Édition du
21 July 2017

Ya Rayah…

baie d'AlgerPar Adel

13 décembre 2009

Une voix, une mélodie, la baie d’Alger, où j’ai passé 40 ans de ma vie. Qu’il est beau mon pays, qu’il est magnifique mon peuple, quand il fait parler son cœur en toute simplicité.

Celui qui chante ne peut pas faire du mal à ses semblables. Qui donc nous a volé nos chants ?

Alger amoureuse et craintive, que t’ont-ils fait, ceux qui ne savent pas quel immense bonheur procure la contemplation de la mer, au crépuscule, juste avant l’appel du muezzin, quand le brouhaha de tes rues s’évanouit ? Ils t’ont souillée, ceux qui ont oublié que rien en ce monde ne vaut un instant de communion avec le ciel et la mer, quand le parfum de mesk ellil montant des jardins tous proches rappelle au cœur de l’amoureux le doux parfum de la bien-aimée.

Qui donc nous a volé nos rêves ?

Alger berbère, arabe, turque et française, pourquoi les jeunes hommes d’aujourd’hui se détournent-ils de toi ? Pourquoi t’ont-ils négligée, toi la princesse qui attend son prince charmant ?

Viendra-t-il de la mer, ton beau prince à l’âme légère ? Viendra-t-il du désert, monté sur un cheval bai, les cheveux au vent ?

Qui donc nous a volé notre innocence ?

Soyez mille fois maudits, vous qui avez souillé ma ville. Ne savez-vous donc pas que la malédiction de Sidi Abderrahmane vous poursuivra jusqu’à la fin des temps.

Que restera-t-il de votre fiel ? D’autres plus cruels que vous ont cru pouvoir défier son ciel. D’autres au cœur plus noir ont cru pouvoir la posséder.

Jamais, vous entendez, jamais vous ne la posséderez. Je sais que vous préférez la tuer plutôt que de renoncer. Mais le prince au cœur pur et au front lumineux, celui qui la mérite, viendra bientôt.

Elle l’entendra venir de loin, tous les poètes, chanteurs et musiciens qui l’ont courtisée depuis des siècles marchant derrière lui.

Dans chaque rue, dans chaque escalier, ils sèmeront les chants et les rêves que vous nous avez volés.


Nombre de lectures : 1172
UN COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • BRAHIM
    14 décembre 2009 at 16 h 37 min - Reply

    Cher Le Quotidien d’algérie, je te demande de bien vouloir nous laisser encore quelques temps ce chef d’oeuvre du Chaabi « Ya rayah » du regreté Dalmane El Harachi. Et si possible une autre fois , un succés de notre regreté El hadj Mohamed El Anka. Cela fait tellement de bien d’entendre cette musique bien de chez nous qui nous gonfle le coeur et qui humidifie notre oeil. Merci infiniment car je n’ai pas d’enregistrement original de ces chef-d’oeuvres de la chanson chaabi.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique