Édition du
27 July 2017

Yacine Zaïd : chrono d'un combat

Yacine Zaïd 3

23 Septembre 1971 : Date de naissance.

21 Janvier 2004 : Recruté à EUREST Algérie en qualité d’agent de sécurité.

Juin 2004 : Promu au poste de superviseur de la sécurité vu mon sérieux dans le travail, mes compétences et ma grande expérience dans le domaine.

Septembre 2006 : Naissance de l’idée de changer notre quotidien compte tenu de l’accumulation des problèmes ainsi que de la souffrance des travailleurs chez ESS. Mais ce sont les brimades et le mépris des expatriés de la direction qui sont les plus intolérables.

Octobre  2006 : Les conditions d’hébergement, de nourriture et d’hygiène sont déplorables et se dégradent de jour en jour : insuffisance de lits, des couvertures à partager entre les salariés au repos. Ceux qui assurent la relève sont obligés de passer chaque mois à la direction pour faire des analyses de sang. 3 à 7 jours d’attente dans des conditions misérables avant d’être transporté à son chantier d’affectation. Lire davantage.

Novembre  2006 : Les propos provocateurs et humiliants se font entendre de plus en plus chaque jour jusqu’au soir où le directeur des opérations, Bill Joel, d’origine belge et de nationalité française dit  “Vous, les algériens, vous ne méritez pas l’indépendance !” lors d’une soirée dans les locaux de Schlumberger. Ces propos sont la goutte qui fait déborder le vase. Ils lui valent une interdiction de séjour chez le client, exigée par le syndicat de cette entreprise et des poursuites en justice. Le 1er Juillet 2007, le Procureur Général de Hassi Messaoud réclame 3 mois de prison ferme et une amende conséquente à son encontre. Mais 15 jours plus tard, il écope à la surprise générale d’une amende de 50 000 dinars. En Lire davantage.

Décembre 2006 : J’ai reçu une prime ainsi qu’une lettre de remerciements et d’encouragement pour mes efforts et mon sérieux dans le travail.

Fin Décembre 2006 : Las de ces conditions, plusieurs de mes camarades et moi-même décidons de créer une section syndicale d’entreprise. ESS refuse catégoriquement de la reconnaître ou de la laisser se réunir dans ses locaux. Elle est donc constituée le 21 Décembre 2006 en toute légalité dans les locaux de l’union locale de l’UGTA. Réunis en Assemblée Générale, les adhérents (1400 employés) m’élisent comme Secrétaire général de la section syndicale.

Janvier 2007 : Les ennuis commencent, Eurest refuse tout contact avec la section syndicale et déclare la guerre à son Secrétaire général. Le directeur des opérations nie tous les droits de la section syndicale et fait savoir aux employés, et plus spécialement aux plus précaires d’entre eux, que ceux qui défendront leurs droits sociaux en payeront le prix.
Les courriers et les demandes d’entretien pour obtenir un bureau et un panneau d’affichage pour la section syndicale restent lettre morte.

Fin Janvier 2007 :
La répression antisyndicale est foudroyante. La direction exerce des pressions assimilables à du harcèlement moral visant à réduire au silence toute expression sur le lieu de travail. Les plus vulnérables retirent leur soutien…

Mars 2007 : Appelés en vue de faire respecter les lois, deux Inspecteurs du travail sont reçus avec  des insultes et l’arrogance du directeur des opérations. Ils dressent un procès-verbal. L’affaire est portée devant les tribunaux.

Avril 2007 : La direction EUREST, à travers son juriste et son DRH, fabrique, avec des méthodes douteuses, une affaire de toutes pièces  «  insulte et injure » du secrétaire générale à l’encontre d’un responsable. Il dépose plainte contre moi.

Juin 2007 : Ils ont réussi à geler la section syndicale a travers le bureau de wilaya de l’UGTA d’Ouargla de manière douteuse et non conforme à la loi. Tout cela pour pouvoir suspendre le secrétaire général.

Fin Juin 2007 : La direction me suspend pour un délai indéterminé.

Fin Juillet 2007 : Intervention personnelle de M. Sidi Saïd, Secrétaire National de UGTA. Après enquête sur le gel illégal de notre section syndicale, il ordonne au responsable du bureau régional de l’UGTA de lever le gel (chose faite dans la minute qui suit) et de porter plainte pour suspension illégale et non respect de la législation du droit syndical (chose qui n’a pas été faite jusqu’à aujourd’hui).

Septembre 2007 : Création d’un site web ou je décris toute cette affaire au monde entier.

30 Novembre 2007 : Le numéro 1 d’ESS dans le pays, Bill Joël, déchire devant un rassemblement de salariés, le procès-verbal d’installation de la section syndicale de l’UGTA. Signifiant ainsi son mépris du droit du travail algérien, il intime aussi un message : tout salarié qui ose lever la tête se verra infliger le même sort que les précédents. En lire davantage.

2 Décembre 2007 : J’ai été condamné à une amende de 10 000 dinars (100 €) par un tribunal. Accusé d’avoir insulté un responsable hiérarchique, mes témoins ne pouvaient « se libérer de leur travail » pour contribuer à ma défense lors de l’audience qui a eu lieu le 15 novembre. Ceux de la direction n’ont pas eu de tels empêchements :  le DRH, un serveur promu maître d’hôtel quelques semaines plus tard et un agent de sécurité. Le juge a bien relevé quelques contradictions dans leurs propos mais le dossier de la défense ne faisait plus le poids.

Janvier 2008 : Les plaintes pour diffamations sur Internet se succèdent  « Je ne peux donc vivre tranquille que le week-end quand je suis certain que les huissiers ne viendront pas frapper à ma porte car c’est un jour férié et donc ils ne travaillent pas ». En lire davantage.

Juin 2008 : Condamné à trois mois de prison avec sursis et à une amende de 220 000 dinars plainte de Compass Groupe.  En lire davantage.

Novembre 2008 : 02, 11, 16, 23, 30. Cinq comparutions devant les juges entre Ouargla et Hassi Messaoud, même dossier, même affaire, juste les noms de ceux qui portent  plainte qui changent. Du coté la loi, c’est illégal mais du moment que c’est quelqu’un de Compass Groupe qui dépose plainte, pour soutenir sa direction le DRH rajoute son nom à titre personnel sur une accusation invérifiable de « menaces de mort par e-mail ».


Décembre 2008 :
Le rapport annuel des violations des droits syndicaux 2008 de la Confédération Syndicale Internationale ITUC-CSI cite l’Algérie et ESS.

17 Mars 2009 : Audience du tribunal, même dossier, Eurest, la filiale prend la relève. Sa plainte portée à mon encontre à Hassi Messaoud est rejeté par le même tribunal. Eurest  fait appel.

31Mars 2009 :
La Cour de justice d’Ouargla rejette encore une fois cet appel.

20 Octobre 2009, entendu de nouveau devant le juge a Ouargla pour la plainte du Directeur des ressources humaines qui m’accuse de diffamation (même dossier)  il rajoute des 21/27 (feuilles) ou c’est écrit en langue Arabe (vous allez mourir)  avec une photo d’un terroriste et une photo d’une tombe.

03-17-24 Novembre 2009 : devant le juge de Ouargla, plainte du DRH après appel du verdict de Hassi Messaoud (80 000 DA et trois mois avec sursis) et aussi appel contre le verdict du Camp Boss (10 000 DA)

01-08 Décembre 2009 : devant le juge de Ouargla. Toujours après avoir reporté ses audiences le verdict du DRH reste le même (80 000 DA et trois  mois avec sursis), le verdict pour la plainte du Camp Boss sera entendu le 15/12.

09 Décombre 2009: nouvelle plainte de Eurest (la même) rejetée 02 fois par les juges de Hassi Messaoud et de Ouargla, vient de renaitre à nouveau a Hassi Messaoud (même dossier)est ce que c’est légale ? Je serais de toute façon entendu devant le juge à Hassi Messaoud le 30/12/2009.

Lire d’avantage : http://campagne-eurest.blogspot.com/


Nombre de lectures : 2343
3 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • Yacine Zaid
    19 décembre 2009 at 3 h 05 min - Reply
  • riad
    23 février 2011 at 20 h 45 min - Reply

    merci yacine (rabi yansrak )




    0
  • hanouti zohir
    6 janvier 2013 at 13 h 32 min - Reply

    merci grand monsieur pour tes effort et ton courage et que dieu te protège




    0
  • Congrès du Changement Démocratique