kahina n’a jamais existé. Contrairement à Syfax, Massinissa ou Koceila et tous les autres cites dans récits historiques,les chroniques et les annales de l’époque même…C’est une simple légende populaire qui exprime l’hostilité des juifs algériens de ce temps là à l’avènement de l’Islam au maghreb…Légende reprise ensuite par les historiens coloniaux, les missionnaires, puis aujourd’hui les berberistes.




    0
  • adel 133
    21 décembre 2009 at 18 h 05 min - Reply

     »Il est du devoir des héritiers du colonialisme une reconnaissance du fait colonial et à présenter leurs excuses et indemnisations à un peuple qui a triomphé grâce à sa détermination et à lutter contre tous les obstacles pour s’affranchir du fait colonial.”
    cette déclaration est de Belkhadem secrétaire général du Fln nouvelle version qui continue à parler au nom du peuple alors qu’il ne représente que lui même.

    merci de nous rappeler que vous êtes bien les héritiers légitimes de la colonisation imposée à notre pays et à notre peuple depuis 62.nous attendons vivement vos excuses et notre dédommagement.




    0
  • Naili-dz
    22 décembre 2009 at 17 h 41 min - Reply

    En 1869 le General Daumas, très connu pour ses travaux sur ce qui allait devenir la Kabylie et sur la construction du mythe colonial kabyle publia un ouvrage très intéressant sur la vie sociale algérienne…Il dressa aussi un tableau du parlé arabe algérien de l’époque à travers les expressions les plus utilisées dans toutes les régions d’Algérie…C’est l’arabe d’aujourd’hui sans les horribles « francismes » produit de l’occupation française. Lui-même reconnaît qu’il n y a pas à proprement parler de différences sérieuses entre l’arabe populaire que nous appelons ‘dareja’ et la langue arabe savante:

    General Eugène Daumas : La vie arabe et la société musulmane. Paris. 1869
    Ed Slatkine Reprints.
    Geneve-Paris. 1983. p.XIII

    « Arabe littéral, Arabe vulgaire

    Maintenant, dans la langue parlée, y a-t-il un arabe savant et un arabe vulgaire ? Non.
    De même qu’il y a en France un français que l’on parle mieux dans certains provinces que dans d’autres, il y a un arabe que l’on prononce et que l’on parle mieux dans certaines contrées que dans d’autres.
    Il n’existe donc qu’une seule langue arabe, avec une prononciation parfois différente et avec une tendance indiscutable a faire souvent plus de fautes, contre les règles, ici qu’ailleurs. N’est il pas pas de même partout ?
    Cette opinion que, dans l’arabe parlé, il n y a pas de distinction à faire entre l’arabe littéral et l’arabe parle vulgaire, est aussi celle de M.Bresnier, professeur d’arabe à la chaire publique et a l’école normale d’Alger.

    Dans son excellent ouvrage : Principes élémentaires de la langue arabe, 1867, il a dit un grand sens, suivant moi :
    « Une différence très explicable d’expression et de prononciations chez les Arabes, a fait croire à des personnes peu habitués à la pratique qu’il existait plusieurs langues arabes. Sans réfléchir que des incorrections tolérées ou arbitraires, dans le langage comme dans l’orthographe, ne constituent jamais que des altercations de principes, et non un idiome, on a, en Europe, par défaut d’expérience, consacre sérieusement la distinction étrange d’arabe littéral et d’arabe vulgaire. Que dirions-nous d’étrangers qui diviseraient ainsi notre langue, parce que, dans l’usage populaire, ils observent des altérations qu’ils ne comprennent pas »
    C’est encore l’avis du savant orientaliste, M.le Baron de Slane, membre de l’Institut, professeur d’arabe à l’Ecole des langues orientales. Voici comment il s’exprime :

     » La distinction qu’on a voulu faire en Europe entre l’arabe littéraire et l’arabe vulgaire est tout a fait imaginaire. Il n’existe pas d’arabe vulgaire ; dans tous les pays musulmans la langue arabe est une et la même. Elle ne diffère, de pays en pays, que par certaines locutions, certains tours usités dans la vie ordinaire, et certaines nuances de prononciations ; mais, au fond tous les Arabes, tant de l’Orient que de l’Occident, parlent la même langue, celle qui se parlait du temps des anciens califes, et ils s’entendent très bien entre eux. »

    La substitution des dialectes locaux et régionaux, ni lu ni écrit, intellectuellement pauvre et culturellement folklorique vise l’abrutissement de masse des population colonisés condition nécessaires à leur asservissement. Les berbéristes, les fafistes, les néo harkis, les francophiles béats et bouches ouvertes, défenseurs de « l’arabe algérien », s’affirment aujourd’hui comme hier, comme la tête de pont de vielles stratégies coloniales et s’inscrivent en droite ligne dans cette politique d’aliénation linguistique c’est à dire de falsification et de dépersonnalisation coloniale qui a toujours ciblé les fondamentaux, le noyau central de la personnalité algérienne : l’identité arabe et la langue du Coran. Le colonialisme ne s’est pas trompé de cible. Le mouvement de libération national, encore moins.

    Déjà en 1832 le duc de Rovigo, écrivait :  » Je regarde la propagation de l’instruction et de notre langue comme le moyen le plus efficace de faire faire des progrès à notre domination dans ce pays…le vrai prodige à opérer serait de remplacer peu à peu l’arabe par le français ».




    0
  • karima
    22 décembre 2009 at 17 h 49 min - Reply

    Si Amar, justement la est le hic.D’abord on devrait dire Dhihia et non Kahina.Ce nom donne me pousse a etre logique.Pourquoi a -t-on deforme le nom de cette dame.En plus je ne ferai jamais confiance aux historiens francais en tout cas ce n’est pas eux qui vont nous aide a connaitre l’histoire de l’Algerie pour de multiple raisons.




    0
  • Amar
    23 décembre 2009 at 17 h 10 min - Reply

    @ Mme Karima…En voila de bonnes questions ! Et de bonnes résolutions en cette fin d’années …Ça fait plaisir.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique