Édition du
24 July 2017

Djamila Bouhired décline toute prise en charge officielle

Djamila BouhiredLa grande Moudjahida s’en remet à son peuple : Djamila Bouhired décline toute prise en charge officielle
El Watan,16 décembre 2009
Son message aux Algériens était avant tout un message de gratitude comme, du reste, en témoigne son communiqué, si laconique soit-il.

Quatre jours après la tempête déclenchée par Djamila Bouhired par ses deux lettres émouvantes, la grande moudjahida vient de rendre public un communiqué (voir encadré) pour répondre aux nombreux messages de sympathie que son cri de colère et de détresse lui a valu. C’est que son appel à la générosité des Algériens a suscité, comme de juste, une vive émotion – et le mot est faible – non seulement en Algérie mais même à l’étranger. Que tous ses millions d’adorateurs transis se rassurent : Djamila Bouhired se porte bien. Hier, nous avons eu le bonheur de lui parler au téléphone et sa voix chaleureuse et fière était rassurante malgré la maladie. Et davantage encore son mental de femme-courage.

Son message aux Algériens était avant tout un message de gratitude comme, du reste, en témoigne son communiqué, si laconique soit-il : « Profondément touchée par l’élan généreux et massif venant de mes sœurs et frères algériens de tout le territoire national et de pays étrangers, j’adresse du plus profond de mon cœur ma reconnaissance et ma gratitude à mes compatriotes, où qu’ils soient. » Et aux très nombreux citoyennes et citoyens qui ne demandent qu’à la servir et voler à son secours, en nous pressant de lui ouvrir un compte bancaire, Djamila Bouhired annonce son désir de répondre positivement à ces instances et d’accepter ces marques d’amour avec un grand cœur, nous qui avons une si grande dette envers elle.

« Aussi j’ai décidé d’ouvrir un compte bancaire qui abritera tous vos dons qui me permettront d’aller me faire soigner à l’étranger », poursuit-elle. Mais à ceux qui pourraient penser qu’elle fait cela uniquement pour son propre confort, elle s’empresse de préciser que les fonds levés serviront surtout à améliorer la condition de centaines de vrais moudjahidine qui vivent dans le dénuement : « Cet argent servira aussi à venir en aide aux moudjahidate et moudjahidine qui sont dans la même situation que la mienne et peut-être pire. » Et c’est précisément dans ce dernier paragraphe qu’il convient peut-être de lire tout le sens politique de l’action de Mme Bouhired et l’un des messages-clés de sa sortie publique. Car pour tout observateur un tant soit peu avisé et pas très naïf en politique, il est aisé de deviner que ce ne sont surtout pas de petites considérations vénales qui feraient sortir de sa réserve un monument comme Djamila Bouhired.

Par Mustapha Benfodil

========================================================

A mes frères et sœurs et à mes enfants merci !

Profondément touchée par l’élan généreux et massif venant de mes sœurs et frères algériens de tout le territoire national et de pays étrangers, j’adresse du plus profond de mon cœur ma reconnaissance et ma gratitude à mes compatriotes où qu’ils soient. Aussi j’ai décidé d’ouvrir un compte bancaire qui abritera tous vos dons qui me permettront d’aller me faire soigner à l’étranger. Cet argent servira aussi à venir en aide aux moudjahidate et moudjahidine qui sont dans la même situation que la mienne ou peut-être pire.

Avec toute mon affection Djamila Bouhired

=================================================================


Nombre de lectures : 1922
9 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • majid
    16 décembre 2009 at 18 h 06 min - Reply

    Notre chere compatriote et moudjahida BOUHIRED
    J ai en France des voisins marocains et tunisiens qui ont prets a vous soutenir financierement pour beneficier des meilleurs soins et dans les grands hopitaux il ne faut pas vous vous rabaisser faire par ces harkis qui sont au pouvoir … Nos parents vous avaient avant l’independance c est pas maintenent qu’ils vont nous diviser … vous etes notre heroine aussi et a tous les maghrebins sans oublier le grand Ait Ahmed …il suffit de nous communiquer votre numero de compte …




    0
  • adel133
    16 décembre 2009 at 23 h 50 min - Reply

    tout le bonheur est pour nous.j’attends les informations sur le compte.si vous décidez de venir en Amérique du Nord,je vous promets que je serai à l’aéroport avec des fleurs.
    bien à vous symbole de notre glorieuse révolution.




    0
  • Nazim
    17 décembre 2009 at 5 h 57 min - Reply

    A la fleur de l’age, elle est prête au sacrifice suprême et le prouve. Son « nom » s’est universalisé, c’est une légende vivante. Vieille et malade, elle utilise le « nom » pour quémander des soins chez ceux qu’elle a « combattu ».Elle aura sa prise en charge, mais mourra quand même un jour. en attendant, pauvre de nous qui resterons sans soins 50 ans après « l’indépendance »et qui allons mourir sans prise en charge. Nous aurons sû toutefois que derrière nos légendes, il y avait des humains avec tout ce que cela comporte comme force et surtout…comme faiblesses. Allah yerham Chouhada et que soient avilis tous ceux qui ont trahi leur mémoire.




    0
  • adam reba
    21 décembre 2009 at 6 h 10 min - Reply

    Comme tout le monde j’ai ete ulcere par votre reaction, suite a votre situation.J’ai ete tres content que vous ayez refuse l’aide de l’etat, quoique ces deniers appartiennent au peuple. Mais ils sont souilles par les personnes qui les manipulent.En plus, ils sentent al m’zia. Ils ne sont pas purs. Mais en reflechissant, je trouve que votre appel interpelle le vrai sens de la solidarite algerienne, telle qu’on aime la voire et surtout telle qu’elle etait au firmament de la cause algerienne, l’esprit de Novembre. Votre geste a fait sortir l’algerien de sa torpeur, anesthesie par les difficultes algeriennes et a fait ressortir le vrai visage de l’Algerien, solidaire et farouchement reconnaissant envers une grande dame, belle comme son nom, heroique comme avant et brave comme cet eclat de rire addresse au juge qui vous a condanne a mort. Vous avez bien fait de laisser au peuple vous montrer son amour, sa reconnaissance et son appreciation pour vos sacrifices et votre heroisme. C’est une fierte et une joie inegalee pour le peuple, qui vous remercie pour l’honneur que vous lui faites de montrer son respect a une heroine qui est restee tel quelle et qui, surtout, n’a pas trahi ses principes. C’est une qualite qui fait votre grandeur jamais dementie apres plus d’un demi siecle. Les gens peuvent parler et parler mais vous etes l’incarnation de l’esprit de Novembre pur et vivant, vous etes Ali la Pointe, le petit Omar, Hassiba Ben Bouali,Larbi Ben M’hidi etc, que les gens ne peuvent helas plus voire, mais ils ont la chance de les retrouver en vous, l’ambassadrice vivante de ces heros et de leur abnegation pour une Algerie fiere et rebelle, une Algerie authentiquement independante et belle comme vous et non pervertie par un systeme que je ne voudrais pas qualifier par peur de souiller ces mots que j’ai pour vous. Puisse votre combat, car il en est un, reveiller les consciences patriotiques, et renouer avec l’esprit de Novembre et redonner a cette Algerie que nous adorons et que vous representez de la meilleure des manieres, le lustre de sa solidarite legendaire et la grandeur de son ame et debarasser le pays de cette mentalite mercantile. Je crois que notre Dieu vous a preserve, Al hamdou Allah, pour cette mission.




    0
  • ROLANDO
    21 décembre 2009 at 9 h 40 min - Reply

    De la récupration politique et hypocrite cette dame je la respecte en temps que moudjahida qui a donné de sa personne pour la patrie, comme ma soeur encore en vie,mes cousines tuées aux combats,et qui ne l’ont pas fait pour obtenir une carte de moudjahid avec ses privilèges,Madame BOUHIRED quand vous étiez Mme VERGES vous avez profité de salon et des rdv diplomatiques,ainsi que d’autres choses, les gens qui vous ont cotoyez de près vous connaisent et connaissent vos intentions.Mais pensez à celles qui n’ont jamais demandé qoui que ce soit depuis 1962 et sont restées et reste dans l’ombre .a la question que leur pose leur entourage concernant leurs de moudjahidates leur réponse fût c’est pour la patrie etses enfants( point barre).Sachez que vous ne seriez jamais une icône que certaines presses veulent fabriquer.Les vrais ICÔNES pour moi ce sont les centaines de milliers de femmes qui on en souffert pendat cette guerre et qui souffre encore, et qui n’enparlent pas.




    0
  • Adel
    21 décembre 2009 at 10 h 23 min - Reply

    @ROLANDO

    Je ne connais pas Mme Djamila Bouhired personnellement. Je crois savoir, toutefois, que son nom n’a jamais été associé à aucun scandale ni à aucune de ces innombrables filières de l’affairisme véreux qui prospèrent en Algérie à l’ombre des généraux.

    Oui, il y a des milliers de femmes algériennes qui ont fait leur devoir pendant la guerre de libération et qui n’ont rien demandé à l’État algérien ou qui n’en ont rien reçu. Ce n’est cependant pas une raison pour dénigrer celles ou ceux qui constituent pour notre peuple – notre jeunesse surtout – des symboles d’abnégation et d’esprit de sacrifice. Nous en avons si peu que la guerre a épargnés et qui sont restés relativement propres. Préservons-les, sinon il ne nous restera plus rien et alors nous baignerons dans l’obscurité totale.




    0
  • jnsplu
    21 décembre 2009 at 15 h 10 min - Reply

    Je ne comprends pas cet extrémisme qu’affiche l’Algérien à l’égard de tout.

    Cette façon prépentoire et définitive d’avoir un avis tranché sur tout et pour toujours. Ce n’est meme pas spécifique à une personne, à un sujet. C’est le tout qui est son sujet et elle procède d’une omniscience divine qui n’a meme pas besoin d’un savoir puisé dans les livres ou l’expérience.

    Ce n’est pas un avis qui supporte un avis contraire et accepte sa discussion et sa remise en cause.

    C’est une sentence qu’il n’est pas accepté de remettre en cause sans manifestation de violence, verbale ou meme physique.

    L’humilité de nos parents et grands parents a disparu pour faire de nous des gens imbus de leur personne et qui croient tout savoir,
    qui se croient tout permis qui agissent et parlent avec fermeté et hargne sut tout.

    Nous portons des jugements sur des savants de renommée mondiale en les rapetissant alors que nos capacités mentales limitées ne nous permettent meme pas de comprendre souvent la moindre de leurs pensées.

    Nous portons des jugements sur nos glorieux martyrs et moudjahids alors qu’a leur place nous aurions peut etre préféré rester dans l’expectative.

    Nous n’admettons pas qu’un autre nous montre ce que nous n’avons pas eu le privilège d’avoir vu ou compris avant lui.

    La maladie de l’Algérien de 2010 est semble t il très grave et nous devons tout faire pour nous soigner mutuellement de ce mal manifeste et généralisé.

    Le temps est venu de chasser ces démons du « je suis donc je sais » pour nous appliquer à pratiquer ce que le prophète nous enseigne, à savoir : »L’Homme ne cesse d’etre savant tant qu’il recherche le savoir, s’il pense qu’il sait il devient ignorant ».

    Méditons ce hadith à chaque phrase que nous voulons dire et cela ne fera que nous enrichir.

    Je me rappelle d’un maitre d’école quand j’étais au primaire qui nous disait, il faut tourner la langue sept fois dans la bouche avant de parler.

    L’école actuelle est loin d’enseigner pareilles sagesses, ni la mosquée pareils hadiths et meme s’ils étaient enseignés, les appliquerait on ?

    Je te respecte Grande Dame, non seulement en tant que personne, mais surtout pour ce que tu représentes à mes yeux de grandeur de ce pays et de ses enfants glorieux, qui ont fait que je ne sois pas à la botte de gens venus d’ailleurs me dicter ma conduite, sous prétexte de civilisation.

    Je te tutoie non pas par manque de respect, Grande Dame, mais parce que je me sens proche de toi au point ou je te protégerai de ma vie, comme tu as sacrifié la tienne au moment ou mon pays était sous le talon du colon.

    Et quoi que tu eusses fait après, Grande Dame, tes faits de Guerre l’excusent. Meme si tu l’a fait et cela ne change rien à ma vision à ton égard ni à celle que j’ai envers les véritables moudjahidines de ma grande Algérie, car l’erreur est humaine, mais le sacrifice de soi au profit des autres n’est pas à la portée du premier venu.

    Vous hier vous étiez des Algériens faiseurs d’actes héroiques et d’actions concrètes, voud étiez le feu, vous étiez la flamme qui ont chassé l’armada de l’OTAN de notre cher pays, ne reste t il donc de ce feu et de cette flamme que des cendres ou bien le feu couve t il encore ?




    0
  • HASNI
    26 décembre 2009 at 20 h 12 min - Reply

    UNE TRES GRANDE FEMME QUI A FAIT AVEC TANT D’AUTRES UNE PARTIE DE L’HISTOIRE DE LA GUERRE D’ALGERIE POUR FAIRE RETROUVER LA DIGNITE AU PEUPLE ALGERIEN. (FA MINHOUM MAN KADA NAHBAHOU OUA MIMNHOUM MAN YANTADIR OUA MA BADALOU TABDILA – SADAHA ALLAH EL ADIM) CETTE FEMME EST DE CELA ET N’ATTEND LE REMERCIEMENT DE PERSONNE- ELLE MOURRA DEBOUT COMME TOUTES LES HEROINES. MERCI KHALTI DJAMILA ALLAH YECHFIK ET COMMUNIQUE NOUS TON COMPTE BANCAIRE. HASNI D’ORAN.




    0
  • abed
    27 décembre 2009 at 7 h 56 min - Reply

    moi aussi j’ouvre un compte en dinars et en devises qui servira à améliorer ma condition miserable d’enseignant et celle d’autres enseignants moudjahidines « actuels », qui courent pour rattraper les bus et eviter tout retard, qui arrivent trempés dans leurs etablissements, qui travaillent dans des conditions impossibles, qui souffrent de maladies chroniques… qui subit l’humiliation de leur tutelle.
    celui qui veut mes numeros de compte,n’aura qu’à me le dire




    0
  • Congrès du Changement Démocratique