Édition du
29 March 2017

Procès de Ghardaïa : Relaxe pour seize "accusés", allégresse dans la vallée du Mzab.

Flash:

fekhar

Nous apprenons que le procès des militants du FFS à Ghardaïa, qui a eu lieu dans la journée du 17 décembre s’est conclu par la relaxe de 16 accusés, dont le Docteur Kamel Eddine Fekhar et par la condamnation à 06 mois de prison avec sursis pour l’un des dix sept personnes qui ont comparu devant la chambre criminelle du tribunal de Ghardaïa.

Rappelons que les faits reprochés à ces citoyens remontent à 2004.  Le Wali de l’époque avait ordonné une campagne de « représailles » contre les commerçants de Ghardaïa qui disposaient de registres de commerce et qui payaient leurs impôts, au moment où les centaines de commerçants informels, sans registre de commerce, n’ont pas été inquiétés de la plus petite manière. Cela avait soulevé la colère de la population qui avait occupé la rue, et crié justice.

La réponse du Wali et de la justice aux ordres ne s’est pas faite attendre: des dizaines d’honnêtes citoyens, choisis en majorité parmi les militants du FFS et des representants de Droits de l’homme, ont été incarcérés. Les services de sécurité s’en donnèrent à cœur joie, brimant les citoyens Ghardaouis, pourtant réputés pour leur honorabilité et leur sens civique, n’hésitant pas à les maltraiter, à les entasser dans des geôles indignes.

Ce procès, suivi de près par des instances internationales et par l’opinion publique algérienne et tout particulièrement par la population de la vallée du Mzab, avait, non seulement une haute portée politique, en ce sens qu’il cherchait à briser l’influence du FFS dans cette région, mais était devenu celui de l’influence mafieuse dans cette région contre le civisme et l’honorabilité de ses habitants. En somme, il était perçu par toute l’opinion publique du Mzab, et du reste de l’Algérie, comme l’aboutissement d’un juste combat contre une administration de malfaiteurs, à la suite du sursaut salvateur de toute une population. Le verdict de ce procès l’a confirmé. La joie qui s’est répandue dans toute la vallée du Mzab, à l’issue de ce procès, montre qu’une nouvelle ère de résistance s’ouvre désormais, au sein de cette admirable communauté de nos frères du Mzab.

Le Docteur Salah Eddine Sidhoum, s’est rendu à Ghardaïa pour assister au procès, et apporter son soutien aux victimes de l’injustice.


Nombre de lectures : 1359
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • adel
    18 décembre 2009 at 9 h 34 min - Reply

    ce verdict que nous applaudissons n’est pas le fait d’une justice indépendante et d’un juge intègre,mais une espieglerie de bas étage de ce pouvoir métastasé,pour montrer un visage magnanime et conciliant vis à vis de cette région du pays qui a eu dans un passé récent à payer par le sang son indocilité.
    le walou de chaque chef lieu n’est que le dépositaire local du capo national.la mission de ces lieutenants de la pègre et la domestication des populations locales et la généralisation de la corruption comme mode de gouvernance et de vie.les purs,les propres,les justes n’ont pas leur place dans ces lieux nauséabonds,car ce sont les bas fonds ou réside la lie de l’humanité.




    0
  • RACHID
    21 décembre 2009 at 17 h 24 min - Reply

    Un verdict pour apaiser les tensions inter communautaires. La dictature gère le pays au coup par coup, sans humanité, sans contrats social, et sans bases idéologiques si ce n’est l’ARABISATION, L’ISLAMISATION, L’EMBRIGADEMENT forcé d’un peuple qui ne cherches qu’a s’émanciper. Pauvre algérie. Le tourisme de masse au vue de ce qu’il se passe en Algérie n’est pas pour demain, car demain les massacres reprendront de plus belle.
    ====================
    Que vient faire l’arabisation et l’islamisation dans ce procès ? S’il y a bien une population qui tient à son algérianité dans toute sa globalité, c’est bien notre population mozabite. Pas un seul mozabite ne parle pas son dialecte, pas un seul mozabite néglige sa religion et pas un seul ne maitrise pas la langue arabe. C’est cette cohésion identitaire qui a fait d’elle une communauté éduquée, prospère, cultivée et solidaire. Et c’est cette situation qui dérange le pouvoir illégitime qui fait tout pour détruire cette cohésion.
    Cordialement.

    Salah-Eddine




    0
  • Congrès du Changement Démocratique