Édition du
26 March 2017

L’opposition regrette les beaux jours de Chadli et Zeroual

Zerhouni 2
El Khabar, 21 décembre 2009

Après que le duo Bouteflika-Zerhouni ait démoli les acquis démocratiques

L’exercice politique durant le règne du duo Abdelaziz Bouteflika et Noureddine Zerhouni représente un réel cauchemar pour les partis de l’opposition. Les deux hommes ont tendance à inciter, durant les 10 années précédente, à la démolition des acquis démocratiques, d’une manière organisée. Ils ont pu, quand même, dompter les partis et les personnalités connus pour leur aptitude à faire face au système.
Il est certain que les dirigeants des formations politiques, appartenant au camp de l’opposition, à l’instar du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), le Front des forces sociales (FFS), le mouvement d’Al Islah et le mouvement d’Ennahda, ont une nostalgie des « beaux jours » du pluralisme, durant l’ère du Président Chadli Benjedid, et à degré moindre, durant le règne du Président Liamine Zeroual. En ce temps là, l’exercice démocratique était à la portée de tous les partis, tels que stipulé dans la constitution de 1989 et 1996. Cependant, une fois que Bouteflika a pris les commandes du pouvoir, au printemps 1999, il a, tout de suite, exprimé sa volonté d’abandonner tous les acquis démocratiques réalisés depuis la révolte du 5 octobre 1988. Des acquis qui ont coûté des sacrifices énormes, notamment de personnages politiques appartenant à  différents courants politiques et idéologiques, même ceux qui sont connus par leurs hostilité historique.
La mission de démolir les acquis du pluralisme a été confiée au Ministre de l’intérieur, Noureddine Yazid Zerhouni, qui  a pu « assassiner » les anciens partis et qui a cessé d’accréditer les nouveaux partis, avec un remarquable sans froid ! Il a été désigné premier responsable de l’intérieur et il s’est chargé de « nettoyer » l’environnement politique que Bouteflika a qualifié de malsain. Zerhouni a commencé par interdire le droit d’organiser les marches, sous prétexte d’instabilité de la situation sécuritaire. Il a, ensuite, exigé des autorisations pour l’organisation des meetings et rassemblements dans les salles. Pis encore, ces autorisations ont cessé d’être accordées par le ministère de l’Intérieur, qui a tendance à rejeter toutes les demandes.
En outre, la mission de Zerhouni consistait également à intervenir dans les affaires internes des partis, à travers la manipulation de l’appareil judiciaire. On se souvient comment est-ce que le congrès du FLN a été annulé à la fin de 2003, alors que Bouteflika et Benflis étaient engagés dans une lutte sans merci pour la « chaise » du pouvoir. C’est à ce moment qu’Abdallah Djabellah, a été évincé de la présidence du mouvement d’Al Islah et a été qualifié de l’opposant le plus affecté par les plans du l’homme fort du régime, en l’occurrence Noureddine Zerhouni.

21-12-2009


Nombre de lectures : 1159
7 Commentaires sur cet article

LAISSER UN COMMENTAIRE

*

*

  • rachid 2
    21 décembre 2009 at 16 h 59 min - Reply

    Qu est ce que vous auriez attendu d’un fils du parti unique ? La democratie?




    0
  • Si Tchad
    21 décembre 2009 at 22 h 24 min - Reply

    Tu as raison Rachid: quelle clairevoyance de notre presse! Ils decouvrent ca aprés 10 ans!. C’est quoi cet article? Le fruit du digoutage? pourtant il y a plein de Scoops pour journalistes temeraires, allez au hasard:
    les affaires trés juteuses de Said « Orascom » Boutef, les malversations de l’autoroute Est-Ouest, les depots des avoirs algériens aux USA, etc…

    Si Tchad




    0
  • karima
    22 décembre 2009 at 14 h 50 min - Reply

    Sans vouloir tomber dans l’exageration, je dis qu’il n y avait jamais eu de jeu democratique ni avant ni apres Chadli.Une frange de la societe a aide le pouvoir a grille ce que nous avant fait apres octobre 88.Cette frange, du a sans manque d’experience politique et la naivete de sa composante, nous a mene belle et bien vers une guerre que je n’appellerai pas civile car la societe etait victime et n’a jamais joue le jeu des deux parties.Justement grace a ce peuple la societe n’a pas sombre.Un petit conseil, Algeriens, nous sommes musulmans certes, nous parlons l’Arabe aussi certes , mais on n’a pas besoin de copier les cultures arabes car notre culture est bien plus riche et variee.On doit se lancer pour faire avancer notre Agerie et on doit se demarquer des cultures retrogrades car elles sont sources de haine et de mechancete, cela est du a leur inferiorite et leur refus de s’ouvrir a l’universalisme, un des fondements de l’Islam.Salutations.




    0
  • fadel
    22 décembre 2009 at 17 h 28 min - Reply

    il n ya rien a regréter parceque tout simplement il ya jamais eu une democratie en algerie,c’est vraie que chadli à essayer mais les militaire avec la contribution des barbus l’ont avorté ,depuis l’algerie vit sur le rytme de tahya zeroual,tahia bouteflika ,tahia el hogra,tahia la dictature ……….en attendant de meilleurs jours nous disons vive la democratie,vive la justice,vive le vraie etat de droit.




    0
  • SAID
    22 décembre 2009 at 21 h 22 min - Reply

    La démocratie ne se donne pas. Il faut l’arracher. L’arracher des griffes des voleurs et des despotes. Lorsque notre peuple comprendra qu’on ne va pas voter pour « mettre le cachet sur sa carte de vote », ou bien  » lemwalfa khir me’talfa » (pour justifier le vote pro-parti unique),peut etre les données changeront.
    Bien entendu, je vois venir les populistes et les démagogues qui vont me sauter dessus et me dirent que « je me suis trompé » de peuple ! Hélas , la réalité est là devant nous : Personne ne bouge devant, sau




    0
  • chawki
    22 décembre 2009 at 22 h 43 min - Reply

    Qu’attendez vous d’un ex colonel(zerhouni) de la gestapo algerienne? il n’a pas assassine les partis il a plutot assassiner des algeriens …qu’attendez vous d’un  »president » qui viole la constitution juste pour rester au pouvoir ?qu’attendez vous d’un  »president »corrupteur…
    Pire encore vous appelez le rcd un parti d’opposition,avec a sa tete un agent du drs…Djaballah et Nahanh(Allah yerhamou)ont repondu favorablement aux generaux pour contrecarrer le mouvement du FIS pas plus !ils etaient les moins mauvais …je ne dirai pas plus vous connaissez tous la realite …




    0
  • Koulou
    24 décembre 2009 at 3 h 27 min - Reply

    N’est ce pas eux qui sont à l’origine de tout ce marasme politico-economique de l’Algérie.J’aurais aimé être gouverné par la guestapo Allemende que par ses insignifientes personnes que même ma bouche n’oserait put prononcer.Ces énerguménes ont délapidé les coffres de toute la nation.Si ce ne sont pas eux directement,ils ont fermé les yeux sur les rapaces qui l’ont pillée.SVP ce sont des personnes que l’Algérien le plus modeste ne souhaiterait pas avoir comme dirigents.C’est l’épisode la plus sombre de l’Algérie d’aujourd’hui.Il faut les mettre aux oubliettes.Il n’y a pas de fierté à se rappeler des ses traites.




    0
  • Congrès du Changement Démocratique