Édition du
28 March 2017

Lumineuse, l'aube de la démocratie…

25


Nombre de lectures : 967
2 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • still
    19 décembre 2009 at 23 h 16 min - Reply

    Pour stopper l’injustice il faudra promouvoir les justes.Ce n’est pas l’injustice qui se chargera de cette mission mais les justes eux-mêmes qui s’entraideront, triompheront de l’injustice et hisseront haut l’étendard de La Justice.
    Noble, digne en somme divine, La Justine ne doit pas baisser la tête devant l’injustice ignoble vulgaire et éhontée.L’injustice pourrait prendre l’allure d’une reine le temps d’une pause des Chevaliers de La Justice mais le trône usurpe revient toujours au détenteur légitime : La Justice, quand ces Chevaliers reprennent conscience et fougue de combat.




    0
  • jnsplu
    20 décembre 2009 at 11 h 18 min - Reply

    La justice humaine est toujours imparfaite. Elle est imparfaite parceque la conscience de l’Homme n’appréhende qu’une partie du réel et jamais sa totalité. C’est pourquoi la justice pour l’Homme n’est que l’ordre, elle n’est pas l’équité. L’ordre détermine les comportements dans la société et les normalise, de façon à ce que chacun sache ce qu’il a a faire et ce qu’il a à en retirer et accepte l’offre avec un libre arbitre total en prenant tous les risques et en espérant atteindre son but. Dans une société normale, les risques sont normaux car égaux pour tous, de meme que les espoirs à atteindre et chacun à le libre arbitre de postuler ou pas à ces buts et à prendre ou non ces risques. Notre problème c’est d’une part que nous ne sommes pas égaux socialement ni devant la prise de risque, ni devant l’espoir d’atteindre les buts visés et nous n’avons pas le libre choix de nos actes et d’autre part nous ne sommes pas égaux dans l’ordre des choses.

    Il ne s’agit finalement pas plus de justice que de liberté. C’est notre liberté que nous devrons récupérer afin que la justice règne enfin. Et la liberté s’arrache et ne se donne pas. S’il faut attendre de ceux qui ne sont pas nos égaux et donc sont nos maitres de nous consentir notre liberté, il est humainement impossible d’attendre cela d’eux car cela va à l’encontre de la nature égoiste de l’Homme et c’est des humains, bien que plus égoistes que d’autres.

    C’est notre égoisme à nous qui n’est pas suffisamment fort pour nous amener à « vouloir suffisamment le changement ».

    Il est souvent nécessaire de faire le contraire des choses auxquelles on aspire pour creer les conditions de leur avènement.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique